Slim Riahi : J'ai porté plainte contre Youssef Chahed au Royaume-Uni !    Slim Riahi se retire de la présidence du club africain    Metropolitan Topmodel Contest Tunisia 2017 : Tous à vos maillots .....    Des exemplaires du Coran déchirés dans une mosquée à Sfax    Un taux de chômage de 18% à Ettadhamen    Le Danemark, la Norvège et l'Islande lèvent les restrictions de voyage sur la Tunisie    La BNA poursuit la cession de ses participations dans la SFBT        Abdallah Rabhi : La Tunisie s'est toujours adaptée à la sécheresse    Flamant Tunisie fête son premier anniversaire    Le syndicat des forces de sécurité intérieure appelle les trois présidences à prendre des mesures urgentes    Lettre ouverte au ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et ministre de l'Education    La secrétaire générale de la Francophonie en visite en Tunisie du 28 juin au 1er juillet 2017    Hamma Hammami : Mehdi Ben Gharbia est impliqué dans des affaires de corruption    Douz : Des protestataires ferment des vannes du pipeline de Bou Lahbal    SEAT et California Gym signent un nouveau partenariat    Kasserine : 249 projets approuvés par la BTS    Canicule : Le ministère de la Santé rappelle les précautions à prendre    Jean-Pierre Raffarin annonce son retrait de la vie politique et explique les raisons    Des opérations de ratissage intensives dans les montagnes et les villes frontalières du nord-ouest    Les unités militaires au Mont Châambi en état d'alerte    Ben Guerdène : Affrontements entre les forces sécuritaires et un groupe armé            Banderole soutenant le Qatar lors d'un match: Les supporters du CA libérés    Gymnastique...Tournoi international de Guimaraes : Le tunisien Wissem Herzi remporte la médaille d'or    Ouverture d'une enquête sur les slogans brandis par le CA lors de la finale de la coupe de Tunisie    BCE remet la Coupe de Tunisie au Club Africain    En photos et vidéo : Découvrez les 19 candidates du concours Miss Tunisie 2017    L'ex-chancelier allemand Helmut Kohl est mort    Un joueur argentin avoue avoir utilisé des aiguilles pour piquer ses adversaires lors d'un match    Un terroriste se rend à l'armée algérienne    Macron et May s'attaquent au ''terrorisme en ligne''    PGH : Des revenus en hausse par rapport à 2015    El Kamour : L'UGTT offre ses services aux protestataires    Tunisie : Les touristes chinois en hausse de 395%!    Foot – CAN-2019/Qualif – Côte d'Ivoire-Guinée: Wilmots veut « gagner pour Tioté »    Après Qatar Charity, Tunisia Charity bientôt dans l'oeil du cyclone?    Foot – Angleterre : l'entraineur Shakespeare prolonge de trois ans à Leicester    Theresa May broyée par le Brexit, ses difficultés inattendues et des électeurs déboussolés    Le Qatar aurait financé le terrorisme en Libye à travers la BH !    Tunisie : La Fédération générale de l'agriculture en grève de 2 jours    Le Chef du gouvernement annonce une batterie de projets et de mesures au profit du gouvernorat de Béja    France 5 revisite la contribution des Carthaginois à l'essor du monde    Alger : Des pros français de la restauration auscultent les monuments historiques    Weld El 15 condamné à 12 mois de prison ferme par le Tribunal de Saint-Malo    Tunisie : « Rencontres de Djerba » à l'occasion du pèlerinage de la Ghriba    Khaled Lamloum appelle à la décentralisation culturelle pour contrer le terrorisme dans le sud de la Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les freins majeurs de l'enseignement privé
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 07 - 2012


Par Mohamed DAMAK *
De 1993 à 2000, le secteur de l'enseignement privé s'est forgé une image négative.
Depuis la mise en place d'un cadre de lois approprié durant les années 2000-2001, des efforts considérables ont été déployés du côté des établissements agréés, soignant progressivement et considérablement les prestations pédagogiques de l'enseignement.
