Tunis : Mise en oeuvre des mesures sécuritaires dans les sites touristiques    Tunisie- La HAICA évalue le traitement médiatique de l'attaque de Sousse    Tunisie : le selfie qui fait tache    Une fille d'un responsable soudanais au ministère des Affaires étrangères rejoint Daesh    Daech et son unhappy birthday    Et le repos du guerrier ?    A remettre sur les rails    Bruits et chuchotements    Appel à la création d'une cellule de crise commune    «Nous portons plainte contre Béji Caïd Essebsi»    Tourisme : une coûteuse bouffée d'oxygène    Tunisie , Attentat de Sousse : Arrestation d'un suspect et traque d'un autre à Medjez El-Bab    150 ingénieurs tunisiens sur le marché de l'emploi allemand    L'argent facile    Besoin d'humilité et de remise en question    Tunisie : Interdiction d'accès aux salles des aéroports aux non porteurs de billets d'avion    TRANSTU : Perturbation du trafic TGM à partir d'aujourd'hui    Le Tribunal administratif donne gain de cause à la Cgtt    Le prix de la liberté    Tunisie : le premier salon virtuel africain de l'enseignement supérieur    Tunisie , SFAX 2021 : Mehrez Boussayane Président du CNOT reçu par Habib Essid    Tunisie : Arrestation d'une fille de Siliana ayant géré une page Facebook takfiriste    BCE : « Des sanctions seront appliquées dans le cas où des failles sécuritaires ont été prouvées durant l'opération de Sousse »    Tunisie : Plus de 5956 infractions économiques en 12 jours de ramadan    Syphax Airlines : lancement d'une ligne directe Stockholm-Tunis    Opération terroriste à Sousse : Le tireur Seif Rezgui aurait été sous l'effet de la cocaïne    Aéroport Deauville-Normandie : les départs vers la Tunisie ont, bel et bien, lieu    On passe à l'application des mesures de sécurité    Attentat de Sousse : Seifeddine Rezgui formé au maniement des armes en Libye    Une première: L'Etat islamique décapite deux femmes    CAF: L'ESS devra ajouter 5 joueurs à sa liste africaine    Identification de 33 des 38 victimes de l'attentat de Sousse    Le monde arabe vu par ses femmes    Attentat de Sousse: L'auteur s'est entraîné à Sabratha en Libye    Lutte contre le terrorisme :    Commerce :    Copa America: L'Argentine écrase le Paraguay et rejoint le Chili en finale    CA: Louhichi quitte le Parc A, composition du staff technique    Tunisie – Baccalauréat : Inscription au service des résultats de la session de contrôle par sms    Trafic sur une seule voie, entre les stations Casino et Carthage présidence, à partir de mercredi    Au cœur du flamenco    Championnat du monde de ju-jitsu : l'organisation retirée à la Tunisie    Tunisie : La chasse aux mosquées qui échappent au contrôle de l'Etat est lancée    Soirée d'ouverture : Dhalamouni Habaybi le 11 juillet 2015    Paris Hilton sera en Tunisie le 20 juillet prochain    Chronique: Je suis en Tunisie et j'y reste    Tunisie : journées cinématographiques de Bizerte    Tout sur le programme du Festival International de Carthage 2015    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Tunisie - Abir Moussi « tire » sur les « actuels révolutionnaires qui collaboraient avec le RCD »
Publié dans Business News le 25 - 11 - 2011

« Le premier examen qu'a eu à passer l'ère postrévolutionnaire en Tunisie a été le procès pour la dissolution de l'ancien RCD, le 2 mars 2011 », a dit Abir Moussi, avocate et ex-secrétaire générale adjoint du RCD dissous chargée des affaires de la femme, en substance et en préambule de la conférence de presse qu'elle a tenue, vendredi 25 novembre 2001.
