Programme de soutien aux associations "Wiring Accountability for a Vibrant Economy and Society" « Tunisia WAVES »    Bassin minier : Les indicateurs au rouge…    Tunisie : Safi Saïd signe la motion pour le retrait de confiance à Fakhfekh    [vidéo] Ghazi Chaouachi annonce qu'un accord a été trouvé entre l'Etat tunisien et Marouane Mabrouk    Attijari bank récompense les lauréats de l'école «Labba» et l'école «B'Hira» à Médenine    Orange Tunisie : Accord trouvé entre l'Etat tunisien et Marouane Mabrouk    La Tunisie au 2ème rang africain au classement 2020, de l'Indice de performance environnementale    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 15 juillet à 11H00        Cyber-sécurité : Quatre tunisiennes au Top 50 des femmes leaders en Afrique    Crise politique et blocage au sein du gouvernement : Ennahdha cherche à se sortir de son propre piège    CNAM : La mésaventure d'un affilié    Sur nos écrans «All This Victory» : De la réalité à la fiction    «Le miracle du Saint Inconnu» de Alaa Eddine Aljem : Et pourtant, il démarre bien !    On a lu pour vous «Danser au Bord de l'Abîme» de Grégoire Delacourt : Un roman vertigineux    Quand Mohamed Affes espionne ses collègues au café du parlement    L'Organisation mondiale du tourisme (OMT) invite les start-up à présenter leurs idées pour accélérer les ODD    Informations importantes pour le test RT-PCR Covid-19 à l'Institut Pasteur de Tunis    Club Africain : Ali Aloulou s'excuse auprès des supporters    Tir | Championnat – Dernière journée : Deux records sont tombés !    Handball | Elections de la FThb : L'imbroglio !    Concours 6ème année 2020 : Un taux de réussite général de 45,44%, la moyenne la plus élevée est de 19.25    Basket | Super play-off (demi-finale aller) : L'importance du premier match    L'Algérie garde sa place dans la liste des « pays sûrs »    Tunisie : Réouverture des centres de thalassothérapie et les SPA en respectant le protocole de prévention sanitaire Covid19    Abdelaziz Kacem: L'article 6 de la constitution est liberticide    Tunisie : 3 candidats sélectionnés pour combler la vacance au sein de l'instance d'accès à l'information    Kais Saied reçoit le rapport annuel de la Cour de cassation    Un nouvel accord signe entre la Tunisie et la France pour un programme de rénovation des instituts supérieurs d'études technologiques (ISET) en partenariat avec les instituts universitaires de technologie (IUT) français    Réunion entre Yaïche et Gaaloul pour examiner les dossiers de l'emploi et l'infrastructure sportive    Tourisme Tunisie : Chute des recettes touristiques de 51%    Constat alarmant après la crise : Taux de croissance négatif de -6,5% prévu en 2020    Perspectives économiques 2020 : L'Afrique du Nord, deuxième région la plus performante    Météo: Prévisions pour mercredi 15 juillet 2020    Covid-19 : Un navire en quarantaine obligatoire avec 1200 passagers    Comment développer la poterie de Sejnène ?    Nouvelle baisse pour les prix du pétrole    Ambiance pourrie    Le chantage, pomme de discorde    Découvrez la nouvelle version de la chanson "Kelmti Horra" avec 53 artistes de 22 pays (vidéo)    Libye: Le Parlement de Tobrouk autorise l'armée égyptienne à intervenir dans le pays    Djerba au patrimoine mondial : La commission technique lance une large opération participative    La fille de Nelson Mandela, Zindzi, meurt à 59 ans    Tunisie : La manifestation "les soirées de Hammamet" se déroulera du 25 juillet au 22 août avec 350 spectateurs par spectacle    A Idleb, les déplacés syriens craignent le pire    Les musulmans de Bosnie pleurent leurs morts    Libye: Haftar pose des conditions pour lever le blocus des ports et champs pétroliers    Un avertissement sans frais à Netanyahou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une confiance en sursis
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 02 - 2020

Hier, au palais du Bardo, quand les députés ont pris la parole pour débattre du discours-programme d'Elyes Fakhfakh, le chef du gouvernement désigné sollicitant la confiance des élus du peuple pour son équipe ministérielle, les Tunisiens ont senti, à travers les interventions de leurs représentants, qu'il flottait au sein de l'hémicycle un air de méfiance, de suspicion, voire de doute ou de tergiversation, nourri par ceux qui étaient venus pour accorder leurs voix à Fakhfakh et à ses ministres mais qui se sont trouvés obligés d'avaliser le choix de leurs partis, tout en annonçant que leur confiance en ce même choix sera une confiance conditionnée, que leur soutien aux orientations du gouvernement sera un soutien critique,voire sévèrement critique, et qu'ils tiendront à l'œil le chef du gouvernement et ses ministres, mêmes les ministres représentant leurs propres partis.
Pour être plus clair, on avait, hier, la conviction que les députés cherchaient à mettre en garde Elyes Fakhfakh et son équipe ministérielle contre toute erreur ou tout dépassement.
Les interventions-ultimatums lancées au chef du gouvernement, les conseils-pressions et enfin les analyses-caprices des grandes orientations contenues dans le discours-programme prononcé par Fakhfakh à l'ouverture des travaux du Parlement (choix et projections pourtant cautionnés par les représentants des partis-alliés du chef du gouvernement désigné qui ont signé le document contractuel appelé «le programme de la clarté et de la restauration de la confiance»), révélaient, en réalité, l'atmosphère de division, de déception et d'amertume régnant toujours au sein de certains partis qui se sont trouvés dans l'obligation de soutenir malgré eux le gouvernement qui sollicite leur confiance, tout simplement parce que la conjoncture et les intérêts partisans leur imposent de tels alignements même s'ils sont très difficiles à accepter.
Quand Sahbi Attig et Noureddine Arbaoui, deux grosses pointures d'Ennahdha, mettent à l'épreuve Elyes Fakhfakh et lui demandent de se comporter en chef de gouvernement et d'avoir le courage et l'audace de se libérer de l'habit du Premier ministre qui attend les directives et avouent qu'il existe des considérations (iîtibarat) qu'ils sont tenus de respecter pour lui accorder leurs voix, il n'est pas difficile de saisir que leur soutien est conditionné et qu'ils se comporteront (eux et leur parti) en partenaires-surveillants guettant les erreurs de leur allié de conjoncture, en attendant des lendemains meilleurs.
En somme, c'est une confiance en sursis qu'Elyes Fakhfakh cherchait auprès de ses alliés dont les ministres siègeront à La Kasbah, une confiance qui pourrait s'évaporer, une fois que les conditions l'ayant motivée viendraient à expirer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.