DAECH revendique dans une vidéo la mise à mort d'un deuxième otage américain    Tunisie – Gafsa : Arrestation d'un individu soupçonné de blanchiment de l'argent des terroristes    Tunisie – Nabeul: Plusieurs incendies à Jbel Tarhouna    Tunisie – La diplomatie «utile et agressive». Mode d'emploi, par Mongi Hamdi    Tunisie : La révolution culturelle n'est pas pour demain !    La hiérarchie bousculée    Leçons non retenues    Volleyball-Mondial : Défaite de la Tunisie    La Tunisie plus grand exportateur de djihadistes en Syrie    Ethiopie: Réunion des ministres des Affaires étrangères sur le virus Ebola    Le ministère de l'Intérieur: Des terroristes voulaient tuer Mohamed Ali Nasri    Syrie : le Front al-Nosra énonce ses conditions pour libérer les Casques bleus    Moscou a mis fin à son partenariat avec Bruxelles    L'homme, principal responsable de la fonte des glaces    Une patrouille sécuritaire à Kasserine attaquée par des terroristes    Football-Equipe nationale: Convocation de Yacoubi et Abdi    CAN 2015 (qualifications) - Tunisie-Botswana: Yacine Mikari forfait, Yacoubi et Abedi convoqués    Environnement :    Tunis : Un incendie dans un restaurant aux berges du Lac    Tunis : Protestation des professeurs du secondaire à Tozeur    Tunis-Medjez el Bab : Un soldat tué par sa propre arme de service    Tunisie: Vers la baisse des pensions de retraite    Grève de la faim et sit-in demain à l'OTT    36e Coupe d'Afrique des clubs champions - le tirage au sort    Ali Laârayedh : Nadhir Ben Ammou est toujours indépendant (audio)    Vers une révision des dotations ?    Mohamed Ali Nasri explique le déroulement de l'attaque qui l'a ciblé (vidéo)    Tunisie - Ennahdha réagit à la tentative de meurtre de Mohamed Ali Nasri    Les enjeux majeurs du système de santé    Tunisie , Partis politiques : Découvrez les noms des 33 têtes de listes de l'UPL de Slim Riahi    Tunisie :    Leoni soutient deux projets à caractère social en Tunisie    Tunis : Les consommateurs achèteront leur lait au même prix sans nulle augmentation    Tunisie Telecom offre à ses abonnés un bonus de 900 % à vie !    Tunisie : la situation du port commercial de Bizerte, relativement moins préoccupante    Tunis : Moncef Marzouki reçoit le rapport annuel de la Banque centrale de Tunisie    Tunisie - Finances :    Tunisie L'ATAC et GIZ lancent un projet pour réconcilier les jeunes avec les métiers de l'agriculture    Un projet qui prend forme    "La campagne de sensibilisation au mécénat culturel est un appel aux investisseurs de parier sur la culture et l'art en Tunisie" (Mourad Sakli)    Une part de rêve pour les enfants    Un goût d'inachevé    Premier festival du film documentaire au Bassin minier du 3 au 6 septembre à Redeyef    1ère édition du festival du film documentaire au bassin minier : le programme    Couleurs et fraternité    Hassen Doss à l'Accropolium: un ténor tunisien à la voix d'or    Amical: Les principales affiches du mercredi et du jeudi    La tentative d'assassinat de M.A. Nasri : la piste terroriste privilégiée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artisanat tunisien:
Publié dans Tunisie news le 25 - 09 - 2009

L'artisanat est une technique de production manuelle en petite quantité. L'artisan est une personne qui fait un travail manuel, qui exerce une technique traditionnelle pour son propre compte aidé souvent par sa famille et d'apprentis. L'artisan peut aussi être une personne à laquelle le droit octroie, indépendamment des techniques utilisées, le statut d'artisan (ex.: un couturier peut être un artisan).
