Arrestation de Nabil Karoui : L'Association des Magistrats Tunisiens réagit et appelle à clarifier la situation à l'opinion publique    La Télévision tunisienne transmettra les matchs de la première journée de la Ligue 1 Pro    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Tunisie: L'arrestation de Nabil Karoui s'est déroulée en toute légalité, selon le Parquet    Plusieurs arrestations à Kairouan    Extrémisme Violent, Ouverture de l'Appel à propositions pour le financement de projets de recherche    ISIE : Nabil Karoui demeurera candidat à la Présidentielle « jusqu'à son incrimination à travers un procès équitable »    En photos : Découvrez les trois nouvelles gammes Love Nature d'Oriflame    Par Chokri Azzouz : Empêchement provisoire ou abandon volontaire ? Propos sur le la délégation de ses pouvoirs par le Président du Gouvernement    En photos: les jeunes de Ras Jebel honorent l'histoire de la ville    Ondes électromagnétiques : Le magazine 60 millions de consommateurs épingle trois fabricants de téléphones portables    Hatem Boulabiar – candidat à la présidentielle – réagit à l'arrestation de Nabil Karoui : Cette journée est une journée triste dans l'histoire de la Tunisie    Météo du Weekend : Des chutes de grêle par endroits, aujourd'hui    Tunisie: Abdelfattah Mourou s'engage à abandonner la djebba traditionnelle une fois élu président    Tunisie – Ghazi Karoui aurait fui en Algérie    Volley-Mondial U19 : Première victoire pour la Tunisie aux dépens de la Biélorussie    En vidéo : Safi Saïd réagit à la polémique autour des candidats binationaux    Huawei Y9 Prime 2019 : Une expérience unique de caméra selfie rétractable    Tunisie-Ligue 1 (1ere journée) : Un objectif commun pour tous    Journées de la Céramique d'Art de Carthage: 1ère édition du 31 août au 08 septembre 2019    Journées de la coopération Tunisie- européenne de la Recherche et de l'Innovation, les 9 et 10 Septembre    OPPO Signe des accords sur des brevets avec Intel et Ericsson pour augmenter ses    Lancement d'appels à candidature à des programmes dédiés aux startups Tunisiennes    Programme TV du vendredi 23 août    LG et LUMI s'associent pour offrir une solution d'IoT plus complète pour chaque maison    Basket-ball : la sélection tunisienne perd en amical avant le Mondial    Boga lance une campagne marquée par le renouvellement de son image    Un CAB dominant confirme en Coupe arabe des clubs    Nouvelle composition de l'ARP    Ligue 1 : Liste des joueurs Clubistes convoqués contre le Stade Tunisien    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Incendies catastrophiques en Amazonie    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    PANDA TOUR    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Tunisie – Météo : Pluies attendues les 22 et 23 août 2019    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rediscuter encore et toujours
Crise sociale
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2019

Tous les péchés originels de la crise sociale doivent, aujourd'hui, être assumés par toutes les forces politiques et sociales du pays comme des erreurs de jeunesse communes qu'il faut corriger la main dans la main. Et non pas faire l'objet d'une mémoire sélective qui met en position de coupable un gouvernement qui milite pour dégager le pays du dilettantisme et qui se bat pour rétablir notre crédibilité
La grève des fonctionnaires publics à laquelle se sont joints les employés des entreprises d'Etat a montré, jeudi, que la Tunisie est entrée dans une ère nouvelle de démocratie tolérante effective qui gère les différences et les divergences en évitant les heurts et en tournant le dos à l'agressivité et au cercle infernal des provocations. Malgré, certaines fois, un recours à des formules peu courtoises de la part de syndicalistes zélés, le déroulement de la grève et sa couverture par les médias ont su contourner les tensions et dérapages, donnant l'image d'un pays civilisé maîtrisant parfaitement ses débats et ses crises. Et ce, malgré un malheureux épisode enregistré la veille à l'Assemblée, qui avait semblé, un moment, augurer ou préparer, à l'initiative d'un député de gauche, ancien syndicaliste, une descente aux enfers de la violence que les différents protagonistes ont réussi à désamorcer.
Gagnant-gagnant ou perdant-perdant ?
La formule à la mode « gagnant-gagnant » pourrait bien ainsi qualifier cette journée de farniente et de slogans maximalistes à l'égard du gouvernement, dans la mesure où les ego des deux parties en négociation ont été préservés. Mais s'agissant des coûts financiers, donc économiques et sociaux, les experts les estiment à une cinquantaine de millions de dinars si l'on excepte les pertes et les manques à gagner totaux, c'est à dire au niveau des entreprises publiques et privées. D'où un bilan national perdant-perdant. Car l'élargissement de la grève aux entreprises, offices et établissements publics, qui permettait à l'Ugtt d'y impliquer entre autres leurs syndicats les plus aguerris, à l'image de ceux des transports publics, qui ont déjà bel et bien obtenu leurs augmentations, avait pour but d'exercer sur le gouvernement le maximum de pression, tout en alignant côte à côte les deux «pommes de la discorde » : la masse salariale plafonnée et les entreprises déficitaires à normaliser, deux impératifs qui font l'objet de conseils pressants de la part du Fonds monétaire international. Car c'est à propos des conseils du FMI que les syndicalistes, la gauche et, désormais, Nida Tounès attaquent le chef du gouvernement.
Le péché originel
Le péché originel qui est la cause de tous nos maux, c'est la crise des finances publiques qui a vite désarmé les dirigeants du pays au lendemain de la révolution, leur ôtant les moyens qui auraient permis un développement des régions plus consistant et de grands projets donnant des emplois aux jeunes, ainsi qu'une bien meilleure promotion des investissements.
Mais d'autres facteurs ont assombri le tableau dès le début, qui ont vu l'Ugtt soutenir trop souvent les sit-in violents et les sabotages de la production qui ont fait dégringoler les bénéfices du phosphate et des hydrocarbures revenant à l'Etat. De même que l'Ugtt a été derrière la titularisation massive des emplois précaires. Alors que la troïka s'était empressée d'enrôler dans la fonction publique des milliers d'anciens prisonniers amnistiés à l'aube de la révolution.
Tous ces péchés originels doivent, aujourd'hui, être assumés par toutes les forces politiques et sociales du pays comme des erreurs de jeunesse communes qu'il faut corriger la main dans la main. Et non pas faire l'objet d'une mémoire sélective qui met en position de coupable un gouvernement qui milite pour dégager le pays du dilettantisme et qui se bat pour rétablir notre crédibilité.
Négocier sans en venir aux mains
La négociation syndicale pacifique est une vertu des pays démocratiques. En s'y soumettant, les Tunisiens ont montré leur aptitude à mériter cette première expérience démocratique du monde arabe dont ils s'honorent. Mais la négociation doit rester fairplay jusqu'au bout et sans obligation de résultat. Il n'y a pas lieu que quiconque montre de l'aigreur ou de l'amertume.
Certes, le pays tout entier a perdu une journée de travail, mais le vivre-ensemble a gagné des galons. Car ce furent de vraies négociations avec des arguments solides et convaincants de part et d'autre. L'Ugtt a voulu rétablir correctement le pouvoir d'achat des fonctionnaires et le gouvernement a considéré vital de ménager un peu l'avenir en faisant aussi avancer le social et en redémarrant le développement, tout en respectant l'impératif de préserver la crédibilité de la Tunisie et sa solvabilité. Un engagement qui mérite que nous soyons reconnaissants à l'égard du FMI et de tous nos bailleurs de fonds. Surtout que nous faisons tout pour les convaincre d'investir encore et encore chez nous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.