Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Qui est Sahbi Smara, l'agresseur de Abir Moussi ?
Publié dans Business News le 30 - 06 - 2021

Le député a fait parler de lui, ce mercredi 30 juin 2021, après avoir violemment agressé la présidente du PDL (Parti destourien libre) Abir, Moussi, à coups de poing sous l'hémicycle de l'ARP.
Son acte abjecte et injustifié a été largement condamné et dénoncé même par les adversaires politiques de Abir Moussi.
La scène nationale sait pertinemment que Sahbi Smara est une personnalité controversée, mêlée à de sombres affaires. Ces propos restent tout de même vagues. Alors qui est réellement Sahbi Smara et quel fut son parcours avant d'atterrir au Bardo ?

Etudiant à l'Institut Bourguiba School, Sahbi Smara était actif au sein de l'UGET. Cependant, il a commencé à papillonner par la suite au sein des structures estudiantines de la gauche, dont, notamment, le courant des syndicalistes radicaux. A cette époque, sa frivolité lui a valu le rejet de ses camarades de gauche qui ont considéré tous ses mouvements comme « suspects ». D'ailleurs, ces suspicions se sont confirmées après le recrutement de Sahbi Smara par Borhen Bsaies. C'est à ce moment que Sahbi Smara a commencé à rédiger des rapports contre ses camarades d'antan. Il a, également, été chargé d'une sale mission de diffamation contre Sihem Ben Sedrine à l'époque de Radio Kalima.
Mission accomplie avec brio, il a été chargé d'une nouvelle mission au sein du journal Mouwatinoun du FDTL (Ettakatol), sauf qu'il ne l'avait pas réussie, démasqué par Samir Bouaziz qui connaissait déjà son parcours. Et malgré cela, il a été promu à l'ATCE.

Après la révolution, Sahbi Smara s'est éloigné de la vie politique. Toutefois, en guise de récompense pour « les précieux services », qu'il avait rendus à l'ancien régime, d'anciens cadres du RCD lui ont permis d'intégrer les services de communication de l'aéroport, un moyen de lui garantir des revenus stables.

Il convient de noter que « Le fameux livre noir », publié à l'époque de l'ancien président Moncef Marzouki avait retracé en détails toutes les sales besognes accomplies par Sahbi Smara. Ce dernier avait donc décidé de se refaire une nouvelle virginité en présentant des plates excuses à la présidente de l'IVD, Sihem Ben Sedrine. Il avait avoué tout le tort qu'il lui a causé. Plus encore, il a confirmé tous les faits évoqués dans le livre noir en demandant pardon au peuple tunisien lors de son passage chez Samir El Wafi. En 2014, il avait même soutenu la candidature de Moncef Marzouki à la présidentielle.

Après quelques années, il s'est présenté aux législatives de 2019. Elu sur une liste indépendante, Sahbi Smara a été fidèle à ses habitudes et à sa réputation en migrant vers la coalition intégriste d'Al Karama, pour en démissionner par la suite pour rejoindre le bloc Al Mostakbal, avant de démissionner encore une fois et s'installer comme indépendant.
Aujourd'hui, certaines parties assurent que Sahbi Smara est devenu un chargé de mission auprès de certains dirigeants nahdhaouis. D'ailleurs, de l'avis de nombreuses personnalités politiques, l'agression qu'il avait commise contre Abir Moussi, aurait été commandée par le mouvement islamiste pour faire diversion des faits graves et dangereux révélés lors de la conférence tenue par le comité de défense des martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.