Les routes principales de Médenine fermées par les manifestants    Le secrétaire général du Centre d'Art et de Culture, Guy De Rothschild, parrain de promotion de VATEL à Tunis    Leila Chettaoui rejoint le MPT de Mohsen Marzouk    Khalifa Chibani dresse un bilan des actes de vandalisme à Tataouine et Kébili    De « où est le pétrole ? » à « voilà le pétrole ! »    Tataouine : Pour BCE et Chahed, TOUT commence… ou s'arrête ici    CONECT : Une offre de 500 postes d'emploi et 1 millions de dinars aux jeunes promoteurs    Décès d'un protestataire à Tataouine : Belhassen Oueslati explique    Coupe de la Confédération (phase de poules): le programme de la deuxième journée    Foot – Ligue des champions/Coupe de la CAF: les quatre représentants tunisiens à l'épreuve du déplacement en quête de nouveaux points pour conforter leur leadeship    La Banque de l'Habitat lance BE CREATIVE à destination des jeunes créatifs tunisiens    Le directeur de l'hôpital de Tataouine dément le décès d'un deuxième protestataire    Le patronat français met le paquet en Afrique, du Nord au Sud    Les bonnes prédictions de la BNA, après un excellent exercice 2016    Décès à Tataouine : Bousculade dit Hammami, c'est la police dit une autre source    En photos-Festival de Cannes : Salma Hayek, un changement capillaire radical et surprenant...    Le Trump faiseur de paix, très inspiré par les 400 milliards $ de contrats à Riyad    Le gouverneur de Tataouine hué aux cris de ‘'Dégage ‘'    Ouverture d'une instruction judiciaire sur les circonstances du témoignage de Imed Trabelsi        Belhassan Oueslati : L'armée usera de la force en cas de nécessité    Tunisie-Change : Le marché interagit avec la BCT    Ebola : Découverte de deux anticorps contre le virus    Festival de Cannes : Une valise suspecte dans un pavillon tunisien    Usage de gaz lacrymogène pour disperser des sit-inneurs à Tataouine    Les magistrats continuent leurs mouvements de protestation    Tunisie : La composition du nouveau bureau exécutif du SNJT    Le Grand-Tunis sans taxi pour trois jours    Après la réactivation de la vanne d'El Kamour : l'armée met en garde les manifestants    Tunisie : L'avis d'un juge sur les propos d'Imed Trabelsi    Foot – Ligue 2 (10e et dernière journée Play-off): les résultats    Ghannouchi et Erdogan inaugurent l'université Ibn Khaldoun à Istanbul    En vidéo : PARFOIS célèbre la Fashion Week et annonce 3 ouvertures à Sfax et Tunis    HA ouvre ses portes à Sidi Bouzid    En photos-Festival de Cannes 2017 : Rihanna fait sensation dans une robe bustier blanche...            Weld El 15 condamné à 12 mois de prison ferme par le Tribunal de Saint-Malo    Italie: une bombe artisanale explose près d'un bureau de poste à Rome    Tunisie : « Rencontres de Djerba » à l'occasion du pèlerinage de la Ghriba    Grande Finale de la 17ème édition de la Danone Nations Cup : Seize équipes à la conquête du rêve américain    Khaled Lamloum appelle à la décentralisation culturelle pour contrer le terrorisme dans le sud de la Tunisie    Les 6 et 7 mais 2017, 2ème édition du tournai international de Padel    Accusée de duperie et d'escroquerie, Majdouline Cherni répond à Samir Ben Amor    Olfa Terras Rambourg lauréate du prix 2017 du meilleur investisseur dans la culture    Tunisie : Le penseur Mohamed Talbi n'est plus    Hymne national sifflé : Majdouline Cherni quitte le Palais des Sports    AMI Assurances organise son tournoi de Golf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie - Abir Moussi « tire » sur les « actuels révolutionnaires qui collaboraient avec le RCD »
Publié dans Business News le 25 - 11 - 2011

« Le premier examen qu'a eu à passer l'ère postrévolutionnaire en Tunisie a été le procès pour la dissolution de l'ancien RCD, le 2 mars 2011 », a dit Abir Moussi, avocate et ex-secrétaire générale adjoint du RCD dissous chargée des affaires de la femme, en substance et en préambule de la conférence de presse qu'elle a tenue, vendredi 25 novembre 2001.
