Tfanen | Projet « Musées pour tous » pour les non-voyants : Le réveil du regard    Sihem Ayadi visite les infrastructures sportive à Bizerte    CORONAVIRUS NEWS : Dans moins de 15 jours l'INDE deviendra le 1er Foyer épidémiologique dans le monde    Abdelkader Boudrigua : Seulement 10% des entreprises ont bénéficié des mesures prises par le gouvernement    Sfax : Programme d'autonomisation économique au profit des familles démunies    Foot-Europe: le programme du jour    Cyclisme | Grands prix de la BH Bank et la municipalité de Ksar Said : La palme à Habouria, Kammoun et Tliba    News : Ben Halima rejoint le CA    Volley-ball | Play-off (10e journée) – play-out – (8e journée) : Le verdict    Coupe de Tunisie (1/2 finales) : le programme et programme TV    Tunisie – météo : Des pluies attendues sur le nord et le centre    Ces zones de Tunis n'auront pas d'eau, durant toute la journée    Tunisie: L'INPDP porte plainte contre le maire de Bannane (Monastir)    2 nouveaux décès à Sousse    Oubliez la réquisition !    Tunisie : 25 nouvelles contaminations à Nabeul    Les automobilistes appelés à la vigilance    Antonio Guterres – SG des Nations Unies – qualifie le COVID-19 de « 5ème Cavalier de l'Apocalypse »    Société Atelier du Meuble Intérieurs : augmentation de capital annoncée    Karim Trabelsi: « La LF 2021 doit traduire une approche sociale »    L'Atuge lance le débat sur les attentes et les perspectives de la loi de relance de l'économie    Dématérialisation des procédures administratives: Déjà des premiers succès de Mohamed Fadhel Kraiem    Procès Fifa : 28 mois de prison requis contre Al-Khelaïfi, 3 ans contre Valcke    Etoile du Sahel : Roger Lemerre n'arrivera pas    Tunisie: Baisse de 11,5% des revenus de l'Etat au cours des sept derniers mois,selon Ezzeddine Saidane    Le Président de la République supervise la clôture des travaux de la Conférence annuelle de la diplomatie    Tunisie: Tunisair: Les billets sont modifiables sans frais    Tunisie: Fakhfakh déclare ses biens à l'INLUCC    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Grenades sur votre table, faites le bon choix!    Prix Littéraires "COMAR D'OR": "Merminus infinitif "remporte le Comar d'or (Lauréats de l'édition 2020)    Nawel Ben Kraïem, l'artiste hybride dévoile ses identités multiples    Le romantisme de Nawel Ben Kraiem    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Deuxième édition de "Les Cordes Méditerranéennes" du 24 au 31 octobre 2020    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    Pandémie de la Covid-19 : Les saints seraient-ils fâchés ?    Rentrée culturelle de l'Institut Français de Tunisie : De belles rencontres au menu    CONDOLEANCES    CONDOLEANCES : Hassan JLASSI JALLALI    Par le polytechnicien Hazem Bouzaiane : Quelle couleur nous va...?    Deux morts et d'importants dégâts    Le parti du président Aoun propose un compromis    Manifestations millénaires à Bangkok    Nabil Naoum : L'Eclipse et autres nouvelles, De l'importance des menus plaisirs    Lancement du projet "Musées pour Tous" au musée archéologique de Sousse    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    2000 migrants irréguliers algériens sont entrés en Espagne depuis le début de 2020    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La goutte de trop pour les Libanais
Publié dans Le Temps le 14 - 08 - 2020

Le Parlement libanais s'est réuni hier pour entériner l'état d'urgence décrété à Beyrouth après l'explosion dévastatrice au port, qui a alimenté la rage de l'opinion publique contre une classe politique jugée responsable du drame en raison de son incurie.
Plus d'une semaine après la tragédie du 4 août ayant fait 171 morts et plus de 6500 blessés, les visiteurs étrangers se succèdent à Beyrouth. La ministre française des Armées, Florence Parly, et le sous-secrétaire d'Etat pour les Affaires politiques, David Hale, numéro trois de la diplomatie américaine, y sont attendus hier.
Dans un Beyrouth sinistré, où des quartiers entiers ne sont plus que des ruines, des appels à manifester -- peu suivis -- ont circulé sur les réseaux sociaux pour empêcher la tenue de la séance parlementaire, qui a débuté le matin dans un palais des congrès de la capitale.
Présidée par le chef du Parlement Nabih Berri, en poste depuis 1992, la séance, la première du Parlement depuis le drame, s'est ouverte avec la remise officielle des démissions de plusieurs députés, qui rendent leur tablier pour protester contre l'incurie du pouvoir illustrée par l'explosion du port.
Le drame du 4 août, catastrophe de trop pour des Libanais déjà éreintés par une crise économique, a relancé un mouvement de contestation déclenché à l'automne 2019 contre l'intégralité de la classe politique, accusée de corruption et d'incompétence, et aujourd'hui jugée directement responsable de l'explosion de par sa négligence.
Toute la République était au courant, parfois depuis des mois, voire des années, de la présence dans un entrepôt du port de tonnes de nitrate d'ammonium, et ce depuis six ans, de l'aveu même de certains responsables et selon des sources sécuritaires.
Au lendemain du drame, le gouvernement avait décrété l'état d'urgence pour deux semaines. Or, pour toute période dépassant huit jours, le Parlement doit donner son accord, selon l'ONG Legal Agenda.
Le gouvernement avait précisé qu'en vertu de l'état d'urgence, un pouvoir militaire suprême serait chargé des prérogatives en matière de sécurité.
Pour l'ONG Legal Agenda, une telle mesure pourrait «porter atteinte à la liberté de manifester» et permettrait à l'armée «d'empêcher les rassemblements considérés comme une menace à la sécurité".
L'état d'urgence pourrait également «élargir la compétence des tribunaux militaires sur les civils pour les crimes liés aux atteintes à la sécurité», estime l'organisation.
L'armée pourrait aussi «assigner à domicile toute personne engagée dans des activités considérées comme des menaces pour la sécurité», craint l'ONG.
La séance de jeudi sera boycottée par les Forces libanaises. Ce poids lourd traditionnel de la vie politique est opposé au gouvernement du Premier ministre, Hassan Diab, qui a démissionné lundi, après avoir été formé par un seul camp politique, celui de l'influent Hezbollah chiite et ses alliés.
Jeudi, le président du Parlement a appelé à «accélérer la formation du gouvernement». Mais une grande partie des Libanais n'ont que faire du gouvernement et des tractations souvent interminables enclenchées pour trouver un successeur à Hassan Diab.
En colère, ils réclament le départ du président Michel Aoun, 85 ans, du chef du Parlement, l'indéboulonnable Nabih Berri, des députés et de tous ces dirigeants en place depuis des décennies.
Après l'explosion du 4 août, l'enquête se poursuit. Dès vendredi, le parquet doit interroger plusieurs ministres, anciens et actuels, au sujet des 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées au port.
Plus d'une semaine après le drame, ce sont les habitants de Beyrouth, des jeunes volontaires et des ONG qui mènent les efforts sur le terrain, déblayant les décombres et distribuant des aides. L'opinion publique fustige l'inertie des autorités, peu mobilisées face à l'ampleur du cataclysme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.