FIFAK 2019 : 55 ans de promotion du cinéma amateur Tunisien et d'ailleurs    Cession de Goulette Shipping Cruise (GSC) : Le come-back des croisières à la Goulette après 5 ans d'inactivité    Le Ministère de l'Intérieur s'explique sur l'incident survenu à un poste frontalier avancé « التعمير » à Hezoua    Application Samsung Health: un coach santé dans votre poche    Tunisie: Aïd Al Adha, quantité disponible, prix et préparatifs du ministère de l'Agriculture    Officiel : Aymen Balbouli quitte le Club Africain    Cafouillage et manque de sérieux autour de la loi électorale    Hyundai Tucson gagne du terrain sur le marché tunisien    Tunisie- Perturbations et coupure d'eau dans ces régions à Bizerte    Club Africain : Yassine Chammakhi manquera le début de saison    Nouveauté Instagram : les ‘Like' ou mention ‘J'aime' masqués dans 6 pays    CAN 2019 (Finale) : Entrée gratuite pour les supporters algériens    CAN 2019 : l'arbitre de la finale changé    Tunisie: Baisse des échanges commerciaux au 1er semestre 2019    Al Badil Ettounsi présente les caractéristiques de son programme économique pour le gouvernorat de Mahdia    Faute de place, le blé dépérit en plein air    Métros, le trafic des lignes 3, 4 et 5 sur une seule voie à partir de ce soir    Postulez pour des bourses d'études en Grandes Ecoles françaises au titre de 2019    Eto'o et Drogba deviennent collaborateurs officiels d'Ahmad Ahmad    Avec les « trophées Tounsidumonde », les Tunisiens de l'étranger veulent être mieux compris et donner plus !    Les agents de la poste en grève générale    D'importants prix octroyés aux articles traitant des relations sino-tunisiennes    BILAN de la participation des Aigles de Carthage à la Coupe d'Afrique des Nations 2019 : Parcours !    Ahmed Ahmed veut sortir le siège de la CAF de l'Egypte    MYRATH « Shehili » au Festival International d'Hammamet: Une expérience incroyablement magique!    Pas de crime en cas de légitime défense !    Tunisie-Une séance plénière pour l'élection des membres de l'Instance de la bonne gouvernance et ceux de la cour constitutionnelle    Températures jusqu'à 38°C, aujourd'hui    CAN (finale): Alioum Néant au sifflet    Orange signe un accord Groupe monde sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes avec UNI Global Union    Appel à candidature à l'Ecole Pratique des Métiers de la scène : Section Acteur – Session d'Octobre 2019 à fin Juin 2021    Tunisie: L'Instance de lutte contre la torture empêchée par la police de parler à un détenu    Tunisie – Tabib : La direction des douanes choisie comme meilleure administration dans la lutte contre la corruption    Tunisie: Le Parlement sursoit au vote sur le projet de loi relatif à Halk El Menzel    Le cinéma à vélo du 24 au 26 Juillet avec Vélorution et la Cinémathèque Tunisienne    Festival De Dougga 2019 : Programme de la 43e édition du 24 Juillet au 10 Août    Khémaïes Jhinaoui à New York et Washington à la tête d'une importante délégation de hauts responsables tunisiens    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    Donald Trump s'attire les foudres des internautes    282 interpellations en France après la qualification de l'Algérie    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    Bendirman porte plainte contre le parti Ennahdha    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    Ouverture de la 55e édition du festival international de Hammamet avec « Messages de liberté »    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chronique de corps en lambeaux
«Cicatrice» de Ghazi Zaghbani
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 02 - 2019

Une nouvelle expérience réunit à nouveau Nadia Boussetta à Mohamed Graia, avec Mohamed Ali Galai, Talel Ayoub et Mariem Dridi, dans une mise à mort d'où personne n'en sort indemne.
Un homme, une femme, deux narrateurs face à un micro, la cicatrice de Ghazi Zaghbani s'ouvre sur le récit d'actions qui se succèdent, la rencontre entre elle et lui est violente, agressive et charnelle. Elle, tétanisée par la peur, lui totalement soul se montrant odieux et haineux. Dans cette chambre exiguë, tant de ressentis, tant de sentiments qui se contredisent : attirance et répulsion conditionnent l'action. Et nous, face à ces comédiens si proches dont nous découvrons la déchirure.
« Cicatrice », qui est le titre de cette pièce, est la marque d'une plaie après guérison, c'est aussi la marque d'une souffrance morale et psychique, c'est de ces deux aspects-là dont souffrent les deux personnages : lui, journaliste qui a subi beaucoup de répression et d'injustice sous la dictature, devient alcoolique, elle, une danseuse de cabaret que les soulards dévorent des yeux.
Un coup de foudre les réunit et les maux de la vie les a meurtris. Les cicatrices ne semblent pas fermées, elles sont grandes ouvertes, béantes et même puantes. La vie du couple ressemble à un combat de coqs, un combat jusqu'à la mort où le coup de grâce ne vient jamais.
« Cicatrice » est une pièce sur la force d'encaisser, sur la blessure de l'âme et sur les stigmates qui racontent les coups durs et les revers, l'amertume qui accompagne une gorgée de bière, l'épuisement jusqu'à l'anéantissement.
Pour elle, danser n'est pas un défoulement, ni une ronde séductrice, c'est plus le déhanchement d'un corps qui se débat, une ultime vibration pour crier une existence. Pour lui, l'alcool est une manière de se noyer dans le néant, de s'effacer, de sortir du rationnel et rejoindre l'absolu de l'oubli.
Une énième fois, ce genre de sujet est mis sur le tapis, raconté en long et en large dans le théâtre et le cinéma, la descente aux enfers est une matière dramatique par excellence, mais ce qui fait la différence est bel et bien le traitement. Car « Cicatrice » est une écriture moderne, un texte fragmenté, écrit sous plus d'un point de vue. Celui de la femme, de l'homme, du serveur du bar et en même temps amant et des deux conteurs/commentateurs. Les versions se croisent, chacun présente son angle de vue sous le prisme de sa douleur.
Et cet espace, l'Artisto, si exigu et si chaleureux qui impose une écriture propre à lui, comme un théâtre de chambre où l'on se croit le seul spectateur. L'énergie qui circule avec fluidité, le souffle est ressenti dans ses moindres détails. Nadia Boussetta, dont la vibration suit la psychologie de son personnage, nous offre un parfait dosage entre fragilité et force, les nuances sont tellement nettes, chaque muscle raconte ce corps désiré mais fané, élancé mais brisé.
Graia, quant à lui, retrouve de nouveaux repères dans ce rôle qui lui va comme un gant. Sa posture cassée, ses épaules qui se baissent de plus en plus jusqu'à toucher le sol vers la fin. Parfois même on pourrait se passer de dialogue et de texte tant les corps racontaient… se racontaient.
de Hatem Jouher poussent la fragmentation à son comble, et la surligne avec force. Les scènes se succèdent et se construisent avec de simples changements de décor composé de tables, chaises et nappes. Du bar, à la maison, au journal…les conteurs se mêlent aussi au jeu et deviennent une multitude de personnages qui grattent, à chaque passage, un peu plus la cicatrice qui tente, vainement, de se refermer. La scène finale change d'optique et inverse les proportions, l'auteur fait son apparition, impose sa règle du jeu et annonce « sa dictature », les voix se brisent, les visages se décomposent et le rideau tombe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.