Omar Béhi annonce des mesures pour réduire la flambée des prix des fruits et légumes    BT : PNB en hausse de 13,7%    En vidéo : FATALES lance son méga jeu Facebook Beauty Crush    Ils n'ont pas été invités à la Cité de la Culture, des artistes tunisiens s'indigent    Les 10 commandements pour lutter contre la fatigue    Une délégation officielle se rendra en Italie pour s'enquérir des clandestins tunisiens    Youssef Chahed se rend à la Cité de la Culture    Mabrouk Korchid appelle à lutter conte l'enrichissement illicite    Nous investissons dans l'innovation Sousse, Tunisie    Plus de 845 migrants clandestins tunisiens arrivés à Lampedusa entre le 10 et le 14 octobre    Jacques Attali en conférence à Tunis le 31 octobre 17    Nouvelles révélations dans l'affaire des stents périmés    (Vidéo)-Omar S'habou : ''C'est Rached Ghannouchi qui a donné la clé de Carthage à Béji Caïd Essebsi''    Une grande station de dessalement pour Annaba en 2018    Saïd Aïdi : Bani Watani est un parti pas comme les autres    Terrorisme : Avis de recherche contre deux individus potentiellement dangereux    Tunis, deuxième ville la plus sûre et la plus paisible d'Afrique    Hend Chaouch annonce sa participation à la 36ème édition du Rally El Chott    En vidéo : Hend Chaouch parle de sa prochaine participation au Rallye du Chott 2017    3 millions de touristes algériens et libyens ont visité la Tunisie en 2017    R.Ghannouchi: "Heureusement que la Tunisie possède moins de pétrole que la Libye"    Taboubi: 100.000 lignes rouges devant la privatisation des entreprises publiques !    Le cauchemar du harcèlement sexuel fait parler les femmes du monde    Mondial 2018 : Tous en rouge et blanc pour le match Tunisie – Libye !    « Affaire du Bisou » : La peine du couple réduite à 4 mois et 2 mois de prison    L'immigration clandestine, objet d'une rencontre entre le ministre de l'Intérieur et l'ambassadeur italien    La prothèse vaginale Prolift, un scandale d'une grande ampleur... ?    En photos : Blake Lively porte 7 tenues différentes en une journée...    Hamadi Redissi remporte le prix Uriage pour son essai « L'Islam incertain »    Naufrage de Kerkennah - Les plongeurs remontent 9 corps    Clôture de la 2ème édition du Festival de la Grenade de Testour aujourd'hui    En vidéos : La vision de Coca Cola et de la SFBT pour la Copa Coca-Cola    Ooredoo Tunisie honore la sélection nationale de Basketball    Success Story - Abdelhalim Messaoudi : La Culture, c'est l'éducation, puis l'éducation et encore l'éducation !    Hassen Babbou n'est plus    L'écrivain tunisien Yamen Manai, lauréat du Prix des 5 continents 2017    PGH : Des revenus en hausse par rapport à 2015    Tunisie : Les touristes chinois en hausse de 395%!    El Kamour : L'UGTT offre ses services aux protestataires    Foot – CAN-2019/Qualif – Côte d'Ivoire-Guinée: Wilmots veut « gagner pour Tioté »    Après Qatar Charity, Tunisia Charity bientôt dans l'oeil du cyclone?    Foot – Angleterre : l'entraineur Shakespeare prolonge de trois ans à Leicester    Theresa May broyée par le Brexit, ses difficultés inattendues et des électeurs déboussolés    Le Qatar aurait financé le terrorisme en Libye à travers la BH !    Le Chef du gouvernement annonce une batterie de projets et de mesures au profit du gouvernorat de Béja    Tunisie : La Fédération générale de l'agriculture en grève de 2 jours    France 5 revisite la contribution des Carthaginois à l'essor du monde    Alger : Des pros français de la restauration auscultent les monuments historiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'enfer est pavé de bonnes intentions
Lecture à travers les péripéties de l'affaire Rajhi
Publié dans Le Temps le 22 - 05 - 2011

Ce que je vais dire pourrait paraître paradoxal par ces temps post -révolutionnaires où tous les macaques, suceurs de roues, mouchards et miliciens confondus, se révèlent être la pire crème de l'avant-garde.
Ceci concerne tout d'abord la dissolution du R.C.D.
Annonçons tout de suite la couleur. J'ai été, je suis et je serais pour toujours, opposant à ce parti qui a instauré la torture et le pouvoir policier, comme seule initiative de gouvernance pour le pays.
Mais Rajhi a –t-il rendu service à la patrie en ordonnant sa dissolution, pure, irrévocable et absolue ?
A-t-il jugé la portée d'une telle décision ? Evidemment que ce parti, accaparé les dernières années, par la ridicule mafia tunisienne a vu la charge de haine que lui voue le peuple, redoubler de violence et que la demande de son anéantissement était plus que légitime. Mais, c'est connu, la gestion des affaires publiques doit se baser sur la raison et non sur les sentiments. Et s'il a répondu au désir populaire, Rajhi a-t-il servi le peuple en ordonnant cette dissolution ou bien a-t-il simplement voulu surfer sur cette vague de refus, pour s'entourer de l'aura des héros ?
