Sécurisation des dispositifs médicaux : Un hacker peut‐il vous briser le cœur?    Elon Musk dépasse Bill Gates pour devenir la deuxième personne la plus riche du monde    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 24 Novembre 2020 à 11H00    Coronavirus: De nouveaux décès à Manouba    Mohammed Abbou : Ennahdha et Cœur de la Tunisie devraient aller en prison    Ooredoo atteint 24 gouvernorats durant sa campagne de sensibilisation contre la propagation du Covid-19    ATOG veut investir davantage dans les énergies renouvelables en Tunisie    Intelligence artificielle : "TUNIZI", un dataset pour l'analyse du sentiment en dialecte tunisien    Donald Trump ordonne le transfert de pouvoir à Joe Biden    Vers le lancement du programme de l'initiative économique des femmes "Raeda" dans sa nouvelle version    Présidence de la CAF : l'intérim du Congolais Constant Omari prolongé    Une correspondence de Ayari à la FIFA pour demander un audit de la FTF    Al-Bawsala appelle la présidence de l'ARP à garantir la diffusion directe de toutes les réunions des commissions    Après les bouteilles de gaz, une pénurie de carburant à Sfax    Foot : La Ligue des champions de l'UEFA reprend ses droits aujourd'hui    Mercato : Le défenseur du Primeiro de Agosto dans le viseur du Club Africain    Tunisie: La Première dame entamera ses fonctions au Centre d'études juridiques et judiciaires de Tunis    2846 cas confirmés en milieu scolaire depuis la rentrée    À la faculté, sur le point de passer les examens, on lui dit qu'il n'a pas eu son bac    Afrique-Covid-19 : Le Sénégal lance la première plateforme à but non-lucratif, de tests de diagnostic rapide    Les juges puis les cadres judiciaires, les grèves dans les tribunaux s'éternisent    Jerandi en France pour participer à la Conférence ministérielle de la Francophonie    LC Europe (poules / J4): les matches de ce mardi    Serie A : Ibrahimovic indisponible au moins dix jours (Milan AC)    Le mystérieux virus Chapare inquiète les scientifiques    Tunisie [Vidéo]: Projets et préoccupations de l'île de Kerkennah, explications du maire    Tunisie: Les habitants de Sfax redoutent une pénurie de carburants    Météo | Légère hausse des températures et pluies sur la plupart des régions    Haikel Mekki-audio :" Le ministre des finances a présenté de fausses données à la commission des finances "    Affaire des déchets italiens : Le réseau Tunisie verte menace de recourir à la justice internationale    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Ennahdha réitère son appel à un dialogue économique et social    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus a accru la défiance des gens à l'égard des pouvoirs
Publié dans Le Temps le 19 - 10 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";" Le Temps - Salah BEN HAMADI p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 10px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"En dépit des bouleversements apocalyptiques enregistrés partout dans le monde depuis une dizaine de mois, et peut être pour cette raison, beaucoup de gens ordinaires chez nous et ailleurs continuent de croire et de penser que coronavirus est une invention et une histoire fabriquée de toutes pièces pour des raisons commerciales et politiques entre autres, sous couvert de science. Un scepticisme qui ferait juger les gens qui l'affichent, de personnes incultes et arriérées.
Un citoyen qui partage cette thèse nous a rapporté qu'il avait refusé un jour de se soumettre à un acte médical pour un diagnostic parce qu'il n'y voyait pas d'utilité pour son cas, et alors le médecin lui dit : comment tu ne crois pas à la science !
Une femme d'un certain âge, souffrant d'une forme aigue d'allergie respiratoire depuis sa jeunesse, a rapporté, de son côté, qu'en réponse à une remarque qu'elle avait faite à son médecin traitant à propos de la longueur de la durée du traitement, il lui avait rétorqué que les firmes pharmaceutiques en ont décidé ainsi, car si elles le veulent, elles peuvent fabriquer un médicament qui abaisse énormément cette durée.
A cet égard, un spécialiste a insisté sur la nécessité de faire la part entre les choses.
Cette attitude sceptique, d'origine populaire, face à coronavirus, a-t-il noté, n'a rien à voir avec les querelles et les polémiques entre spécialistes et grands pays concernant la fabrication du nouveau virus responsable de la pandémie dans les laboratoires à partir de la manipulation voulue ou fortuite d'anciens virus de la même famille connus et répertoriés depuis longtemps (2001 et 2003). Un prix Nobel français de médecine en avait suscité une en soutenant que le nouveau coronavirus est une fabrication humaine en laboratoire à partir d'un ancien coronavirus auquel il a été ajouté une séquence du virus du SIDA.
Selon le même spécialiste, cette incrédulité populaire reflète la défiance populaire devenue un réflexe à l'égard de tout ce qui émane des pouvoirs publics et des autorités à tous les plans, y compris les autorités scientifiques. La pandémie a contribué à l'accroître et à la fonder davantage.
Si le nouveau coronavirus est un fait réel, a-t-il dit, l'instrumentalisation, la démagogie, la publicité fallacieuse, la tromperie, la fraude, la manipulation de l'opinion publique sont aussi des faits réels dont les peuples paient quotidiennement les frais.
Rupture
Ainsi, selon notre interlocuteur, il y a partout une rupture entre les masses populaires et les pouvoirs publics et officiels à divers niveaux, dont le pouvoir scientifique en liaison avec le pouvoir économique, à travers les laboratoires de recherche scientifique et les firmes pharmaceutiques. Dans les pays hautement industrialisés, les laboratoires scientifiques dans les domaines de pointe qui sont privés pour la plupart vivent des commandes des entreprises économiques et des Etats, de sorte que les commandes déterminent souvent le but et le sujet de la recherche scientifique. La Science travaille théoriquement et pratiquement au service de ces commanditaires.
Dans cette situation, a-t-il affirmé, tout est possible, et la vox populi ou voie du peuple est celle des dieux disent les anciens. Nous disons pour notre part qu'elle est celle de la vérité.
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 10px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.