La Tunisie au Top 3 des pays, où les chercheurs ont amélioré la sécurité de Facebook    Violence faite aux femmes : Le ministère de la Femme signe un accord de partenariat avec l'Association femme et citoyenneté au Kef    Black Friday chez Fatales, les bons plans à ne pas rater    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    ARP : Report de l'adoption de l'accord-cadre portant sur l'octroi d'une ligne de financement de 350 mille euros    Projet européen "REUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    Tunisie : Le ministère de la Santé demande un financement supplémentaire de 286 millions de dinars au titre de 2021    ARP : adoption du rapport relatif aux projet de loi de finances de 2021 et budget de l'Etat de 2021    Affaire Fabrice Ondama : Le comportement du Club Africain est inadmissible, selon l'avocat du joueur    Coupe de la CAF (Préliminaire aller) US Monastir-Fasil Ketema : Premier défi africain à relever pour les fils de la capitale du Ribat    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    Tunise: 10 dinars pour chaque procès, la proposition du juge Moez Ben Fraj commence à prendre forme    Le secret de la photo idéale avec un smartphone révélé par un spécialiste    Coronavirus: Le bilan s'alourdit à Manouba    Saied appelle à barrer la route au banditisme des manifestants    Calme plat et absence de production au bassin minier    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Tunisie [Vidéo]: En direct, rassemblement des journalistes à Sfax    Covid-19 : le taux de guérison porté à 72,7% contre un taux de mortalité de 3,26%    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des champions (Finale) Al Ahly-Zamalek : une explication égyptienne entre les deux grands éternels rivaux.    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    Forum de recrutement de l'INSAT : une édition spéciale 100% digitale    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Le marché boursier termine la séance dans le vert à 0,74%    La réaction au virus dépend aussi des gènes du patient, déclare Chokri Hammouda    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Météo: Prévisions pour jeudi 26 novembre 2020    Tunisie – Dialogue National : Ennahdha et sa manie de manger à tous les râteliers    Netanyahu se rendra "bientôt" à Bahreïn    Un camp de migrants violemment démantelé en plein Paris    La tension monte en Thaïlande    « Les Tunisiennes et le cinéma », une louable initiative    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    40e jour de son décès : Naama, la voix de la Tunisie    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    WEBINAIRE | «Les arts du spectacle vivant au temps du coronavirus en Tunisie», organisé par Al Badil-L'Alternative Culturelle: Et les arts de la scène dans tout ça ?    On nous écrit | « Untitled », l'exposition collective à la Galerie Selma-Feriani: Sans nom, et pourtant...    Le budget du ministère des Affaires Culturelles pour l'année 2021 fixé à 358,4 millions de dinars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une inquiétante recrudescence
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 10 - 2020

L'un des plus grands défis auxquels est confrontée aujourd'hui la Tunisie est la hausse de la criminalité. Une hausse qui n'a suscité que peu de réactions et qu'il faut nuancer avec une libération de la parole. C'est tout le niveau de la violence qui augmente en Tunisie. Le crime a fortement évolué tant quantitativement que du point de vue de la nature des délits et de la récidive. La passivité et l'inaction ont contribué à cette évolution.
Des actes, des faits et des pratiques blâmés dans le passé sont tolérés et acceptés aujourd'hui. L'autorité de l'Etat s'est nettement dégradée depuis 2011 devant l'affermissement de la démocratie et les principes de liberté. On est bien forcé de le reconnaître et cela inquiète autant qu'il désole : les meurtres, les violences aggravées et extrêmes, les vols, les faits divers macabres et les crimes sexuels font écho de l'incapacité de l'Etat à faire appliquer la loi. La réponse pénale laisse à désirer et continue à provoquer un sentiment et un désir de recommencement chez les malfrats. Un sordide constat, notamment dans un contexte de plus en plus favorable à tous les dépassements et aux excès en tous genres et un débat vaste autant que complexe. Les chiffres et les statistiques témoignent d'une inquiétante dégradation. Quasiment, tous les indicateurs sont au rouge.
L'impunité chronique et le non-établissement des responsabilités sont à l'origine de la hausse de la criminalité qui trouve sa raison d'être là où les droits de l'homme, y compris les droits sociaux, économiques et même culturels, ne sont pas protégés. Il est essentiel de combattre l'impunité pour appliquer la loi, ou la rétablir lorsqu'elle fait défaut. Dans ce genre de contexte, la volonté politique est déterminante.
La nature de la criminalité de ces dernières années se distingue de celle du passé. Des actes de violence choquants qui, de par leur complexité, intriguent autorités et simples citoyens. Le crime continue à « prospérer » et devient davantage permis dans les milieux défavorisés. C'est ce qui ressort des réflexions et des observations établies par un groupe de spécialistes qui a participé à un séminaire virtuel sur la hausse de la criminalité en Tunisie. Ils estiment que l'accumulation de facteurs psychologiques et socio-économiques au sein de la société favorise un environnement propice au crime sous ses diverses formes. La violence répétée au sein de la famille et l'absence du rôle de tuteur comme soutien contribuent aussi à nourrir les tendances criminelles chez «l'adulte de demain».
Sur le plan géographique, la plupart des régions ont connu une augmentation de la criminalité. Des villes et des milieux habituellement moins affectés par la violence sont aujourd'hui concernés. La mise à l'arrêt de l'activité économique et la récession expliquent cette nouvelle tendance qui s'accompagne justement de tensions élevées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.