Chahed et Atide : la suppression des financements publics sapera l'égalité des chances    Haykel Khadhraoui, nouveau DG par intérim de la BH Bank    L'Université SMU organise une cérémonie de signature avec une délégation américaine    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Un syndicat sécuritaire porte plainte contre la femme qui a filmé l'agent corrompu    Les maladies cardiovasculaires principales causes de décès enregistrés chaque année en Tunisie    Tunisie : L'examen de l'affaire de Abderrazak Kilani reporté    Sidi Bouzid: Plus de 334 infractions économiques enregistrées    « Amen Bank Subordonné 2022-1 »    Une pénurie d'œufs en vue    Pendant que Kaïs Saïed parle de souveraineté, Najla Bouden fait de la mendicité    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Foot Européen : La Premier League veut organiser un "All Star Game" !    Sport Automobile : La Tunisie organise le Rallye 205 Africa Raid    Match EST vs CSS : 17500 spectateurs autorisés à assister    Le style Bouden, la flambée des prix et la crise des médias : trois grands dossiers en couverture de Leaders Magazine    Le secteur du tourisme médical en Tunisie a généré en 2019 des revenus de l'ordre de 5.3 milliard de dinars    L'approvisionnement en lait et produits avicoles reprend son rythme normal    Ayachi Zammel : J'ai porté plainte contre le ministre de l'Intérieur    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Tunis abrite un forum Régional sur l'organisation des travailleurs informels    Tennis : En présence d'Ons Jabeur, partenariat signé entre la Tunisie et l'ITF    La TRANSTU déplore des pertes financières estimées à 700 mille dinars    Le nouveau bâtonnier présent au procès de Abderrazek Kilani    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    USBG : La main sur le cœur    La vigilance éternelle    «Felouques», d'Ahlem Ghayaza et Pierre Gassin : Des textes et photos qui subliment encore plus les îles Kerkennah    MEMOIRE : Salah KABOUDI    EST : Le virage ouvert au public    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    820 individus inculpés dans l'affaire du réseau d'envoi des jeunes vers les zones de conflit    Météo de ce vendredi    Une délégation de l'OIF en visite à Djerba    Deguiche : vers la création d'un tribunal arbitral sportif tunisien    Tunisie: Suppression de la fiche de police dans tous les aéroports    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    Déclaration trompeuse d'Ahmed Chaftar concernant le Premier ministre belge    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Un collectif d'associations organise une marche de soutien aux Iraniennes    USA : Une énième bévue de Biden et les bruits sur sa santé mentale repartent    Poutine : ''L'hégémonie de l'occident est en train de s'effondrer''    Kais Saied au pouvoir depuis 430 jours...Qu'a-t-il fait ? Se demande Mekki    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    À propos du livre de Saber Mansouri - Un printemps sans le peuple: Prélude à la déconstruction de «la révolution tunisienne»    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vient de paraître «Gens de boxe» de Pierre Ballester : Azdine Ben Yaâcoub, l'Arabe du coin
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 08 - 2022

Azdine a sa manière bien particulière de voir et d'apprécier les choses. Une certaine culture de l'originalité. De la performance. La façon à la fois simple et compliquée, le goût prononcé pour l'audace, l'anormalité.
Dans un des chapitres du livre «Gens de boxe», l'auteur, Pierre Ballester, qui tient à montrer que ce sport permet de donner une certitude de bonheur, cite Azdine Ben Yaâcoub comme une référence à la fois expressive et significative. Il en donne pour preuve tout ce que le natif de Djerba porte pour la boxe, pour le sport de façon générale, mais tout particulièrement pour son pays. Comme s'il était impliqué dans les réussites et même les performances accomplies à différents niveaux en Tunisie.
