Tunisie-Rached Ghannouchi : « Le Parlement fera son coming back, qu'on le veuille ou pas ! »    Me. Imed Ben Halima : « Saied se bat contre Ghannouchi pour le leadership, pas pour le bien du pays »    Tunisie-Variant Omicron : Le Comité Scientifique décide d'administrer la troisième dose du vaccin anti Covid-19 à la tranche d'âge des 18 ans et plus    "Virage de la mort" à Sfax [VIDEO] : Un accident de la circulation mortel à cause de la margine    Face à l'imminence d'une 5ème vague, la Tunisie généralise la 3ème dose du vaccin anti-Covid    Mahdia : Un mandat de dépôt contre le maire d'Essouassi    Rached Ghannouchi : Le Parlement sera de retour qu'on le veuille ou non !    Coupe de la CAF : Le CSS jouera à Nairobi pour la victoire    Ligue 2 Pro : Résultats des matches de samedi    Le ministère de l'Intérieur publie une série de photos de l'attaque à l'arme blanche    Une minorité d'entreprises allemandes installées en Tunisie croient en un développement économique en 2022    Ticad 8 : Bien préparer les dossiers de projets    Augmentations salariales dans le secteur privé: L'accord sera signé la semaine prochaine    Variant Omicron - Nouvelles mesures pour les voyageurs à destination de la Tunisie    Le sélectionneur de la Grèce jette l'éponge    Sfax: Suivi des opérations de distribution de l'huile végétale subventionnée [Vidéo]    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Mohamed Abbou : Qualifier Kaïs Saïed d'honnête m'a mis dans le pétrin !    Les services de la dette extérieure ont progressé de près de 21%    MEMOIRE : Hassen MEKKI    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    Lancement effectif du réseau ferroviaire rapide : ll faut en finir avec les fausses annonces    Tunisie Telecom fait bénéficier son expérience RSE aux étudiants au Forum de l'ENSIT    NBA : les Lakers surpris par les Kings, les Suns 15/15    Des établissements scolaires ont été fermés après l'enregistrement des cas de contamination par le coronavirus    «RIMBAUD. Le Bateau ivre a 150 ans», sous la direction de Giovanni Dotoli et d'autres chercheurs : Célébration du prodigieux «Poème de la mer» de «l'homme aux semelles de vent»    On nous écrit | Retour sur la Foire internationale du Livre de Tunis 2021 : Lire délivre    1ère édition du Salon du livre audio en Tunisie les 27 et 28 novembre à la Bibliothèque Nationale de Tunisie : Le livre à l'ère du numérique    UST : Le grand défi    Du côté du Parc A | Amri opéré avec succès    Villarreal – Barcelone : Liens streaming pour regarder le match    Coronavirus : 4 décès supplémentaires et 127 nouvelles contaminations recensés le 25 novembre 2021    4 nouveaux gouverneurs nommés    Ligue 1 : Plus de deux mois d'arrêt du championnat    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    Tunisie-Ben Guerdane [PHOTOS] : La Garde Maritime a secouru 461 immigrants clandestins issus de 17 pays africains    The Washington Post évoque la Tunisie    En vidéo : ''Un centre d'esthétique en Tunisie a fait des ravages sur les gens'', selon une influenceuse internationale    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    La banque allemande KfW débloque 18,5 M€ en faveur de la protection du littoral tunisien    Tunisie: Une élévation de la mer de 50 cm pourrait entraîner de grosses pertes !    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Migration clandestine : Un oubli regrettable !    487 migrants irréguliers secourus au large de Kerkennah    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    Chronique d'une catastrophe annoncée au Musée du Bardo    Disparition de Mohamed Bouamoud, adieu l'ami !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : Pour un statut de chercheur-intervenant et un double impact académique et socio-académique de nos recherches scientifiques
Publié dans Leaders le 27 - 10 - 2021

Par Anissa Ben Hassine - La sonnette d'alarme a été tirée depuis bien longtemps pour la recherche scientifique tunisienne qui ne cesse de sombrer, chaque année un peu plus, dans les abîmes d'une université publique qui peine à retenir ses élites, aussi bien du côté des étudiants que des universitaires.
