Chafik Sarsar : Le B3 n'est pas obligatoire en vertu de la loi électorale (Audio)    Ligue 1, J2: Les matchs du mercredi et le programme TV    Club Africain - Stade Tunisien: Compos probables    Mercato: Ammar Jemal quitte officiellement le Club Africain    CAN 2015:Des Mauritaniens pour Tunisie-Botswana    Un point par-ci, un point par-là    Salifu tient la corde    Zarzis sur un nuage    Gaza : La femme et la fille du commandant des Brigades d'Al Qassem tombent en martyres    Tunis : Un soldat blessé par balle à Jebel Chaâmbi    Ghazi Jribi à Asharq Al Awsat : La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine !    Tunisie: Qu'en est-il de la blessure d'un soldat à Châambi?    Traque des terroristes au mont Chaâmbi: un militaire légèrement blessé (Défense)    Santé:    Le ministère de la Défense Nationale dément les opérations militaires conjointes avec l'Algérie    Une cellule conjointe de suivi    Un Tunisien obtient son Bac en France à l'âge de 14 ans    Tunisie , Régions : Une femme complètement calcinée dans un incendie à Sfax    L'UGTT appelle à accélérer l'ouverture des négociations sociales dans le secteur public    Djerba : Le ministère du Commerce approvisionne les boulangeries en farine    Tunisie , Fait divers : Une fille de 16 ans séquestrée et violée à répétition depuis l'Aïd retrouvée par des agents de la Garde Nationale    Tunisie: Arrestation d'un extrémiste religieux au Kef    Tunis-Zaghouan : 320 mille dinars d'aides à 8 mille élèves et 700 étudiants    Tunisie - Emplois:    JOJ-2014 (hand) - 1ère journée: La Tunisie battue par le Qatar 23-26    Tunisie , Partis politiques : BCE aurait décidé de remplacer son fils par Faïza El Kéfi à la tête de la liste Tunis 1    Tunisie - Nominations:    Le SNJT poursuit en justice le député Brahim Gassas    Tunisie - ONU:    La dernière ligne droite    Cinq omdas démis de leurs fonctions    Tunisie: Zied Lâadhari croit fort en les chances d'Ennahdha au Sahel    Pas d'augmentation des prix    Tunis : Economic Auto dévoile la nouvelle Mazda3    Tunisie : utilisez vos «points Merci» Ooredoo pour l'achat des prestations proposées par Traveltodo    Tunisie - Tourisme:    Tunisie - Agriculture:    Tunisie - Gestion aéroportuaire:    Deux conventions de financement avec la Banque mondiale    Tunisie : une vidéo choquante d'une tortue de mer égorgée gisant dans son sang    Si Said, merci pour tout    Palestine, culture : Décès de Samih al Qasim, un grand poète et militant palestinien    Tunisie , People : Manel Amara entame le mouvement Ice Bucket Challenge en Tunisie !    Une soirée rétro aux tendances variées    C'est reparti pour une nouvelle édition    Un point de rencontre nommé Edimbourg    Marzouki donne le coup d'envoi de la campagne des vendanges et inaugure la 53ème édition du festival de la vigne    Moncef Marzouki à la fête des vignobles, dans sa ville natale (vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.