Omar Béhi annonce des mesures pour réduire la flambée des prix des fruits et légumes    BT : PNB en hausse de 13,7%    En vidéo : FATALES lance son méga jeu Facebook Beauty Crush    Ils n'ont pas été invités à la Cité de la Culture, des artistes tunisiens s'indigent    Les 10 commandements pour lutter contre la fatigue    Une délégation officielle se rendra en Italie pour s'enquérir des clandestins tunisiens    Youssef Chahed se rend à la Cité de la Culture    Mabrouk Korchid appelle à lutter conte l'enrichissement illicite    Nous investissons dans l'innovation Sousse, Tunisie    Plus de 845 migrants clandestins tunisiens arrivés à Lampedusa entre le 10 et le 14 octobre    Jacques Attali en conférence à Tunis le 31 octobre 17    Nouvelles révélations dans l'affaire des stents périmés    (Vidéo)-Omar S'habou : ''C'est Rached Ghannouchi qui a donné la clé de Carthage à Béji Caïd Essebsi''    Une grande station de dessalement pour Annaba en 2018    Saïd Aïdi : Bani Watani est un parti pas comme les autres    Terrorisme : Avis de recherche contre deux individus potentiellement dangereux    Tunis, deuxième ville la plus sûre et la plus paisible d'Afrique    Hend Chaouch annonce sa participation à la 36ème édition du Rally El Chott    En vidéo : Hend Chaouch parle de sa prochaine participation au Rallye du Chott 2017    3 millions de touristes algériens et libyens ont visité la Tunisie en 2017    R.Ghannouchi: "Heureusement que la Tunisie possède moins de pétrole que la Libye"    Taboubi: 100.000 lignes rouges devant la privatisation des entreprises publiques !    Le cauchemar du harcèlement sexuel fait parler les femmes du monde    Mondial 2018 : Tous en rouge et blanc pour le match Tunisie – Libye !    « Affaire du Bisou » : La peine du couple réduite à 4 mois et 2 mois de prison    L'immigration clandestine, objet d'une rencontre entre le ministre de l'Intérieur et l'ambassadeur italien    La prothèse vaginale Prolift, un scandale d'une grande ampleur... ?    En photos : Blake Lively porte 7 tenues différentes en une journée...    Hamadi Redissi remporte le prix Uriage pour son essai « L'Islam incertain »    Naufrage de Kerkennah - Les plongeurs remontent 9 corps    Clôture de la 2ème édition du Festival de la Grenade de Testour aujourd'hui    En vidéos : La vision de Coca Cola et de la SFBT pour la Copa Coca-Cola    Ooredoo Tunisie honore la sélection nationale de Basketball    Success Story - Abdelhalim Messaoudi : La Culture, c'est l'éducation, puis l'éducation et encore l'éducation !    Hassen Babbou n'est plus    L'écrivain tunisien Yamen Manai, lauréat du Prix des 5 continents 2017    PGH : Des revenus en hausse par rapport à 2015    Tunisie : Les touristes chinois en hausse de 395%!    El Kamour : L'UGTT offre ses services aux protestataires    Foot – CAN-2019/Qualif – Côte d'Ivoire-Guinée: Wilmots veut « gagner pour Tioté »    Après Qatar Charity, Tunisia Charity bientôt dans l'oeil du cyclone?    Foot – Angleterre : l'entraineur Shakespeare prolonge de trois ans à Leicester    Theresa May broyée par le Brexit, ses difficultés inattendues et des électeurs déboussolés    Le Qatar aurait financé le terrorisme en Libye à travers la BH !    Le Chef du gouvernement annonce une batterie de projets et de mesures au profit du gouvernorat de Béja    Tunisie : La Fédération générale de l'agriculture en grève de 2 jours    France 5 revisite la contribution des Carthaginois à l'essor du monde    Alger : Des pros français de la restauration auscultent les monuments historiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Road movie policier de Nuri Bilge Ceylan
Vu à Cannes - Il était une fois en Anatolie
Publié dans Le Temps le 29 - 05 - 2011

Le cinéma turc était représenté à Cannes par un de ses réalisateurs les plus talentueux Nuri Bilge Ceylan avec un film, le plus long du festival 2h37. « Il était une fois en Anatolie » qui a décroché le Grand Prix du jury. Grand Prix 2003 pour « Uzak » et Prix de la mise en scène 2008 pour «Les trois singes », le cinéaste turc revient en compétition avec un road movie à travers les routes montagneuses d'Anatolie à la recherche d'un cadavre.
A première vue, cela paraît macabre mais au final, le film ne manque pas d'humour. Un humour sournois qui ne s'affiche pas directement. L'ambition de Ceylan n'est pas de faire du racolage selon un schéma hollywoodien convenu, mais d'aller à contre courant des lois du marché commercial.
« Il était une fois en Anatolie » est une enquête policière aux allures d'un voyage dans les steppes qui conduisent à un village isolé où se cache peut-être l'énigme. Les investigations des enquêteurs se déroulent la nuit éclairée par la lune. Dans une voiture, un procureur de province flanqué d'un policier nerveux, d'un médecin légiste et du tueur présumé et de son complice sont à la recherche d'un cadavre. Deux autres voitures suivent. Après quelques recherches infructueuses, le cadavre est retrouvé et mené à la morgue pour ne pas dire tout simplement malmené de façon rocambolesque dans la malle de la voiture de police.
Le film se termine là où il aurait pu commencer. En suivant le mode opératoire de l'investigation policière, le film ne met pas l'accent sur les causes et les effets qui ont poussé le meurtrier présumé à commettre son crime, mais insiste sur la routine d'un travail exigeant beaucoup de précision et de sang froid et qui a un rapport distant avec la mort mais aussi la vie. La communauté que décrit Ceylan de manière contemplative semble détachée, écrasée par le rouleau compresseur d'une vie monotone, banale, sans surprise à l'image de cette investigation nocturne où tous ensemble : enquêteurs et meurtriers sont embarqués dans la même galère en train de partager un repas ou un verre de thé.
« Il était une fois en Anatolie » est une œuvre mélancolique et énigmatique, une sorte de parabole sur le rythme cyclique de la vie et la mort, une réflexion sur le sens profond des choses. La scène d'autopsie pratiquée sur la dépouille est à la fois rebutante et cocasse. Elle en dit long sur l'absurdité de la vie et le rapport avec la mort. Le processus filmique mis en œuvre et la lenteur du rythme correspondent parfaitement à l'état d'âme des personnages et à l'ambiance angoissante du déroulement de la procédure policière. La banalité des dialogues aussi entre les personnages, montre à quel point la communication est limitée à des formules toutes faites servant à faire des rapports administratifs de routine. D'autre part, la simplicité et la justesse de jeu des acteurs donnent aux personnages une épaisseur particulière. Ils s'effacent derrière leur rôle pour mieux le mettre en valeur. La force de Nuri Bilge Ceylan est d'avoir réussi à gérer les émotions des uns et des autres et à nous faire vivre une histoire profondément humaine et très touchante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.