25 mille tunisiens souffrent de polyarthrite rhumatoïde    Elections FTF : Mohamed Larbi Snagria et Achraf Aouadi candidats à la présidence de la FTF    Foot-Europe: le programme du jour    Ligue 1 – 16e journée: L'Etoile se déchaîne !    ST: Ben Nasr relève Chikhaoui    USM: Dissiper le doute    ABIR MOUSSI : Pour ceux que le dossier des hydrocarbures et des ressources naturelles intéresse    830 projets agricoles déclarés à Sidi Bouzid    Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux(FTDES): Un centre d'accueil et d'orientation ouvrira ses portes    DECES: Haj Abdelaziz GHAZALI    MEMOIRE: Ali TARHOUNI    L'Ambassadeur algérien à Tunis, Azzouz Baalal, remet à Rached Ghannouchi une invitation officielle à visiter l'Algérie    DECES: Mohsen HAMZAOUI    Intelligence artificielle: le futur n'est plus le pétrole, mais la data !    Lutte contre le vol des bagages: Tunisair prend le phénomène à bras-le-corps    Focus business: la promotion des exportations    Coronavirus, aucun cas enregistré parmi la communauté tunisienne en Italie    Happy Birthday Mr President !    Sahel - Sommet du G5 ce lundi à Nouakchott : Aller au concret et à l'urgent    Ben Ammar : L'ouverture sur le marché saoudien sera une chance historique pour le cinéma tunisien    Festival du rire 2020 | «Mamou et Chehyma» : le triomphe de l'amitié    Livre : « Les Carthage du monde »: Kart Hadasht ressuscitée    VIe colloque international d'études méditerranéennes (les 24 et 25 fevrier 2020): «La folie, entre création et destruction»    Agression d'un Imam à La Marsa : Simple «scénario» mis en œuvre par l'Imam afin de faire pression sur les autorités concernées pour être « titularisé » !    En photos : Hend Sabri, sublime et stylée à la Fashion Week de Milan    Arrestation d'une femme libyenne pour vol    L'ambassadeur de Chine à Tunis, Wang Wenbin : Avancée dans l'endiguement du Coronavirus et efforts de reprise du secteur économique fortement impacté    L'Emir du Qatar en visite officielle en Tunisie les 24 et 25 février    Foot-Europe: le programme du jour    Météo : Temps passagèrement nuageux    L'huile de pépins de figue de barbarie – Sultane de la nouvelle cosmétique tunisienne : Lancement d'une nouvelle vidéo    Gouvernement de Fakhfakh, qu'en pense Ahmed Néjib Chebbi ?    Candidature au patrimoine mondial de l'Unesco : L'île de Djerba répond aux critères requis    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Du 19 au 22 février 2020 : Mission d'hommes d'affaires tunisiens à Turquie    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Kasdallah: Assurer seul sa défense ?
Publié dans Leaders le 16 - 01 - 2020

Beaucoup de tunisiens, classe politique comprise, ont cru que pour avoir éliminé un certain nombre de terroristes sur leur sol, le terrorisme est en voie d'être éradiqué et la paix s'est durablement installée avant que la montée des tensions dans la sous-région les ramène à la raison.
La guerre, ou pour être plus moderne, la conflictualité, a un bel avenir dans notre région et les rapports humains demeurent des rapports de forces.
Aujourd'hui, le feu est à nos portes avec le va-t'en-guerre d'Erdogan qui veut embraser la Libye après avoir occupé une partie de la Syrie. Les militaires turcs reviennent en Afrique du Nord, et c'est La Libye qui leur servira de «porte d'entrée». Le prolongement des troubles dans ce pays frère, la situation au Sahel et notamment au Mali, mais aussi au Niger, au Burkina, connait un regain de violence. Cette aggravation de la situation en Lybie et au Sahel, intervient dans un contexte mondial explosif. A nos frontières de plus en plus de forces étrangères interviennent soit directement comme la France soit plus discrètement comme la Russie, le Soudan ou l'Egypte.
