Egypte : Prison à vie pour Mohamed Badiî et 14 de ses compagnons    Tunisie – Les restrictions sur SKYPE et VIBER sont illégales    Union européenne : 246 millions d'euros pour la Tunisie en 2014-2015    La cession de la production des énergies renouvelables à un investisseur étranger est "un grave précédent" - Syndicat    Tunisie – Kairouan : Des salafistes agressent un cadre de l'armée    Tunisie – Kairouan: Décès d'un élève de 14 ans par une piqûre de scorpion    Tunisie – Manar Skandrani candidat à la présidence    Tunisie – L'UGTT à la recherche de l'oiseau rare pour la présidence    Tunisie – Réponses de S'habou et Ben Ticha à la décision de leur « renvoi » de Nidaa Tounes    Premiers vols de reconnaissance française en Irak    Le bloggeur égyptien Alaa Abdel Fattah libéré sous caution    Un soldat tchadien de la MINUSMA tué à Aguelhoc à l'extrême Nord du Mali    Le ministre tunisien des Affaires étrangères à la réunion de Madrid sur la Libye    Mexique: L'ouragan Odile a touché terre    Suède : Poussée historique de l'extrême droite    Hannachi sauve la mise    Harbaoui-Sami Trabelsi: touché puis coulé !    Natation-Comen Cup 2014 (5km eau libre): Haythem Mbarki termine 4ème, la Tunisie 2ème au classement général    Tunisie : LG lance le vrai système DRV 4ème génération    Promulgation du protocole de la coopération financière entre la Tunisie et l'Algérie    Evaluation, à mi-parcours, du jumelage Tunisie-UE en matière de gestion budgétaire par objectif    Profitez de 50% de remise avec la Flybox Orange: 6 mois de forfait Flybox à 117DT seulement au lieu de 234 DT !    Tunisie - Bourse :    Cyclisme: vers la reprise du Tournoi de la ville de Tunis en 2015 (président FTC)    Tunisie (ligue 1) - L'Espérance ST veut retrouver le Stade El Menzah    «Un terroriste très dangereux» écroué    Tunisie , Santé : L'hépatite A à El Hamma de Gabès : 131 cas ont été isolés !    Comme prévu    Tunisie Les agents de justice en sit-in du 15 au 19 septembre    Grève de la faim des agents des forces de l'ordre à Gafsa (audio)    Le chef du gouvernement visite des établissements éducatifs à Medjez El Bab    LdC (phase de groupes) : programme de la 1re journée    Le Club Africain demande des explications à la Télévision Nationale    Les Cabistes piétinent    Mondher Zenaïdi révèle le côté CPR enfoui en vous !    Mongi Hamdi à Madrid le 17 septembre pour un congrès sur la Libye    Enregistrement des spots des candidats : Les résultats du tirage au sort disponibles sur le site de l'ISIE    Je m'engage aux côtés de Mustapha Kamel Nabli    Abderrahim Zouari félicite Mondher Zenaïdi et l'appelle à coopérer avec lui    The 48 Hour Film Project Tunis: Faire un film en 48 heures!    Film documentaire «7 vies» : et si Ben Ali revenait en Tunisie?    Le film belge "Les Tourmentes" à l'ouverture mardi des JCE 2014    Une actrice noire arrêtée à Los Angeles après avoir embrassé son compagnon blanc    Les indiscretions    «Le star-système peut nous être utile»    Final cut    Lotfi Ben Jeddou : 2500 Tunisiens appartiennent à Daech (vidéo)    Tunisie : Raouf Ben Yaghlane se présente aux présidentielles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.