Tunisie-Algérie : Entretien téléphonique entre Kais Saied et Abdelmajid Tebboune à l'occasion de l'avènement de Ramadan    Etats-Unis : Victimes d'une fusillade au lycée dans le Tennessee    Tunisie – Yassine Ayari fait la lumière sur une bizarrerie des dépenses de l'Etat    Tunisie – En désespoir de cause, Enahdha rêve de ressusciter ses anciennes alliances    En faible volume, l'indice phare de la bourse s'inscrit à la baisse    « La nomination d'un nouveau PDG à la tête de la TAP ne sera pas révisée », assure Mechichi    Bilan Covid-19 : Plus de 2.000 personnes hospitalisées et 39 décès notifiés le 11 avril    Tunisie-Mechichi : « J'exige toujours que les nouveaux ministres prêtent le serment constitutionnel »    Porsche dévoile son Taycan Cross Turismo    Signature d'un mémorandum d'entente entre le ministère de l'Intérieur et l'ambassade des USA    Prière des Tarawih : Le ministère des Affaires religieuses fixe les règles à suivre    Tunisie-El Watania Educative: Premier jour de diffusion    Coûtant 430 millions de dinars, l'aménagement de Sebkhet Sijoumi inquiète...    "Des aides exceptionnelles seront versées à environ 1 million de familles à revenus limités" (Trabelsi)    « Béder » : pour ancrer l'esprit entrepreneurial chez les écoliers    Ahmed Ounaies : La visite de Kaïs Saïed en Egypte était exceptionnelle    CS Sfaxien : rupture du ligament croisé pour Aymen Dahmen    La protection de l'orphelin    La miséricorde    Les droits du voisin    HUAWEI Tunisie annonce pleins de nouveautés au cours d'une soirée organisée à l'hôtel Four Seasons    Prix des produits alimentaires : Lancement d'une application qui permet de signaler les dépassements    Covid-19 | Monastir : 2 décès, 40 nouvelles contaminations et 25 cas de guérison    L'Amen Bank propose la distribution d'un dividende de 2,150 dinars par action    Jeu quiz Fortuna 2021 by Ooredoo : Voiture et montants cash hebdomadaires et mensuels mis en jeu    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 12 Avril 2021 à 11H00    Saha Chribtek propose 4 clips vidéos filmés au Parc Belvédère de Tunis durant Ramadan 2021    News | Ça dérape en Ligue 3 !    Ramadan 2021 : Horaire d'ouverture des Bureaux de Poste    Visite du Chef de l'état en Egypte : Saïed veut renforcer les liens entre Al-Azhar et la Zitouna    MEMOIRE : Haj Brahim GUERRICHE    Enquête | Paris sportifs en ligne :«Les liaisons dangereuses…»    AG évaluative du CNOT : L'union fait la force    Entretien avec Lassaâd Ben Abdallah : Un performeur de tous les défis    "L'homme qui a vendu sa peau" sacré meilleur film et "El Harba" meilleur scénario au festival de Malmö    Exposition de photographies de Souheila Ghorba : « Al Layali Essoud »    11 Ramadan    2- Le jeûne et les maladies chroniques    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    Tunisie: Daily Brief du 12 avril 2021    Kaïs Saïed quitte l'Egypte après une visite de trois jours    Egypte : Kais Saied rencontre le Cheikh d'Al-Azhar    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    Ligue des champions (6e et dernière journée) : résultats complets et les qualifiés    Foot-Europe: le programme du jour    Israël, le 51e Etat?    «La dernière» de Wafa Taboubi au Rio: Rien ne va plus !    Qui est Nora Al Matrooshi, la première femme astronaute arabe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si la dégradation nous réconciliait ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 02 - 2021

Une image de décomposition s'est imposée progressivement à la Tunisie. Des dérapages, aussi cruels soient-ils, ont participé ainsi à lui donner une certaine insipidité. Notamment quand celle de la majorité des parties prenantes est entachée d'un manquement évident.
La dégradation de la note souveraine de la Tunisie par l'agence Moody's n'est malheureusement pas une surprise. Reconnaissons que les prémices de cette dégénérescence s'étaient manifestées de manière assez nette depuis quelques années et que rien n'a été entrepris depuis pour y faire face. L'attractivité de la destination Tunisie pour les investissements directs étrangers avait commencé à pâlir et personne ne voulait en convenir. Par crainte? Par égarement ? Sans faire de parallèle, et encore moins verser dans des commentaires d'accusation et de procès ouverts aux différentes interprétations, on peut tout de même penser que ceux qui sont liés de près ou de loin aux affaires du pays se sont montrés inconscients, et surtout incapables de réhabiliter la crédibilité de la Tunisie.
Le problème est grave. Il risque d'entraîner de lourdes répercussions sur la situation générale du pays. A l'origine, l'incapacité des gouvernants à imposer des réformes pressantes, voire impératives et devenues au fil des années déterminantes. La faiblesse de la gouvernance face à la montée des contestations et des revendications sociales a sensiblement réduit les marges de manœuvre du gouvernement et son aptitude à maîtriser le déficit budgétaire et à gérer les problèmes de fond. Au fil du temps, tout ce qui se conçoit est devenu une crainte avérée, surtout lorsque les choses prennent une tournure inquiétante et que la crise économique et financière perdure et s'éternise. Nous déplorons à cet effet qu'il n'y ait eu personne pour l'avertir avant et pour rappeler à l'ordre après.
S'il est aujourd'hui de plus en plus question d'instruire le procès généralisé d'une classe politique plus que jamais divisée, notre devoir serait également de pointer ce que nous considérons comme des erreurs, des manquements ou des dérives. Il ne s'agit pas de suivre le courant des hostilités dans lesquelles baignent les commentaires et les accusations lancées, à tort ou à raison, par les différents intervenants. Simplement, il y a de ces acteurs politiques qui s'érigent en mauvais exemple pour la Tunisie et pour sa Révolution.
Il y a tout un travail de remise à l'ordre et de prévention à mener. Mais encore faudrait-il avoir les moyens d'agir… Il n'en demeure pas moins que la dégradation de la note souveraine de la Tunisie devrait déclencher un dialogue national entre toutes les parties prenantes autour des réformes économiques à entreprendre, mais aussi sociales et politiques. Et si la dégradation de notre note souveraine en elle-même servait à la réconciliation ? Au-delà des suppositions et des approximations, au-delà même de tout ce que l'on peut imaginer de pire pour le pays, il y a encore la certitude qu'on peut être mieux, qu'on pourrait mériter mieux. Et c'est bien à ce sentiment que nous espérons que tous les acteurs se laissent aller, sans calcul, sans remords. Et surtout sans rancune...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.