Tunisie – Dernière minute : AUDIO : La Choura va proposer à Ghannouchi la présidence du prochain gouvernement    CHAN 2020 : la Tunisie passe pour la phase finale    Tunisie – Le terroriste tué à Kasserine était le frère de Lokmane Abou Sakhr    CHAN 2020 : formation probable de la Tunisie contre la Libye    Ligue des champions : Programme de la 3e journée    Libye – Tunisie : changement du programme TV de la rencontre    Activation en 2020 du mécanisme du « Contrat de la dignité – عقد الكرامة » au profit de 25.000 diplômés du supérieur    Tunisie – Le ministère de l'éducation part en croisade contre l'absentéisme de son personnel    Participez à l'immense marché des investissements en Afrique !    Programme TV du dimanche 20 octobre    SFBT : Les ventes de la Bière locale ont atteint 163.984 millions dinars durant le 3ème TR de 2019 réalisant une augmentation de 12,46% par rapport à 2018    Qalb Tounes réfute toutes les rumeurs de désunion au sein du parti et confirme la solidité de son Bloc parlementaire    Tunisie – Airbus : Développement du partenariat de coopération à travers la création à Tunis d'un Centre Airbus de formation de pilotes de ligne    Sofiène Toubel : Plusieurs députés indépendants rejoindront le Bloc parlementaire de Qalb Tounès dès l'annonce des résultats définitifs des législatives    Tunisie – La météo du dimanche 20 octobre    CNRPS : Le 30 Novembre est le dernier délai de dépôt des dossiers d'octroi de la pension provisoire pour les orphelins    Harouni : Ghannouchi sera chef du gouvernement, s'il le veut    Les amateurs du football : que regarder à la télé ce soir ?    Photos : la municipalité de Radès aide les jeunes de ‘' 7alet wa3y''    Mort par amour au ring : Le boxeur américain Patrick Day décède à 27 ans victime d'un KO    Super Coupe d'Afrique-2019 : le match Espérance ST- Zamalek aura lieu au Qatar    Vidéo : Ce professeur crée le buzz en dansant avec ses élèves à Nabeul    La rayonnante Randa Driss s'éteint    Sonia Ben Cheikh : Docteur en Tunisie, ''3awra'' en Iran    Les JCC 2019 de retour dans les prisons tunisiennes avec 7 projections    Open art week 2019: 2ème édition du 19 au 27 octobre à Tunis (Programme)    La HAICA condamne les attaques et les menaces contre plusieurs journalistes et la chaîne Al Hiwar Ettounsi    Vidéo, Lotfi Laâmari : La Tunisie tombe dans les mains des frères musulmans    Tunisie – Météo : Pluies l'après-midi sur le centre et les régions ouest    Orange Summer Challenge 2019: les systèmes embarqués et l'intelligence artificielle, au cœur de l'innovation numérique    La Tunisie sort officiellement de la liste noire du GAFI    Numeryx, acteur majeur de la French Tech s'installe en Tunisie    Tunisie Telecom et ESPRIT : Au chevet de nos ingénieurs    Le jeune ambassadeur tunisien de la Francophonie Amir Fehri reçu au Liban par le Chef du gouvernement Saad Al Hariri    Zouhair Maghzaoui: Même la réussite ça sera un échec pour Ennahdha    Le Théâtre Sindyana à la Médina attribue à la 1ère édition de son Festival musical « Wejdane pour la musique » le nom de « Choubaïla Rached »    Turquie : Erdogan plie sous le poids des menaces américaine et annonce un cessez le feu au nord de la Syrie    RIFAC : 4 courts-métrages tunisiens et 19 étrangers en compétition du 17 au 20 Octobre à la Cité de la Culture de Tunis    Entretien téléphonique entre Giuseppe Conte et Kais Saied    Spectacle “Tango Legends”, 21 et 22 octobre 2019 au Théâtre de l'Opéra    Fermeture partielle de la route au niveau du Pont du Grand Cyrus    Le roi du Maroc gracie Hajar Raissouni    Sir Roger Moore, acteur de James Bond, décède à 89 ans    Les JCC 2019 (Edition NEJIB AYED): Les films tunisiens en compétition officielle des longs –métrages et courts- métrages documentaires    Un député libyen : le chaos libyen profite aux barons tunisiens de la contrebande    L'ambassadeur du Venezuela en Tunisie, Carlos Feo Acevedo: « La coopération Sud/Sud permettra le vrai développement de nos pays »    L'Italie rapatrie des migrants dans 13 pays dont la Tunisie    L'homme qui garde toujours la corde utilisée pour la pendaison de Saddam Hussein échappe miraculeusement à la mort à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Cerise» ou le royaume de l'amour Une réconciliation nationale
COMEDIE MUSICALE
Publié dans La Presse de Tunisie le 22 - 06 - 2018

La production du genre, théâtre musical, étant rare pour ne pas dire carrément inexistante depuis un certain nombre d'années, a attiré un public de curieux. Tout le monde attendait un peu fébrilement que les lumières de la salle s'éteignent pour que s'allument celles de la scène.
Mardi soir, la foule des grands jours était amassée devant l'espace du 4e Art, à Tunis. C'est la première de la comédie musicale «Cerise», produite avec le soutien du ministère des Affaires culturelles et la Caisse d'encouragement pour la créativité et la production artistique.
