Mercato : Youcef Belaili en route vers le Qatar    Tunisie : La météo du dimanche    Tunisie : Monastir : Découverte de trois cadavres en bord de route    Coupe de la CAF : La RS Berkane et Pyramids FC à la conquête du premier titre    Décès de Wahid Seghaïer Directeur général des ports de plaisances    Soudan : Jamel Khcharem et Al Merreikh remportent le championnat de football    Point sur le Coronavirus dans le monde    DECES: Dr Hedayet Allah Taï    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, dimanche 25 Octobre 2020    Réduction du budget de la culture: de l'atout à la tare    Une inquiétante recrudescence    Mes odyssées en Méditerranée | Tunisie-Sicile : la «fuitina» ou fugue amoureuse    Bourguiba – Ben Salah : même combat    Tunisie : VIDEO : Kourchide : Oui pour défendre le prophète mais pas en coupant des têtes !    Football | Liga : Le Real Madrid s'impose devant le Barca    Poutine : Ces pays sont en route pour devenir des futures superpuissances mondiales …    La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Retour à la normale    Pourquoi Rachida Ennaïfer a rendu le tablier ?    Plaidoyer pour la culture...    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mort à petit feu
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 09 - 2020

Selon une étude réalisée par la Fédération tunisienne des agences de voyages, 98% des agences de voyages exerçant en Tunisie sont menacées de faillite, d'ici fin octobre 2020, si les mesures d'appui financier prises par le gouvernement en faveur du secteur, depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, ne sont pas mises à exécution. C'est que la machine de ces vendeurs de rêve qui forment l'épine dorsale du tourisme tunisien et sa première vitrine risque de se gripper, mettant ainsi en péril près de 20 mille emplois directs tandis que plus de 1.300 agences de voyages tunisiennes risquent la banqueroute.
Du reste, les experts ne cessent de rappeler que cette crise du Covid, qui va apposer son empreinte sur de nombreuses années et plus particulièrement pendant la haute saison, menace d'être dure, très dure pour la profession. Et pour cause, les résultats enregistrés pendant cette période de la pandémie ne sont guère rassurants.
Puisque tous les marchés piquent du nez, y compris les marchés maghrébins, dont nos amis algériens et libyens, qui préfèrent rester chez eux. Certes, les effets négatifs de la crise sanitaire se font aussi ressentir au niveau des marchés européens, où la grisaille économique a fait en sorte que tous les acteurs du tourisme tirent le diable par la queue.
Certes, en temps de crise, il est recommandé d'être vigilant, de renforcer et de mieux cibler le travail de promotion, en accroissant notamment les budgets de marketing et les actions de promotion sur les marchés touristiques les plus importants. Car, pour résister mieux que d'autres à la morosité ambiante, il faut anticiper au mieux la nouvelle donne en misant sur la recherche de nouveaux leviers de croissance pour maintenir sa place sur l'échiquier des destinations, où le combat se joue sur l'offre alternative, la qualité des services.
Mais, aussi, il appartient aux professionnels de présenter un produit touristique de qualité, authentiquement tunisien, fruit du brassage des composantes de l'identité nationale dans toute sa richesse, qui élève le produit tunisien au-dessus de la simple vision éculée d'activité d'agrément et de spectacle. Toutefois, il est ahurissant de révéler le désengagement de l'Etat en cette situation de précarité absolue des agences de voyages puisqu'aucun crédit n'a été accordé jusqu'à maintenant à ces opérateurs du tourisme qui ont besoin de fonds pour survivre.
Le comble aussi est de constater la passivité de la Sotugar et des banques qui se regardent en chiens de faïence alors que les agents de voyages sont en train de mourir à petit feu. Au lieu de venir à la rescousse d'un secteur en détresse, l'Etat reste de marbre, regardant cyniquement la crise broyer avec acharnement les agences de voyages alors que le marasme financier passe par là, avec son cortège de crises, faillites bancaires et chômage massif des professionnels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.