Tunisie : 19 décès en un seul jour    Officiel : Baisse du taux d'intérêt directeur de la Banque Centrale de Tunisie de 50 points de base pour le ramener à 6,25%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture mercredi dans le rouge    De gros risques de déstabilisation régionale    Le mouvement Amal surpris par les accusations de Macron    Macron promet « la médiation », Poutine dénonce des « pressions »    LA BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences «BH Academy»    Coronavirus – Espérance de Tunis : deux premiers joueurs testés positifs    Le Chef du gouvernement rappelle à l'ordre ses ministres !    Tunisie: 91 nouvelles infections au coronavirus à Sousse    Une fenêtre ouverte sur le monde...    Tunisie: Le gouvernement de Mechichi a perdu le contrôle de la gestion de la crise du Covid-19, selon Ahmed Néjib Chebbi    Covid-19 | L'UGTT appelle le gouvernement à mobiliser les fonds nécessaires pour préserver la santé des élèves et du corps enseignant    30 ans, asymptomatique mais décédé du Covid    Les producteurs d'huile d'olive du nord-ouest formés aux normes COI pour évaluer leur production    Exposition "Un siècle de peinture en Tunisie" à la Galerie Alexandre Roubtzoff    L'UE demeure le premier partenaire commercial de la Tunisie    Roland Garros : On Jabeur qualifiée au deuxième tour    Tunisie: Nouveau décès lié au coronavirus dans une clinique privée à Sousse    Réunion du Comité de pilotage des projets du patrimoine culturel "Tounes Wejhetouna"    Vidéo – Buzz : Akon City: la ville futuriste rêvée du chanteur sénégalo-américain Akon en Afrique !    Quelle loi de Finances pour un temps de crise économique ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Septembre à 11H00    Tunisie – Coronavirus: l'entraineur de l'EST Mouine Chaabani et son staff et l'entraineur du CA Lassaad Dridi contaminés    PBR Rating : en 2020, le déficit budgétaire se situerait entre 7% et 8%    Le bénéfice du Vaccin Antigrippe est plus important...    Orange Campus Africa, la nouvelle plateforme de formation en ligne africaine d'Orange    Le parc d'activité de Zarzis s'apprête à recruter 400 ingénieurs    L'ATFD organise un débat sur "pour une autre Tunisie possible"    ODC : un plan d'action pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens    Thiago Alcantara testé positif au coronavirus    Boules et pétanque | Championnat national (10e journée) : Dhouib et El May confirment    Exposition collective à la galerie d'arts du nouveau centre culturel baptisé «Kdanse»à Sousse : Les retrouvailles...    « Kom Lel Moumathel », de Walid Ayadi à El Teatro : Le comédien, de la réalité à la scène    Samir Makhlouf, lauréat du Comar d'or 2020, à La Presse : «Je ne viens pas de la littérature, je viens de l'écriture»    Tunisie: Le Conseil de la magistrature appelle les magistrats à préserver l'indépendance et le prestige de la justice    6 ministres du gouvernement Fakhfakh ont déclaré leur patrimoine    Handball : Composition du nouveau staff technique de la sélection tunisienne    Tunisie : Entretien téléphonique entre le ministre des affaires étrangères et son homologue yéménite    Habiba Ezzahi Ben Romdhane: Le Covid-19 n'est pas une Pandémie, c'est une Syndémie    Covid-19 : La plupart des entreprises africaines ont subi un impact négatif de leur CA    Météo : Températures en légère hausse    L'auteur de l'attaque de Paris ''révolté'' contre les caricatures de Mahomet    Peut-on se trouver privés d'IPTV ?    Tunisie: Sauvetage 68 migrants subsahariens au large de Ben Guerdane    Tunisie: Le secrétaire d'Etat américain à la Défense attendu demain mercredi à Tunis    Patrimoine : L'INP lance un appel à candidatures pour la formation internationale 2021    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par le polytechnicien Hazem Bouzaiane : Crime de non-assistance à un pays en danger… (partie 1)
Publié dans Tunisie Numérique le 08 - 08 - 2020

Plusieurs économistes parlent d'une faillite proche de notre cher pays et de ressources financières inexistantes. Ce n'est pas la peine d'énumérer les indicateurs économiques prouvant cela…
Je préfère me focaliser sur le futur…en effet, il y a un genre d'unanimité sur le diagnostic. Ce qui manque c'est la solution...
Ce qu'il nous faut c'est d'agir immédiatement…avec des solutions pragmatiques, concrètes et efficaces…
Sortir du gouffre : options disponibles...oui...mais...
Parmi les solutions qu'on entend souvent :
Les grandes réformes : Entreprises étatiques, les caisses sociales, la justice fiscale, le fond des subventions, les services publiques (santé, éducation, transport), etc.
Toutes ces grandes réformes sont, certes, importantes, voir indispensables, mais avec un peu de recul, on voit bien qu'il y a des prérequis pour entamer et réussir ces grands chantiers. En effet, certaines réformes auront besoin de moyens financiers importants, inexistants pour l'instant, d'autres auront des retombées sociales signifiantes, difficilement « digérables » dans le contexte actuel…
De tels chantiers ont besoin d'un exécutif fort et stable et non pas de ministres sur des « sièges éjectables » ...
