Moez Labidi : « Le Brexit complique l'équation de la croissance tunisienne »    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 253 mille dinars    Tunisie : La liquidation des terres communales est la responsabilité du gouvernement    Rachat de Go Malta par TT :    Crash du vol EgyptAir : Le parquet de Paris parle maintenant d' »homicides involontaires »    Euro 2016 : Les affiches des quarts de finale    Béji Caïd Essebsi reçoit Houcine Abassi    Suspendue pour dopage, Maria Sharapova va étudier à Harvard    Viol d'enfants par un français : Le ministre de la Justice ordonne l'ouverture d'une enquête    Le Caire ouvre le passage de Rafah    1er tour: Malek Jaziri éliminé par l'Américain Johnson    Tourisme :    Tunisie :    Topnet lance le SMART RAPIDO : Le très Haut Débit jusqu'à 100 Méga en facture unique Topnet    Les arnaques enrobées de belles promesses    Que va-t-il se passer?    Kaies Yaacoubi nouvel entraîneur du Club Africain    Le Brexit et la paix dans le monde    Tunisie : De nouvelles nominations au conseil d'administration de la BCT    Néji Jalloul : Le plus important, c'est la réforme du système éducatif...    Tunisie : Avec une moyenne de 19,25, Mariem Ben Tarek Ferai lauréate du concours de la sixième    Houcine Nater, approché    Suivi des décisions relatives à l'emploi        Impossible à séparer    Y a-t-il un pilote dans l'avion?    Un site web et une application Android pour bien choisir    Quand l'art éclaire notre histoire    Résistance par la musique    Aménagement du site archéologique d'Oudhna    Crash de l'Egyptair: la boite noire réparée avec succès    Tunisie : Interdiction de la circulation des quads sur les plages de Nabeul    Tunisie- A.Lourimi: Ennahdha attaché à un GUN sur la base des résultats des élections    Bientôt un premier smartphone griffé « Google »    Tunisie- Hédi Majdoub à Jendouba pour évaluer la capacité opérationnelle de ses unités    Abdelaziz Meherzi a refusé de jouer dans Warda W Kteb et voici les raisons    L'hôtel visé par l'attaque de sousse réouvrivra ses portes en 2017    Jhinaoui invite le Royaume Uni à lever ses restrictions de voyage sur la destination Tunisie    Palestine : Construction du premier centre commercial israélo-palestinien    Bizerte : fermeture provisoire d'un jardin d'enfants pour suspicion d'abus sexuel    L'Ariana Arrestation d'un très dangereux terroriste    L'acteur italien Bud Spencer est décédé    En Tunisie on ouvre Hanguen-Daze au lien d'un Hâagen Daze    La réaction de Kanye West après la découverte de tags anti-consommation sur la devanture de sa boutique    Tunisie- L'imperial Marhaba Sousse rebaptisé El Kantaoui Bey    Décoration de personnalités du monde culturel français à l'ambassade de Tunisie à Paris    En Vidéo : Savez-vous que ‘Bolice' à une version algérienne ‘B73' ?    Olivier Poivre d'Arvor remplace François Gouyette à la tête de l'ambassade de France en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.