Nadia Dhouib Boussabah, une compétence tunisienne nommée à la tête des Galeries Lafayette aux Champs Elysées    Tunisie-Sicile : mémoire partagée    Tunisie- L'Espagne accorde une ligne de crédit de 25 millions d'euros à la Tunisie    Ligue 1 (J15) : Le CAB veut rebondir face à l'AS Gabès    Baisse de 0,5% de la production industrielle en Tunisie en 2018 suite aux entraves menaçant la production de phosphates et du brut selon l'INS    La société MAJDA TUNISIA acquiert 69.15% du capital de BANQUE ZITOUNA et 70% du capital de ZITOUNA TAKAFUL    BCE participe dimanche au 1er Sommet arabo-européen à Charm el-Cheikh avant de s'envoler pour Genève où il participera à un débat au Conseil des droits de l'homme    Programme TV du samedi 23 février    Le bureau fédéral annonce l'organisation de la super coupe avant la fin de la saison sportive 2018-2019    Retour de Jmel et de Ben Amor    La JSK pense à Chokri Khatoui    Ferjani Sassi, pôle d'attraction    Un citoyen blessé suite à l'explosion d'une mine terrestre à Jebel Selloum    Le Qatar boycotte le Sommet arabo-européen prévu en Egypte    Tunisie: Un berger blessé dans l'explosion d'une mine à Kasserine    De nouveaux défis à relever    300 postes à pourvoir au Québec    L'ambition de rassembler, l'objectif de servir    Hommage à l'initiative présidentielle sur l'égalité successorale    Ras-le-bol des crevasses !    Le plein d'activités ludiques et instructives    Vers un nouveau round de négociations    La réussite du prochain sommet arabe à l'examen    Tunisie- Chawki Gueddes : “je ne vais pas démissionner”    «70% des impayés relèvent des particuliers»    Qui succèdera à Slim Riahi à la tête du Secrétariat général de Nidaa Tounes ?    «Danse avec moi…»    Les JTC, aujourd'hui et après !    Tunisie- Le ministère du Commerce lance des campagnes contre le monopole des produits subventionnés    Tunisie: Un mort et deux blessés dans un accident de la route à Kairouan    Tunisie-Ligue 2 (Journée 16): le programme de ce samedi    Tunisie: Nidaa Tounes salue la décision “courageuse” de Slim Riahi de démissionner du parti    Tunisie: L'Allemagne a expulsé 369 Tunisiens en 2018    Tunisie- Première édition du Forum SEIZE-IT Junior    Tunisie: Les policiers en sit-in ce samedi après l'agression de leur collègue au Bardo    Météo: Prévisions pour samedi 23 février 2019    Turquie : Erdogan poursuit sa purge impitoyable de l'armée    Rachad Ladjimi, Un précurseur, à l'aube de la médecine tunisienne    Forum de la Francophonie 2019 : le 9 mars à la cité de la culture de Tunis (programme)    Photos…Dorra Zarrouk au festival international des films de femmes d'Assouan, que pensez-vous de son look ?    En vidéo : Le parcours de la Tunisienne Nadia Dhouib directrice des Galeries Lafayette    200 soldats américains vont finalement rester en Syrie    Tunisie – Météo : Nuages abondants sur le nord et les côtes Est et pluies isolées durant la nuit    En Algérie, des militaires morts dans un accident d'aéronef    Basket – Championnat : Résultats et classement de la 3e journée retour play-off    L'OMS fait un bilan inquiétant de la situation sanitaire en Libye    La Tunisie exprime sa satisfaction    Libération des 14 travailleurs tunisiens enlevés en Libye : Satisfaction des autorités tunisiennes et libyennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rediscuter encore et toujours
Crise sociale
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 01 - 2019

Tous les péchés originels de la crise sociale doivent, aujourd'hui, être assumés par toutes les forces politiques et sociales du pays comme des erreurs de jeunesse communes qu'il faut corriger la main dans la main. Et non pas faire l'objet d'une mémoire sélective qui met en position de coupable un gouvernement qui milite pour dégager le pays du dilettantisme et qui se bat pour rétablir notre crédibilité
La grève des fonctionnaires publics à laquelle se sont joints les employés des entreprises d'Etat a montré, jeudi, que la Tunisie est entrée dans une ère nouvelle de démocratie tolérante effective qui gère les différences et les divergences en évitant les heurts et en tournant le dos à l'agressivité et au cercle infernal des provocations. Malgré, certaines fois, un recours à des formules peu courtoises de la part de syndicalistes zélés, le déroulement de la grève et sa couverture par les médias ont su contourner les tensions et dérapages, donnant l'image d'un pays civilisé maîtrisant parfaitement ses débats et ses crises. Et ce, malgré un malheureux épisode enregistré la veille à l'Assemblée, qui avait semblé, un moment, augurer ou préparer, à l'initiative d'un député de gauche, ancien syndicaliste, une descente aux enfers de la violence que les différents protagonistes ont réussi à désamorcer.
