Quand LePoint raconte la Dolce vita à Hammamet : plage, hijab, mitraillettes et cocotiers    Naissance surprise sur un vol Tunisair en direction de Nice    En vidéo : Slim Damak présente les collections LINDEX à La Soukra    Affaire Jarraya - Le directeur général de la conservation de la propriété foncière, interdit de voyage    ESPRIT appelle l'ordre des ingénieurs à revenir sur ses déclarations    Institut National de la Météorologie : l'Aïd El Idha sera le vendredi 1er septembre    Jeremstar, blacklisté en Tunisie    L'agence de notation Moody's dégrade la note de la Tunisie à B1    Le mufti, Othman Battikh, traduit devant le pôle judiciaire financier    La leçon d'intégrité de Fadhel Abdelkefi    La Tunisie condamne l'attentat de Barcelone    Inauguration du deuxième Customer Center à Sfax    5 must-have maquillage à shopper d'urgence chez Fatales...    Youssef Chahed : Je respecte le choix de Fadhel Abdelkefi        Pas de liens entre les attentats d'Espagne et la France, affirme le ministre français de l'Intérieur    Pas de tunisiens parmi les victimes des attentats en Espagne    120 postes de médecins résidents pour les régions prioritaires    « Nous sommes COUPABLES ...et on doit l'assumer », souligne Hatem Karoui après l'attentat de Barcelone    20ème édition de Tournoi El Fatha : le public et les médias au Rendez-vous !        Les Jeux de Plage BNA Beach Games : Un franc succès et du beau spectacle pour la 3ème édition.        Majdouline Cherni rencontre le député Hassouna Nasfi    Ibrahim Letaief appelle Mohamed Zine El Abidine à réexaminer le projet Tunisia Factory 2018    La Tunisie face à la fuite de ses cerveaux, quelles solutions?    La lettre ouverte de Brahim Letayef pour le Cinéma Tunisien et les jeunes    Les forces de sécurité n'assureront pas la première journée du championnat de football    Emel Mathlouthi annule son concert au festival Pop-Kultur à Berlin et explique les raisons    Les parlementaires tunisiens exhortent la Tunisie à casser le blocus imposé à la Syrie    Composition de la nouvelle Commission chargée des libertés individuelles et de l'égalité    En présence de l'Espérance, Béji Caïd Essebsi évoque 2019    Décès de l'acteur Romdhane Ben Ayed    Le fantasme syrien    Klay BBJ traduit en correctionnelle    ‘'Mon concert n'a pas été interrompu'', affirme Klay BBJ    PGH : Des revenus en hausse par rapport à 2015    Tunisie : Les touristes chinois en hausse de 395%!    El Kamour : L'UGTT offre ses services aux protestataires    Foot – CAN-2019/Qualif – Côte d'Ivoire-Guinée: Wilmots veut « gagner pour Tioté »    Après Qatar Charity, Tunisia Charity bientôt dans l'oeil du cyclone?    Foot – Angleterre : l'entraineur Shakespeare prolonge de trois ans à Leicester    Theresa May broyée par le Brexit, ses difficultés inattendues et des électeurs déboussolés    Le Qatar aurait financé le terrorisme en Libye à travers la BH !    Le Chef du gouvernement annonce une batterie de projets et de mesures au profit du gouvernorat de Béja    Tunisie : La Fédération générale de l'agriculture en grève de 2 jours    France 5 revisite la contribution des Carthaginois à l'essor du monde    Alger : Des pros français de la restauration auscultent les monuments historiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les freins majeurs de l'enseignement privé
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 07 - 2012


Par Mohamed DAMAK *
De 1993 à 2000, le secteur de l'enseignement privé s'est forgé une image négative.
Depuis la mise en place d'un cadre de lois approprié durant les années 2000-2001, des efforts considérables ont été déployés du côté des établissements agréés, soignant progressivement et considérablement les prestations pédagogiques de l'enseignement.
