Championnat d'Afrique de canoë-kayak Egypte 2019 : Les Tunisiens remportent 10 médailles au 1er jour    Tunisie – Kaïs Saïed Toujours défaillant sur le plan politique étrangère    Le Président de la République supervise une séance de travail avec des dirigeants sécuritaires en présence de Youssef Chahed    Septième conférence de CONECT sur la responsabilité sociale des entreprises : Labellisation de 4 institutions tunisiennes    Un timbre-poste sous le thème ''La Tunisie, membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies''    Des chercheurs de haut niveau au colloque du LIGUE    Tunisie : Alerte Météo – Des vents forts attendus à partir de cette nuit    Tous unis autour de la harissa tunisienne    Tunisie : 51 cas de suspicion de conflit d'intérêts révélés par l'INLUCC    Tunisie: 200 bourses offertes par la Hongrie aux étudiants tunisiens    Communiqué de la FTDJ à l'opinion publique, aux autorités et aux employés du secteur de la presse écrite    Un arbitre chilien pour le match EST- Al Hilal    Ooredoo Tunisie et Vivo Energy Tunisie s'allient pour une énergie nouvelle    Le tunisien Samir Trabelsi, choisi chercheur de l'année au Canada    Seif Eddine Makhlouf condamné à 1 an et 8 mois    Payez vos factures d'électricité et de gaz de la STEG à partir de votre téléphone    Libye: Point sur la situation après l'ordre donné par Haftar à ses troupes d'entrer au cœur de Tripoli    25 blessés dans une explosion à Blankenburg, dans l'est de l'Allemagne    CS Hammam-lif : Hatem Missaoui absent des entraînements    L'Allemagne alloue à la Tunisie 300 Millions d'euros de fonds supplémentaires destinés au «Partenariat pour la réforme» et au soutien d'autres secteurs    L'hôpital de Kairouan donne un bébé à une autre famille que la sienne    Projection ciné-concert du film mythique “SALAMMBÔ” de Pierre Marodon à la cité de la culture    Tunisie: Traversées du Tanit et Carthage, précisions de la CTN    Déclaration de la société civile – Accords de partenariat euro-méditerranéens: l'illusion de l'étude d'évaluation    La composition du gouvernement toujours attendue, que dit la Constitution ?    Vidéo : Les Espérantistes font vibrer le Qatar avec la chanson ‘'7okem la3rab''    Une médecin prise en otage par un patient à Jendouba    Renforts sécuritaires et militaires sur tout le long des frontières tuniso-libyennes après le discours du maréchal Haftar    Espagne : Le Clasico "va bien avoir lieu", assure le président de Barcelone    Ligue Europa: les qualifiés pour les 16es de finale    Par Hadi Sraieb – Budget 2020 : Le subterfuge grossier du window dressing !    Une «Dictée géante en arabe» sera organisée le 15 Décembre en France    KARAKOUZ tunisien à Paris    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    La Méditerranée sur le point de se transformer en champ de guerre    FIFA : Le CA Bizertin risque une grosse sanction    Programme des vacances scolaires d'hiver à la cité des sciences de Tunis du 17 au 29 décembre 2019    Football : Programme des plus importants matchs de ce jeudi 12 décembre    Tunisie : Une secousse tellurique à Tajerouine    Concert de lancement de l'album « Fréquences Basses » de Slim Abida le 20 Décembre à l'IFT    La Tunisie encourage un système d'échange de droits d'émissions de gaz à effet de serre    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    Radio Nazaha : La première Web-Radio dédiée à la lutte contre la corruption est lancée (vidéo)    Le Syndicat des médecins du secteur privé mettent fin au contrat les liant à la CNAM    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le double impératif de l'instant : L'utilité du vote… Et le vote utile !
