Mohamed Ennaceur : J'ai écrit ce que j'ai vécu, vu et entendu durant le jeudi noir !    Tunisie- 3000 milliards de dédommagements au profit des Nahdouis: Mabrouk Korchid accuse Ghannouchi et Ben Sedrine    Taper sur les médias ?    [La Tunisie qui gagne] Startup : «Il n'y a pas de monopole dans l'aviation légère, nous visons 5 à 10% du marché mondial», Foued El Kamel, PDG d'Avionav    Europa League : Les résultats des quarts de finale retour et les qualifiés    Ligue des champions (1/2 finale aller) : Real-Chelsea le 27 avril, PSG-Manchester City le 28    Tunisie: Le vaccin Pfizer nécessite t-il une troisième dose?    Météo : Temps pluvieux et baisse des températures    Badreddine Gammoudi : Il faut réquisitionner les cliniques privées !    Moez Chakchouk: Et pourtant, il faut que ça roule    Un gouvernement sans réaction    Tunisie – Noureddine Bhiri ne sait plus pour qui il roule ?    Tunisie – Ministère de l'éducation : Vers une suspension des cours ?    Tunisie – Les syndicats de l'enseignement font le bonheur des écoles privées ?!    Le Groupe QNB : Résultats financiers du 1er trimestre 2021    Bourse de Tunis : Le TUNINDEX termine la séance de jeudi dans le rouge    Tournoi de Charleston 2 : sans forcer, Ons Jabeur en quarts de finale    Vers l'inscription des sites d'el Magtaa et Sbeïtla au patrimoine mondial de l'UNESCO    Campagne spécial Ramadan 2021 de Ooredoo Tunisie: Vivez le meilleur ramadan avec Ooredoo    Si votre smartphone est bloqué, déposez une demande sur la plateforme Sajalni    Pêche durable : le Japon accorde à la Tunisie un don de 31 MD    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Tunisie-Kasserine: Une personne décédée dans l'explosion d'une mine au Mont Mghilla    L'Agora abrite l'expo-vente Ramadan'ART By le collectif des créateurs    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 15 Avril 2021 à 11H00    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    Tunisie – Médias : Ils condamnent l'agression des journalistes de l'agence TAP par la police    DECES ET FARK : Ftouma Chelayfa    Ligue 1 : Le CS Sfaxien et l'Etoile du Sahel veulent reporter le Clasico    Renforcer l'écosystème institutionnel pour accompagner les entrepreneurs tunisiens    USM-ESS (3-1) : L'USM avec bravoure    News | Lassaâd Jarda intronisé au Raja        Ligue2 (Play-off) : programme de la 1ère journée    Coronavirus : 84 nouveaux décès enregistrés le 14 avril 2021    Tunisie- ARP: L'examen du renvoi fait par Kais Saied en session plénière    Rassemblement de protestation des journalistes devant le siège de la Tap    Tunisie – Séries TV et sit-coms : Evitons la médiocrité... Les enfants sont là !    Amag Ramadan Ceremony 2021 : 29 feuilletons, sitcoms et programmes télé en lice    Tunisie [Vidéo]: Tir du canon de l'Iftar à Béja    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    Le neveu de Bayrem Ettounsi, Mahmoud Bayrem, à La Presse : « Saïed a ravivé la mémoire de Bayrem »    Afghanistan : Retrait de toutes les troupes américaines avant le 11 septembre    Militant des droits de l'homme et farouche critique des états unis, Ramsey Clark est mort    Visite du Chef de l'état en Egypte : Saïed veut renforcer les liens entre Al-Azhar et la Zitouna    Kais Saied visite Al-Azhar et la Cathédrale de la Nativité au Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 02 - 2021

Entre Amel El Fargi et Wael Merghni, deux chemins qui se croisent dans l'exploration l'un de l'autre et dans la découverte d'un territoire commun.
Présenté mercredi dernier, en avant-première à la Cité de la culture, « Shayatine » est une création de danse-théâtre coproduite entre le Théâtre de l'Opéra de Tunis et l'artiste Amel El Fargi.
Entre l'écriture théâtrale et les outils chorégraphiques, ce travail est une articulation entre la quête de sens et le questionnement du corps.
Comment se définissent les limites d'une telle expression et à quel point est-il possible de rendre le propos saisissable ?
De la dramaturgie et mise en scène d'Amel El Fargi vers la conception chorégraphique de Wael Marghni, en passant par la technicité, l'apport et la sensibilité des interprètes Bedis Hachech, Wafa Thebti, Ilyès Triki, Omar Abbès, Hazem Chebbi et Kaïs Boularès, « Shayatine » est une histoire qui se raconte par l'espace, le corps et la musique. Au départ un synopsis et une réflexion, quelques lignes à explorer et une intention à mettre en scène. C'est l'histoire de la chute d'un dictateur sanguinaire qui, par sa politique de répression, a provoqué une gigantesque révolte populaire d'une violence inouïe. Ce soulèvement imprévisible et massif a touché l'ensemble de la population. Sans aucune organisation préalable ni direction claire, ce mouvement porté par la spontanéité s'est répandu comme une traînée de poudre.
La désillusion réveilla les violences et les haines accumulées pendant des années, et vient replacer la part d'humanité en nous. La violence s'en prend à tout, même à nous-mêmes : destruction, viols, automutilations, suicides, fratricides, parricides, matricides et criminalité de toutes sortes.
La liberté chèrement acquise de vivre, de respirer un air pur, de créer des rapports basés sur l'amour et l'entraide s'est transformée en chimère face à une violence se profilant par l'éclat luisant des casques qui s'avancent en rangs serrés et par le bruit assourdissant des bottes martelant l'asphalte.
«Shayatine» se construit par la dramaturgie et se présente comme un exercice de style croisant les deux univers et les deux techniques du théâtre et de la danse, montrant, une fois de plus, qu'il n'est plus possible de concevoir l'un sans l'autre, l'un face à l'autre et l'un avec l'autre. Deux processus de création qui se confrontent, se complètent et se rejoignent, un chemin de longue haleine à entreprendre au-delà des cloisonnements et des partis pris.
Même si la collaboration des professionnels de la danse ne manquait pas dans moult productions précédentes (Najib Ben Khalfallah et Imed Jemaâ avec le Théâtre Phou, ou Malek Sebaï et Imène Smaoui avec El Teatro...), c'est une première qu'un tel travail se fasse entièrement à quatre mains. Entre Amel El Fargi et Wael Merghni, deux chemins qui se croisent dans l'exploration l'un de l'autre et dans la découverte d'un territoire commun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.