Reprise des affrontements à Bizerte    Le délitement de l'Etat n'épargne pas le football    Gourmandise lance sa collection 2017    El Hak Maak sera finalement diffusée    2 ans pour régulariser la situation foncière de près de mille agglomérations    Bourse : Le Tunindex clôture en territoire négatif    CSM : Al-Horra dit pourquoi il a fait cause commune avec le gouvernement    Mehdi Jomâa ; l'alternative sans programme    Jets de pierres sur un poste de police : 5 individus arrêtés à Sfax    Abdessalam, un héros mais pas chez lui    Orange Tunisie lance son appel à projets « FabLab Solidaire » pour l'année 2017    Dopage/JO de Londres-2012: quatre nouveaux athlètes russes disqualifiés    Samsung lève le voile sur ses Galaxy S8 et S8+        Kébili : A Sidi Messaid on exige une imada et un bureau de poste    Monastir : La Jordanie donne un coup de main à la municipalité    Sport-tennis: WTA – Miami: Williams bat Kerber et complète le dernier carré    Sport-foot : le président de la Liga n'apprécie pas les propos de Piqué sur le Real        RDC : Washington préoccupé par la paralysie de l'Accord politique    La professeur soupçonnée d'avoir incité ses élèves à rejoindre Daech relâchée    L'Algérie frappé par deux séismes    Les feuilles d'épinard transformées en en tissu cardiaque humain !    Fethi Hachicha va injecter 24,5 MDT pour quadrupler le capital d'Electrostar    ARP : Adoption de deux prêts avec la BAD et l'AFD    La Tunisie à Pékin pour promouvoir son tourisme    Météo : Légère hausse des températures, demain    Le ministère des AR appelle à organiser la prière de l'Istisqâa    L'Espagne et le Portugal menacés d'un gigantesque tsunami !    Première dans l'histoire du football : l'arbitre reprend le match après avoir sifflé la fin !    Amende de 100 dinars pour l'homme qui s'est introduit à l'ARP muni d'une arme blanche    2ème édition du Forum des entreprises organisé par l'Université Paris Dauphine | Tunis    La BNA signe une convention tripartite en faveur des petits éleveurs bovins laitiers    TOPNET partenaire officiel du festival Jazz à Carthage    Ben Arous : une collision entre deux trains fait 28 blessés    Un dangereux terroriste prend la fuite vers l'Algérie    TOPNET, partenaire officiel du festival Jazz à Carthage    Mongi Rahoui révèle le contenu de la rencontre avec Bachar El Assad    القنوات المجانية الناقلة لمباراة المنتخب الوطني و المغرب    Pékin demande des explications à Paris après la mort d'un Chinois        En vidéo : Une manifestation dégénère à Paris    Pour sa 4ème édition, Jaou Tunis repense la migration du 12 au 16 mai prochain    Tunisie Vs Cameroun : Entrée gratuite pour les femmes et les enfants    En vidéo....Ghost in the Shell avec Scarlett Johansson : Découvrez les 5 premières minutes du film    Youssef Chahed double les achats du ministère de la Culture en livres tunisiens    6 conteneurs de mines antipersonnel découverts au mont Sammema    Tunisie : La poterie de Sejnane patrimoine universel de l'UNESCO?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.