Safa Hachani, 27 ans, nommée déléguée à Bizerte    Le Ministère de l'Intérieur annonce des mesures pour réduire la congestion routière    Gelés et affamés des terroristes sortent de leurs cavernes pour cambrioler une maison    Les ingénieurs appellent à l'augmentation de leurs primes    En photos : l'actrice tunisienne Dareen Haddad fait sensation lors de la cérémonie Arabian Cinema Awards    Pluies diluviennes - Une fillette décède à Bouargoub    Alerte météo : Attention aux fortes pluies orageuses...    Plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Munich    Leila Jedidi, première femme à la tête d'une prison pour hommes    La cour de cassation suspend l'exécution du jugement en Appel contre Samir El-Wafi    Peine capitale pour les assassins de l'ex-président Bachir Gemayel    Découverte d'un réseau de trafic de médicaments à Sfax : des pharmaciens soupçonnés    Seize policiers meurent dans des affrontements avec des terroristes à Gizeh    Salma Elloumi inaugure le Congrès de la FIJET    Ni suppression ni baisse des subventions au secteur du transport dans la LF2018    (Vidéo) : Une marque de loyauté à l'âme du comédien Hédi Zaghlami    Photo du jour : Le suicide exposé dans une cour d'école !    L'UTICA estime que le PLF2018 pourrait menacer la pérennité de l'institution économique    Omar Béhi annonce des mesures pour réduire la flambée des prix des fruits et légumes    En vidéo : FATALES lance son méga jeu Facebook Beauty Crush    BNA : PNB en hausse de 14,6%    Ils n'ont pas été invités à la Cité de la Culture, des artistes tunisiens s'indigent    Une délégation officielle se rendra en Italie pour s'enquérir des clandestins tunisiens    Saïd Aïdi : Bani Watani est un parti pas comme les autres    Hend Chaouch annonce sa participation à la 36ème édition du Rally El Chott    En vidéo : Hend Chaouch parle de sa prochaine participation au Rallye du Chott 2017    R.Ghannouchi: "Heureusement que la Tunisie possède moins de pétrole que la Libye"    Mondial 2018 : Tous en rouge et blanc pour le match Tunisie – Libye !    L'immigration clandestine, objet d'une rencontre entre le ministre de l'Intérieur et l'ambassadeur italien    Hamadi Redissi remporte le prix Uriage pour son essai « L'Islam incertain »    Naufrage de Kerkennah - Les plongeurs remontent 9 corps    En vidéos : La vision de Coca Cola et de la SFBT pour la Copa Coca-Cola    Ooredoo Tunisie honore la sélection nationale de Basketball    Success Story - Abdelhalim Messaoudi : La Culture, c'est l'éducation, puis l'éducation et encore l'éducation !    Hassen Babbou n'est plus    L'écrivain tunisien Yamen Manai, lauréat du Prix des 5 continents 2017    PGH : Des revenus en hausse par rapport à 2015    Tunisie : Les touristes chinois en hausse de 395%!    El Kamour : L'UGTT offre ses services aux protestataires    Foot – CAN-2019/Qualif – Côte d'Ivoire-Guinée: Wilmots veut « gagner pour Tioté »    Après Qatar Charity, Tunisia Charity bientôt dans l'oeil du cyclone?    Foot – Angleterre : l'entraineur Shakespeare prolonge de trois ans à Leicester    Theresa May broyée par le Brexit, ses difficultés inattendues et des électeurs déboussolés    Le Qatar aurait financé le terrorisme en Libye à travers la BH !    Le Chef du gouvernement annonce une batterie de projets et de mesures au profit du gouvernorat de Béja    Tunisie : La Fédération générale de l'agriculture en grève de 2 jours    France 5 revisite la contribution des Carthaginois à l'essor du monde    Alger : Des pros français de la restauration auscultent les monuments historiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les freins majeurs de l'enseignement privé
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 07 - 2012


Par Mohamed DAMAK *
De 1993 à 2000, le secteur de l'enseignement privé s'est forgé une image négative.