A l'issue d'une mise en place totalement désorganisée qui a pris du temps, le spectacle démarre avec presque une heure de retard. Heureusement sa qualité nous a fait oublier ce début compliqué.
Tout est vu en grand dans cette création de Monia Béjaoui et de Tahar Issa Ben Larbi pour le texte et la mise en scène. Il est quasiment impossible d'en nommer tous les participants ; 10 chanteurs et presque autant de comédiens et comédiennes, 12 musiciens, 8 paroliers et 9 compositeurs et non des moindres. La liste est encore longue. Nous n'allons nommer personne pour ne pas faire des malheureux. Les oubliés.
C'est le grand retour de la cantatrice après des années d'éclipse. Un retour qu'elle a voulu digne d'elle. Monia Béjaoui est une valeur sûre de la chanson tunisienne qui peut se targuer d'avoir un répertoire et un public qui a répondu présent mardi soir.
Il faut dire aussi que la production du genre, théâtre musical, étant rare pour ne pas dire carrément inexistante depuis un certain nombre d'années, a attiré un public de curieux. Tout le monde attendait un peu fébrilement que les lumières de la salle s'éteignent pour que s'allument celles de la scène. Cette rupture ne s'est pas opérée. La salle a été partie prenante de la représentation et est restée par intermittence allumée.
Scènes répétitives
«Cerise», «Mamlakt el hob» en arabe, une traduction non littérale, traite de l'amour à travers des études de cas et une typologie large. Entre des scènes de théâtre, comique ou tragique, des séquences vidéo, pas moins de 23 chansons et quelques tableaux chorégraphiques, la volonté a été de mettre en scène une société qui ne tolère l'amour que dans le cadre officiel, légal. Un père violent, un agent de policier quasi présent, des femmes médisantes, autant de profils que l'amour dans l'absolu dérange. L'œuvre s'est voulue également le porte-voix d'une dénonciation directe, frontale de la misogynie, l'hypocrisie sociale, l'esprit patriarcal, le racisme, de l'homophobie aussi.
Toutefois, en voulant la glorifier, la femme n'a pas été pour autant idéalisée. En témoigne la scène du «hammam» un peu longue d'ailleurs. La meilleure ennemie de la femme serait la femme. La volonté d'impliquer le public était nette depuis le début. Les comédiens parsemés sur les allées ont regagné la scène mais n'ont pas manqué d'interpeler les spectateurs et même d'en attirer quelques-uns intimidés sur les planches. Des scènes loufoques qui ont entraîné de l'enthousiasme et des rires francs. Le thème de la sexualité a été abordé sous toutes les facettes. Il reste que le texte et des séquences prétextant le réalisme ont péché par trop de vulgarité. En voulant dénoncer une société castratrice, sectaire, il y avait du sur-jeu et des actes gratuits, parfois décousus. Il est également utile d'attirer l'attention sur la durée qui s'étale en longueur, plus de deux heures et demie. Alors que des scènes répétitives notamment vers la fin n'ont rien ajouté à la valeur de l'œuvre, à l'instar de celle du couple au mois de Ramadan ou celle, appelons-la, de la carotte. A contrario, les «daéchiens» réunis en bande, n'ayant rien d'autre en tête que les accouplements légitimés par une piété de façade, sont aussi grotesques que vrais. Très bien jouée également et comique la scène de la locatrice intellectuelle incommodée par le bruit de ses bruyants voisins artistes.
Rythme soutenu
La vedette qui n'a rien perdu de ses capacités vocales a puisé dans son répertoire «Hamss el mouj» et présenté des chansons inédites. Monia Béjaoui s'est également manifestée à travers des projections de quelques minutes pour parler, si on a bien compris, de son vécu en tant que grande sœur qui a pris en charge ses frères sœurs après le décès de la mère, en tant que maman durant sa grossesse. Il serait utile d'indiquer le manque de lien entre les actes joués sur scène avant et après et ces séquences vidéo qui paraissaient parachutées, greffées. Le propos sonnait vrai mais les paroles brèves paraissaient tronquées. Peut-être par trop de pudeur n'est-elle pas allée au bout de sa pensée et de sa confession filmée ?
Les voix féminines qui ont secondé la chanteuse, notamment celle de Khawla Taoues qui bénéficie d'une grande présence, sont de toute beauté. La Congolaise Gasandji a également apporté une touche d'originalité et de grâce à l'ensemble. Les chanteurs n'ont pas été pas en reste.
L'œuvre est forte par une profusion de personnages aussi exubérants les uns que les autres, par ses musiciens, ses comédiens, ses danseurs, ses costumes, par son texte également. Elle est forte par ses multiples ancrages ; africain, en faveur des minorités, des femmes et pour le respect des libertés. Elle est forte par le rythme soutenu du début jusqu'à la fin malgré quelques remplissages inutiles dont on peut se passer pour se focaliser sur l'essentiel. «Cerises» se veut une réconciliation avec le théâtre musical, lequel, en alternant plusieurs expressions artistiques, requiert beaucoup de moyens, des ressources humaines et avant tout du talent. Ils étaient au rendez-vous. A voir absolument !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.