Publié dans Tunisie Numérique le 20 - 05 - 2019

Maintenant, et après huit ans de « liberté » et de « démocratie », le peuple a compris. Les plus crédules ont fini par comprendre. Cette classe politique qui est apparue à la faveur du « printemps arabe » est incapable de gérer le pays, et est, même, à l'origine de sa ruine. Il faut reconnaitre, à leur décharge, que les hommes politiques, de nos jours, ne peuvent pas s'occuper de tout à la fois. Ils ne peuvent pas s'encombrer avec les affaires du pays. N'ont-ils pas, déjà, suffisamment à faire, à se disputer les portions de la tarte ? Ils sont tellement pris dans leur lutte pour le pouvoir et pour le butin de guerre, qu'ils ne se sont, même, pas rendus compte qu'il n'y avait plus rien à tirer de ce pays exsangue, et de ce citoyen affamé et sans le sou. Ils se sont battus pour une portion de la tarte… Ils ont fini par manger toute la tarte, et ont, même, entamé le moule à tarte, à force de mordre à pleines dents et yeux fermés dans leur butin.
Maintenant, ce que les politiciens semblent commencer à appréhender, c'est que l'heure de rendre des comptes est arrivée. Il va falloir qu'ils répondent de tous leurs méfaits envers le peuple. Et ce, à travers les urnes.
Et le citoyen ne va pas y aller de main morte avec eux. Avec tous ceux qui ont voulu apprendre la politique et la gestion des Etats, à ses dépends. Mais comment va-t-il pouvoir y voir clair, pour savoir comment il va pouvoir sanctionner ceux qui lui ont fait tant de mal ? Ce n'est, en effet, pas évident avec la myriade de partis politiques qui se prétendent tous aussi immaculés que la neige, et qui se rejettent réciproquement la responsabilité de ce qu'il est advenu du pays, en se désengageant de toute responsabilité.
Pour pouvoir trancher de façon décisive, le citoyen doit rompre, définitivement, avec ce système qui l'a ruiné, et avec tous ceux qui y ont participé, de près ou de loin. Il doit sanctionner, par son vote toute la classe politique qui est actuellement, et depuis 2011, au pouvoir. C'est dire l'importance de la mobilisation générale pour aller voter, pour dire « çà suffit » aux bourreaux du peuple.
Ceci, en ce qui concerne le rôle du citoyen. Mais qu'en est-il du rôle des politiciens ? Car il faut reconnaitre qu'ils ne font rien pour faciliter le choix et la décision de l'électeur. En effet, la scène politique se présente comme suit : D'un côté, il y a la toute puissante Ennahdha avec ses électeurs inconditionnels, quoique leur nombre a considérablement baissé depuis 2011, c'est-à-dire depuis qu'ils ont été lâchés par les sympathisants qui voyaient en eux les pauvres opprimés qui ne veulent que le bien de la Nation, et qui sont pieux et ont trop « peur de Dieu », pour oser voler le citoyen ou lui faire le moindre mal. Et de l'autre côté, il y a tout le monde, autant dire qu'il n'y a personne ! En effet, le grand nombre de partis et le trop grand nombre de prétendants au pouvoir ne pourrait pas faciliter la sanction que tout le monde attend. La dispersion des partis dits progressistes va effriter les voix et dissoudre l'électorat dans la mer de partis et de personnalités.
Du coup, ce scénario, rend doublement, service à Ennahdha. Car en se trouvant face à de trop nombreux concurrents, les islamistes vont, non seulement, remporter les élections, mais en plus, et surtout, ils vont avoir l'avantage de ne pas atteindre la majorité absolue des électeurs, qui va être dissoute ailleurs. Du coup, çà va leur permettre de continuer à faire ce qu'ils aiment le plus faire ; c'est-à-dire, gouverner en arrière plan, en se cachant et en cachant leur incompétence derrière d'autres alliés.
D'où l'importance du deuxième impératif de l'instant, après celui d'aller voter en masse, et qui est celui du vote utile. Tout le monde doit se mettre d'accord, les politiciens en premier, pour s'unir dans l'adversité et constituer un front progressiste fort et uni, qui pourra rafler la majorité absolue lors des élections !
Ensuite, ils pourraient, toujours se battre pour leur idéaux, mais en laissant l'Etat tranquille et lui épargner ces querelles sans fin. En d'autres termes, il faudrait mettre en place un gouvernement de compétences, et le laisser tracer la politique du pays et la mettre en œuvre. Quant aux politiciens, il va falloir qu'ils trouvent, pour s'y battre, une autre arène que celle de l'intérêt du pays et du citoyen !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.