Les deux actrices tunisiennes Aicha Ben Miled et Najla Ben Abdallah en lice pour les César 2021    Transformation digitale : Sept écoles d'ingénieurs en Tunisie participent au programme " Seeds for The Future ", de Huawei    L'Union des médecins généralistes de la santé publique observe une grève de 4 jours à partir de mardi 1er décembre 2020    « Seul on va vite, ensemble on va loin » : La BNA et la BH BANK unies avec l'Association Nourane contre la Covid+    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel dévoile sa liste africaine    Des chrétiens tués par des terroristes de Daesh    Le rendement du parlement en deçà des attentes (Al-Bawsala)    Y aurait-il une dernière chance pour le pays ?    La république de la complaisance, bloquée !    Le maître de l'horloge aux abonnés absents...    Début de la "Phase finale" de l'offensive dans le Tigré    Rohani accuse Israël de vouloir semer le "chaos"    Le confinement selon Wided Zoghlami    Le parcours et la trace    Tranches de vie recousues pour l'amour et l'espoir !        Qu'en-est-il 100 millions d'euros accordés par l'UE destinés à la réforme judiciaire ?    On est arrivé à la fin, déclare Korchid    Al-Joumhouri met en garde contre tout appel à la violation de la Constitution sous couvert de la crise    Maher Zid dans le collimateur de Ghazi Jeribi    Sortie du livre : "Osons… Notre Futur ! Une Tunisie Apprenante" de Akil Sadkaoui et Othman Khaled    L'Huile d'olive Tunisienne remporte deux prix au concours "Mario Solinas 2020"    En Tunisie, 83% des PMEs considèrent que l'administration est un obstacle    Tunisie : 5 nouveaux décès à Médenine    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre l'hépatite A au profit des enfants en âge préscolaire    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Novembre 2020 à 11H00    Le film "Sortilège" de Ala Eddine Slim remporte le prix du meilleur film au festival du film arabe de Zurich    Alpha Hyundai Motor annonce l'arrivée de la nouvelle Hyundai Grand i10    Football : Programme TV de ce lundi 30 novembre 2020    Une délégation de la coordination "le recrutement est mon droit" chez Rached Ghannouchi    La CDC remporte le HR AWARDS Tunisia 2020 dans la catégorie "stratégie globale face à la crise Covid-19"    Tunisie- Météo : Temps ensoleillé et peu nuageux    La date de la fin de la pandémie de Covid-19 révélée    D'un sport à l'autre    Handball | Prolongement du gel des compétitions sportives : La grogne grandissante des clubs    Ghazi Chaouachi, secrétaire général du Courant Démocrate, à La Presse : « La loi de finances 2021 nous conduira à la faillite »    Tunisie [Vidéo]: En direct de Sfax, grève des ingénieurs    En vidéo : Le look d'Ahlem Fekih à Dubaï fait le buzz sur les réseaux sociaux    Abdallah Chamekh, réalisateur du documentaire «le bois sacré», à La Presse : «La caméra ne croit pas à la géographie»    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie : L'annulation de la grève des magistrats est tributaire de la réponse du gouvernement à leurs demandes, selon le président de l'AMT    Budget de l'Etat pour l'exercice 2021 : les principales caractéristiques    COVID-19 Sousse, situation au 29 Novembre: 52 nouveaux cas et 3 nouveaux décès    PLF 2021 : Les députés réclament une augmentation du budget prévisionnel du Parlement    Le ''dernier souhait'' formulé par Maradona dans son testament ''étonne'' ses proches    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand pèse l'incertitude
Publié dans Le Temps le 24 - 10 - 2020

Face aux difficultés de programmation et à la chute de la fréquentation, les espaces culturels sont désormais dans l'expectative. Que faire pour sauver les meubles dans ce contexte inédit?
Si, pour des raisons objectives, les espaces culturels qui relèvent du secteur public, ne sont pas heurtés de plein fouet par la conjoncture, ce n'est pas le cas des structures privées qui, pour certaines, traversent une véritable tempête.
Des initiatives
pour conjurer la crise
Beaucoup d'espaces culturels pourraient ne pas survivre à la crise actuelle. Aménagés pour accueillir le public, ils se retrouvent privés de ce qui leur donne leur raison d'être. Difficile pour une galerie, un théâtre, un forum ou un cinéma de vivre sans public. Quand bien même l'on basculerait vers la diffusion virtuelle, cela ne résoudrait pas le problème.
On voit mal un cinéma diffuser sur les réseaux sociaux. La même remarque s'applique au spectacle vivant sous toutes ses formes. Et de toutes les manières, l'intendance ne suivra pas car un espace culturel est conçu pour accueillir le public. Des professionnels sont là pour cet accueil. Ils peuvent être au guichet, dans les coulisses ou sur scène, ils sont tous dans l'attente du public.
Les frais de gestion d'un espace culturel sont relativement importants et en temps normal, il est déjà difficile de joindre les deux bouts. Cette situation inédite pose la question du soutien à ces espaces actuellement en panne. Les pouvoirs publics ont un rôle à jouer ainsi que les mécènes qui peuvent saisir cette occasion pour apporter un appui qui se projette dans l'avenir. Les idées ne devraient pas manquer pour aider tous ces espaces à traverser la crise.
Une solution
structurelle urgente
L'exemple qui vient à l'esprit est celui de la subvention de spectacles. Par exemple, les pouvoirs publics pourraient subventionner des spectacles pour des cycles de représentations à venir. De même, les sponsors les plus actifs pourraient acquérir des billets par anticipation et attendre des jours meilleurs pour les utiliser.
Il faut prendre la véritable mesure de la situation pour en tirer toutes les conséquences. Pour citer l'exemple de l'Octobre musical de Carthage, cette manifestation pourrait ne pas avoir lieu alors qu'elle devait démarrer le 23 octobre. La raison est simple: nul ne sait encore si le couvre-feu sera prolongé. De même, les vernissages d'expositions dont suspendus à cause de la promiscuité qu'ils impliquent. Même chose pour les théâtres et les cinémas où le public ne se risque plus par mesure de précaution.
En ce qui concerne les structures culturelles du service public, les choses se présentent autrement. En effet, dans ces espaces, les activités culturelles sont suspendues jusqu'à nouvel ordre mais sans qu'il y ait un impact sur les résultats. En effet, dans le service public, l'accès est quasiment gratuit, le personnel formé de fonctionnaires et l'activité financée par la tutelle. Cela permet de traverser la crise actuelle avec des dégâts moindres.
Une solution structurelle urgente est à définir pour les espaces culturels privés pour lesquels l'incertitude dure depuis plus de neuf mois. À l'heure où pèse l'incertitude, il est important de rassurer les courageux animateurs de ces espaces qui sont et resteront le sel de notre vie culturelle.
HB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.