Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Migration clandestine : Un oubli regrettable !
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 11 - 2021

Honoré par le Parlement européen, Chamseddine Marzoug, cet humaniste qui a enterré des migrants africains à Zarzis, a été le principal oublié le jour de l'inauguration du deuxième cimetière réservé aux migrants et baptisé «Jardin d'Afrique».
La migration clandestine n'a pas l'air de cesser. Elle diminue pendant l'automne et l'hiver certes, mais elle s'amplifie au cours de l'été et au printemps.
Les migrants africains et tunisiens ont causé des effets néfastes à la ville de Zarzis. En effet, les réfugiés dont les bateaux ont fait naufrage se comptent par milliers et provoquent, de temps à autre, des confrontations avec les habitants, bien qu'ils rendent service pour résoudre le problème des petits métiers.
Quant à ceux qui se sont noyés et qui ont perdu la vie, un cimetière leur a été réservé. Une parcelle de terrain qui s'est vite remplie. Les premiers migrants inconnus, majoritairement subsahariens, ont été enterrés par un marin-pêcheur qui s'appelle Chamseddine Marzoug.
Puis avec l'aide de quelques associations humanitaires, un dossier a été mis à jour et présenté à l'ambassadeur de France qui a été alerté par Martine Vautrin, conseillère à l'Assemblée des Français à l'étranger et d'autres activistes, selon ses dires.
Les promesses et les engagements de Son Excellence n'ont pas tardé à porter leurs fruits et un autre lot a été acquis. Un deuxième cimetière baptisé «Jardin d'Afrique» y a été conçu et bâti par un architecte algérien. Seulement, le jour de son inauguration en présence de la représentante de l'Unhcr, Chamseddine a brillé par son absence, parce qu'il n'a pas été invité.
Dernièrement, la commune de Zarzis a offert des certificats d'honneur — bien mérités, mais sans cachet ni signature — à sept agents municipaux et a fait allusion par la même occasion aux garde-côtes et à la marine qui repêchaient des corps flottants au large de la mer, en signe de reconnaissance.
Mais ce qui paraît inadmissible, c'est l'oubli des agents du Croissant-Rouge et de la Protection civile qui étaient toujours présents, à côté des migrants, morts ou vivants.
Et surtout Chamseddine Marzoug, cet humaniste qui a enterré ces morts de ses propres mains. Nombreux sont les médias internationaux à qui il a accordé des interviews et il a été honoré par le Parlement européen.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.