La Banque centrale n'est pas isolée dans sa tour d'ivoire    Décès de l'Emir Sabah al-Ahmad al-Sabah : le président Kaîs Saied se rend au Koweït pour présenter ses condoléances    Ons Jabeur s'est qualifiée pour le 3ème tour du Roland-Garros au dépens de la Japonaise Nao Hibino    Baisse de la récolte des olives cette saison à Siliana    Plainte déposée contre Fakhfakh pour sa mauvaise gestion    Recommandations et propositions MIQYES de la santé de la PME 2019-2020, spécial COVID-19    Ons Jabeur passe aux seizièmes à Roland Garros    Tarek Bouchamaoui,candidat à la présidence de la CAF, demande l'appui de la FTF    84 nouveaux cas à Monastir    En vidéos : La télé-réalité s'invite sur Attessia TV avec Dream Story    60 minutes de pur bonheur sur les traces d'Alexandre Roubtzoff en Tunisie, grâce au film de Saïd Kasmi-Mitterrand    Tunisie: Le Bloc de Qlab Tounes au Parlement compte 30 députés après l'arrivée de quatre nouveaux    Khazri refuse une offre du club qatari, Al-Khor    L'attaquant algérien Zakaria Naidji, nouvelle recrue    Tous au théâtre !    BCT : Tendance baissière du taux d'inflation    Mondher Lakhal est le nouveau DG de la BNA Bank    La Manouba | Covid-19: Fermeture d'une mosquée à Tebourba    Où regarder le match Liverpool vs Arsenal en direct?    Festival Carthage 2021 : prolongation du délai de dépôt de candidatures    Riadh Chaibi nommé conseiller politique du président d'Ennahdha    La ligne de financement Sunref pour booster l'économie verte    Tunisie – Recyclage : Atelier pour faire du compost maison et valoriser ses déchets (vidéo)    Covid-19 | EST : Alaeddine Marzouki testé positif    Baisser le taux directeur est une décision judicieuse, déclare Marouen Abassi    Coronavirus: La situation devient alarmante dans certains quartiers de la capitale    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 1er octobre 2020 à 11H00    France: Coronavirus: 92 départements en situation de vigilance    Abdelaziz Kacem: Je combats la barbarie mais je ne suis pas Charlie    Coopération entre la Poste tunisienne et MoneyGram International    Hand-Coronavirus : Le joueur de l'Espérance, Ouajdi Barhoumi, positif    Immigration irrégulière : 15 Tunisiens secourus par la marine nationale    CONDOLEANCES    Discours du secrétaire d'état américain à la défense, Mark Esper, au cimetière militaire américain de Carthage : « Affaiblir les organisations extrémistes violentes »    « D'âme », exposition de Kassou chez Musk and Amber | Tirez le fil : Araignée ou Pénélope ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse    Un nouveau décès à Béja    Il y a 35 ans, Israël a bombardé la Tunisie    La confiance pour avancer    Tunisie: Le Chef du gouvernement reçoit des représentants d'Ennahdha, Qalb Tounes et Al Karama    Oussama Romdhani: Les prochaines élections US ne sont pas totalement sans enjeu pour la Tunisie    De gros risques de déstabilisation régionale    Le mouvement Amal surpris par les accusations de Macron    Macron promet « la médiation », Poutine dénonce des « pressions »    Une fenêtre ouverte sur le monde...    Le festival international du Sahara de Douz sera maintenu    Exposition collective à la galerie d'arts du nouveau centre culturel baptisé «Kdanse»à Sousse : Les retrouvailles...    Peut-on se trouver privés d'IPTV ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la rencontre des cinémas du monde
Publié dans Le Temps le 10 - 11 - 2018

e sont surtout des films européens qui composent le programme de la section "Cinémas du monde". Avec des films d'auteur, cette plongée dans le cinéma européen souligne la vitalité des cinémas du Vieux continent et propose aussi des incursions asiatiques et australiennes
Nommer la section "Cinémas du monde" tout en y proposant essentiellement des films européens relève du clin d'oeil et de l'inversion des centres et des périphéries. En effet, peut-être que l'esprit de cette section résume-t-il à lui seul la nouvelle logique des JCC. Car notre festival institue le sud comme le centre des cinématographies mondiales et renvoie de la sorte l'Europe, l'Amérique et le cinéma de masses vers les périphéries.
La dialectique des centres et des périphéries
Comme une sorte de retour du pendule, cette démarche est porteuse de réflexion et incite à se pencher sérieusement sur la notion de cinéma dominé. De nos jours, avec l'ouverture sur le sud des plus grands festivals, il est patent que les cinémas dominés ne le sont plus vraiment. En tous cas, durant ces dernières décennies, ils auront imposé leur esthétique, l'art de leurs réalisateurs et investi des circuits de diffusion qui leur étaient auparavant fermés. L'essor du sud cinématographique a ainsi généré une nouvelle donne et porte en filigrane une question cruciale: quelle est la place réelle du film d'auteur en Europe? Comment peut-on continuer à produire des films d'auteurs, à la marge du système dominant?
Car ces films actuellement présentés à Tunis et qui nous viennent de Pologne, de Roumanie, d'Allemagne ou des Pays-Bas trouvent de plus en plus difficilement leur place dans le paysage audiovisuel européen à la marge duquel ils se situent. Quasiment produits hors marché, ces films subissent les mêmes pesanteurs que certaines oeuvres arabes ou africaines et participent aussi de la même logique esthétique. En effet, le cinéma d'auteur n'a pas de frontières et se savoure indifféremment quelque soit son origine.
C'est dans cette optique que cette section a constitué l'une des fenêtres sur le monde du festival, un monde qui nous est proche car l'économie dans laquelle évoluent ces films est similaire à la nôtre. Ces films du monde renseignent ainsi sur la nébuleuse des cinémas indépendants, de toutes les nuances de ce qui échappe au "main stream" et aussi de la vitalité du cinéma d'auteur.
Les échos du cinéma indépendant européen
Les films italiens comme "Lazzaro Felice" de Alice Rohrwacher ou "My home in Libya" de Martina Melili participent de cette tendance. D'ailleurs, il est aisé de constater que la plupart des films programmés dans cette section renvoyaient à ces échos du monde portés par les cinémas européens actuels. Ainsi, l'Italien Stefano Savona filme -t-il " Samouni Road" alors que le Néerlandais Jeroen van Velzen intitule son film "Tanzania Transit". Ces films du monde comprennent aussi des oeuvres françaises à l'image de "En Liberté" de Pierre Salvadori ou "En guerre" de Stéphane Brizé. Des films polonais, roumains et allemands complètent le volet européen de cette section qui comprend également des oeuvres de tous les continents.
Une fois n'est pas coutume, l'Australie participe aux JCC avec le film "Jirga" de Benjamin Gilmour. Des contrepoints congolais, turcs et japonais figurent aussi au programme avec des oeuvres comme "Une affaire de famille" de Manbiki Kazoku (Japon), "This is Congo" de Daniel Mc Cabe (Congo) ou "Kelebekler" de Tolga Karaçelik (Turquie).
Très riche, cette section des cinémas du monde est l'une des colonnes vertébrales du festival et, depuis l'entame de cette édition, le public a réservé un bel accueil aux films figurant au programme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.