Aujourd'hui, ce secteur est confronté à trois problèmes posant des freins majeurs à son développement : développement qui pourrait générer et drainer des recettes en devises permanentes (l'étudiant étranger, notamment africain, est assimilé à un touriste dépensant des sommes relativement importantes en devises pour financer son séjour et ses frais d'études).
Premier problème :
Le cadre de la loi régissant le secteur de l'enseignement privé accorde des avantages significatifs incitant à l'investissement.
Il s'agit principalement:
- d'une subvention à hauteur de 25% du coût d'investissement, fonds de roulement exclus ;
- d'une subvention d'exploitation, contribuant à 25% de la rémunération des enseignants permanents ;
- d'une exonération de la cotisation patronale à la CNSS relative à la rémunération des enseignants permanents ;
- de l'acquisition sans TVA des équipements pédagogiques.
Or ces avantages, à ce jour, aucun établissement n'en a bénéficié, sauf celui de l'épouse du président déchu.
Aussi, force est de constater que ces avantages, non seulement n'ont pas été accordés, mais ils s'avèrent insuffisants au niveau des avantages fiscaux.
En effet, un établissement de l'enseignement supérieur, bien qu'il relève du droit privé, demeure un métier ou une activité à caractère social et à nature publique. Il a un rôle considérable à jouer, quant à l'allègement du budget de l'Etat en la matière et quant à la contribution à l'amélioration de l'efficacité qualitative du secteur de l'enseignement dans sa globalité, puisqu'il permettrait nécessairement la réduction des sureffectifs des étudiants dans la quasi-totalité des établissements publics.
Et, donc, un avantage fiscal mieux réfléchi incite davantage à l'investissement quand il est cohérent et entier. Pour ce faire, il faut :
- revoir la liste incomplète des équipements, autorisant leur acquisition sans TVA (à titre d'exemple, il n'est pas normal que l'équipement informatique soit autorisé à une acquisition sans TVA et que le mobilier pédagogique ne le soit pas) ;
- généraliser l'exonération de la TVA pour les projets de développement (études architecturales et technique, constructions).
Paradoxalement, un établissement d'enseignement privé est non assujetti à la TVA au niveau de la vente de ses services, mais les achats sont assimilés à des charges fixes dont la TVA n'est pas récupérable par compensation avec la TVA à la vente.
Deuxième problème:
Le comportement de l'autorité de tutelle, accordant des autorisations pour de nouveaux diplômes, se caractérise par une marginalisation manifeste, à travers un mode de traitement qui impose une logique d'administration publique à un système de management privé dont seuls le marché de l'emploi et les besoins de l'entreprise peuvent arbitrer les choix pertinents en vue du lancement des nouveaux diplômes à créer.
Or l'autorité de tutelle empêche cette interaction positive entre l'offre et la demande des compétences exigées par le marché.
D'ailleurs, cet empêchement est un des principaux facteurs qui contribue à la formation des chômeurs détenteurs de diplômes universitaires.
Troisième problème:
Le manque de souplesse et de rigueur de l'autorité de tutelle en matière de coopération pédagogique internationale pénalise le développement de l'enseignement supérieur à l'international.
Pour se positionner à l'international, nous avons l'obligation d'être soumis aux normes pédagogiques internationales, secteurs privé et public confondus.
Notre cadre de lois national est appelé à réglementer rigoureusement les normes techniques relatives à l'exercice des différentes disciplines des métiers de l'enseignement.
Cette réglementation devrait rendre possible un système de contrôle et d'évaluation sans équivoque.
Par ailleurs, la souplesse devrait s'imposer quant aux choix des nouveaux diplômes à créer dans le cadre d'un champ d'investigations internationales, rendant possible la dispense de toutes catégories de diplômes de renommée mondiale.
L'autorité de tutelle se doit de développer ses structures publiques chargées du traitement des équivalences sans freins. Les finalités ultimes recherchées seraient toujours l'amélioration continue de notre qualité pédagogique et l'excellence de nos compétences tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.