Najla Bouden préside un conseil ministériel sur l'ensemble des projets en cours    Noureddine Taboubi : la troisième voie s'avère être la bonne    Tunisie-UGTT: La prise de position du dialogue national, au cœur d'une réunion du Conseil sectoriel    Membre de l'UTAP : « La réunion présidé par Abdelmajid Ezzar est illégale »    Libre accès des femmes aux soins d'obstétrique et d'accouchement: l'appel de la société civile à l'abrogation de la circulaire de 2000    Ligue 2 (Super play-off) : Le Stade tunisien champion    Tunisie : Le Front du salut dénonce "l'autorité de Saied et sa prise de décisions unilatérales"    Pourquoi | Anticiper…    Zarzis | Préparation de la saison touristique : Beaucoup de choses restent à faire    Ben Arous : La récolte céréalière estimée à 174 quintaux    Programme de formation « Takween » jusqu'à 2026 : Tous les diplômés sont concernés    Partis politiques : Entre relooking, alliances éphémères et repositionnements    Sonede | Perturbation récurrente de la distribution de l'eau : L'eau au bout de la souffrance    USA-Maison Blanche : Candidats aux postes clés au sein de l'administration Biden    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Othman Jerandi s'entretient avec Farouk Bouasker    Tataouine-sécheresse : Ça craint pour la récolte    Tunisie: Les barrages remplis à 50,6 %    Monde-Variole du singe : L'OMS prévient du pire    Sfax étouffe !    Ligue 1 | play-off – 6e journée – USM : Sur sa lancée !    Finales Conférence Ouest NBA : Les Warriors font le break devant les Mavericks    Basket Pro A : Programme de la 9e journée play-out    Ligue 1 : L'ASSE et Khazri pour la dernière chance du maintien à Nantes    La Russie punit la Finlande et coupe le gaz après l'électricité    Foot-Europe: le programme du jour    L'armoire à Trophées d'un expatrié : Laidouni rafle trois titres en deux saisons    Une espérance ragaillardie… : Au-delà de la victoire !    Météo : temps estival    Offcieil : Joey R. Hood, nouvel ambassadeur US en Tunisie    Sousse : Le nombre des arrivées et nuitées touristiques en hausse depuis le début de l'année    En marge du colloque de l'Association des Créatrices Arabes « El marâ wa loôbatou el harf fi chîr nizar kabbani », étude de Rafika Bhouri : La quête de la fine poussière d'or    Abassi: La vraie catastrophe, c'est une inflation à deux chiffres    Parution du livre "Journal d'un Jeune Ambassadeur" de l'écrivain prodige Amir Fehri    Kef : Projet de création d'un Géoparc mondial de l'UNESCO    Gafsa: Découverte d'un corps en décomposition    5 symptômes de la Variole du singe    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Exposition "Prestige" de Dora Dalila Che du 20 mai au 17 juillet à la station d'art B7L9    Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    Dialogues éphémères | Quand science rime avec revanche...    5e édition de l'Envirofest, à la Cité de la culture Chedli-Kélibi, du 20 au 25 mai 2022 : "Watch a movie… save the planet !"    Les droits humains à la tête du client    Météo de ce vendredi    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Etudes universitaires en Ukraine: Attention, les arnaqueurs guettent !
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 10 - 2021

Poursuivre ses études à l'étranger n'est plus un simple vœu pour la majorité des nouveaux bacheliers en raison, notamment, de la crise dans laquelle s'enlise de plus en plus le pays et du taux de chômage qui ne cesse de grimper d'une année à l'autre. C'est devenu une obsession pour certains et les parents sont prêts à se sacrifier pour ne pas voir les rêves de leur progéniture se briser à mi-parcours. La médecine à tout prix, mais attention, les arnaqueurs guettent. Des réseaux à l'étranger sont à l'affût de ceux qui aspirent à un cursus universitaire en dehors de nos frontières avec et même sans le bac, d'autant plus que l'inscription se fait sans concours, mais juste sur une évaluation du dossier d'inscription.
