Safi Said : « Il faut désigner des personnalités fortes »    Précisions du Restaurant Mansourah suite au regrettable accident survenu dimanche dernier    Chute des recettes touristiques de 56%, à fin juillet 2020    Lancement de Sundance TV concours de courts métrages au MENA    Coronavirus | 17 nouveaux cas dont 2 locaux    Le Startup Career Jam de Flat6Labs Tunis, un salon de l'emploi 100% virtuel    Festival international de Sousse : Annulation du One man show de Lotfi Ebdelli et les autres spectacles    DIX-SEPT nouveaux cas de Coronavirus dont 2 cas locaux enregistrés en Tunisie    La CDC signe un accord de partenariat avec la Société Al Buhaira Invest    Hichem Ajbouni : un député de 9alb Tounes m'a demandé de ‘'régler'' les dossiers de Nabil Karoui    BH Bank : Un PNB de 220.5 millions de dinars (2ème Trimestre 2020)    Minutes Entrepreneurs : une nouvelle opportunité pour la jeunesse africaine    Change devises en dinar tunisien : Cours du 05 août 2020    Explosion au Liban : Envoi de 2 avions militaires à beyrouth et prise en charge de 100 blessés en Tunisie    Rafael Nadal renonce à l'US Open    déclaration Nissaf Ben Alaya    Première baignade, dernier rendez-vous... L'histoire d'un drame survenu à Kélibia    Entretiens de Mechichi à Dar Dhiafa : Peut-on envisager un gouvernement sans Ennahdha ?    Mohannad Ali, Fatima Akif couronnée reine et roi du football freestyle africain lors du Freestyle UNLOCKED Africa 2020    Tunisie: Yassine Ayari [vidéo]: Le parlement doit être dissout    Tunisie – année scolaire 2020-2021: Ouverture de l'inscription à distance des élèves du primaire    Protestations et blocages de routes à cause des coupures d'eau : L'Aïd de la soif    Le coronavirus...encore des mois, voire des années    CONDOLEANCES : Salha LAABIDI        Concert «Nesmet al-mahabba» avec l'Orchestre philharmonique de Tunis sous la Direction de Chadi Garfi : Un régal !    ESS | Entraîneur : Benzarti dans le viseur    Deux fortes explosions à Beyrouth, bilan provisoire: une centaine de morts et 4000 blessés    Coronavirus : L'UEFA annonce une batterie de règles très strictes    Mini-Football | Coupe de Tunisie (finale) : Quel enjeu !    Affaire EST-WAC devant le tas : Il ne faut pas trop rêver !    La communauté tunisienne à Beyrouth va bien    Tunisie: 15 candidats à l'immigration clandestine dont une femme secourus au large de Kerkennah    Justice: Libération de Taoufik Ben Brik    Explosion de Beyrouth, un survivant tunisien raconte    Nouveau comité d'investissement pour fournir des solutions au financement de la résurgence énergétique de l'Afrique    Le bilan de l'explosion à Beyrouth dépasse 100 morts    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hichem Ben Ammar peut-il quitter le vaisseau?
Publié dans Le Temps le 12 - 07 - 2020

Plus que quiconque, Hichem Ben Ammar incarne la Cinémathèque tunisienne. L'annonce de sa démission résonne comme un coup de tonnerre tant le public identifie ce cinéaste et animateur culturel au projet phare de la Cité Chedli Klibi.
L'adage est connu et se décline sur l'évidence que tous les cimetières sont pleins de gens indispensables. Toutefois, certaines personnes sont si dévouées et impliquées dans leur travail que leur absence laisse toujours un vide difficile à combler.
Une démission loin d'être anodine
C'est le cas de Hichem Ben Ammar, directeur de la Cinémathèque tunisienne, qui a présenté sa démission vendredi et révélé par ricochet, l'existence d'un malaise profond et persistant. S'il est un animateur de la Cité de la culture qui fait l'unanimité, c'est pourtant Hichem Ben Ammar. Généreux dans l'effort, inventif, connaisseur et pleinement motivé, il a comblé tous les cinéphiles depuis sa prise de fonction.
Incarnant la Cinémathèque tunisienne, il est de notoriété qu'il porte ce projet depuis plusieurs décennies. De même, malgré les difficultés rencontrées, il a pleinement rempli son contrat. Qu'il puisse démissionner est inconcevable d'autant plus qu'il a impulsé un élan remarquable à la Cinémathèque. Depuis la fin des années soixante-dix, Ben Ammar travaille d'arrache-pied et mérite amplement tous les éloges. S'il démissionne, cela induit que les conditions de sa mission se sont détériorées de manière insupportable.
La balle est maintenant entre les mains de la tutelle qui est obligée de revoir sa copie. Alors qu'on parle de mise au chômage technique de plusieurs travailleurs de la Cinémathèque, il importe que le ministèredes Affaires culturelles fasse toute la lumière sur la situation de la Cinémathèque. Car la démission de Ben Ammar n'est pas anodine. Ce cinéaste exigeant est aussi un homme d'honneur et il est évident pour l'opinion publique que sa démission est due à des raisons sérieuses. On n'imagine pas Tahar Cheriaa quittant les JCC ni la Cinémathèque tunisienne sans Hichem Ben Ammar.
En souhaitant que l'homme revienne sur sa décision et que la tutelle lui offre les conditions propices à l'exercice de ses activités, nous ne pouvons que constater l'étendue des dégâts. De même, il semble bien que l'acharnement au travail de Hichem Ben Ammar agissait comme un arbre cachant une forêt de problèmes, de petits complots et autres basses manœuvres à l'abri desquels devrait être maintenue la Cinémathèque.
Il revient à la tutelle
d'éclairer l'opinion
Hichem Ben Ammar incarne la Cinémathèque tunisienne et fait de l'avis de tous, un excellent travail. Pour cela, il est inconcevable qu'il parte. Pour cela, le ministère des Affaires culturelles doit toute la vérité à l'opinion publique. Quelles sont les manigances qui poussent un cadre loyal et discipliné à donner sa démission? Que se passe-t-il vraiment à la Cinémathèque tunisienne? Pourquoi pousser Ben Ammar à cette extrémité? Autant de questions pour le moment sans réponse, autant de questions qui induisent un malaise profond et persistant dans une institution qui perd son repère le plus engagé et son inlassable timonier. Disons le haut et fort: le départ de Hichem Ben Ammar de la Cinémathèque serait une véritable aberration.
H.B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.