Chahed peut être le candidat d'Ennahdha, déclare Ghannouchi    Les idées, sur la durée…    Rien ne presse du côté de l'ARP    Qui mènera la danse ?    Démarrage de la réunion des hauts fonctionnaires du Conseil économique et social de la Ligue des Etats arabes    La classe moyenne sous pression    Qui fait quoi et à qui la faute?    Les unions régionales menacent d'une grève générale    Iran : Inondations à Iran font des dégâts énormes !    Giresse, ça commence aujourd'hui    Réussite totale…    La chambre syndicale dément    Un accord commun en matière de sécurité sociale    Fermeture imminente du foyer Al Hamdi    Les enfants du centre à l'honneur    Récit canadien sur les réfugiés syriens    Une démarche artistique alternative    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : « I Will Die At Exile » de Ghanem Ghanem – le samedi 30 Mars au 4ème Art    René Trabelsi: “Mon parti est la Tunisie”!    1 milliard de téléchargements pour l'application chinoise TikTok !    Aviation civile : La grève des aiguilleurs du ciel, les 29 et 30 Mars, nuira au Sommet arabe    Le Club Athlétique Bizertin endeuillé par le décès de son célèbre fan « Khalti Bahija »    Pluies temporairement orageuses cet après-midi avec chutes de grêle par endroits    Les médecins, pharmaciens et médecins dentistes menacent d'entrer dans une grève ouverte    Les Tunisiens résidents en Allemagne appellent à simplifier les procédures douanières à l'occasion des vacances d'été    Reconnaissance par Trump de l'annexion du Golan par Israël, réaction de l'Arabie saoudite    جاستن بيبر يعلن توقفه عن الغناء    La Tunisie a exporté plus de dattes cette année    Le joueur Wajdi Kechrida élu meilleur joueur du mois de Foot24 Awards by Coca-Cola    Programme des rencontres amicales internationales de mardi    Tunisie- Décès des nouveau-nés : Les résultats d'analyses seront transférés ce jeudi 27 mars    Amical, Algérie-Tunisie: Les compos probables et le programme TV    Coupe de Tunisie (8ès): Les rencontres de mardi et le programme TV    Bouteflika limoge le directeur de la télévision nationale algérienne    Tunisie- Repêchage d'un deuxième corps près des côtes de Chebba    Ne manquez pas les promotions de saison chez Orange et gagnez plein de cadeaux !    Tunisie: Versement des augmentations salariales dans la fonction publique avant fin avril, selon Mohamed Trabelsi    Avis aux étudiants: Participez au concours de conception de l'affiche du festival d'El Jem 2019    Le projet de l'inscription de Djerba sur la liste de l'Unesco sera soumis en Octobre 2019    Clôture des travaux du Forum de la société civile et des médias au Moyen-Orient et Afrique du Nord    EN : 20 joueurs pour défier l'Algérie en amical    Il n'y avait pas de petits clubs !    Festival International de Théâtre de Gafsa: Programme de la 23e édition du 23 au 29 mars    Semaine de la Journée Mondiale du Théâtre : 3 secondes de Mayar Alexane Samedi 30 Mars 2019 au 4ème Art-Avenue de Paris    L'USS Arlington, un fleuron de l'US Navy, en escale    Exercices militaires conjoints    Daech en Syrie: « Game over »? Pas si sûr !    « Daesh » totalement éradiquée en Syrie après la récupération de Baghouz, dernier bastion resté entre ses mains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chronique de corps en lambeaux
«Cicatrice» de Ghazi Zaghbani
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 02 - 2019

Une nouvelle expérience réunit à nouveau Nadia Boussetta à Mohamed Graia, avec Mohamed Ali Galai, Talel Ayoub et Mariem Dridi, dans une mise à mort où personne n'en sort indemne.
Un homme, une femme, deux narrateurs face à un micro, la cicatrice de Ghazi Zaghbani s'ouvre sur le récit d'actions qui se succèdent, la rencontre entre elle et lui est violente, agressive et charnelle. Elle, tétanisée par la peur, lui totalement soûl se montrant odieux et haineux. Dans cette chambre exiguë, tant de ressentis, tant de sentiments qui se contredisent : attirance et répulsion conditionnent l'action. Et nous, face à ces comédiens si proches dont nous découvrons la déchirure.
« Cicatrice », qui est le titre de cette pièce, est la marque d'une plaie après guérison, c'est aussi la marque d'une souffrance morale et psychique, c'est de ces deux aspects-là dont souffrent les deux personnages : lui, journaliste qui a subi beaucoup de répression et d'injustice sous la dictature, devient alcoolique, elle, une danseuse de cabaret que les soulards dévorent des yeux.
Un coup de foudre les réunit et les maux de la vie les ont meurtris. Les cicatrices ne semblent pas fermées, elles sont grandes ouvertes, béantes et même puantes. La vie du couple ressemble à un combat de coqs, un combat jusqu'à la mort où le coup de grâce ne vient jamais.
« Cicatrice » est une pièce sur la force d'encaisser, sur la blessure de l'âme et sur les stigmates qui racontent les coups durs et les revers, l'amertume qui accompagne une gorgée de bière, l'épuisement jusqu'à l'anéantissement.
Pour elle, danser n'est pas un défoulement, ni une ronde séductrice, c'est plus le déhanchement d'un corps qui se débat, une ultime vibration pour crier une existence. Pour lui, l'alcool est une manière de se noyer dans le néant, de s'effacer, de sortir du rationnel et rejoindre l'absolu de l'oubli.
Une énième fois, ce genre de sujet est mis sur le tapis, raconté en long et en large dans le théâtre et le cinéma, la descente aux enfers est une matière dramatique par excellence, mais ce qui fait la différence est bel et bien le traitement. Car « Cicatrice » est une écriture moderne, un texte fragmenté, écrit sous plus d'un point de vue. Celui de la femme, de l'homme, du serveur du bar et en même temps amant et des deux conteurs/commentateurs. Les versions se croisent, chacun présente son angle de vue sous le prisme de sa douleur.
Et cet espace, l'Artisto, si exigu et si chaleureux qui impose une écriture propre à lui, comme un théâtre de chambre où l'on se croit le seul spectateur. L'énergie qui circule avec fluidité, le souffle est ressenti dans ses moindres détails.
Nadia Boussetta, dont la vibration suit la psychologie de son personnage, nous offre un parfait dosage entre fragilité et force, les nuances sont tellement nettes, chaque muscle raconte ce corps désiré mais fané, élancé mais brisé.
Graia, quant à lui, retrouve de nouveaux repères dans ce rôle qui lui va comme un gant. Sa posture cassée, ses épaules qui se baissent de plus en plus jusqu'à toucher le sol vers la fin. Parfois même on pourrait se passer de dialogue et de texte tant les corps racontaient… se racontaient.
De Hatem Jouher poussent la fragmentation à son comble, et la surligne avec force. Les scènes se succèdent et se construisent avec de simples changements de décor composé de tables, chaises et nappes.
Du bar, à la maison, au journal…les conteurs se mêlent aussi au jeu et deviennent une multitude de personnages qui grattent, à chaque passage, un peu plus la cicatrice qui tente, vainement, de se refermer.
La scène finale change d'optique et inverse les proportions, l'auteur fait son apparition, impose sa règle du jeu et annonce « sa dictature », les voix se brisent, les visages se décomposent et le rideau tombe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.