Maroc- le ministre de la Justice : il faut envisager la peine de mort contre les » pédophiles » !    Algérie – « L'eau minérale une fois exposées au soleil tuent les Algériens à petit feu »    Météo – Prévisions pour Jeudi : Temps chaud jusqu'à 38°C et sirocco    Lâarayedh : Ennahdha se démarque des Frères musulmans sans renier leur lien idéologique    Ali Lâarayedh : Nous ne renions pas les Frères musulmans    Infiltration de quantités de fuel dans le canal de Bizerte    Tunisie (Vidéo):Le Club Afrique Développement d'Attijari bank et Tunisia Africa Business Council célèbrent la journée Mondiale de l'Afrique        Tourisme :    Viste d'une délégation du Conseil américain des jeunes leaders politiques (ACYPL)    Grande Finale de la 16 ème édition de la Danone Nations Cup : Seize équipes pour aller jusqu'au bout du rêve    Un procès pour contester les listes des pèlerins de 2016    Tunisie- La réforme de l'éducation au centre d'un entretien BCE/Jalloul    Convention de partenariat entre la BIAT et le Groupe BSIC    L'ESS pour confirmer, quitte ou double pour l'EST    Classico EST vs ESS: Les compositions sont tombées !    Le mollah Haibatullah est le nouveau chef des talibans afghans    A 7 ans Ons Ben Romdhane et Malek Mokaddem décrochent le 3ème Prix Claude Kahn Paris 2016        21 dessins pour illustrer les relations Tunisie-Union européenne    Tunisie : La commission des finances entame l'examen de 3 accords de crédits    Mercato: Une première recrue à 45 M€ pour Arsenal    Faouzi Elloumi : Hafedh Caïd Essebsi est contre la démocratie au sein du parti    Tunisie- René Trabelsi: plus de 2500 pélerins juifs sont attendus à la Ghriba    Ligue 1: Le championnat se joue aujourd'hui au Stade Radés    Béji Caïd Essebsi reçoit Habib Essid    Ghazi Ben Tounes se retire    SG : Victoire impérative    Au nom de Shakespeare    «Les artistes comme uniques oracles des temps modernes»    USA : Après en avoir fait ses ennemis, Trump tente de séduire les électeurs musulmans    Orange Tunisie lance la portabilité des numéros    EST : Des places à prendre    Le jeu du chat et de la souris    Evaluation de la participation de la Tunisie    Afreecan organise le premier festival musical humanitaire en Tunisie    Kef : Des terroristes volent des provisions chez un garde forestier    La Tunisie menacée d'une hausse des prix des produits alimentaires, selon un rapport    Temps très chaud, demain, sur la plupart des régions    Tunisie Telecom lance une OPA sur GO    Tunisie-UE : 40 ans de coopération globale    Algérie- Elimination de trois terroristes et un quatrième se rend aux gendarmes    Avion égyptien crashé : Les restes des victimes portent des stigmates d'explosion    En vidéo : Voici le plus bel hôtel du monde.... La nuit y coûte plus de 14 000 euros    Tunisie- Habib Essid s'entretient à Istanbul avec Angela Merkel    Algérie : Trois terroristes abattus et un atelier de fabrication d'explosifs détruit    La Fashion Week Tunis est de retour : Voici le programme des défilés    Lancement de la première édition de l'événement 'Marque's Day'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.