Si dans la plupart des pays développés, le travail artisanal est en voie de disparition et remplacé par les entreprises industrielles, on constate qu'en Tunisie, ce métier est en plein développement. Boulanger, coiffeur, tailleur, bijoutier, tapissier, peintre en bâtiment… sont des artisans. La liste des métiers de l'artisanat tunisien est impossible à énumérer dans sa totalité. Par ailleurs, en dépit des mesures avant-gardistes du gouvernement visant à encourager la commercialisation de ces produits et aider, entre autres, les artisans à pérenniser certains métiers en voie d'extinction, le secteur souffre encore de différents handicaps.
Les artisans tunisiens rencontrent plusieurs problèmes dans l'écoulement de leurs produits. D'un côté, le coût des matières premières est assez élevé, ce qui entraîne déjà une importante sélection au niveau de la clientèle. Sans compter le fait que pour avoir "le droit" de louer un stand, il faut être prêt à affronter aussi d'autres types de dépenses difficilement quantifiables.
D'un autre côté, les artisans n'ont pas accès au marché le plus rentable celui des exportations directes. Pour le moment, ils participent à des expositions-ventes organisées par des associations mais dont la périodicité est irrégulière, ce qui, de toute façon, les empêche de réunir les fonds nécessaires pour faire vraiment décoller leur entreprise.
Par ailleurs, il leur est difficile d'accéder à un crédit bancaire. Le coût de l'argent est bien trop élevé et la rentabilité du travail bien trop réduite pour que l'artisan puisse affronter le risque de prendre des crédits pour des investissements lourds (surface de vente, opérations de marketing, voyages à l'étranger, etc.). Par ailleurs il leur serait difficile de fournir des garanties.
L'Absence de compétences en matière de gestion d'entreprise est aussi un problème à résoudre pour les artisans qui démarrent généralement une activité de type artistique sur fonds propres. Pour tous les autres points relatifs au fonctionnement de l'entreprise, ils essaient de se débrouiller seuls. Il est cependant évident qu'un appui qualifié en matière de marketing et de gestion pourrait contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes.
Face à tous ces aléas, on se demande s'ils n'ont pas pensé à s'organiser avec d'autres artisans qui rencontrent les mêmes difficultés, sous forme de coopérative.
Par ailleurs, ces artisans font preuve d'une volonté farouche de résister et de continuer, et ce parce qu'ils sont passionnés par leur travail, qui est leur seul moyen de subsistance.
Sachant que 80% des problèmes rencontrés par les artisans tunisiens, sont essentiellement liés à l'accès au crédit et à la commercialisation. Il est vraisemblable que la rencontre et les échanges les professionnels, des expériences de financement alternatif, entre tous pourraient contribuer à faire avancer la recherche de solutions, que ce soit au niveau local ou national.
La formation des artisans est en outre à encourager afin de pouvoir maîtriser les nouvelles techniques touchant l'artisanat et aussi pour adapter la gestion de leur petite entreprise aux évolutions de l'environnement économique, juridique et social. Un développement de la stratégie commerciale est aussi indispensable à leur survie.
Il est nécessaire de former les artisans pour qu'ils soient compétitifs face à la concurrence. Par conséquent, on doit encourager les programmes de formation pour le développement du monde de l'artisanat.
Cette formation permet aux artisans de participer au commerce équitable et de bénéficier des avantages qui en découlent. Ce programme fournit aux artisans un accompagnement technique couvrant l'ensemble du cycle de production. A la fin de la formation, les artisans en sortent revigorés sur le plan professionnel tout en gardant l'esprit de créativité. Cette formation vise aussi le long terme, car elle aide les artisans à proposer des prix étudiés sauvegardant, ainsi, leurs intérêts financiers.
Il y a lieu, aussi, de promouvoir les produits artisanaux dans le secteur touristique. Ce secteur peut favoriser leur écoulement et leur commercialisation. Petits jouets et objets décoratifs, objets utilitaires sont autant de petits souvenirs pour tous les touristes qui viennent visiter notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.