Tunisie – AUDIO : Quel coût financier pour la grève générale de deux jours ?    Porto Farina : Quand Brahim Letaief nous rend le cinéma qu'on aime    Open d'Australie – Double : Malek Jaziri et son partenaire éliminés en huitièmes de finale    Un fort séisme frappe le nord du Chili    Hella Ben Youssef Ouardani: Un nécessaire sursaut patriotique !    Mokhtar el khlifi: L'heure de la vérité amère a sonné pour tous.    Coupe de la CAF: le programme de dimanche    Mondial Hand 2019 : la Tunisie affronte la Hongrie    Ligue des champions : le classement et les résultats de la deuxième journée    Tunisie – Le gouverneur de la banque centrale refuse de se présenter devant le parlement ?    Les Femmes américaines s'insurgent contre le président Donald Trump à Washington    Syrie: Des blessés lors d'une forte explosion à Damas    France : VIDEO : Incendie mortel dans une station de Ski à Courchevel    Une responsabilité collective à assumer    La confiance de retour    Bientôt les soldes d'hiver    Indestructible la volonté générale, et sans violence…    Coupe de la CAF (16èmes de finale bis-aller) : Formation probable du CSS contre Vibers (OUG)    Programme TV du dimanche 20 janvier    Panache et intelligence    Tunisie – Il n'est pas question de lever les subventions sur les médicaments    Grève générale dans la fonction et le secteur publics, les 20 et 21 février prochain    Les objectifs de la révolution non encore réalisés    Quand l'analphabétisme gagne du terrain    Retour sur la collision entre un train du TGM et une voiture légère à Carthage Byrsa    Gagner la confiance des régions    Le cinéma de la cité arrive !    Le parcours et l'empreinte d'une infatigable cinéaste    En attendant Vénus...    La Tunisie affronte ce soir la Hongrie 2ème du groupe D    Tunisie: Vers l'imposition de taxes sur les produits d'artisanat contrefaits    Le ministre des Affaires étrangères représente le Président de la République au 4ème Sommet arabe du développement économique et social à Beyrouth    Tunisie: Arrestation d'un agent de l'aéroport Tunis-Carthage ayant volé la valise d'un voyageur    Des députés Européens appellent la Tunisie à cesser les arrestations et la torture des gays et à abolir l'article 230 du Code pénal    Rafik Darragi: Le nombre 9 dans la littérature internationale (Italie & Angleterre)    Météo: Prévisions pour dimanche 20 janvier 2019    Le Portugal vise plus de coopération dans le domaine de l'environnement avec la Tunisie    Officiel : nouvel appel à la grève les 20 et 21 février par l'UGTT    Une facture assez lourde pour Tunisair et des voyageurs mécontents    Youssef Chahed, sera le leader du nouveau projet politique    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Une facture salée    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JTC 2018: «MOTS POUR MAUX» DE MOUNA N'DIAYE.. Ibn Rachiq s'en fiche…
Publié dans Le Temps le 16 - 12 - 2018

«Mots pour maux», de Mouna N'Diaye, a été victime d'un sérieux problème technique qui a mis à mal la pièce burkinabè. Et tout ça pour une histoire de fiche son. Une maison de la Culture sans fiche. Ibn Rachiq s'en fiche…
On se demande à quoi servent les fiches techniques que les troupes envoient avec leur dossier. Apparemment à rien au vu de ce qui s'est passé avec la pièce burkinabè «Mots pour maux». Une simple histoire de fiche son. Une maison de la Culture sans fiche. Ibn Rachiq, lieu de la représentation, s'en fiche. Et voilà comment une petite histoire de fiche son fiche toute une pièce en l'air.Une fiche disponible deux heures avant le début de la pièce !
Des programmateurs fichent,dans une salle de spectacle, une pièce sans tenir compte de la fiche technique. De quoi l'électrocuter et lui clouer le clapet!La scénographie et la mise en scène de «Mots pour maux» ont dû être revues à cause du choix de la salle. Et du coup le titre aurait dû être «Maux pour mots». Véritable électrochoc pour les comédiens !
L'histoire de Steffi (Mouna N'Diaye) se passe dans un hôpital psychiatrique. Violée à l'âge de 8 ans par un «tonton», ami de son papa, personne ne la croit, surtout pas sa mère. Et même si Steffi a grandi, son mental, lui, fait un blocage surses 8 ans. Un blocage dû au choc du viol, à un accident de voiture, mais aussi à sa relation ambiguë avec son frère.
Dans la scénographie originelle, les spectateurs, à qui on fait habiller une blouse blanche, évoluent d'un bout à l'autre de l'espace choisi, à la suite d'un professeur en psychiatrie. Ce dernier s'arrête devant des écrans et explique à ses «élèves-spectateurs» les différents cas psychiatriques. Avant d'arriver à la «cellule» de Steffi.
A Ibn Rachiq, les comédiens ont dû composer avec l'espace choisi par les programmateurs des JTC. Une salle avec fauteuils. Une salle avec scène en hauteur.
Le seul espace qui aurait pu convenir à la scénographie originelle est l'Etoile du Nord. Même si cette salle est excentrée, bien qu'elle ne soit pas loin du centre-ville.
S'adapter mais…
Du coup, à Ibn Rachiq, la pièce a été statique et a obligé les comédiens à une autre mise en scène, en l'absence du metteur en scène. Une mise en scène et une scénographique qui ont troublé le public. Ce dernier ne savait pas quoi penser de la pièce.
Le stress, que leur a imposé l'histoire de la fiche son et le changement de scénographie et de mise en scène, a atteint le moral des comédiens. Même s'ils ont essayé de donner le meilleur d'eux-mêmes. Et l'on ne sait si les larmes finales de Mouna N'Diaye étaient celles de Steffi, extériorisant sa douleur dans le silence, ou celles de la comédienne pleurant de dépit et de rage.
Connaissant tous ces «couacs», nous ne pouvons, décemment, juger de «Mots pour maux». Nous espérons la voir, à une autre occasion, mais avec sa scénographie originelle.
Certains parleront d'adaptation. Mais comment s'adapter quand rien n'est fait pour l'adaptation ?Comment s'adapter après avoir couru après une fichue fiche son ? Comment s'adapter quand rien n'est fait pour aider ?
Adapter c'est aussi dénaturer la pièce. Car une pièce n'est pas uniquement des mots. C'est un ensemble.Et si les organisateurs n'envoient pas la fiche technique de la salle programmée pour le spectacle, la troupe ne peut aucunement s'adapter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.