Il serait pour l'histoire, celui qui a pris une décision qui nécessitait un grand courage. Reste à savoir si ce courage n'est pas plutôt de la témérité, sinon de l'inconscience ou de l'ignorance politique ?
En effet, comment croire qu'il suffisait de parapher un petit bout de phrase pour qu'une machine, aussi puissante et aussi rodée à la gestion des affaires publiques, puisse être mise hors d'état de nuire ? Par quelle autre machine, Rajhi pensait-il changer cette institution qui a fait corps avec la réalité politique du pays, aussi néfastes que furent ses résultats, surtout durant les dernières années du règne du R.C.D ? Quoi que nous pensions, le vers était dans le fruit depuis très longtemps, depuis la prise en mains de Bourguiba par Mendès France et les institutions publiques ou secrètes qui gravitaient autour de lui. Le R.C.D est dans la lignée inévitable de la politique de Bourguiba qui prophétisait que la Tunisie, vivrait sous son règne, au moins un siècle après sa mort.
Ben Ali a mis toutes ses forces pour combattre le Parti au début de sa prise de pouvoir. Il s'est vite rendu à l'évidence : il avait affaire à un rival de taille suprême et faute de pouvoir l'anéantir, il a dû se plier à ses diktats, changer de politique et se contenter de le faire pourrir de l'intérieur.
Comment Rajhi pensait-il réussir, là où celui qui avait tous les pouvoirs a échoué ?
Il aurait été plus sage de faire passer devant la justice, tous les criminels qui ont investi le R.C.D, lui couper la mainmise totale qu'il avait sur l'administration et la société, tenir compte du fait que tous les cadres – à quelques exceptions près- étaient et sont encore inféodés à ce parti, que beaucoup d'entre -eux appartiennent à la troisième et quatrième génération de l'Indépendance et qu'ils sont prêts, puisqu'ils n'ont pas d'autre choix, à entrer dans la bataille démocratique. Bref, le réduire à un parti semblable à tous les autres, et laisser au peuple par la voix des urnes décider de son devenir, et de celui de tous les autres partis et coalitions politiques. Au lieu de cela, que se passe-t-il réellement ?
Les « Caîds » de ce vieux parti du pouvoir absolu n'a d'autre choix que de jouer les trouble-fêtes et ils ont les grands moyens pour cela. Le vide qu'ils ont laissé a été occupé par les islamistes.
Ces derniers ont des locaux partout dans les Cités et dans les moindres recoins du territoire. Ajoutons à cela, les mosquées qui leur servent, malgré la patte blanche du parti non-cultuel qu'ils affichent, de grands terrains de rassemblement.
Il serait triste tout de même que cette belle, fragile et intelligente révolution des tunisiens, ramène au pouvoir, un parti qui n'a d'autre programme économique, social et politique que celui de combattre le mal et les non-croyants.
Nous n'avons pas souffert de plus d'un demi-siècle de dictature du Destour, pour tomber sous le joug de la plus noire des dictatures : celle des pouvoirs réactionnaires.
Ils prétendent cependant accepter totalement, le jeu démocratique. Personnellement, je n'en crois rien.
Car la démocratie ne peut se faire sans stratégie économique et les islamistes, par la voix de leur chef ont reconnu qu'ils n'en avaient aucune. Ils ont donc un seul objectif pour avoir une légitimité historique : ordonner, organiser et favoriser la chasse aux sorcières. Et des sorcières, le pays n'en manque pas. Du moins à leurs yeux !
Tant qu'on n'aurait pas séparé le cultuel du politique et ceci radicalement, le paysage tunisien serait l'arène de multiples tempêtes dévastatrices qui n'aboutiraient que vers un seul résultat : empêcher le pays d'évoluer et le réduire à un ensemble de perdants vivant sur l'âge d'or d'un passé mythifié, et un futur qui n'a que deux issues : l'Enfer ou le Paradis.
Quant au présent, il n'a aucun intérêt pour le moment. On en parlera demain, ou dans quelques années, ou bien le jour de la résurrection. Rien ne presse.
Quel est ce mouvement qui s'appelle ni P… ni soumises et pourrions-nous dire à notre tour : ni R.C.D ni barbus ?
Et puis qui est ce suppôt de Satan qui a dit un jour que “la religion est l'opium du peuple ?”
Que signifiait-il par cela ? A-t-il goûté aux charmes ensorcelants de cette plante ? L'opium est-il bon ou mauvais pour la santé des peuples ?
En tous cas, cette mixture semble réussir à certains : ceux qui, faute de vous promettre un avenir radieux, menacent vos ennemis de finir dans les feux de la Géhenne et vous certifient que vous serez logés aux premières loges du Paradis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.