Syriza largement en tête aux élections législatives en Grèce    Khaled Chouket : On n'est pas surpris par la décision d'Ennahdha    Tunis-Officiel : Ennahdha n'accordera pas la confiance au gouvernement Essid    Sigma Conseil : Près d'un Tunisien sur 2 satisfait de la gestion du pays    CAN-2015 de football - Aucune équipe qualifiée à l'issue de la deuxième journée    Tunisie , Politique : Chedly Ayari revient sur la composition du gouvernement Essid    Tunis-Textile et Habillement : Une balance commerciale positive malgré des échanges en baisse    Un livre pour enfant crée la polémique    Chedly Ayari : Le gouvernement Essid est capable de réussir, malgré le cadre économique difficile    ARP-RI: La plénière suspendue    BCE présente ses condoléances au Roi Salmane    Salon de Montréal : Range Rover présente sa série limitée Evoque British Edition 2    Kasserine : Un agent de la STEG détourne 147 mille dinars et se volatilise    Tunis-Météo : Temps froid avec pluies isolées sur le nord et localement le centre    La Tunisie pourrait bénéficier d'un emprunt direct de 500 M$    Arrestation d'une dizaine de membres de cellules terroristes dormantes    Gouvernement Essid : Passera ou passera pas ?    Programme TV du dimanche 25 janvier    Mondial Qatar 2015: les échos de Doha    Tunisie , Médias : Tunisie , Médias : Arablog a réuni ses blogueurs à Tunis    Poursuite de la vague de froid dimanche et lundi    Législatives en Grèce : Ouverture des bureaux de vote    A quoi joue Leekens ?    Entretien avec Caïd Essebsi    Entamer immédiatement l'organisation des élections municipales et régionales    Chute record des cours du pétrole    Ukraine-Rssie-ONU : La Russie bloque une déclaration de l'Onu contre les séparatistes    Monde , Société : La militante Shaima Sabbagh tuée lors d'une manifestation au Caire à la veille du 4ème anniversaire de la révolution    Touzghar en CFA !    Tunisie , Régions : La Maison de France présente ses services pour les étudiants de l'Université de Sfax    Les enseignants font l'école buissonnière    Djerba: Les campagnes de propreté se poursuivent    Mokhtar Tlili : «Libérez-vous !»    Bab Souika, ma mémoire    Promouvoir la danse académique en Tunisie    Sihem Badi, Mezri Haddad et une journaliste de Charlie Hebdo chez Samir El Wafi (Vidéo)    Match amical: ES Sahel-AS Djerba en amical 5-0    Audiences télé et radios tunisiennes en 2014 : Al Wataniya 1 et Mosaïque FM les plus suivies    Les investissements publicitaires portés à 195,6 MD en 2014 grâce à la publicité politique    Charlie Hebdo dépassera les 7 millions d'exemplaires, un record hors norme !    Tunisie - Bourse :    L'ONU réclame une commission d'enquête après l'attaque contre l'antenne de la Banque centrale libyenne à Benghazi    Divertissant à souhait !    Responsable irakien : La Tunisie refuse la réception des cadavres des combattants de Daech d'origine tunisienne    "Solwene", le chagrin d'une femme et d'une patrie meurtries qui gardent espoir    Les Rendez-vous Cinéma de la Maison de France à Sfax    «Un ticket pour ... l'enfant au cinéma» à la Maison de la Culture Ibn RACHIQ durant janvier 2015    Faten Hamama n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.