La Tunisie et le Maroc, meilleurs pays en termes de digitalisation à des fins économiques en Afrique du nord    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Signature d'une convention pour appuyer à la dépollution des îles Kerkennah des déchets plastiques    DECES : Maître Slim CHELLI    CONDOLEANCES : Om Kalthoum KANOUN    Déficit et entreprises publiques : La mise en garde du FMI à la Tunisie    Programme TV du samedi 23 janvier    Tribune | Un peuple heureux ne se saborde pas...    Face à un Coronavirus plus dangereux : Comment gérer la peur du changement ?    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    «200 Meters» de Amine Nayfeh : Un thriller réussi    ST : Absences de taille !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Souriez, vous êtes en Tunisie !    Tunisie – Conférence de presse du ministre de la Santé : Décalage Horaire    Météo : Des pluies éparses le matin et températures en baisse    CAB : Le moral en hausse !    JSK : L'incertitude qui désole !    Vers un second mandat pour la Tunisie à la tête de l'initiative MENA-OCDE    Coronavirus: Point sur la situation épidémiologique à Nabeul    [TRIBUNE] Olfa Hamdi (PDG de Tunisair) : La forme et le fond !    CAN-U21 : tirage au sort lundi prochain à Yaoundé (CAF)    Un confinement général tous les week-ends... Est-ce une bonne idée    Sfax-[Vidéo]: Organisation d'un stand de protestation devant l'hôtel municipal    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Kaïs Saïed présente ses condoléances à la famille de Meherzia Laabidi    Olympisme : Le président du CIO se félicite du partenariat entre le CNOT, le gouvernement tunisien et l'OMS    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    Handball Mondial-2021 / Norvège vs Algérie en direct et live streaming : comment regarder le match ?    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Programme TV du vendredi 22 janvier    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    [ ETUDE ] – Tunisie : comment la crise sanitaire rebat les cartes du recrutement    Le marché boursier confirme sa tendance baissière    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit à l'euthanasie au XIXe siècle: «S'accabadoras», les prêtresses de la mort
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 07 - 2020

L'espace géographique dans lequel nous vivons est si riche et si complexe. Cet espace dont je parle, et défini par Fernand Braudel comme «Ce grand lac salé», est la Méditerranée, là où différentes cultures, langues, religions, civilisations... se croisent !
La deuxième grande île de la Méditerranée, après la Sicile, est la Sardaigne, située à quelques kilomètres de la Tunisie. On ne connaît pas grand-chose de cette île italienne, une île légendaire, secrète, méconnue des Tunisiens et parfois même des Italiens. Pourtant, les rapports entre Sardes et Tunisiens sont historiques et datent du VIII siècle (710), quand Moussa Ibn Nusayr, émir Omeyyade d'Ifriqiyya et conquérant du Maghreb et de l'Espagne, fit embarquer une portion de ses troupes à destination de cette île.
Beaucoup plus tard au XIX siècle, en Sardaigne, et dans les zones les plus reculées de l'île, des figures étranges, voire macabres, ont marqué l'histoire de ses habitants ; ces figures étaient les prêtresses de la mort, identifiées plus hâtivement avec le nom de «s'accabadoras».
Le terme est plein d'un son tout espagnol et évocateur : «acabar», terminer. De vieilles femmes mettaient ainsi fin à la vie des moribonds.
La question a été longuement posée sur la véracité de la figure de « s'accabadora », et on s'est souvent demandé s'il ne s'agissait pas plutôt d'un résidu traditionnel, qui n'appartient à aucune réalité.
Aujourd'hui, les attestations de l'histoire sarde parlent de ces réalités agropastorales traditionnelles, et l'extrême importance que «s'accabadora» pouvait avoir au sein de ces sociétés.
La tradition voulait que les femmes n'agissent que dans des cas exceptionnels, quand les mourants n'arrivaient toujours pas à abandonner leurs corps. Les raisons pourraient être différentes. En effet, selon les traditions de l'époque, l'âme n'abandonnait pas le corps parce qu'elle était protégée par les amulettes et les talismans que tous les Sardes qui se respectaient portaient. Ceci était le but des «pungas», qui empêchaient la mort de s'approcher. Dans l'imaginaire collectif, on pensait que la mort ne s'approchait pas du moribond, car celui-ci, dans sa jeunesse, avait commis des crimes que personne ne connaissait, causant ainsi une terrible agonie.
Mais comment agissaient-elles ces prêtresses de la mort ?
Il faut savoir que, selon la tradition chrétienne, le prêtre bénit le corps du moribond pour lui permettre l'accès au paradis. Si la mort se faisait attendre, on faisait recours à «s'accabadora», laquelle, une fois entrée dans la chambre du mourant, le débarrassait de toutes ses amulettes, retirait de la chambre toutes les icônes sacrées, plaçait à côté du chevet un joug ou encore un peigne. Si toutes ces actions n'avaient pas de succès, «s'accabadora» faisait appel à sa force physique et à l'utilisation de sa «mazzucca», un gros marteau en bois, assez court que la prêtresse de la mort cognait fortement contre la poitrine ou contre la tête du mourant. On connaît peu de choses sur cette pratique, puisque la femme restait seule avec les moribonds.
«S'accabadora» ne recevait aucune compensation pour ses actions, elle affirmait par contre son rôle et sa fonction sociale. La famille du défunt, quant à elle et pendant un certain temps, devait rester à l'écart de la société.
Nous ne parlons pas de la mort d'aujourd'hui, elle semble être un peu plus effrayante qu'hier, et notre société a développé une nouvelle façon de l'institutionnaliser. Elle l'ignore. La dernière partie de la vie de chacun est devenue un tabou. La mort surprend et effraie.
Obsession silencieuse de la mort d'effrayante qui va de pair avec la nouvelle curiosité obsessionnelle qui entoure la figure de «s'accabadora». Ironiquement, cette figure qui aimait passer inaperçue est aujourd'hui la protagoniste d'une vive controverse. Les protagonistes sont aussi les mêmes, juste le nom et le modus operandi ont changé.
Le clergé de l'époque est formé de politiciens d'aujourd'hui, mais le refrain n'a pas changé : mourir par les mains de «s'accabadora» est un péché mortel et ceux qui devraient être les porte-parole du principe démocratique effacent le droit fondamental: celui du choix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.