CA: Louhichi quitte le Parc A, composition du staff technique    Tunis : L'ETAP se dévoile et dit tout sur les ressources énergétiques    Tunisie – Baccalauréat : Inscription au service des résultats de la session de contrôle par sms    CSHL: Dernières infos du mercato    Tunis-BCE : « L'Etat est debout et il n'y a pas lieu de paniquer »    Tunis-Affaire Chokri Belaid : Le tribunal décide le renvoi d'audience    Tunis : Seif Rezgui avait des liens avec des éléments terroristes en Libye, confirme le MI    Trafic sur une seule voie, entre les stations Casino et Carthage présidence, à partir de mercredi    Au cœur du flamenco    Agroalimentaire :    Tunis-Attentat de Sousse: Un groupe terroriste avait "averti" il y a un mois les touristes britanniques et occidentaux    Taoufik Bouderbela nouveau président du Haut Comité des droits de l'Homme et des libertés fondamentales    Güçlü Batkin, nommé nouveau directeur de la société TAV-Tunisie    Gafsa: Arrestation de plusieurs individus ayant fêté l'attentat de Sousse    Tunisie- Attaque de Sousse: 27 victimes identifiées    EST: communiqué à propos de l'affaire Clottey    Tunisie - Education :    Baisse du nombre des touristes résidents dans des hôtels à Sousse    Championnat du monde de ju-jitsu : l'organisation retirée à la Tunisie    Identification de la nationalité de 27 touristes victimes de l'attentat terroriste de Sousse (Ministère de la santé)    Tunisie : La chasse aux mosquées qui échappent au contrôle de l'Etat est lancée    Syrie : L'Etat islamique décapite deux femmes    La Tunisie appelle à libérer les participants à la flottille de la Liberté III    Tunisie - Nominations:    Identification de la nationalité de 25 touristes    Annulation de la taxe de 30 dinars exigée sur toute personne non résidente en Tunisie    Obligation de rachat    On en redemande    Mikari et Dhaouadi sur le départ    Les ministres français, britannique et allemand de l'Intérieur réitèrent, à Sousse, leur appui à la Tunisie    La loi antiterroriste prête avant le 25 juillet    Tunisie : Rééchelonnement des créances des institutions touristiques auprès de la STEG et de la SONEDE    Le terrorisme n'arrêtera pas le tourisme    Des similitudes troublantes    Réseau de trafic de drogue démantelé    L'OTT déplore le refus de la Cnam de négocier    Un incendie ravage plusieurs hectares de la forêt de Djebel Sif    Le ministère du Tourisme annule la taxe de sortie du territoire tunisien    Troublants dysfonctionnements sécuritaires    Le procès du terrorisme    Sport , Sponsoring : Nana félicite Sarra Besbes pour sa médaille d'Or au Championnat d'Afrique d'Escrime    Redonner à la Rachidia sa personnalité    Soirée d'ouverture : Dhalamouni Habaybi le 11 juillet 2015    Paris Hilton sera en Tunisie le 20 juillet prochain    Première session du Théâtre de la Cité    Chronique: Je suis en Tunisie et j'y reste    Tunisie : journées cinématographiques de Bizerte    Tout sur le programme du Festival International de Carthage 2015    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.