Les routes principales de Médenine fermées par les manifestants    Le secrétaire général du Centre d'Art et de Culture, Guy De Rothschild, parrain de promotion de VATEL à Tunis    Leila Chettaoui rejoint le MPT de Mohsen Marzouk    Khalifa Chibani dresse un bilan des actes de vandalisme à Tataouine et Kébili    De « où est le pétrole ? » à « voilà le pétrole ! »    Tataouine : Pour BCE et Chahed, TOUT commence… ou s'arrête ici    CONECT : Une offre de 500 postes d'emploi et 1 millions de dinars aux jeunes promoteurs    Décès d'un protestataire à Tataouine : Belhassen Oueslati explique    Coupe de la Confédération (phase de poules): le programme de la deuxième journée    Foot – Ligue des champions/Coupe de la CAF: les quatre représentants tunisiens à l'épreuve du déplacement en quête de nouveaux points pour conforter leur leadeship    La Banque de l'Habitat lance BE CREATIVE à destination des jeunes créatifs tunisiens    Le directeur de l'hôpital de Tataouine dément le décès d'un deuxième protestataire    Le patronat français met le paquet en Afrique, du Nord au Sud    Les bonnes prédictions de la BNA, après un excellent exercice 2016    Décès à Tataouine : Bousculade dit Hammami, c'est la police dit une autre source    En photos-Festival de Cannes : Salma Hayek, un changement capillaire radical et surprenant...    Le Trump faiseur de paix, très inspiré par les 400 milliards $ de contrats à Riyad    Le gouverneur de Tataouine hué aux cris de ‘'Dégage ‘'    Ouverture d'une instruction judiciaire sur les circonstances du témoignage de Imed Trabelsi        Belhassan Oueslati : L'armée usera de la force en cas de nécessité    Tunisie-Change : Le marché interagit avec la BCT    Ebola : Découverte de deux anticorps contre le virus    Festival de Cannes : Une valise suspecte dans un pavillon tunisien    Usage de gaz lacrymogène pour disperser des sit-inneurs à Tataouine    Les magistrats continuent leurs mouvements de protestation    Tunisie : La composition du nouveau bureau exécutif du SNJT    Le Grand-Tunis sans taxi pour trois jours    Après la réactivation de la vanne d'El Kamour : l'armée met en garde les manifestants    Tunisie : L'avis d'un juge sur les propos d'Imed Trabelsi    Foot – Ligue 2 (10e et dernière journée Play-off): les résultats    Ghannouchi et Erdogan inaugurent l'université Ibn Khaldoun à Istanbul    En vidéo : PARFOIS célèbre la Fashion Week et annonce 3 ouvertures à Sfax et Tunis    HA ouvre ses portes à Sidi Bouzid    En photos-Festival de Cannes 2017 : Rihanna fait sensation dans une robe bustier blanche...            Weld El 15 condamné à 12 mois de prison ferme par le Tribunal de Saint-Malo    Italie: une bombe artisanale explose près d'un bureau de poste à Rome    Tunisie : « Rencontres de Djerba » à l'occasion du pèlerinage de la Ghriba    Grande Finale de la 17ème édition de la Danone Nations Cup : Seize équipes à la conquête du rêve américain    Khaled Lamloum appelle à la décentralisation culturelle pour contrer le terrorisme dans le sud de la Tunisie    Les 6 et 7 mais 2017, 2ème édition du tournai international de Padel    Accusée de duperie et d'escroquerie, Majdouline Cherni répond à Samir Ben Amor    Olfa Terras Rambourg lauréate du prix 2017 du meilleur investisseur dans la culture    Tunisie : Le penseur Mohamed Talbi n'est plus    Hymne national sifflé : Majdouline Cherni quitte le Palais des Sports    AMI Assurances organise son tournoi de Golf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De l'idiocratie à la médiocratie
Charlie Hebdo
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 09 - 2012


Par Zoubeir CHAOUCH
Charlie Hebdo, canard charognard, en a rajouté une couche. Que faire, quand on manque d'inspiration et qu'on veut vendre sa feuille de chou ? Exploiter un évènement : toute cette vague de mécontentements à travers le monde musulman, suite au passage sur le Net de ce navet vidéo, pur produit d'une imagination infantile, salissant le Prophète.
