Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de la 14ème journée    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Un nouveau système informatique intégré pour la douane tunisienne    Kais Saied connait déjà le prochain chef du gouvernement selon Walid Jalled    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Abir Moussi à Gafsa    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Augmentation des prix des tickets des bus et métros? Chakchouk clarifie    Pour le FMI il faut réduire la Masse Salariale et de limiter les Subventions    Météo : Un temps brumeux et ciel peu nuageux pour ce week end    CA: Réagir ou périr !    CAN U20 — Quarts de finale — Maroc-Tunisie (0-0 ; 1-4 aux TAB): Du cœur... et de la chance    Billet: Un univers déconnecté    CONDOLEANCES: Abdallah BOUGUENNA    CONTROLE DES UNITES DE PECHE PAR SATELLITE: Période expérimentale jusqu'au mois de juin prochain    Le FMI met en garde contre le risque d'insoutenabilité de la dette publique à défaut de réformes en Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Huile d'olive: Pas d'augmentation des prix pendant Ramadan    CONDOLEANCES: M. Kameleddine OUALI    Remerciements et 40e jour: Feu Ahmed BOUZRARA    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Concours de Miss Tunisie 2021: Le challenge de l'humanitaire    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    Covid-19 | Sousse : 70 nouveaux cas de contamination    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Détournement partiel de la circulation au niveau du tunnel de la Rue Yasser Arafet    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Investissement direct étranger : L'avantage fiscal n'est pas la priorité des investisseurs
Publié dans WMC actualités le 25 - 01 - 2021

En dépit de plusieurs contacts directs avec les hautes autorités tunisiennes dont le chef du gouvernement, les Chambres mixtes et les représentants des sous-traitants tunisiens n'ont pas réussi à convaincre le gouvernement tunisien de l'enjeu qu'il y a là pour le site Tunisie de ne pas augmenter, en cette période, l'impôt prélevé sur les points francs implantés dans le pays.
Abou SARRA
Pour mémoire, la loi de finances 2021 a prévu un relèvement de l'impôt sur les sociétés offshore de 10% à 15%. Cette augmentation de l'impôt, fixée au départ à 18% dans un souci d'homogénéisation de l'impôt entre l'offshore et l'onshore, semble particulièrement exaspérer les défenseurs de l'offshore.
Pour preuve, ces derniers ont multiplié, ces derniers temps, leurs déclarations (interviews dans les médias) pour crier à gorge déployée leur mécontentement. Pour faire peur au gouvernement tunisien, ils brandissent le risque, voire la menace, de voir les 3 000 entreprises offshore de la place migrer vers d'autres sites concurrents plus attractifs, à l'instar du Maroc et de l'Egypte.
Ces mêmes lobbys oublient, toutefois, que la Tunisie avait essuyé, en décembre 2017, un revers de taille lorsqu'elle a été classée par les ministres des Finances de l'Union européenne sur la "liste des paradis fiscaux" en raison, entre autres, de son régime offshore exonéré d'impôts.
Pourtant, à regarder de près, l'imposition n'est pas un facteur déterminant dans la prise de décision de l'investisseur étranger. Dans la hiérarchie des centres d'intérêt des entreprises européennes qui projettent de se délocaliser en Tunisie, l'imposition ne viendrait en 3ème et 4ème positions des motifs qui les poussent à y investir.
D'ailleurs, cette problématique avait été longuement débattue, en 2013, lorsque le ministre des Finances d'alors, un certain Elyès Fakhfakh, a décidé de taxer, pour la première fois, l'offshore en portant l'impôt prélevé sur ce secteur de 0% à 10%.
Malgré cette augmentation, les entreprises offshore, sept ans après, sont toujours là. Elles n'ont pas quitté le pays, en tout cas pour cette cause.
Cela montre que ce qui les incite à rester en Tunisie, ce n'est pas seulement les avantages fiscaux. « L'exonération fiscale est tout juste une petite composante des avantages compétitifs qui attirent les investisseurs étrangers», estimait, en 2013, Elyès Fakhfakh.
Le problème réside dans l'instabilité fiscale
Le relayant de nos jours, Ahmed Bouzguenda, ancien président de l'Institut arabe des chefs d'entreprise (IACE) et chef d'une entreprise qui opère à l'international -la Société des frères Bouzguenda (SFB)-, a développé le même point de vue, dans une récente interview accordée à un magazine de la place.
Il pense que « la priorité d'un investisseur local ou étranger ne consiste pas à bénéficier d'une imposition avantageuse mais à lui faciliter les procédures et à faire en sorte qu'il obtienne, dans les meilleurs délais l'autorisation requise pour faire démarrer son projet ».
Concrètement, « il s'agit pour l'investisseur de disposer, au plus vite, d'un terrain industriel et d'alimenter, dans des délais raisonnables, son local industriel en eau, électricité et gaz par les prestataires publics (STEG, SONEDE…) », dit-il.
Et Ahmed Bouzguenda d'ajouter : « En connaissance de cause, j'estime que pour l'investisseur, ces prérequis sont beaucoup plus importants que l'augmentation du taux d'imposition ».
Les spécialistes de l'investissement direct étranger (IDE) sont du même avis. Pour eux, les atouts qui attirent les investisseurs étrangers sont, en priorité, la disponibilité de la logistique, la simplification des procédures administratives, la qualification des travailleurs et techniciens, la sécurité, la stabilité…
A propos de stabilité, ces experts font une mention spéciale pour la stabilité fiscale laquelle constitue, d'après eux, un facteur déterminant dans l'attractivité d'un site de production internationale. Selon eux, l'instabilité fiscale irrite les investisseurs étrangers. Car cette instabilité, surtout si elle est structurelle et annuelle, à l'instar des lois de finances tunisiennes depuis une dizaine d'années, ne leur permet de programmer leurs investissements en connaissance de tous les déterminants.
D'ailleurs, les enquêtes qu'effectuent annuellement les Chambres mixtes pour mesurer le "degré de satisfaction" des sociétés offshore font ressortir constamment les véritables obstacles qui entravent le développement de leurs affaires en Tunisie.
Au nombre de ces obstacles, ces sociétés évoquent les surcoûts et retards générés par la logistique portuaire en Tunisie (problématique du port de Radès), l'insuffisance de l'infrastructure, la corruption, la lenteur administrative, la non ouverture de certains secteurs (énergies renouvelables, industrie militaire…).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.