Tunisie - Taxe de sortie du territoire :    Tunisie :    Farès Mabrouk officiellement en course pour Carthage    Tunisie , Environnement : Merci messieurs les municipaux !    Hand-Mondial 2015 (préparation/amical): la Tunisie battue par le Portugal 29-31    Le Snjt appelle le gouvernement à intervenir    Présidentielles-Marzouki : Par ma candidature, je défends les valeurs et les projets que j'ai toujours défendus    Tunisie : deux femmes candidates à l'élection présidentielle    Trois individus sous les verrous    Tunisie-Egypte : L'équipe consulaire égyptienne quitte le poste-frontière de Ras Jedir    Tunisie - Emna Mansour Karoui, première candidate féminine à la présidentielle    Naceur Bédoui à l'amende    Tous les voyants sont au rouge    Riadh Chiibi soutient Marzouki aux présidentielles    Marc Arthur Pierre-Louis (IBM USA) nous parle de la plateforme de Cloud Computing BlueMix    Tunisie-Italie : inauguration du câble sous-marin «Didon»    Sommet international de l'innovation : «La nécessité de capitaliser le savoir-faire des 240-000 chômeurs universitaires»    Sfax : Dimanche 21 septembre : une journée sans voitures !    Avec les bouquets de Tunisie Télécom : nos pèlerins sont plus proches que jamais    Le Kef : Les détenus dans l'affaire de fraude à l'assurance entament une grève de la faim sauvage    Foot: programme TV du samedi 20 septembre    Retour au bercail    Les pieds sur terre    « Vote » faire cuir un œuf    Météo :Températures toujours en Hausse    Djerba: La société civile hausse le ton et menace d'intensifier la protestation    Un éclairage sur le corpus archéologique ottoman    L'impossible Animalocratie    Préserver la rentabilité et le développement de ces entreprises    Un système de ciblage direct des populations éligibles    Pourquoi pas le 1er octobre?    La fonction et le rôle de l'institution sont à revoir    Comique... mais pas assez !    Classement Fifa (Dames): la Tunisie 78e mondiale et 9e africaine au mois de septembre    Afrobasket féminin 2014 (U18)/1ère journée (Gr.A): la Tunisie battue par l'Algérie (40-48)    Ligue 1 et 2 : coup d'envoi des matchs à 15H30    Sarkozy officialisera incessamment sou comeback politique    Les Ecossais disent non à l'indépendance    Première attaque française contre l'Etat islamique en Irak    4ème saison des « Vendredis Jazz » au centre culturel l'AGORA par le Jazz Club de Tunis    Les JCE 2014 débarquent, pour la première fois, à Sidi Bouzid    Les USA vont entraîner et armer les rebelles syriens pour combattre l'EI    «Chourabi et Ktari se portent bien»    Moscou approuve un projet de résolution US sur le recrutement de combattants au profit des extrémistes en Irak et en Syrie    11eme édition du congrès "corpus du patrimoine archéologique ottoman"    Tunis : Marzouki, auteur d'un nouveau livre qui sort la semaine prochaine    JCE 2014 : Programme des rencontres en marge des projections    Tunisie - Le terroriste algérien Abou Aymen abattu lors de l'assaut de Mazrak Chams    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La biodiversité marine en Tunisie
Publié dans Tunisie news le 26 - 03 - 2009

Dans sa forme la plus simple, la biodiversité, ou diversité biologique, représente la vie sur terre. Ce concept désigne la variété et la variabilité des organismes vivants de toutes origines y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie. En fait, comme l'illustre cette définition, la biodiversité est composée de trois catégories, à savoir: la diversité génétique, la diversité spécifique et la diversité écosystémique. A cet égard, on a jugé important de jeter toute la lumière sur la biodiversité marine notamment en Tunisie, vu son importance en elle-même, au même titre que la vie a une valeur en tant que telle.

