Abassi Madani n'est plus    500 mille femmes rurales bientôt couvertes par la sécurité sociale, annonce Chahed    Tunisie : Les Dix commandements de l'ANSI pour se protéger contre les e-mails frauduleux    Tunisie- Nourredine TAboubi pointe du doigt l'idéologie takfiriste    Tournoi de Barcelone: Malek Jaziri éliminé au second tour    CAN 2019 : L'Union africaine de radiodiffusion veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    La Fédération Tunisienne de Golf organise une journée découverte Golf    France : pour la première fois, une femme désignée arbitre centrale    Championnat d'Afrique de Judo : Participation de 10 judokas tunisiens en Afrique du Sud    Tunisie- Un accident de la route fait un mort et deux blessés à Gabes    Nouvelle Cadence: Une création artistique tunisienne unique le 27 avril au Québec    Le Français Hamelin s'installe en Tunisie    Prolongation des délais de dépôt des extraits de naissance des bénéficiaires de pensions auprès de la CNSS    La QNB et Commercial Bank of Qatar intéressés par le rachat de l'UBCI    Tunisie [Photos]: Matériel saisi avec le terroriste éliminé au Kef    Tunisie – ARP : Adoption du projet de loi sur l'amélioration du climat de l'investissement    3ICH TOUNSI    Tunisie- L'identité du terroriste abbatu au Kef révélée    L'équipe Italcar remporte la coupe Tunisia Business Cup    En France, un Tunisien de 15 ans traverse le Rhône pour échapper à la police    Sodexo Pass Tunisie annonce le lancement de sa nouvelle Carte à puce Repas privative    Retour sur l'élimination du terroriste Oussama Salmi dans la région de Nebr au Kef    Tunisie/Royaume-Uni : Allègement des procédures de Visa pour les étudiants tunisiens    Recommandations du Conseil de Sécurité Nationale réuni hier sous la présidence du Chef de l'Etat    Lancement de la plateforme Chabaka.tn, le 2 Mai prochain au Palais Kobbet Ennhas    Tunisie-L'opération de ratissage se poursuit au Kef    Espérance ST-TP Mazembe : forfait du gardien Rami Jeridi blessé    Doot-Europe: le programme de mercredi 24 avril    Tunisie- Rien n'échappe à René Trabelsi pour promouvoir le tourisme tunisien    Au Kef, un terroriste abattu lors d'une opération militaire    Arabie saoudite: Décapitation de 37 hommes accusés de terrorisme    Tunisie- Nouvelle composition des blocs parlementaires    Tunisie – Météo : Ciel nuageux sur les régions ouest avec quelques pluies    Tunisie- Le nouveau calendrier des examens du troisième trimestre de l'enseignement primaire    Tunisie: Grève générale de deux jours des Cheminots    3000 logements sociaux seront livrés avant la rentrée scolaire    LE TRES HAUT DEBIT ET L'IMMOBILIER: TUNISIE TELECOM et sa filiale SOTETEL se rapprochent du Groupe SOROUBAT    En photo : Le message bouleversant de Sami Fehri à sa maman…    Les agents de la SNCFT en grève de deux jours à partir de ce mercredi 24 avril    En vidéo : Important incendie à Versailles    De nouvelles démissions dans le bloc de Nidaa Tounes    Le film tunisien “Tlamess” d'Ala Eddine Slim retenu dans la quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2019    Gafsa: Une secousse tellurique de 3,23 degrés sur l'échelle de Richter à El Ktar    Oussama Ammar : Des sculptures qui voyagent !        Ramadan 2019 : Participez à Saha Chribtek, les nuits festives du Ramadan au Goethe Institut Tunis    2ème Edition de l'évènement « Tfanen Tunisie-Créative » ce 26 Avril au Ramada Plaza – Gammarth    En photo…Outia de Ramla et Alaa Chebbi, que pensez-vous du look de Sonia Dahmani ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rediscuter encore et toujours
Crise sociale
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2019

Tous les péchés originels de la crise sociale doivent, aujourd'hui, être assumés par toutes les forces politiques et sociales du pays comme des erreurs de jeunesse communes qu'il faut corriger la main dans la main. Et non pas faire l'objet d'une mémoire sélective qui met en position de coupable un gouvernement qui milite pour dégager le pays du dilettantisme et qui se bat pour rétablir notre crédibilité
La grève des fonctionnaires publics à laquelle se sont joints les employés des entreprises d'Etat a montré, jeudi, que la Tunisie est entrée dans une ère nouvelle de démocratie tolérante effective qui gère les différences et les divergences en évitant les heurts et en tournant le dos à l'agressivité et au cercle infernal des provocations. Malgré, certaines fois, un recours à des formules peu courtoises de la part de syndicalistes zélés, le déroulement de la grève et sa couverture par les médias ont su contourner les tensions et dérapages, donnant l'image d'un pays civilisé maîtrisant parfaitement ses débats et ses crises. Et ce, malgré un malheureux épisode enregistré la veille à l'Assemblée, qui avait semblé, un moment, augurer ou préparer, à l'initiative d'un député de gauche, ancien syndicaliste, une descente aux enfers de la violence que les différents protagonistes ont réussi à désamorcer.
