Mondial handball 2021 / Autriche vs France : Où regarder le match en liens streaming ?    Confinement ciblé à partir de lundi annonce Nissaf Ben Alaya    Football : Programme TV de ce samedi 16 janvier 2021    Précisions de la CDC / Article « La Caisse des dépôts et consignations est financièrement solide voire même très solide ! »    Coronavirus: La situation épidémiologique au kef    THE MODEL, la nouvelle télé-réalité tunisienne aux normes internationales    Khadija Taoufik Moalla: Accepter de perdre des batailles...jamais la guerre !    TOURISME TUNISIEN POST-COVID-19: Les priorités pour retrouver le dynamisme habituel    Commémoration du 10e anniversaire de la Révolution: Incolore et inodore    Retour au calme à Siliana après des émeutes nocturnes    Météo: Temps froid et pluies sur la plupart des régions    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    TOURISME CULTUREL: Pour un guide des musées et des galeries d'art    A l'échéance, Les fonds Ben Ali en Suisse seront restitués à Leila Trabelsi et sa famille    MISE A NIVEAU INDUSTRIELLE: Des concepts qui refont surface    MEMOIRE    DECES ET FARK: JAMILA STAMBOULI    Haltérophilie | en vue des championnats d'Afrique et des J.O. de Tokyo: 17 haltérophiles en stage à Nabeul    News: Rafia absent 20 jours    EST — Staff technique: Confiance renouvelée en Chaâbani !    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Quatre Films de Selim Gribaâ pour célébrer le 14 janvier 2011: «Confinés, mais libres»    Polémique de partage de données : WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    La Tunisie ambitionne d'exporter 70 mille tonnes d'huile d'olive conditionnée, d'ici 2025    Confinement : le Théâtre de l'Opéra annonce quatre spectacles virtuels nocturnes    A l'Etoile, on continue à faire du sur place... !    Guterres tente de nommer un émissaire    La justice se prononce sur l'appel posthume du seul condamné    «Libérez ma Patrie» !    « La Révolution n'a nullement impacté les causes mais elle a produit voire amplifié l'état de délabrement de l'économique, du social et surtout du politique du pays »    La Tunisie est-elle proche du seuil de l'immunité collective ?    Lenteur de livraison des vaccins    Un remaniement, pour faire quoi ?    Tunisair: Avis aux passagers à destination de la France    Ghannouchi « proclame » l'innocence de Nabil Karoui !    Une révolution qui reste à faire en Tunisie !    La double peine des habitants de la Bande de Gaza    A quoi il joue?    Pour quand la fin de l'hémorragie ?    Le destin foudroyé de l'Octobre musical    Ken Loach, Stanley Kubrick, Hassen Ferhani et Nacer Khémir...    ATTT : Les nouvelles dates de contrôle technique des véhicules    Pour ne plus pédaler dans la semoule ! (2/2)    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    Tunisie : Une secousse tellurique à Zaghouan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une chronique de la Révolution tunisienne
Publié dans Le Temps le 17 - 07 - 2020

Avec "Fathallah TV", Wided Zoghlami réalise une chronique des années de la Révolution. Sur un ton personnel et selon le rythme d'un documentaire, ce film fera sa sortie sur les écrans en septembre.
On prépare déjà la rentrée culturelle et "Fathallah TV" sera sans conteste l'un des temps forts de cette rentrée. Très attendu, ce premier long métrage de Wided Zoghlami est un documentaire dont le processus laisse rêveur.
Dix ans et une révolution plus tard
En effet, c'est depuis 2007 que la réalisatrice a entamé le tournage de ce film, mettant en boîte au fil des années voire en plus d'une décennie, les images contrastées d'un pays en révolution. C'est dans cet esprit qu'a été réalisé "Fathallah TV" qui porte en sous-titre " Dix ans et une révolution plus tard". Le film a été vu dans quelques festivals mais sa sortie sur les écrans n'a pas pu avoir lieu en mars dernier à cause de la pandémie du coronavirus.
Ce n'est donc que partie remise puisque ce documentaire fera sa sortie le 15 septembre prochain sur plusieurs écrans et s'annonce comme le film de la rentrée. De plus, cette oeuvre renoue avec le documentaire expérimental car elle a été créée dans une démarche personnelle tout en analysant subtilement le déroulement d'une révolution. Avec des images décalées, des arrêts et des retours sur images, "Fathallah TV" surprendra et fera découvrir la démarche singulière d'une cinéaste qui a un regard très moderne.
En attendant la sortie de ce documentaire, Wided Zoghlami a occupé le temps du confinement avec la réalisation d'un film court très personnel qui tient autant de l'exercice de style que de la fantaisie. Truffé d'humour et de belles trouvailles, "Demain je danse" est une oeuvre très courte qui surprend le spectateur. Réalisé avec des moyens rudimentaires, ce film expérimental marque la participation de Wided Zoghlami à la manifestation cinématographique de l'été.
"Demain je danse" entre humour et fatalisme
Le Festival du film expérimental se poursuit en effet à la station d'art B7L9 à Bhar Lazreg. Depuis le mois de juin, réalisateurs amateurs et professionnels présentent des films courts dont les dimensions esthétique et expérimentale sont remarquables.
Cette semaine, le film court "Demain je danse" de Wided Zoghlami a été projeté en présence de la réalisatrice. La projection a été suivie d'un débat.
Wided Zoghlami y est revenue sur cette œuvre expérimentale et le contexte de sa création. Dans "Demain je danse", la cinéaste décline les jours du confinement entre humour et fatalisme. Elle joue tout en invitant le spectateur à réfléchir et -pourquoi pas - entrer dans la danse. Oeuvre intimiste mais très mouvementée, ce film est une chronique personnelle du confinement et surfe sur les états d'âme de la réalisatrice. Soutenu par la dotation "Culture Solidaire" de la Fondation Kamel Lazaar, "Demain je danse" a donc été présenté en première publique dans le cadre du Festival du film expérimental.
Née en 1985, Wided Zoghlami a réalisé en 2007 "Presqu'un plaisir", un film court.
Depuis cette année, elle a poursuivi le tournage du même film documentaire intitulé "Fathallah TV : dix ans et une révolution plus tard".
Ce long métrage documentaire fera sa sortie sur les écrans dès le 15 septembre. Il a déjà été applaudi aux JCC 2019 et au Festival du film de Tozeur où il a obtenu le Scorpion d'or.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.