La biodiversité en Méditerranée, comme celle des autres mers et océans du globe, reste méconnue. Le nombre d'espèces animales et végétales en Méditerranée doit se situer autour de 12.000, mais inégalement réparti entre les différents groupes taxonomiques. Néanmoins, chaque année plusieurs dizaines de nouvelles espèces sont signalées ou décrites pour la première fois en Méditerranée.
En effet, la diversité biologique de la Méditerranée orientale est inférieure à celle de la Méditerranée occidentale, et environ 30% des espèces de la Méditerranée sont présentes en Tunisie. Ces inventaires, qui sont en général incomplets, comptent 35 espèces listées comme espèces en danger ou menacées (selon la convention de Berne et le Protocole de Barcelone relatif aux aires spécialement protégées et à la biodiversité en Méditerranée).
Au total, la faune et la flore méditerranéenne apparaissent comme particulièrement riches, et il ne semble pas qu'il s'agisse d'un artéfact lié à une pression d'étude plus importante que pour d'autres régions du monde. Alors que la Méditerranée ne représente que 0,7% de la surface de l'océan mondial, sa faune et sa flore totalisent environ 8% des espèces décrites.

La biodiversité de la faune et la flore marines
La flore marine, dans son sens le plus commun, regroupe les algues et les phanérogames. Les unes comme les autres exigent, pour se développer, une quantité de lumière suffisante aux exigences de leur assimilation chlorophyllienne.
Il est à signaler qu'en Tunisie, plus de 400 espèces végétales ont été recensées le long du littoral. Néanmoins, le nombre réel est estimé à environ 600 espèces. En outre, d'après les études qui ont été établies dans ce domaine, sur les 14 espèces menacées en Méditerranée, 9 sont signalées en Tunisie. Il s'agit des 3 phanérogames (Posidonia oceanica, Zostera marina, Z. noltii) et des six Phaeophyta. D'autre part, parmi les 65 espèces végétales introduites en Méditerranée, il y a 10 qui sont présentes en Tunisie: il s'agit de 7 «Rhodophycae» et 3 «Ulvophycae».
Quant à la diversité biologique de la faune marine, les inventaires récents des invertébrés marins en Tunisie sont peu nombreux et s'intéressent particulièrement aux spongiaires et aux parasites des poissons. De ce fait, les travaux scientifiques effectués montrent que les groupes animaux les plus représentés en Tunisie sont les mollusques (27%), les crustacés (15%), les poissons (13%),…
Par ailleurs, le littoral tunisien forme essentiellement 3 grandes dépressions de sa côte, à savoir: les golfes de Tunis (Nord), de Hammamet (Est) et de Gabès (Sud).
Commençons par le golfe de Gabès qui constitue les nurseries et la pépinière de la Méditerranée, et la biocénose à «Posidonia oceanica» qui était considérée la plus étendue au monde. Depuis quelques dizaines d'années, l'ensemble de ce système naturel marin subit des agressions d'origine aussi bien anthropique que naturelle.
Ainsi, la bionomie benthique dans le golfe de Gabès se caractérise actuellement par la dominance d'invertébrés bio-indicateurs de vases instables chargées de matière organique à l'instar du bivalve «Aloidis gibba». La détérioration de la qualité des biotopes a affecté certaines espèces d'invertébrés marins de valeur commerciale qui trouvent dans le golfe de Gabès un terrain favorable de développement inhabituel en liaison avec certaines affinités tropicales du milieu. Ce sont principalement les crevettes, les seiches, les poulpes et les palourdes ainsi que certaines éponges.
Le nombre total d'espèces animales signalées dans le golfe de Gabès est plus de 600 espèces réparties principalement entre les poissons, les mollusques, les spongiaires et autres. En sortant du golfe de Gabès, vers le Nord-Est (îles de Kerkennah) et vers le Sud-Est (île de Djerba), le couvert végétal est en bon état et les peuplements animaux sont plus diversifiés.