Gagnant-gagnant ou perdant-perdant ?
La formule à la mode « gagnant-gagnant » pourrait bien ainsi qualifier cette journée de farniente et de slogans maximalistes à l'égard du gouvernement, dans la mesure où les ego des deux parties en négociation ont été préservés. Mais s'agissant des coûts financiers, donc économiques et sociaux, les experts les estiment à une cinquantaine de millions de dinars si l'on excepte les pertes et les manques à gagner totaux, c'est à dire au niveau des entreprises publiques et privées. D'où un bilan national perdant-perdant. Car l'élargissement de la grève aux entreprises, offices et établissements publics, qui permettait à l'Ugtt d'y impliquer entre autres leurs syndicats les plus aguerris, à l'image de ceux des transports publics, qui ont déjà bel et bien obtenu leurs augmentations, avait pour but d'exercer sur le gouvernement le maximum de pression, tout en alignant côte à côte les deux «pommes de la discorde » : la masse salariale plafonnée et les entreprises déficitaires à normaliser, deux impératifs qui font l'objet de conseils pressants de la part du Fonds monétaire international. Car c'est à propos des conseils du FMI que les syndicalistes, la gauche et, désormais, Nida Tounès attaquent le chef du gouvernement.
Le péché originel
Le péché originel qui est la cause de tous nos maux, c'est la crise des finances publiques qui a vite désarmé les dirigeants du pays au lendemain de la révolution, leur ôtant les moyens qui auraient permis un développement des régions plus consistant et de grands projets donnant des emplois aux jeunes, ainsi qu'une bien meilleure promotion des investissements.
Mais d'autres facteurs ont assombri le tableau dès le début, qui ont vu l'Ugtt soutenir trop souvent les sit-in violents et les sabotages de la production qui ont fait dégringoler les bénéfices du phosphate et des hydrocarbures revenant à l'Etat. De même que l'Ugtt a été derrière la titularisation massive des emplois précaires. Alors que la troïka s'était empressée d'enrôler dans la fonction publique des milliers d'anciens prisonniers amnistiés à l'aube de la révolution.
Tous ces péchés originels doivent, aujourd'hui, être assumés par toutes les forces politiques et sociales du pays comme des erreurs de jeunesse communes qu'il faut corriger la main dans la main. Et non pas faire l'objet d'une mémoire sélective qui met en position de coupable un gouvernement qui milite pour dégager le pays du dilettantisme et qui se bat pour rétablir notre crédibilité.
Négocier sans en venir aux mains
La négociation syndicale pacifique est une vertu des pays démocratiques. En s'y soumettant, les Tunisiens ont montré leur aptitude à mériter cette première expérience démocratique du monde arabe dont ils s'honorent. Mais la négociation doit rester fairplay jusqu'au bout et sans obligation de résultat. Il n'y a pas lieu que quiconque montre de l'aigreur ou de l'amertume.
Certes, le pays tout entier a perdu une journée de travail, mais le vivre-ensemble a gagné des galons. Car ce furent de vraies négociations avec des arguments solides et convaincants de part et d'autre. L'Ugtt a voulu rétablir correctement le pouvoir d'achat des fonctionnaires et le gouvernement a considéré vital de ménager un peu l'avenir en faisant aussi avancer le social et en redémarrant le développement, tout en respectant l'impératif de préserver la crédibilité de la Tunisie et sa solvabilité. Un engagement qui mérite que nous soyons reconnaissants à l'égard du FMI et de tous nos bailleurs de fonds. Surtout que nous faisons tout pour les convaincre d'investir encore et encore chez nous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.