Aujourd'hui, ce secteur est confronté à trois problèmes posant des freins majeurs à son développement : développement qui pourrait générer et drainer des recettes en devises permanentes (l'étudiant étranger, notamment africain, est assimilé à un touriste dépensant des sommes relativement importantes en devises pour financer son séjour et ses frais d'études).
Premier problème :
Le cadre de la loi régissant le secteur de l'enseignement privé accorde des avantages significatifs incitant à l'investissement.
Il s'agit principalement:
- d'une subvention à hauteur de 25% du coût d'investissement, fonds de roulement exclus ;
- d'une subvention d'exploitation, contribuant à 25% de la rémunération des enseignants permanents ;
- d'une exonération de la cotisation patronale à la CNSS relative à la rémunération des enseignants permanents ;
- de l'acquisition sans TVA des équipements pédagogiques.
Or ces avantages, à ce jour, aucun établissement n'en a bénéficié, sauf celui de l'épouse du président déchu.
Aussi, force est de constater que ces avantages, non seulement n'ont pas été accordés, mais ils s'avèrent insuffisants au niveau des avantages fiscaux.
En effet, un établissement de l'enseignement supérieur, bien qu'il relève du droit privé, demeure un métier ou une activité à caractère social et à nature publique. Il a un rôle considérable à jouer, quant à l'allègement du budget de l'Etat en la matière et quant à la contribution à l'amélioration de l'efficacité qualitative du secteur de l'enseignement dans sa globalité, puisqu'il permettrait nécessairement la réduction des sureffectifs des étudiants dans la quasi-totalité des établissements publics.
Et, donc, un avantage fiscal mieux réfléchi incite davantage à l'investissement quand il est cohérent et entier. Pour ce faire, il faut :
- revoir la liste incomplète des équipements, autorisant leur acquisition sans TVA (à titre d'exemple, il n'est pas normal que l'équipement informatique soit autorisé à une acquisition sans TVA et que le mobilier pédagogique ne le soit pas) ;
- généraliser l'exonération de la TVA pour les projets de développement (études architecturales et technique, constructions).
Paradoxalement, un établissement d'enseignement privé est non assujetti à la TVA au niveau de la vente de ses services, mais les achats sont assimilés à des charges fixes dont la TVA n'est pas récupérable par compensation avec la TVA à la vente.
Deuxième problème:
Le comportement de l'autorité de tutelle, accordant des autorisations pour de nouveaux diplômes, se caractérise par une marginalisation manifeste, à travers un mode de traitement qui impose une logique d'administration publique à un système de management privé dont seuls le marché de l'emploi et les besoins de l'entreprise peuvent arbitrer les choix pertinents en vue du lancement des nouveaux diplômes à créer.
Or l'autorité de tutelle empêche cette interaction positive entre l'offre et la demande des compétences exigées par le marché.
D'ailleurs, cet empêchement est un des principaux facteurs qui contribue à la formation des chômeurs détenteurs de diplômes universitaires.
Troisième problème:
Le manque de souplesse et de rigueur de l'autorité de tutelle en matière de coopération pédagogique internationale pénalise le développement de l'enseignement supérieur à l'international.
Pour se positionner à l'international, nous avons l'obligation d'être soumis aux normes pédagogiques internationales, secteurs privé et public confondus.
Notre cadre de lois national est appelé à réglementer rigoureusement les normes techniques relatives à l'exercice des différentes disciplines des métiers de l'enseignement.
Cette réglementation devrait rendre possible un système de contrôle et d'évaluation sans équivoque.
Par ailleurs, la souplesse devrait s'imposer quant aux choix des nouveaux diplômes à créer dans le cadre d'un champ d'investigations internationales, rendant possible la dispense de toutes catégories de diplômes de renommée mondiale.
L'autorité de tutelle se doit de développer ses structures publiques chargées du traitement des équivalences sans freins. Les finalités ultimes recherchées seraient toujours l'amélioration continue de notre qualité pédagogique et l'excellence de nos compétences tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.