Il semble bien loin ce système universitaire exceptionnel dont l'excellence était reconnue au-delà des frontières de ce petit pays qui a tout misé sur l'éducation et la santé depuis son indépendance. En effet, l'université publique tunisienne a continué à former des cadres supérieurs techniques et administratifs d'une rare compétence dans la région jusqu'au début des années 2000. Depuis, le populisme du régime dictatorial en place a déclassé le Baccalauréat entraînant sur les bancs de l'université des étudiants dont le niveau ne faisait que se dégrader d'année en année et dont le nombre ne faisait que s'accroître.
C'était l'époque des amphithéâtres bondés, de l'enseignement de masse, de l'inauguration à tout va de facultés qui naissaient comme des champignons au milieu de nulle part sans infrastructure adéquate, faisant des campus universitaires des lieux sans âme où l'on recevait un savoir approximatif dans des conditions précaires et minimalistes alors que le monde s'engageait dans la révolution numérique.
Ils ont alors été de plus en plus nombreux les universitaires à quitter le navire, qui pour les sirènes du secteur privé, qui pour des universités étrangères qui ont su attirer et reconnaître leur compétence à sa juste valeur. Il n'en fallait pas plus pour que le bateau tangue dangereusement. Ne parviennent à résister encore à la force des vagues dévastatrices que quelques valeureux résistants qui luttent désespérément à contre-courant. Tel cet orchestre qui continue à jouer alors que le Titanic sombre dans l'eau glaciale de l'Atlantique, ils poursuivent leur mission dans la dignité et l'abnégation, parvenant tout de même à constituer des ilots de connaissance dans des océans d'ignorance, de plagiat et de platitudes.
Les classements internationaux en matière de recherche scientifique ne cessent, d'ailleurs, d'apporter les preuves de cette descente aux enfers. C'est ainsi que l'International 2021 AD Scientific Index de 2021(1) classe la Tunisie 90ème dans le monde (après le Vénézuala et l'Uruguay et juste avant l'Ouzbekistan) et 9ème en Afrique après l'Afrique du Sud, le Maroc et l'Algérie notamment et juste avant l'Ethiopie. En outre, la première université tunisienne, celle de Sfax, est classée 1593ème dans le monde et notre pays ne compte aucun scientifique dans le top 100 mondial et un seul dans le top 100 Afrique (64ème), de l'Université de Sfax lui aussi.
En cause, la bureaucratisation de la gestion des structures de recherche soumises à des dispositifs de finance publique archaïques qui transforment la moindre de leurs dépenses en véritable parcours du combattant avec, en tête du palmarès, les fameux bons de commande et le système des trois devis. La valse des autorisations que doit obtenir chaque dinar dépensé décourage les plus valeureux et les reliquats s'accumulent dans les budgets des laboratoires et des unités de recherche, les chercheurs préférant y renoncer plutôt que de perdre un temps fou à arpenter les dédales des administrations publiques à la poursuite de leurs demandes et dossiers.
Mais probablement que la raréfaction des ressources de l'Etat constitue le plus grave danger pour le maintien de la recherche scientifique dans notre pays et ce quelque soit la discipline. En effet, les budgets des structures de recherche se sont réduits comme peau de chagrin ces dernières années et les recrutements des enseignants-chercheurs sont à l'arrêt. Ajoutez à cela la massification de l'enseignement supérieur et la dégradation du niveau des diplômés et l'on se retrouve avec des centaines de « Docteurs chômeurs » qui manifestent pour intégrer l'enseignement supérieur public et des dizaines qui campent sous les murs du ministère.
Cette dégradation de tous les indicateurs et les symboles de l'université tunisienne n'est pas sans incidence sur son image dans la société tunisienne. Cette dernière se met à regarder de plus en plus de travers cette « élite universitaire » qui a tant perdu de son aura au profit de « nouvelles formes de richesse » où la connaissance a peu de place et qui font la part belle au gain facile, au superficiel et flirtent avec la légalité. Accusés de se maintenir dans leur tour d'ivoire, en déconnexion totale avec la réalité de leur pays, certains universitaires tunisiens n'hésitent pas alors à se reconvertir en formateurs, conseilleurs, experts et consultants, achevant ainsi la destruction de ce qui restait en matière de recherche scientifique.