En Ukraine, où le nombre des étudiants tunisiens est estimé à 846 pour l'année 2020, des «réseaux parallèles» s'organisent de plus en plus pour «piéger» les nouveaux bacheliers. Quatre Tunisiens ont déjà été victimes d'une arnaque dont les protagonistes sont malheureusement de nationalité arabe (Syriens, Palestiniens, Tunisiens) installés dans la ville de Dnipro en Ukraine. Ils sont tombés dans le piège d'une entreprise non autorisée par les autorités de tutelle et notamment par le ministère de l'Education et des Sciences en place.
Leurs passeports ont été confisqués par l'agence de services qui n'avait ni les compétences, ni l'expérience, ni les autorisations nécessaires pour leur assurer aussi bien la poursuite de leurs études universitaires que le logement, contrairement à une autre agence bien connue dans ce domaine qui est autorisée par les autorités en Ukraine d'exercer de telles activités.
En effet, cette dernière, riche d'une longue expérience en matière d'information et d'orientation des étudiants qui aspirent à poursuivre leur cursus universitaire en Ukraine, avait fini par gagner la confiance des autorités en place et conclu des accords avec le ministère précité.
Tout s'achète, même le bac !…
Contacté pour le besoin de notre enquête, son propriétaire, le docteur N.B. a regretté l'émergence d'agences de façade qui sont en train de nuire à l'image de la Tunisie et de leurrer certains jeunes en quête d'un cursus universitaire à l'étranger.
Les quatre jeunes dont les passeports ont été confisqués ont subi de grandes pressions et ont été menacés de refoulement du territoire ukrainien en cas de non paiement de grandes sommes d'argent.
Au départ, ils ont convenu de poursuivre leurs études à l'Université nationale de médecine d'Odessa en Ukraine, mais les choses ont mal tourné et d'autres frais imposés par l'agence en question n'ont fait que confirmer l'arnaque. Leurs passeports ayant été confisqués et ils ont été brutalement invités à payer d'autres sommes d'argent pour éviter le refoulement des terres ukrainiennes.
Selon les éléments de notre enquête, l'agence en question promet même à certains de nos jeunes qui ont raté leur baccalauréat d'avoir un diplôme libanais ou libyen de fin d'études dès leur arrivée en Ukraine.
Un diplôme falsifié, mais qui permettra l'enregistrement à l'une des universités ukrainiennes. Une Tunisienne basée en Ukraine est en première ligne dans ce trafic. Sa mission consiste à «dénicher les victimes» et entrer en contact avec eux pour les rassurer.
Une basse besogne qui ne fera que ternir l'image de notre pays. Que dire alors de ces jeunes qui refusent parfois le retour au pays et préfèrent vivre dans certains cas dans la clandestinité dans l'espoir de trouver un travail dans ce pays qui pourrait bientôt faire partie de l'Union européenne. De quoi encourager encore plus nos jeunes à choisir cette destination pour la poursuite de leurs études en médecine générale, chirurgie dentaire, ingénierie, architecture et bien d'autres domaines.
Absence de représentation consulaire
Une lettre a été adressée par les jeunes en question à l'Association de la diaspora tunisienne en Ukraine pour intervenir en leur faveur par tous les moyens légaux. Mais même en cas de résolution de la situation, rien ne pourra mettre terme à de pareils réseaux et à de telles pratiques frauduleuses.
Triste constat, commente une source diplomatique qui a requis l'anonymat. Selon elle, la solution réside dans l'ouverture d'une représentation consulaire à Kiev dans ce pays qui accueille plusieurs centaines d'étudiants.
Sur le plan diplomatique, l'Ukraine est couverte par notre ambassade à Varsovie après les événements enregistrés en 2014, toutefois, cette ambassade n'était pas en mesure de prendre en charge le volet consulaire. En l'occurrence, c'est notre ambassade à Moscou qui s'acquitte de cette charge en ce qui concerne les besoins les plus urgents, comme la réalisation des documents de voyage et des cartes consulaires ou encore en cas de rapatriement des dépouilles mortelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.