Dès lors, raisonner seulement neutralité en acceptant le nanisme politique et militaire est une faute. On ne peut penser Sécurité sans réaliser sa maturité stratégique. Car depuis que le monde existe, l'histoire est ainsi faite: Les valeurs ne valent que par la puissance de l'épée. La voix ne porte qu'en fonction du calibre des canons.
Or aujourd'hui, privée de puissance militaire crédible, la Tunisie est un pays aphone. Son absence à la réunion de Berlin en est la meilleure illustration.
Une Armée maghrébine est –elle la solution?
Elle est plutôt une Vision mais une vision à très long terme. En effet, une armée nationale est nécessairement une armée de citoyens: tant qu'il n'y aura pas de citoyens maghrébins, il n'y aura pas d'armée maghrébine. Nous n'avons pas le luxe du rêve. Les perceptions des menaces, les intérêts stratégiques et les cultures opérationnelles sont trop divergents pour que les pays du Maghreb acceptent d'une seule voix de subordonner leur défense à la mise en commun de moyens dont ils auraient perdu la liberté d'emploi.
Le réalisme veut donc que l'on parte d'un noyau de nations souveraines capables de compromis stratégiques et d'érosion de leur autonomie au nom d'un intérêt supérieur accepté et dépassant les égoïsmes nationaux. Ce qui suppose une conscience claire et un volontarisme sans faille.
Nécessité d'un plan stratégique en vue d'un conflit majeur
Le contexte régional est marqué par une forte instabilité. Le spectre d'un conflit majeur doit être à présent envisagé d'où la nécessité d'un plan stratégique qui tirera les conséquences de la mutation profonde et rapide de la conflictualité.
Trois priorités devraient être prises en compte dans ce plan:
La première porte sur l'élévation du niveau d'exigence de la préparation opérationnelle. Cela va augmenter le rythme de la préparation alors que le plan de charge des Unités de combat est déjà très lourd.
La seconde priorité est que les unités doivent disposer de moyens matériels nécessaires et suffisants pour leurs missions. Il nous faut être en capacité de sur classer un adversaire asymétrique. Nous devons faire preuve d'imagination dans ce domaine.
Enfin la troisième priorité qui est en réalité la première, concerne le personnel qui constitue notre plus grande richesse. Nous devons assurer à nos soldats une excellente condition physique, cela suppose une hygiène de vie: alimentation, sport, sommeil. Il leur faut aussi et surtout une bonne condition mentale parce que, quelle que soit leur niveau et leur fonction, ils peuvent se trouver en situation d'isolement. Ils doivent alors être capables de prendre les bonnes décisions, parfois en quelque secondes, pour accomplir leur mission et assurer leur sécurité ainsi que celle de leurs camarades.
Nos décideurs sont appelés à ne plus se laisser piéger par l'image d'Epinal du «soldat sous qualifié» effectuant un métier facile laquelle ne correspond évidemment pas du tout à la réalité.
En tout cas, il me semble que nos hommes (mais aussi nos femmes) ont besoin de considération à la hauteur de leur engagement et de leur sacrifice. Nous devons veiller à bien les traiter en termes de rémunération et de soutien moral.
J'espère de tout cœur que nous sommes encore loin d'un conflit dit «majeur» car j'ai bien peur qu'avec un conflit «dur» l'attrition de nos forces soit rapide vu le format actuel. Sans oublier que la majeure partie de notre armée est dispersée aux quatre coins de la république.
Par ailleurs et malgré la guerre civile qui se profile à nos portes, des médias propagandistes nous chantent la gloire du grand leader sur l'air de «tout va bien, madame la marquise»!
Du coup, ça sent plutôt la foutaise que la planification stratégique! A Dieu ne plaise que cela soit !
Colonel(r) Mohamed Kasdallah


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.