Lutte contre la corruption ainsi que l'évasion fiscale et douanière : L'idée est d'arrêter l'hémorragie financière et d'utiliser les fonds correspondants pour entamer les grandes réformes et pour créer de l'emploi. Pareil, ceci est primordial pour le succès de n'importe quel pays, et il faut bien le faire. Est-ce que ça va sortir notre pays du gouffre à court terme? Je ne pense pas, pour plusieurs raisons. D'abord, ces fléaux sont tellement enracinés dans tous les secteurs qu'il faut vraiment une bataille de longue haleine, une bataille contre de gros morceaux, des personnes et sociétés organisées avec des gymnastiques juridiques, procédurales et relationnelles bien ficelées et rodées depuis de longues années. Sans parler de certains dossiers compliqués où les répercussions sociales peuvent être désastreuses, avec comme résultat éventuel un homme d'affaires en prison, des milliers de personnes sans emploi et de l'argent irrécupérable. Ça peut sembler très beau de lancer des slogans populistes où on met tout cela sur le dos d'une volonté politique inexistante, mais ceux qui étaient au pouvoir le savent très bien, ce n'est pas aussi évident que cela.
« Formaliser » l'économie parallèle (informelle) : On entend parler de différents pourcentages avec une quasi-unanimité sur le fait que presque la moitié de l'économie est informelle. Ce qu'on oublie souvent c'est que cela veut dire que, aussi, la moitié des emplois sont informels. Et donc il faut traiter le dossier avec délicatesse. Exemple classique, si on veut, on peut appliquer aux commerçants de Moncef Bay un suivi rigoureux pour en fin de compte les taxer davantage. Mais le résultat sera la fermeture de ce souk parce que tout simplement le business model de ces commerçants est basé sur son aspect informel et le citoyen n'a aucun autre intérêt d'acheter au Moncef Bay que le prix, qui est bas car l'état n'en prend pas une partie. Bref, là aussi une approche simpliste pour combattre l'économie parallèle est inutile, voir dangereuse. Le sujet est lourd, il faut l'attaquer, certes, mais en tenant compte de toute sa complexité.
Changer la loi électorale : pour introduire le « seuil » et pour limiter l'accès au parlement à un nombre restreint de partis politiques. Avec les tensions actuelles, la bipolarité et la non maturité d'une grande partie de nos partis politiques, ceci, même si ça pourra éventuellement améliorer un peu la situation, c'est loin d'être la solution miracle. En effet, il y a un déséquilibre flagrant en faveur du parlement qui détient, au même temps, le pouvoir législatif et une grosse partie de l'exécutif (puisqu'en fin de compte le chef de gouvernement est mis en place et/ou destitué par le parlement) et ce déséquilibre risque d‘être encore plus grand car ce qu'on aura tout simplement ce sont les mêmes partis dominants actuels mais en plus puissants.
Toutes ces solutions résonnent bien pour un programme électoral ou pour un discours populiste pour attirer la sympathie des citoyens, mais, bien que ces actions soient nécessaires et importantes, sont-elles vraiment le remède magique pour notre détresse... ?
A qui la faute ?
Selon les raisonnements classiques actuels :
Une classe politique inefficace ? : la classe politique en Tunisie n'est ni venue sur des chars de guerre ni d'une autre planète, c'est tout simplement le reflet fidèle de notre peuple. D'ailleurs, on en a essayé des centaines (certains étaient vraiment compétents) sur les dix dernières années mais sans beaucoup de différence coté résultats. Admettons-le, dans le contexte actuel, aucun politicien ne pourra changer grand-chose, puisque on se rapproche petit à petit d'un pays « ingouvernable ».
A force de diaboliser la classe politique dans son ensemble (certains politiciens le méritent peut-être !), on finira par ne pas trouver de personnes compétentes à pouvoir/vouloir gouverner.
Un peuple non productif ?: certains sont plutôt supporters du slogan « Si le tunisien (le simple citoyen) ne change pas, rien ne changera… »
Il est vrai qu'on est loin d'être les meilleurs de la classe en terme de productivité, assiduité et discipline. D'ailleurs il y a plusieurs indicateurs qui le confirment.
Et là, un nième message au peuple (ou plutôt une grande partie) qui parfois génère une nouvelle forme de dictature, la dictature de la rue...message pour travailler et arrêter de se plaindre...pour arrêter la fainéantise, la nonchalance, le laxisme, la théorie du complot, la victimisation...
L'inégalité existe...L'injustice existe...des demandes légitimes existent...mais il faut créer la richesse avant de la se partager…la Tunisie n'a pas besoin d'idées pour dépenser l'argent (les urgences sont multiples) ... Message au peuple pour ne pas être complice par sa passivité…et d'assister un pays en danger...
« Au lieu de se plaindre de l'obscurité, mieux vaut allumer la lumière » (Confucius)
Cependant, on ne changera pas du jour en lendemain et cette fameuse révolution de mentalité ne viendra jamais d'un coup. Il faudra des générations pour espérer un changement radical, qu'il faudra certainement initier le plus tôt possible.
Que faire alors ?
Non ce n'est pas un discours obscurantiste désespéré. On peut agir...et maintenant...Dans la deuxième partie de cet article, je parlerai de ma perception du premier pas à faire…
( à suivre … )
Hazem Bouzaiane, ingénieur polytechnicien et Master in Business Administration (MBA) de l'université de Manchester. Directeur régional dans une multinationale.
Partagez2
Tweetez
+1
Partagez
2 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.