OPPO dévoile son nouveau smartphone Reno7 en Tunisie    Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 15 juin pour la 12ème édition du Orange Summer Challenge    Quel sort pour la Tunisie après le refus de l'UGTT d'adhérer au dialogue de Kaïs Saïed ?    Sadok Belaid nommé à la tête du Haut comité consultatif pour la nouvelle République    Marouane Abassi : « Le recours aux ressources du FMI s'avère indispensable »    L'ADN de Tunisie Telecom : la responsabilité sociétale [Photos]    PSG : L'Emir du Qatar sera lundi à Paris pour prendre les choses en mains !    Ligue 2 Pro : Le ST champion de la saison sportive 2021-2022 (Vidéo)    France-Gouvernement : Le Drian s'efface plus d'autres surprises dans une équipe de combat    Le Brief sportif national, continental et international du vendredi 20 mai    Un deuxième incendie dans les locaux de la Cnam à Jean Jaurès    Sellaouti: 95% du budget du ministère de l'Enseignement sont consacrés aux salaires    Parution du livre "Journal d'un Jeune Ambassadeur" de l'écrivain prodige Amir Fehri    Amiral Kamel Akrout: Laissez l'armée loin des tiraillements politiques    Kef : Projet de création d'un Géoparc mondial de l'UNESCO    Gafsa: Découverte d'un corps en décomposition    CONDOLEANCES : M'hamed DRISS    Djerba : interdiction des sachets en plastique à usage unique dès le 1er août    Les journalistes protestent contre la précarité de la situation des médias saisis    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Exposition "Prestige" de Dora Dalila Che du 20 mai au 17 juillet à la station d'art B7L9    Ridha Chiba, conseiller international en exportation à La Presse : « Encourager les opérateurs tunisiens à travers des conditions sécuritaires, financières et fiscales favorables »    Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache    Sousse : Assurer le bon déroulement des examens nationaux    L'ESS ramène un succès de Radès : Victoire à la Pyrrhus...    Samir Saïed : l'économie tunisienne n'est pas en train de s'effondrer    Tunisie: Quand le sommet échoue, la solution peut se trouver à la base de la pyramide    Le CSS piégé à Monastir : Virage manqué    Sauve qui peut ! : Le bateau ivre clubiste    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    Dialogues éphémères | Quand science rime avec revanche...    5e édition de l'Envirofest, à la Cité de la culture Chedli-Kélibi, du 20 au 25 mai 2022 : "Watch a movie… save the planet !"    Zouhair Maghzaoui : le gouvernement a entravé le processus du 25-Juillet    La ministre de l'Equipement et de l'Habitat en visite à Sfax [Vidéo]    Les droits humains à la tête du client    La variole du singe fait son apparition dans plusieurs pays: Quels sont les symptômes ?    Rencontres Maghreb oléagineux: Développement des filières oléagineuses, un enjeu stratégique pour la souveraineté alimentaire    Météo de ce vendredi    Publication des statuts types des sociétés citoyennes locales et régionales    Tunisie-Ligue 1 (Play Off) : le programme de la 6ème journée    « Le Prix du cinquième jour » de Khaoula Hosni en lice pour le Prix Orange du Livre en Afrique    Talibans: Les femmes journalistes devront se couvrir le visage à la télévision    Paris n'aimera pas le discours de Tebboune chez Erdogan, un ennemi de Macron    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Foot-Europe: le programme du jour    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Contrepoint | Le mal et l'issue...
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 01 - 2022

Vrai que le doute s'installe autour du «25 juillet».
Vrai, d'abord,qu'à part une certaine reprise en main du corona, rien ne s'arrange vraiment depuis. L'économie est toujours à l'arrêt ; la dette s'amplifie ; les prix s'envolent et avec eux le chômage et la pauvreté. Hésitante, rare, la lutte promise contre la corruption ; et que des annonces, encore, à propos de réouverture des grands dossiers. Vrai, aussi, que la feuille de route fixée par Kaïs Saïed ne convainc pas grand-monde. La consultation populaire via internet et la commission de spécialistes supposée en «tirer l'essentiel» paraissent floues et éveillent déjà des suspicions. Même chose pour ce qui est des législatives de décembre prochain,pourquoi seulement des législatives ?Et qui dit qu'elles ne seront pas orientées et acquises déjà ?
Vrai, surtout, que la gouvernance qui en résulte est une gouvernance solitaire, forcément abusive, voire arbitraire, et que, ce faisant, elle attise les rejets, pis(c'est hélas le cas à présent)elle isole le pays. Tout cela est réel, actuel, de plus en plus vérifié, mais est-ce un mal unique, sans excuses, sans issue ?
Les adversaires du «25 juillet» le clament aujourd'hui. A coups de manifs, de meetings, de plateaux radios et télés, jusque devant des instances étrangères. En insistant, durs ou modérés, sur «les atteintes faites à la démocratie et aux libertés individuelles», sur les «violences policières», sur les « complots et les dérapages d'Etat».
Une question demeure toutefois. Sûrement la question, et probablement la réponse entière : mais qui sont, en fait, les adversaires du «25 juillet» ? En majorité les islamistes d'Ennahdha, à peine 400.000 désormais, leurs associés de l'ex-ceinture parlementaire, leurs ex-partenaires de la Troïka et de Nidaa, des partis sans bases, des «libres au plus offrant», des sans-bases et des libres en crainte de disparition. Pour tout dire, pour être juste et précis, à peu d'exceptions près, tous ceux qui ont gouverné la Tunisie de la révolution au 25 juillet 2021. Entendre ceux-la mêmes qui l'ont mis dans l'état où elle est. Endettée, appauvrie, ruinée, isolée. Ceux, précisément, qui ont «trafiqué» lois et constitution à leur mesure. Ceux qui ont abusé, imposé, violenté. Ceux, les premiers à porter atteinte à la démocratie et aux libertés.
Vrai que le doute s'installe autour du «25- Juillet». Et c'est souvent à juste titre. Mais le mal n'est ni unique ni sans excuse; le mal a précédé. Et il menace de ressurgir derrière les mémoires courtes et les «bonnes intentions». Ayons, aussi, cela à l'esprit, ce sera, peut-être, l'issue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.