Gagnant-gagnant ou perdant-perdant ?
La formule à la mode « gagnant-gagnant » pourrait bien ainsi qualifier cette journée de farniente et de slogans maximalistes à l'égard du gouvernement, dans la mesure où les ego des deux parties en négociation ont été préservés. Mais s'agissant des coûts financiers, donc économiques et sociaux, les experts les estiment à une cinquantaine de millions de dinars si l'on excepte les pertes et les manques à gagner totaux, c'est à dire au niveau des entreprises publiques et privées. D'où un bilan national perdant-perdant. Car l'élargissement de la grève aux entreprises, offices et établissements publics, qui permettait à l'Ugtt d'y impliquer entre autres leurs syndicats les plus aguerris, à l'image de ceux des transports publics, qui ont déjà bel et bien obtenu leurs augmentations, avait pour but d'exercer sur le gouvernement le maximum de pression, tout en alignant côte à côte les deux «pommes de la discorde » : la masse salariale plafonnée et les entreprises déficitaires à normaliser, deux impératifs qui font l'objet de conseils pressants de la part du Fonds monétaire international. Car c'est à propos des conseils du FMI que les syndicalistes, la gauche et, désormais, Nida Tounès attaquent le chef du gouvernement.
Le péché originel
Le péché originel qui est la cause de tous nos maux, c'est la crise des finances publiques qui a vite désarmé les dirigeants du pays au lendemain de la révolution, leur ôtant les moyens qui auraient permis un développement des régions plus consistant et de grands projets donnant des emplois aux jeunes, ainsi qu'une bien meilleure promotion des investissements.
Mais d'autres facteurs ont assombri le tableau dès le début, qui ont vu l'Ugtt soutenir trop souvent les sit-in violents et les sabotages de la production qui ont fait dégringoler les bénéfices du phosphate et des hydrocarbures revenant à l'Etat. De même que l'Ugtt a été derrière la titularisation massive des emplois précaires. Alors que la troïka s'était empressée d'enrôler dans la fonction publique des milliers d'anciens prisonniers amnistiés à l'aube de la révolution.
Tous ces péchés originels doivent, aujourd'hui, être assumés par toutes les forces politiques et sociales du pays comme des erreurs de jeunesse communes qu'il faut corriger la main dans la main. Et non pas faire l'objet d'une mémoire sélective qui met en position de coupable un gouvernement qui milite pour dégager le pays du dilettantisme et qui se bat pour rétablir notre crédibilité.
Négocier sans en venir aux mains
La négociation syndicale pacifique est une vertu des pays démocratiques. En s'y soumettant, les Tunisiens ont montré leur aptitude à mériter cette première expérience démocratique du monde arabe dont ils s'honorent. Mais la négociation doit rester fairplay jusqu'au bout et sans obligation de résultat. Il n'y a pas lieu que quiconque montre de l'aigreur ou de l'amertume.
Certes, le pays tout entier a perdu une journée de travail, mais le vivre-ensemble a gagné des galons. Car ce furent de vraies négociations avec des arguments solides et convaincants de part et d'autre. L'Ugtt a voulu rétablir correctement le pouvoir d'achat des fonctionnaires et le gouvernement a considéré vital de ménager un peu l'avenir en faisant aussi avancer le social et en redémarrant le développement, tout en respectant l'impératif de préserver la crédibilité de la Tunisie et sa solvabilité. Un engagement qui mérite que nous soyons reconnaissants à l'égard du FMI et de tous nos bailleurs de fonds. Surtout que nous faisons tout pour les convaincre d'investir encore et encore chez nous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.