Trois mois de suspension pour l'arbitre Mohamed Amine Ben Naceur    Kasperczak: de fortes chances de qualifications pour la phase finale    Coupes inter-clubs de la CAF – le nouveau format des deux compétitions adopté    Tunisie : La loi bancaire de nouveau en plénière le 6 juin    « Ramadhan 2016 » : La nouvelle action promotionnelle de Tunisair    Tunis : Petit bénéfice et grosse rémunération à l'ABC Banque    Egypte : Perpétuité pour le chef des Frères musulmans et 35 co-accusés    La Tunisie récupère 500 mille dinars de l'argent mal acquis caché en Suisse    Tunisie- Mohsen Hssan expose à BCE les préparatifs pour Ramadhan    Tabib : Un candidat fraudeur durant la présidentielle, à la tête d'une institution financière tunisienne    En vidéo : Pour Hamma Hammami, Nejiba Hamrouni était ‘mra w noss'    Une prise en charge spécifique    Les notes seront communiquées aux élèves et non à l'administration, selon Laasâad Yakoubi    Tunisie- Un agent du CGT succombe à ses blessures    Décès de Néjiba Hamrouni: Condoléance du président de l'ARP    Tunisie Télécom en bourse dès l'année prochaine    Tunisie : Le vice-président indien en visite à Tunis cette semaine    Israël : Benjamin Netanyahu et sa femme cités dans une affaire de détournement de fonds    Nabeul: Lancement d'une ligne de bus pilote équipée de Wifi    Les nouveaux talents de la mode    La société EPAC ouvre une filiale à El Ghazela    Au moins 11 orphelins suite à l'explosion d'une mine à Semmama    Mission difficile pour les sélections tunisiennes    Tunisie : Publication des notes du contrôle continu et du bac sport    Tunisie : Mise en échec de 138 tentatives de contrebande en une semaine    Tunisie - Développement régional :    Med Culture : Une commission du film en Tunisie, rêve ou réalité ?    On a testé Black Opium Nuit Blanche, le nouveau parfum d'Yves Saint Laurent    Sayed ayari (ex-sélectionneur national de handball) : «La base est le maillon faible»    Projets d'eau potable au sud tunisien pour un coût de 85 à 95 millions de dollars    Houcine Abassi appelle le chef du gouvernement à intervenir    Topnet lance le Pack SMART WIFI +, 1ère offre d'accès à l'internet en illimité avec large couverture WIFI et contenu vidéo    Marouen Garci (volleyeur) : «La responsabilité de tous»    Tunisie- La présidence du gouvernement rend un ultime hommage à N.Hamrouni    L'accusé d'enlèvement de fille à Nabeul arrêté    Tunisie : 3MD en faveur de 75 mille jeunes des quartiers populaires    Tunisie : Explosion d'une mine à Mont Sammema, deux morts et un bléssé    Fuir, pour survivre !    Mont Sammema : Deux femmes décèdent et une autre grièvement blessée suite à l'explosion d'une mine    Le Club Africain remporte la Danone Nations Cup 2016    Les unités militaires pilonnent le Mont Semmama à Kasserine    Les Iraniens privés de pèlerinage à La Mecque cette année    Résultats et classement à l'issue de la 27e journée    Il souffle sa 50e bougie    La vie et la mort des statues    L'exposition « Hannibal à Carthage » au Musée du Bardo, jusqu'au 30 juin    La chanson ‘Send My Love' d'Adele dépasse les 17 millions de vues sur YouTube    400 ans déjà, la Grande Mosquée de Soliman crie un besoin d'être (re)gardée Culture-Histoire-Patrimoine-Recommandations    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Abir Moussi « tire » sur les « actuels révolutionnaires qui collaboraient avec le RCD »
Publié dans Business News le 25 - 11 - 2011

« Le premier examen qu'a eu à passer l'ère postrévolutionnaire en Tunisie a été le procès pour la dissolution de l'ancien RCD, le 2 mars 2011 », a dit Abir Moussi, avocate et ex-secrétaire générale adjoint du RCD dissous chargée des affaires de la femme, en substance et en préambule de la conférence de presse qu'elle a tenue, vendredi 25 novembre 2001.