Azdine Ben Yaâcoub, «l'Arabe du coin», comme il le surnomme dans son livre, est justement le genre de personnage qui laisse rarement indifférent. «Méfiez-vous si d'aventure vous lui demandez conseil pour un projet de séjour en Tunisie. Sauf si vous disposez de trois heures devant vous. Pour vous faire une idée d'où vous allez mettre les pieds, il va vous rappeler «l'emplacement exceptionnel de (mon) pays, à la pointe de l'Afrique, face à l'Europe», remonter le fil de «trois mille ans d'histoire», convoquer la civilisation carthaginoise, le royaume berbère, les vagues successives d'immigration juive, l'implantation des comptoirs phéniciens, la province romaine, la domination des Vandales celle des Byzantins, l'arabisation du territoire avant le débarquement des Normands, suivie de l'arrivées des Espagnols chassés par l'empire ottoman avant que... ». C'est que Azdine Ben Yaâcoub aime se donner pour mission de faire l'éloge de la Tunisie, d'accompagner tout ce qui contribue à redorer le blason de son pays et à bien entretenir son image de marque. «Ne lui demandez pas aussi de vous situer l'île de Djerba, flottant sur la côte orientale dans le golfe de Gabès face à ses sœurs de Malte et de Sicile. A moins que votre train ait été retardé d'une semaine. Repliez-vous plutôt sur son propre parcours qu'il qualifie de «classique, ordinaire, pour un pays de l'Afrique du Nord». Classique et ordinaire, puisqu'il le dit. Une famille nombreuse, sept enfants nés de cinq mariages «puisque la polygamie existait du temps de mon père». L'arrivée au pouvoir de Bourguiba en 1956 instaurera notamment le droit des femmes à la régulation des naissances.
Il court partout et fait courir tout le monde
Comme le dit l'auteur, Azdine Ben Yaâcoub se revendique d'un peu de tout cela. De façon particulière, il s'est attelé dès son jeune âge à combattre la passivité, à renforcer le sentiment d'appartenance non seulement à une famille, mais aussi et surtout à un grand pays, la Tunisie.
Il a au fait sa manière bien particulière de voir et d'apprécier les choses. Une certaine culture de l'originalité. De la performance. La façon à la fois simple et compliquée, le goût prononcé pour l'audace, l'anormalité. Nous sommes même tentés de dire pour tout ce qui est étrange. Finalement, cette aptitude à vivre les grands moments avec un état d'esprit et un accomplissement bien particuliers. La singularité de plus en plus expressive. De plus en plus typique. «Dans une terre de migration, nous sommes tous l'Arabe de quelqu'un». Avant lui, il y a eu le Tos, l'Espingoin, le Polack, le Rital. Ces gens-là ont donné Jazy, Kopa, Zidane.
Azdine emboîte le pas. A seize ans, il va devenir l'Arabe du coin. «Enfants de la rue, de la balle, de la belle étoile, on avait tout, on n'avait rien. Pauvres mais heureux».
On n'est jamais suffisamment prévisible lorsqu'il s'agit de faire son chemin, de forcer son destin. Mais on ne s'implique pas dans les choses de la vie, comme on le fait ailleurs. Les valeurs, le devoir y sont plus forts. L'état d'esprit, la mentalité, aussi et surtout. «Azdine s'enhardit, connaît du monde, serre la pogne aux politiques, serre le couscous aux journalistes et le fameux téléphone arabe fait son œuvre. Il vante le concept du développement par le tourisme sportif. Il exhibe sa jovialité et l'esprit de découverte. Aux journalistes des deux bords de la Méditerranée, il leur fait découvrir la Tunisie et il présente les nouveautés. Il met sur pied des stages d'entraînement à Djerba, un semi-marathon qui passe de son village de Mellita».
Azdine court partout et fait courir tout le monde. La volonté et la ténacité sont fortement visibles dans toutes ses activités. Elles inspirent les personnes les plus déterminées, avec des idées et des valeurs certaines, et dont le seul intérêt est l'amour de l'autre ... Fierté et patriotisme, c'est ainsi qu'on peut comprendre la réussite de Azdine Ben Yaâcoub. «J'ai toujours voulu promouvoir la Tunisie, par le sport, la culture, le vivre-ensemble». L'Arabe du coin de la rue, on le trouve partout. Il s'intéresse aux quatre coins du monde. Il a pris de l'épaisseur. Mais il continue toujours et sans relâche à évaluer le chemin parcouru, à examiner ses traces de pas. Y a-t-il une recette miracle ? Celui qui a une vie saine et exemplaire peut adapter ses pratiques et ses convictions là où il passe. «J'ai toujours eu cette motivation et cette perception des choses, à savoir que quand je m'engage dans un projet, je le fais pour les autres. Et cela me procure une joie immense qui n'a rien de pareil...»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.