Tunisie Bombardements intensifs au Jebel Chaâmbi    Tunisie – Urgent : Nouvel accrochage entre l'armée et des terroristes aux portes de Kasserine    Convention de coopération entre les ministères de la Santé et de l'enseignement supérieur et l'Institut français INSERM    Tunisie: Amel Karboul et Ridha Sfar dans le collimateur de députés de l'ANC    NewGen de ESPRIT, gagnante de l'édition 2014 d'Imagine Cup en Tunisie    Téléphonie :    Le patrimoine de «Bled Frigua» à l'épreuve du développement    Un seul film tunisien dans le cadre de Cannes 2014    Diplomatie :    Elections: Des associations des droits de l'Homme réclament la parité verticale et horizontale    Finance :    Tunisie : possible augmentation des prix du carburant    Développement régional :    Djerba : Les ouvriers des bacs en grève    Le porte-parole du MI : Les médias ont sapé maintes opérations anti-terroristes    Afrique du Sud: DHL annonce la promotion de responsables africains    Egypte: Un général de police tué dans un attentat au Caire    Lancement à Tunis des festivités du 50ème anniversaire de la BAD    Le "Printemps russe-4" met à l'honneur les jeunes talents créatifs    Ghannouchi : La Tunisie n'est pas en faillite et ne le sera pas    VIDEO : Suda, l'éléphant peintre!    Le Spectacle « ZIARA» de Sami Lajmi se produit en Mai à Paris    512 étudiants élus    Mercato: La FIFA sauve le Barça    Ben Jeddou: la Tunisie signera un mémorandum d'entente avec la Libye pour combattre le terrorisme plus efficacement    Etudiants, devenez ambassadeurs du projet «SALEMM»    Tunis : Le HCR annonce l'inauguration du centre d'accueil des étrangers de Ben Guerdane    ESS: Le CA dément tout contact avec Bounedjah    Un projet de loi organique en cours d'élaboration    Outil pour des stratégies de développement efficaces    Tunisie - Rencontre entre Ghannouchi et Erdogan    Real Madrid-Bayern Munich: Les compos probables    Tunis : 4 cas d'immolation par le feu au cours de la journée de la Fête des martyrs    Les demandes d'asile des Tunisiens vers l'UE en hausse    Tunisie Nouvelle nomination à la tête de la STIP    Ukraine-Washington pour des sanctions si la tension persiste    Les Nations unies saluent l'initiative tunisienne pour le dialogue national en Libye    Tunisie-Nabeul : le prisonnier en fuite arrêté    ANC: La liste des candidats à la l'Instance Vérité et Dignité publiée    Adoption des art.33 à 60 de la loi électorale à l'exception de l'art. 54 sur la publicité politique    Tunisie – Ils se sont juré d'affamer les tunisiens    ZDF ne diffusera pas gratuitement les rencontres de la coupe du monde sur l'Afrique du Nord    Démarrage d'une campagne de dons pour la restauration de Saïda Manoubia    Tunis : L'argent des paris fait un CA de 150 MDT    De la bonne graine    1.800 marathoniens au rendez-vous    Dix millions ‘‘d'experts''    Le corps à la recherche de sa vérité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.