AFI : Lancement d'une consultation pour assurer l'accessibilité à la zone industrielle, de Jaâfar Raoued et à la résidence pilote "Raoued City Center"    Tunisie : Les jeunes médecins en grève de 2 jours    Béja | Covid-19 : Le taux de guérison a dépassé 98%    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Tunisie | Soldes d'hiver 2021: Un bilan négatif    CAN-U20 : programme des demi-finales    Foot-Europe: le programme du jour    COVID-19 : 651 nouvelles contaminations et 32 décès recensés le 26 février 2021    Mémoires: Dalila BLANCO    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Ligue 1 — Cet après-midi le classico (Mise à jour de la 6e journée) et deuxième manche de la 14e journée: Un hors-série qui vole la vedette !    Les plaies toujours ouvertes    NEWS: L'affaire Belkhiter    Mélange d'imprimés et de couleurs: Eviter les faux-pas !    Echappée belle: Voir Kairouan et… vivre    AME: tout ce qu'exige un nourrisson !    Ali Chabbouh, ancien attaquant du COT: «La Coupe 1988 a bousillé mon club»    Portez la chemise blanche et un débardeur avec classe    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Hamma Hammami : à bas le système    Ghannouchi au parti travailliste : rejoignez-nous pour unifier le peuple tunisien    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autre son de cloche
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 01 - 2021

On se trompe complètement si on interprète uniquement les émeutes nocturnes de ces derniers jours d'un point de vue sécuritaire. On se trompe aussi si on poursuit cette diabolisation excessive du cri de désespoir de ces jeunes qui, malheureusement, ont vu des hors-la-loi s'immiscer et ternir l'image d'un ras-le-bol. En condamnant sur toute la ligne le grabuge et les dégâts causés aux biens publics et privés, on doit admettre par-delà tout que quelque chose ne tourne plus dans notre pays, et que cette colère juvénile et apolitique (contrairement à ce que prétendent certains politicards) vient de le rappeler.
Ce qui s'est passé est lourd en messages codés, lourd en conséquences et en symbolique. Cela rappelle ce qui s'est passé il y a dix ans quand tout un système s'est effondré en quelques semaines sous le coup de revendications sociales issues de la classe juvénile en premier lieu et de ceux qui vivaient en marge de la société. Cela ressemble beaucoup au contexte actuel : des jeunes écartés, vivant dans la misère et l'exclusion, ont exprimé leur colère à leur manière. Ce ne sont pas des criminels, ni de jeunes manipulables en bonne partie. C'est des jeunes qui appliquent un modèle propre à eux. Leur façon de se révolter ne se fait pas le jour, mais la nuit, comme c'est le cas dans toutes les cités des banlieues dans le monde entier. La galère exprimée à travers cette violence et cette insistance devraient être bien saisies par les décideurs politiques. C'est un signal d'alarme significatif sur l'effondrement du système politico-économique post-14-Janvier. C'est la vérité que les profiteurs veulent cacher. Allez voir comment cette jeunesse partout en Tunisie (dans les quartiers populaires) vit en marge de la société sans travail, sans couverture sociale, sans hôpitaux, sans éducation, sans accompagnement, sans dignité et sans espoir et confrontée aux tentations de la délinquance. Les dirigeants politiques de notre pays, aussi nombreux qu'ils sont (avec la divergence des intérêts et les ratages que l'on connaît), n'ont pas saisi le message à temps. Les choses ont empiré à tous les niveaux, y compris pour la classe moyenne et les cadres et compétences poussés à l'émigration. Ce qui s'est passé ne doit pas être pris uniquement comme des faits criminels (la loi s'en occupe), mais aussi comme une forme aiguë d'exaspération et de ras-le-bol collectif d'une partie de la société écrasée et oubliée. Ce système politique doit être revu le plus tôt possible pour éviter que les choses empirent. Comprendre d'abord ces « rebelles », savoir communiquer avec eux et présenter une offre consistante est la seule solution pour panser la plaie saignante encore. On le dit encore une fois, si on n'a pas saisi le message, c'est très grave pour la période à venir. Agissons vite dans le cadre d'une approche participative et sérieuse. Mieux vaut tard que jamais !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.