Tunisie – La société régionale de transports de Kasserine interdit à ses bus de s'arrêter à Kairouan    Résultat des sociétés cotées pour 2019 : l'arbre qui cache la forêt !    Covid-19 | 19 nouvelles contaminations dont 12 cas locaux    Ligue 1 : Le CA Bizertin arrache le nul conte le CS Sfaxien    Club Africain : La formation probable contre l'ES Métlaoui    Tunisie – Aéroport de Tunis Carthage : 2500 tests covid négatifs    Dr Sofiane Zribi - Covid-19: La Tunisie entre deux vagues, dans le creux de l'insouciance!    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le droit à l'euthanasie au XIXe siècle: «S'accabadoras», les prêtresses de la mort
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 07 - 2020

L'espace géographique dans lequel nous vivons est si riche et si complexe. Cet espace dont je parle, et défini par Fernand Braudel comme «Ce grand lac salé», est la Méditerranée, là où différentes cultures, langues, religions, civilisations... se croisent !
La deuxième grande île de la Méditerranée, après la Sicile, est la Sardaigne, située à quelques kilomètres de la Tunisie. On ne connaît pas grand-chose de cette île italienne, une île légendaire, secrète, méconnue des Tunisiens et parfois même des Italiens. Pourtant, les rapports entre Sardes et Tunisiens sont historiques et datent du VIII siècle (710), quand Moussa Ibn Nusayr, émir Omeyyade d'Ifriqiyya et conquérant du Maghreb et de l'Espagne, fit embarquer une portion de ses troupes à destination de cette île.
Beaucoup plus tard au XIX siècle, en Sardaigne, et dans les zones les plus reculées de l'île, des figures étranges, voire macabres, ont marqué l'histoire de ses habitants ; ces figures étaient les prêtresses de la mort, identifiées plus hâtivement avec le nom de «s'accabadoras».
Le terme est plein d'un son tout espagnol et évocateur : «acabar», terminer. De vieilles femmes mettaient ainsi fin à la vie des moribonds.
La question a été longuement posée sur la véracité de la figure de « s'accabadora », et on s'est souvent demandé s'il ne s'agissait pas plutôt d'un résidu traditionnel, qui n'appartient à aucune réalité.
Aujourd'hui, les attestations de l'histoire sarde parlent de ces réalités agropastorales traditionnelles, et l'extrême importance que «s'accabadora» pouvait avoir au sein de ces sociétés.
La tradition voulait que les femmes n'agissent que dans des cas exceptionnels, quand les mourants n'arrivaient toujours pas à abandonner leurs corps. Les raisons pourraient être différentes. En effet, selon les traditions de l'époque, l'âme n'abandonnait pas le corps parce qu'elle était protégée par les amulettes et les talismans que tous les Sardes qui se respectaient portaient. Ceci était le but des «pungas», qui empêchaient la mort de s'approcher. Dans l'imaginaire collectif, on pensait que la mort ne s'approchait pas du moribond, car celui-ci, dans sa jeunesse, avait commis des crimes que personne ne connaissait, causant ainsi une terrible agonie.
Mais comment agissaient-elles ces prêtresses de la mort ?
Il faut savoir que, selon la tradition chrétienne, le prêtre bénit le corps du moribond pour lui permettre l'accès au paradis. Si la mort se faisait attendre, on faisait recours à «s'accabadora», laquelle, une fois entrée dans la chambre du mourant, le débarrassait de toutes ses amulettes, retirait de la chambre toutes les icônes sacrées, plaçait à côté du chevet un joug ou encore un peigne. Si toutes ces actions n'avaient pas de succès, «s'accabadora» faisait appel à sa force physique et à l'utilisation de sa «mazzucca», un gros marteau en bois, assez court que la prêtresse de la mort cognait fortement contre la poitrine ou contre la tête du mourant. On connaît peu de choses sur cette pratique, puisque la femme restait seule avec les moribonds.
«S'accabadora» ne recevait aucune compensation pour ses actions, elle affirmait par contre son rôle et sa fonction sociale. La famille du défunt, quant à elle et pendant un certain temps, devait rester à l'écart de la société.
Nous ne parlons pas de la mort d'aujourd'hui, elle semble être un peu plus effrayante qu'hier, et notre société a développé une nouvelle façon de l'institutionnaliser. Elle l'ignore. La dernière partie de la vie de chacun est devenue un tabou. La mort surprend et effraie.
Obsession silencieuse de la mort d'effrayante qui va de pair avec la nouvelle curiosité obsessionnelle qui entoure la figure de «s'accabadora». Ironiquement, cette figure qui aimait passer inaperçue est aujourd'hui la protagoniste d'une vive controverse. Les protagonistes sont aussi les mêmes, juste le nom et le modus operandi ont changé.
Le clergé de l'époque est formé de politiciens d'aujourd'hui, mais le refrain n'a pas changé : mourir par les mains de «s'accabadora» est un péché mortel et ceux qui devraient être les porte-parole du principe démocratique effacent le droit fondamental: celui du choix.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.