Bizerte : Explosion d'un taxi    La Tunisie appelle ses ressortissants à la prudence en Libye    Reprise des bombardements de Jebel Chaâmbi    Coupe de Tunisie: Les arbitres des 16ès de finale    Tunisie : Une plainte contre le bureau d'Al Jazira à Tunis pour non- paiement de loyer    Remaniements dans les structures d'Ennahdha    Le directeur de la justice militaire sera-t-il remplacé ?    Le doyen de Cornell Tech New York en juin à Tunis et 6 M$ pour de nouvelles bourses    Le prix Nobel de littérature colombien Gabriel Garcia Marquez est mort    Tunisie : Saisie de produits de la contrebande    Kébili : Saisie d'un camion chargé de 5160 canettes de bière    La Banque mondiale accorde à la Tunisie un prêt de 100 millions de dollars    La BM octroie à la Tunisie un prêt de 100 millions de dollars    Tunisie Loi sur les marchés publics :    L'ANC vote, le 19 avril, le projet de loi portant création de chambres judiciaires spécialisées    Précisions du ministère de la Défense sur la proclamation de la bande frontalière ouest zone d'opérations militaires    Le partage de la connexion Clé 3G avec le Routeur 3G Wifi d'Orange à partir de 19DT au lieu de 69DT    Le Collectif de défense des familles des martyrs de la révolution reçu à Carthage    Enlèvement d'un conseiller de l'ambassade de Tunisie à Tripoli...pas de revendication    EST: Retour de Youssef Belaili avec le groupe    8ème Tournoi international d'aviron, dimanche 27 avril aux Berges du Lac    "Le déficit des caisses sociales pourrait s'élever à 400 MD en 2014 et atteindre 700 MD en 2015" (ministre)    Le Kram en ébullition en ce moment    Tunisie: Un diplomate tunisien enlevé à Tripoli    Le Conseil de l'Ordre réagit aux apparitions médiatiques des avocats    L'Espérance Sportive de Tunis et Tunisie Telecom main dans la main    Santé animale :    Espérance de Tunis: Khaled Mouelhi out 10 jours    kidnapping du diplomate tunisien Laroussi Gantassi en Libye    Examen du Programme de coopération pour la période 2014-2016    Tunisie Reprise du dialogue national    Le Nokia X maintenant disponible en Tunisie    Les agents en grève    La Tunisie élue à la vice-présidence    Les monts Chaâmbi, Sammama, Salloum et Meghila déclarés zones militaires    Foot : Le Real Madrid, "Roi" d'Espagne!    Phase des poules    Taillé pour la Coupe    1er Festival des créations estudiantines à Monastir    Voyages dans le temps    Un centre de formation professionnelle de référence inauguré à Al Mourouj dans le Grand Tunis    Rencontre entre Mehdi Jomâa et une délégation de l'Ordre des avocats tunisiens    Microsoft Tech.days 2014 : Comment ré-imaginer l'entreprise ?    Tunisie : restauration de demeures historiques de la médina de Bizerte    Tunisie : naissance du 1er festival de musique instrumentale de Bizerte    Au son du tar et de la darbouka    Soutien au patrimoine immatériel de la Tunisie    Vidéo : L'hymne Officiel de la FIFA 2014 chanté par Nancy Ajram et le Cheb Khaled    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.