Nombre d'espèces animales recensées pour les principaux groupes taxonomiques dans le Nord, l'Est et le Sud de la Tunisie

Taxons
Golfe de Tunis (Nord)
Golfe de Hammamet (Est)
Golfe de Gabès (Sud)
Echinodermes
Cnidaires
Bryozoaires
Annélides
Crustacés
Ascidies
Spongiaires
Mollusques
Poissons
48
23
57
10
120
7
80
416
106

29
17
12
8
27
25
51
10
113
46
6
57
11
24
17
108
171
227
Total
867
292
667

Comparé au golfe de Gabès, le golfe de Tunis est dans un état plus satisfaisant pour de nombreuses raisons. D'abord, il est ouvert au bassin occidental de la Méditerranée où réside un hydrodynamisme fort, et est, par conséquent, moins affecté par les rejets industriels polluants. Ensuite, la diversité des habitats permet à tous les organismes benthiques d'y trouver des conditions favorables à leur développement à l'instar des mollusques gastéropodes (plus de 380 espèces). Ceci lui confère une biodiversité élevée. Il est à noter que le nombre d'espèces animales recensées dans le golfe de Tunis s'élève à 867 espèces réparties selon le tableau précédent.
Par ailleurs, il est vraiment difficile de pouvoir parler de la diversité marine dans le golfe de Hammamet du fait du manque d'études effectuées sur cette zone. Dans l'état actuel des connaissances, on ne peut que lister les quelques espèces qui ont été signalées dans des régions et à des époques différentes. Dans cette zone, il existe 292 espèces animales.

Un intérêt particulier pour la diversité biologique
Le protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée définit ainsi les espèces menacées: «Toute espèce qui risque de disparaître dans un avenir prévisible dans tout ou une partie de son aire de répartition et dont le survie est peu probable si les facteurs de déclin numérique ou de l'habitat persistent».
En effet, les espèces marines menacées et protégées vivant en Tunisie sont nombreuses et bénéficient d'un effort considérable pour leur conservation. Nous citons à titre d'exemple: les tortues marines, les cétacés, les végétaux et les oiseaux.
Ce faisant, la Tunisie a déployé un grand effort pour veiller à la protection des tortues marines entre autres par le biais de la coopération établie entre l'Agence de Protection et l'Aménagement du littoral, l'Institut National des Sciences et Technologies de la Mer et le Centre des activités régionales pour les aires spécialement protégées pour mener plusieurs projets de conservation.
A ce propos, de nombreuses actions ont été établies à savoir: le suivi du site de ponte des tortues marines des îles Kuriat, la création, à Monastir, d'un Centre de soins et d'étude des tortues marines, la ratification des conventions internationales de protection de ces créatures et l'élaboration d'une législation nationale ainsi que la sensibilisation des pêcheurs et des utilisateurs de la mer aux problèmes encourus par ces reptiles.
D'un autre côté, les cétacés trouvent des difficultés de plusieurs ordres dans leurs habitats naturels et la plupart sont inscrits sur des listes d'espèces menacées annexées à plusieurs conventions internationales de protection de la faune et de la flore marines et la biodiversité d'une façon générale. En Tunisie, une dizaine d'espèces ont été mentionnées, les plus rencontrées étant le grand dauphin, le dauphin bleu et blanc et le rorqual commun.
La Tunisie accorde également une priorité à la protection de l'environnement et à la gestion durable des ressources naturelles. A et effet, de nombreuses actions ont été engagées dont: l'étude nationale, la stratégie nationale et le plan d'action sur la biodiversité.
Notre pays est aussi signataire des conventions régionales et internationales visant à protéger le milieu marin et la diversité biologique (RAMSAR, convention sur la désertification, convention de Bonn, convention sur la diversité biologique, convention de Berne, convention de Barcelone, convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe…).
D'autres mesures sont aussi prises à l'échelle nationale telles que la création d'aires marines protégées et le renforcement des réglementations de la pêche. Ainsi, quatre aires marines et côtières protégées sont instaurées (Zembra-Zembretta, Galiton, Ichkeul, Chekly) et cinq autres sont projetées.
La protection du milieu marin en Tunisie réside dans l'interdiction de certaines techniques de pêche dangereuses pour la faune ichtyologique et pour l'écosystème en général, la délimitation des zones de pêche, la limitation de l'effort et des tailles de capture, la fixation du maillage des filets…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.