Grève générale des magistrats les 28 et 29 avril    Tunisie - Phosphate :    Tunis : La ministre qui veut libérer les enfants du «joug» paternel    Tunis : La STB et la BNA reprennent du poil de la bête sur la Bourse    Une bousculade dans le train Tunis/Bizerte fait des blessés    Tunisie - Environnement :    La KOICA réitère son soutien à la Tunisie    Le concessionnaire de voitures Mazda renforce son positionnement en Tunisie    Tunis : Marzouki revient. De quoi il retourne?    Tunisie , Présidence de la République : Le président allemand Joachim Gauck accueilli par Béji Caïd Essebsi    Tunisie - Nominations :    Tunis : Mouvement de «défonce» des libertés de Jbali. Chauve qui peu!    Enfance menacée : une moyenne de 19 signalements par jour (Rapport)    Ennakl Automobiles lance la Skoda sur les routes tunisiennes    Tunisie-Protection de l'enfance: 19 alertes par jour !    Foot: Décisions de la Commission Nationale des Litiges    Coupe de la CAF (8es de finale retour): La JSE Eulma en forme avant d'affronter le CS Sfaxien    Houcine Dimassi à Africanmanager : « La création d'une zone franche à Ben Guerdane ne résoudra pas l'épineux problème de la contrebande »    Tunis : Rachida Ennaifer et Riadh Ferjani démissionnent de la HAICA    LCA (8es de finale retour) - Espérance ST/Merreikh: les « sang et or » sollicitent 30 mille billets    Ligue 1: Le programme du CA, de l'EST et de l'ESS lors 4 dernières journées    Tunisie- Rassemblement de protestation des agents de la Douane    L'Institut français de Tunisie change d'adresse    Tunisie , Ministère de l'Agriculture : Nouvelles nominations régionales    EST: Plus de peur que de mal pour Ragued    Des hackers russes ont piraté le Pentagone et la Maison-Blanche    Népal : 3400 morts, bilan encore provisoire du séisme    Khaled Chawket à Africanmanager : « Ben Ali doit savoir que la Tunisie est devenue un pays démocratique »    Le retrait ou non de point de l'Etoile à l'ordre du jour de la réunion cette semaine de la Ligue    Monde , Catastrophe du Népal : L'alpiniste tunisien Tahar Manaï sain et sauf au Base Camp à Katmandou    Tourisme :    L'alpiniste Tuniso-français Tahar Manai sain et sauf    Un fauteuil pour deux    Les «Bleus» méritaient mieux    « Une poubelle pour chaque foyer »    Un employé Tunisien enlevé en Libye    150 procédures sur des dossiers liés au terrorisme, en cours, en France    Raids aériens de l'armée    Une quête de conciliation de l'être et de son avatar    Le parcours et la trace    Bientôt, une ligne TGV reliant l'Algérie ,la Tunisie et le Maroc    « La Tunisie au cœur des Algériens »    Tout est fin prêt pour les 6 et 7 mai prochain    Tunisie , Médias : Nouvelles émissions diffusées sur Al Wataniya 1    A mi-chemin entre figuratif et abstrait    L'autre front de la lutte antiterroriste    La fête des romans tunisiens se termine, l'aventure Comar se poursuit pour le line-up du 20ème anniversaire    L'association tunisienne des sites et monuments historiques appelle à la valorisation du patrimoine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.