Charlie Hebdo n'en est pas à son premier coup, il a déjà servi sa sous-littérature et ça lui a valu le saccage de ses locaux. Il sait à quoi s'en tenir, mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Jusqu'à quel niveau de bassesse faut-il dégringoler pour intéresser des lecteurs en mal de sensations ? Invoquer la liberté d'expression ne trompe personne, pas plus que le droit de tout lecteur à une information « objective ». Imaginons un instant : si la caricature de la première page du canard avait représenté le juif orthodoxe sur la chaise roulante, ça aurait déchaîné la colère de toutes les têtes bien-pensantes et mobilisé la Licra. Le canard charognard sait se fixer des limites, quand il veut, et ça s'appelle la déontologie qui l'emporte sur la liberté d'expression. Imaginons que de notre côté, à nous autres musulmans, on se mette à salir ce que les chrétiens ont de sacré : publier des caricatures de Jésus en simple appareil, ou de sa sainte Vierge de maman en monokini, je ne crois pas que les lecteurs chrétiens auraient digéré le coup de la liberté d'expression invoqué de notre côté. Mais aucun caricaturiste musulman n'aurait eu l'idée saugrenue de le faire, pour la simple raison que Dieu loue la mère et son enfant dans le Saint Coran. Donc, intouchables. Nous savons nous fixer des limites, on préfère laisser le monopole du mauvais goût à des feuilles de chou du genre Charlie Hebdo.
En fait, la sous-littérature servie par Charlie Hebdo s'inscrit dans toute une campagne de dénigrement et de salissure de l'Islam ; ça a commencé avec ce brûlot, Les Versets sataniques de Salman Roshdi, un écrivaillon obscur, sorti de l'anonymat, grâce à ce torchon. Les Iraniens l'ont mis sous le coup d'une fatwa, le rendant du coup célèbre et apitoyant sur son sort une grande partie de l'intelligentsia qui invoqua le droit à la création et surtout à la liberté d'expression. Mais, comme je le disais plus haut, c'est deux poids deux mesures, essayez un instant de toucher à des sacrés occidentaux et là je t'interdis ce que je me permets de faire. Puis, il y eut cet obscur Danois qui griffonna des caricatures, annonçant un «genre» (on n'a plus entendu parler de lui, l'inspiration s'est tarie, probablement). Plus près de nous, il y eut ce collage-montage, on ne peut même pas appeler cette médiocrité un film, dû à un copte égyptien qui aura droit aux remerciements de la communauté copte d'Egypte pour les ennuis qu'il va lui attirer avec les fondamentalistes musulmans.
A tous les coups, la démarche est la même et ça sert les besoins d'une stratégie : provoquer pour déclencher une réaction violente de la tranche dure des musulmans et ainsi discréditer une religion et toute une communauté. Quand on salit, on ne fait pas dans le détail, on fout tous les braves musulmans dans le même sac.
Les réactions à toutes ces salissures ont été violentes et sont tout aussi condamnables que ce qui les a provoquées. Réagir à ce qui vous salit est légitime, mais sans recours à la violence. Pacifiquement, dans la dignité. Défiler dans les rues, crier son mécontentement pour apprendre la tolérance, le respect de l'autre à cette civilisation chrétienne qui veut uniformiser le monde à son image. L'ère de l'évangélisation à outrance est révolue : lékom dinoukom wa lia dini. Gardez vos convictions et on garde les nôtres, et apprenons à vivre ensemble avec nos différences.
Quand, de notre côté, nous réagissons violemment aux salissures, nous ajoutons de l'eau au moulin des intolérants et nous faisons un coup de pub à la médiocrité. Que vont faire nos braves salafistes qui ont le monopole de la foi et par voie de conséquence celui de la défense de l'Islam, à présent, après avoir saccagé l'ambassade des USA à Tunis ? Rééditer l'exploit ? Prendre d'assaut l'ambassade de France et lui faire payer l'idiocratie d'un Charlie Hebdo ? Compromettre des relations privilégiées avec un partenaire culturel et économique ? Le jeu n'en vaut pas la chandelle. Il faut garder la tête froide: la sous-littérature ne peut pas ébranler la foi du «commun» des croyants tunisiens, du croyant «normal» (cette description n'inclut pas les exhibitionnistes à barbe nid-à poux ou à niqab cache-misère). Et puis, comme le dit le canard charognard : le Prophète est «intouchable», il est bien haut placé dans le cœur des Tunes pour qu'un gribouillage l'atteigne. Charlie Hebdo a juste droit à notre mépris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.