En quête de légitimité sociale et sociétale, ils finissent par ne plus consacrer à l'université que les quelques heures d'enseignement par semaine auxquelles les assigne le contrôle de leur administration et s'investissent dans d'autres sphères socio-économiques. Là non plus, leur expertise n'est pas toujours reconnue à sa juste valeur et les honoraires qui leur sont servis sont parfois modiques mais ils leur permettent d'améliorer leur niveau de salaire maintenu à un niveau ridiculement bas. Les laboratoires se vident !
Pourtant, une autre voie est possible ! Se rapprocher du monde socio-économique, et notamment des entreprises du secteur privé, avec la casquette de chercheur. Mettre les doctorants au service du développement économique en les recrutant dans les entreprises pour résoudre les problèmes de ces dernières avec l'encadrement de leurs professeurs permettrait d'avancer aussi bien sur le plan pratique que sur le plan académique. En effet, des thématiques de recherche identifiées en commun entre l'entreprise et les structures de recherche permettent un travail collectif qui profite aux deux parties.
Cette démarche a un nom, la recherche-intervention, et elle a été discutée pendant deux jours à l'ESSEC de Tunis les 21 et 22 octobre 2021 en présence du Professeur Armand Hatchuel de l'Ecole des Mines ParisTech initiateur de cette méthode, de Professeurs de l'enseignement supérieur tunisien, de chefs de structure de recherche, de Présidents d'université, de PDG d'entreprises et de représentants d'organismes internationaux et du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
Tous ont fait le même constat unanime : un meilleur rapprochement est nécessaire entre l'université et son environnement socio-économique. On ne peut plus continuer à conduire et produire des recherches dans le vide, l'université ne pouvant pas et ne devant pas continuer à vivre à la marge. Elle se doit de se nourrir et de nourrir son écosystème et les solutions existent dans le cadre d'un partenariat public-privé qui peut prendre, dans l'enseignement des formes d'apprentissage par alternance et dans la recherche des études sur site avec des conventions signées entre les structures de recherche et les entreprises et des doctorants placés et payés par ces entreprises et encadrés par leurs professeurs. Ces solutions ont fait leur preuve ailleurs ! Ne rêvons pas et n'essayons pas de réinventer la roue, expérimentons ce qui a marché ailleurs.
Intégrer les étudiants dès leur 1ère année à l'université dans le monde socio-économique est capital pour la qualité de leur formation. A l'époque où l'acquisition du savoir est à portée de souris, c'est l'acquisition du savoir-faire, de la pratique, de la manière de faire les choses qui nécessite un véritable apprentissage. Ce dernier pouvant être bien plus efficace s'il était conduit, en tandem, par l'université et les entreprises. Prenons exemple sur les études médicales où les structures sanitaires ont un rôle de premier plan dans la formation du personnel médical et paramédical pour le généraliser à l'ensemble des métiers et des formations. Cela ne fera qu'améliorer l'employabilité des diplômés et l'impact socio-économique des recherches menées qui ne serviront plus qu'à la promotion de leurs titulaires mais bien à l'avancée technologique et à l'amélioration de l'innovation des appareils productifs.
Encore faut-il créer, à l'instar du statut d'étudiant-entrepreneur qui vient d'être lancé en 2019 par le ministère de l'enseignements supérieur et de la recherche scientifique tunisien, un nouveau statut de chercheur-intervenant qui donne des droits et des devoirs au doctorant qui intervient dans une entreprise pour l'aider à résoudre ses problématiques avec des solutions et/ou des méthodologies innovantes et structure la relation tri partite chercheur-université-entreprise. Là encore, les modèles existent tels que les contrats CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche) en France qui prévoient, à l'instar de la taxe à la formation professionnelle, une taxe à la recherche qui permet de rémunérer les chercheurs en entreprise.
Anissa Ben Hassine
Directrice du laboratoire de recherche LARIME
ESSECT – Université de Tunis
(1) https://www.adscientificindex.com/country-ranking/ 706.652 scientist, 211 country, 13.516 university


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.