Mme Moussi a choisi de parler en ce moment précis parce qu'il s'agit, selon elle, du début de l'étape constitutive de la nouvelle Tunisie et qu'elle veut sensibiliser les nouvelles autorités du pays quant à certaines « pratiques qu'elle a eu à supporter depuis qu'elle a décidé de prendre la défense de l'ex-RCD ».
Après avoir projeté une vidéo montrant le déroulement de la scène à l'intérieur et à l'extérieur de la salle d'audience en ce jour du 2 mars 2011, Abir Moussi a indiqué qu'elle « a fait l'objet d'insultes, de diffamations et de menaces avant la plaidoirie, avant d'être agressée verbalement et physiquement dans la salle du tribunal de première instance de Tunis, sachant qu'elle prenait la défense d'une entité et non de personnes ».
« Je me demande même si la date du 2 mars n'a pas été choisi d'une manière délibérée, la création du Parti libre destourien ayant eu lieu, également, un certain 2 mars 1934 », ajoute t-elle avant de rendre hommage à la Justice qui a retiré les chefs d'inculpation à son encontre concernant la tentative de meurtre d'un de ses collègues.
Mme Moussi précise, par ailleurs, que le procès en appel aura lieu le 5 décembre 2011 suite à son recours du jugement de deux mois de prison avec sursis prononcé en première instance sans oublier qu'elle a été convoquée par la Section de Tunis du Conseil de l'Ordre des avocats pour passer devant le conseil de discipline où elle est passible des pires sanctions pouvant aller jusqu'à la radiation à vie du barreau.
« J'ai confiance en l'indépendance de la justice et en l'objectivité et la neutralité de la magistrature en vue de prendre les documents, les preuves et les témoignages qui sont tous en ma faveur », assure-t-elle, avant de lancer un appel contre les pressions exercées par les médias et les réseaux sociaux sur les juges.
Pour revenir à l'incident du 2 mars, Mme Moussi lance plusieurs points d'interrogation quant aux plaintes et accusations portées contre elle dans le sens où d'après la vidéo projetée et les circonstances dans lesquelles elle se trouvait, elle ne pouvait, logiquement et matériellement, commettre les délits qui lui sont reprochés.
Abir Moussi assure que depuis le 2 mars, elle n'a plus exercé sa profession dans des conditions normales puisque, depuis, elle fait l'objet d'une campagne de dénigrement acharnée de la part des médias, plus particulièrement la chaîne de télévision « Hannibal » qui a accordé le monopole de la parole à Faouzi Ben M'rad qui l'a acculée en la traitant de « criminelle et de meurtrière », en toute impunité. « Même les plaintes que j'ai déposées contre lui, sont restées sans la moindre suite ».
Concernant son prochain passage devant le Conseil de discipline, l'avocate déclare que le Bâtonnier, Abderrazak Kilani a refusé de la recevoir arguant que l'affaire relève des compétences de la Section de Tunis. « Pourtant, le même Bâtonnier a reçu le plaignant, M. Bedchich, vidéo à l'appui, le même jour ». A cela, elle ajoute : « un collègue, membre influent dans la Section des avocats de Tunis m'a traitée sur Facebook d'avocate criminelle ».
Sans rentrer dans les détails qu'elle évoque concernant les « dénigrements qu'elle subit jusqu'à présent sur Facebook », Abir Moussa adresse ses remerciements à la « position courageuse prise par Ahmed Néjib Chebbi qui a dénoncé l'agression » dont elle a fait l'objet.
Pour conclure, elle déclare « détenir toute une liste de noms d'actuels « révolutionnaires » qui collaboraient étroitement avec l'ancien RCD alors qu'ils font répandre, depuis le 14 janvier, un climat de discrimination et d'incitation à la haine. L'heure est à la réconciliation tout en sanctionnant ceux qui ont fauté, qui ont volé ou tué, mais d'une manière légale, individuelle, personnelle et dans le cadre de procès équitables et transparents, loin de tout esprit de vengeance et de règlement de comptes, car le monde entier nous regarde et l'histoire nous regarde». Noureddine HLAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.