Depuis la mise en place d'un cadre de lois approprié durant les années 2000-2001, des efforts considérables ont été déployés du côté des établissements agréés, soignant progressivement et considérablement les prestations pédagogiques de l'enseignement.
Aujourd'hui, ce secteur est confronté à trois problèmes posant des freins majeurs à son développement : développement qui pourrait générer et drainer des recettes en devises permanentes (l'étudiant étranger, notamment africain, est assimilé à un touriste dépensant des sommes relativement importantes en devises pour financer son séjour et ses frais d'études).
Premier problème :
Le cadre de la loi régissant le secteur de l'enseignement privé accorde des avantages significatifs incitant à l'investissement.
Il s'agit principalement:
- d'une subvention à hauteur de 25% du coût d'investissement, fonds de roulement exclus ;
- d'une subvention d'exploitation, contribuant à 25% de la rémunération des enseignants permanents ;
- d'une exonération de la cotisation patronale à la CNSS relative à la rémunération des enseignants permanents ;
- de l'acquisition sans TVA des équipements pédagogiques.
Or ces avantages, à ce jour, aucun établissement n'en a bénéficié, sauf celui de l'épouse du président déchu.
Aussi, force est de constater que ces avantages, non seulement n'ont pas été accordés, mais ils s'avèrent insuffisants au niveau des avantages fiscaux.
En effet, un établissement de l'enseignement supérieur, bien qu'il relève du droit privé, demeure un métier ou une activité à caractère social et à nature publique. Il a un rôle considérable à jouer, quant à l'allègement du budget de l'Etat en la matière et quant à la contribution à l'amélioration de l'efficacité qualitative du secteur de l'enseignement dans sa globalité, puisqu'il permettrait nécessairement la réduction des sureffectifs des étudiants dans la quasi-totalité des établissements publics.
Et, donc, un avantage fiscal mieux réfléchi incite davantage à l'investissement quand il est cohérent et entier. Pour ce faire, il faut :
- revoir la liste incomplète des équipements, autorisant leur acquisition sans TVA (à titre d'exemple, il n'est pas normal que l'équipement informatique soit autorisé à une acquisition sans TVA et que le mobilier pédagogique ne le soit pas) ;
- généraliser l'exonération de la TVA pour les projets de développement (études architecturales et technique, constructions).
Paradoxalement, un établissement d'enseignement privé est non assujetti à la TVA au niveau de la vente de ses services, mais les achats sont assimilés à des charges fixes dont la TVA n'est pas récupérable par compensation avec la TVA à la vente.
Deuxième problème:
Le comportement de l'autorité de tutelle, accordant des autorisations pour de nouveaux diplômes, se caractérise par une marginalisation manifeste, à travers un mode de traitement qui impose une logique d'administration publique à un système de management privé dont seuls le marché de l'emploi et les besoins de l'entreprise peuvent arbitrer les choix pertinents en vue du lancement des nouveaux diplômes à créer.
Or l'autorité de tutelle empêche cette interaction positive entre l'offre et la demande des compétences exigées par le marché.
D'ailleurs, cet empêchement est un des principaux facteurs qui contribue à la formation des chômeurs détenteurs de diplômes universitaires.
Troisième problème:
Le manque de souplesse et de rigueur de l'autorité de tutelle en matière de coopération pédagogique internationale pénalise le développement de l'enseignement supérieur à l'international.
Pour se positionner à l'international, nous avons l'obligation d'être soumis aux normes pédagogiques internationales, secteurs privé et public confondus.
Notre cadre de lois national est appelé à réglementer rigoureusement les normes techniques relatives à l'exercice des différentes disciplines des métiers de l'enseignement.
Cette réglementation devrait rendre possible un système de contrôle et d'évaluation sans équivoque.
Par ailleurs, la souplesse devrait s'imposer quant aux choix des nouveaux diplômes à créer dans le cadre d'un champ d'investigations internationales, rendant possible la dispense de toutes catégories de diplômes de renommée mondiale.
L'autorité de tutelle se doit de développer ses structures publiques chargées du traitement des équivalences sans freins. Les finalités ultimes recherchées seraient toujours l'amélioration continue de notre qualité pédagogique et l'excellence de nos compétences tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.