Mme Moussi a choisi de parler en ce moment précis parce qu'il s'agit, selon elle, du début de l'étape constitutive de la nouvelle Tunisie et qu'elle veut sensibiliser les nouvelles autorités du pays quant à certaines « pratiques qu'elle a eu à supporter depuis qu'elle a décidé de prendre la défense de l'ex-RCD ».
Après avoir projeté une vidéo montrant le déroulement de la scène à l'intérieur et à l'extérieur de la salle d'audience en ce jour du 2 mars 2011, Abir Moussi a indiqué qu'elle « a fait l'objet d'insultes, de diffamations et de menaces avant la plaidoirie, avant d'être agressée verbalement et physiquement dans la salle du tribunal de première instance de Tunis, sachant qu'elle prenait la défense d'une entité et non de personnes ».
« Je me demande même si la date du 2 mars n'a pas été choisi d'une manière délibérée, la création du Parti libre destourien ayant eu lieu, également, un certain 2 mars 1934 », ajoute t-elle avant de rendre hommage à la Justice qui a retiré les chefs d'inculpation à son encontre concernant la tentative de meurtre d'un de ses collègues.
Mme Moussi précise, par ailleurs, que le procès en appel aura lieu le 5 décembre 2011 suite à son recours du jugement de deux mois de prison avec sursis prononcé en première instance sans oublier qu'elle a été convoquée par la Section de Tunis du Conseil de l'Ordre des avocats pour passer devant le conseil de discipline où elle est passible des pires sanctions pouvant aller jusqu'à la radiation à vie du barreau.
« J'ai confiance en l'indépendance de la justice et en l'objectivité et la neutralité de la magistrature en vue de prendre les documents, les preuves et les témoignages qui sont tous en ma faveur », assure-t-elle, avant de lancer un appel contre les pressions exercées par les médias et les réseaux sociaux sur les juges.
Pour revenir à l'incident du 2 mars, Mme Moussi lance plusieurs points d'interrogation quant aux plaintes et accusations portées contre elle dans le sens où d'après la vidéo projetée et les circonstances dans lesquelles elle se trouvait, elle ne pouvait, logiquement et matériellement, commettre les délits qui lui sont reprochés.
Abir Moussi assure que depuis le 2 mars, elle n'a plus exercé sa profession dans des conditions normales puisque, depuis, elle fait l'objet d'une campagne de dénigrement acharnée de la part des médias, plus particulièrement la chaîne de télévision « Hannibal » qui a accordé le monopole de la parole à Faouzi Ben M'rad qui l'a acculée en la traitant de « criminelle et de meurtrière », en toute impunité. « Même les plaintes que j'ai déposées contre lui, sont restées sans la moindre suite ».
Concernant son prochain passage devant le Conseil de discipline, l'avocate déclare que le Bâtonnier, Abderrazak Kilani a refusé de la recevoir arguant que l'affaire relève des compétences de la Section de Tunis. « Pourtant, le même Bâtonnier a reçu le plaignant, M. Bedchich, vidéo à l'appui, le même jour ». A cela, elle ajoute : « un collègue, membre influent dans la Section des avocats de Tunis m'a traitée sur Facebook d'avocate criminelle ».
Sans rentrer dans les détails qu'elle évoque concernant les « dénigrements qu'elle subit jusqu'à présent sur Facebook », Abir Moussa adresse ses remerciements à la « position courageuse prise par Ahmed Néjib Chebbi qui a dénoncé l'agression » dont elle a fait l'objet.
Pour conclure, elle déclare « détenir toute une liste de noms d'actuels « révolutionnaires » qui collaboraient étroitement avec l'ancien RCD alors qu'ils font répandre, depuis le 14 janvier, un climat de discrimination et d'incitation à la haine. L'heure est à la réconciliation tout en sanctionnant ceux qui ont fauté, qui ont volé ou tué, mais d'une manière légale, individuelle, personnelle et dans le cadre de procès équitables et transparents, loin de tout esprit de vengeance et de règlement de comptes, car le monde entier nous regarde et l'histoire nous regarde». Noureddine HLAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.