Mme Moussi a choisi de parler en ce moment précis parce qu'il s'agit, selon elle, du début de l'étape constitutive de la nouvelle Tunisie et qu'elle veut sensibiliser les nouvelles autorités du pays quant à certaines « pratiques qu'elle a eu à supporter depuis qu'elle a décidé de prendre la défense de l'ex-RCD ».
Après avoir projeté une vidéo montrant le déroulement de la scène à l'intérieur et à l'extérieur de la salle d'audience en ce jour du 2 mars 2011, Abir Moussi a indiqué qu'elle « a fait l'objet d'insultes, de diffamations et de menaces avant la plaidoirie, avant d'être agressée verbalement et physiquement dans la salle du tribunal de première instance de Tunis, sachant qu'elle prenait la défense d'une entité et non de personnes ».
« Je me demande même si la date du 2 mars n'a pas été choisi d'une manière délibérée, la création du Parti libre destourien ayant eu lieu, également, un certain 2 mars 1934 », ajoute t-elle avant de rendre hommage à la Justice qui a retiré les chefs d'inculpation à son encontre concernant la tentative de meurtre d'un de ses collègues.
Mme Moussi précise, par ailleurs, que le procès en appel aura lieu le 5 décembre 2011 suite à son recours du jugement de deux mois de prison avec sursis prononcé en première instance sans oublier qu'elle a été convoquée par la Section de Tunis du Conseil de l'Ordre des avocats pour passer devant le conseil de discipline où elle est passible des pires sanctions pouvant aller jusqu'à la radiation à vie du barreau.
« J'ai confiance en l'indépendance de la justice et en l'objectivité et la neutralité de la magistrature en vue de prendre les documents, les preuves et les témoignages qui sont tous en ma faveur », assure-t-elle, avant de lancer un appel contre les pressions exercées par les médias et les réseaux sociaux sur les juges.
Pour revenir à l'incident du 2 mars, Mme Moussi lance plusieurs points d'interrogation quant aux plaintes et accusations portées contre elle dans le sens où d'après la vidéo projetée et les circonstances dans lesquelles elle se trouvait, elle ne pouvait, logiquement et matériellement, commettre les délits qui lui sont reprochés.
Abir Moussi assure que depuis le 2 mars, elle n'a plus exercé sa profession dans des conditions normales puisque, depuis, elle fait l'objet d'une campagne de dénigrement acharnée de la part des médias, plus particulièrement la chaîne de télévision « Hannibal » qui a accordé le monopole de la parole à Faouzi Ben M'rad qui l'a acculée en la traitant de « criminelle et de meurtrière », en toute impunité. « Même les plaintes que j'ai déposées contre lui, sont restées sans la moindre suite ».
Concernant son prochain passage devant le Conseil de discipline, l'avocate déclare que le Bâtonnier, Abderrazak Kilani a refusé de la recevoir arguant que l'affaire relève des compétences de la Section de Tunis. « Pourtant, le même Bâtonnier a reçu le plaignant, M. Bedchich, vidéo à l'appui, le même jour ». A cela, elle ajoute : « un collègue, membre influent dans la Section des avocats de Tunis m'a traitée sur Facebook d'avocate criminelle ».
Sans rentrer dans les détails qu'elle évoque concernant les « dénigrements qu'elle subit jusqu'à présent sur Facebook », Abir Moussa adresse ses remerciements à la « position courageuse prise par Ahmed Néjib Chebbi qui a dénoncé l'agression » dont elle a fait l'objet.
Pour conclure, elle déclare « détenir toute une liste de noms d'actuels « révolutionnaires » qui collaboraient étroitement avec l'ancien RCD alors qu'ils font répandre, depuis le 14 janvier, un climat de discrimination et d'incitation à la haine. L'heure est à la réconciliation tout en sanctionnant ceux qui ont fauté, qui ont volé ou tué, mais d'une manière légale, individuelle, personnelle et dans le cadre de procès équitables et transparents, loin de tout esprit de vengeance et de règlement de comptes, car le monde entier nous regarde et l'histoire nous regarde». Noureddine HLAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.