Manouba| Covid-19 : un cas confirmé à l'hôpital Razi    312 cas confirmés du Coronavirus en Tunisie dont 161 cas dans le Grand Tunis    DERNIERE MINUTE : 34 nouveaux cas de coronavirus en Tunisie    Coronavirus : L'engagement et la mobilisation de CELLCOM GROUP contre le COVID-19    Sousse : Le délégué de Kondar en auto-isolement    Coronavirus – Zinédine Zidane : « Nous vivons un moment particulier »    Zaghouan : Décès d'une sexagénaire suspectée d'infection par le Coronavirus    UTAP : Annulation des autorisations pour le déplacement sur le marché    Programme d'Appui aux Médias en Tunisie (PAMT) Une moisson à la hauteur du labeur    Coronavirus : Le Club Africain défie le PSG, River Plate et le Zamalek    Mekki : La durée du confinement pourrait durer jusqu'à la fin de l'année    La Banque africaine de développement place un emprunt obligataire social, « Combattre le COVID-19 », d'un montant record de 3 milliards de dollars    Tunisie – Appel à la fermeture de l'aéroport de Tozeur    Tunisie – Retrait des licences de 50 commerçants d'alimentation générale en gros    La propagation de la pandémie du Coronavirus dans les pays arabes : bilan actualisé par pays    Samir Gharbi: Lettre ouverte à M. le Président de la République    Coronavirus – Formule 1 : le patron de Ferrari envisage une fin de saison en janvier 2021    Coronavirus: Al Ahly d'Egypte autorise Ali Maaloul à rentrer en Tunisie    Coronavirus : l'Italie franchit le cap des 10 000 morts    Libye: Un général de l'armée de Haftar tué lors de combats près de Misrata    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 mars à 11H00    Tunisie – Union européenne : Amalgame délibéré autour du « don de 250 millions d'euros »    Kasserine : saisie de quantités importantes de farine et d'huile végétale    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Espagne : 838 morts les dernière 24 heures    L'ancien Président algérien est toujours en vie : la fausse rumeur lancée sur Twitter a enflammé la toile    L'Instance nationale de lutte contre la corruption s'en va en guerre contre les spéculateurs    Bilan des cas confirmés dans chaque gouvernorat de la Tunisie : La Capitale enregistre à elle seule 69 cas    Coronavirus: un bébé succombe aux Etats-Unis    Tunisie – Comment les décisions irréfléchies mettent en péril la vie du citoyen    En vidéo : Quand la Tunisie vole haut, très haut    Vers la reconduction de Chikhaoui et Methnani    Quatre guerres à la fois    L'épidémie de Covid-19 rebat beaucoup de cartes    Quand la classe politique fait le lit du Corona !    Du côté du prétoire    Trump contraint GM à fabriquer des respirateurs    Nous ne serons pas dépassés…    Une marionnette de 9 mètres, manipulée par 20 personnes !    Le défenseur algérien Ben Ayada proche de l'EST    Ridha Charfeddine n'a aucune connaissance du football. Il est temps qu'il parte!    Coronavirus – Décaissement immédiat de l'Union Européenne au profit de la Tunisie d'un don 250 millions d'Euros    Un million de DT de la Fondation BIAT et 200 mille DT de la Fondation Rambourg pour le FRC    Le confinement ne démoralise pas les stars et c'est tant mieux pour les fans !    Comment oublier Uderzo, Goscinny et leurs héros?    Du drame cinématographique à l'humour théâtral    Quand les Chinois sauvent la planète Terre    Le Festival Gabès Cinéma Fen 2020 aura bien lieu du 3 au 11 avril…Online!    Hommage à… Manu Dibango, terrassé par le Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une confiance en sursis
Publié dans La Presse de Tunisie le 27 - 02 - 2020

Hier, au palais du Bardo, quand les députés ont pris la parole pour débattre du discours-programme d'Elyes Fakhfakh, le chef du gouvernement désigné sollicitant la confiance des élus du peuple pour son équipe ministérielle, les Tunisiens ont senti, à travers les interventions de leurs représentants, qu'il flottait au sein de l'hémicycle un air de méfiance, de suspicion, voire de doute ou de tergiversation, nourri par ceux qui étaient venus pour accorder leurs voix à Fakhfakh et à ses ministres mais qui se sont trouvés obligés d'avaliser le choix de leurs partis, tout en annonçant que leur confiance en ce même choix sera une confiance conditionnée, que leur soutien aux orientations du gouvernement sera un soutien critique,voire sévèrement critique, et qu'ils tiendront à l'œil le chef du gouvernement et ses ministres, mêmes les ministres représentant leurs propres partis.
Pour être plus clair, on avait, hier, la conviction que les députés cherchaient à mettre en garde Elyes Fakhfakh et son équipe ministérielle contre toute erreur ou tout dépassement.
Les interventions-ultimatums lancées au chef du gouvernement, les conseils-pressions et enfin les analyses-caprices des grandes orientations contenues dans le discours-programme prononcé par Fakhfakh à l'ouverture des travaux du Parlement (choix et projections pourtant cautionnés par les représentants des partis-alliés du chef du gouvernement désigné qui ont signé le document contractuel appelé «le programme de la clarté et de la restauration de la confiance»), révélaient, en réalité, l'atmosphère de division, de déception et d'amertume régnant toujours au sein de certains partis qui se sont trouvés dans l'obligation de soutenir malgré eux le gouvernement qui sollicite leur confiance, tout simplement parce que la conjoncture et les intérêts partisans leur imposent de tels alignements même s'ils sont très difficiles à accepter.
Quand Sahbi Attig et Noureddine Arbaoui, deux grosses pointures d'Ennahdha, mettent à l'épreuve Elyes Fakhfakh et lui demandent de se comporter en chef de gouvernement et d'avoir le courage et l'audace de se libérer de l'habit du Premier ministre qui attend les directives et avouent qu'il existe des considérations (iîtibarat) qu'ils sont tenus de respecter pour lui accorder leurs voix, il n'est pas difficile de saisir que leur soutien est conditionné et qu'ils se comporteront (eux et leur parti) en partenaires-surveillants guettant les erreurs de leur allié de conjoncture, en attendant des lendemains meilleurs.
En somme, c'est une confiance en sursis qu'Elyes Fakhfakh cherchait auprès de ses alliés dont les ministres siègeront à La Kasbah, une confiance qui pourrait s'évaporer, une fois que les conditions l'ayant motivée viendraient à expirer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.