OPPO édite son livre blanc 'Zero-Power Communication', pour un futur sans batterie    Le TGV français, le grand saut qui "réconcilierait" Saied et Macron    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Mondial 2022 : Déjà 13 équipes qualifiées pour la phase finale    Recette : Risotto aux champignons et au romarin    Le Qatar place la Tunisie sur sa liste rouge    Exclusif-Réconciliation pénale: Vers la création d'un nouvel organe juridique    Ooredoo lance la meilleure promotion Internet du marché    Journée Mondiale de la Douane | Smart Customs Hackathon 2022 : Innover les méthodes de travail...    MEMOIRE : Baya MOUMNI    MEMOIRES : Houda BOUSLAMA et Hajja Khedija BOUSLAMA    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 Janvier 2022 à 11H00    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    CdM 2022 / Am-Sud : l'Argentine grâce à Di Maria, le Brésil tenu en échec    CONDOLEANCES : Fethia BEN AYED    Imed Trabelsi bénéficie d'un non-lieu dans une affaire de falsification    Béja: Prix des légumes, fruits et viandes au marché Zenaiez [Vidéo]    Les agents de la Poste en grève de 3 jours    Tunisie – météo : Ciel dégagé et températures en légère hausse    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    NEWS | Benayada en route vers Al Gharrafa ?    CAN 2021 | Quarts de finale Tunisie-Burkina Faso – Demain soir (20h00) : Au gré du covid !...    Kaïs Saïed informé des prochaines échéances internationales auxquelles la Tunisie prendra part    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Lotfi Khaldi, juriste, expert GRH et en gestion des projets et expert de la société civile et de la protection du consommateur à La Presse : «Certains acteurs ont profité de l'anarchie économique...»    En vidéo : tous les détails sur '' [email protected] III '' de Enactus Tunisia et La Fondation Citi    La balance commerciale du secteur textile tunisien nettement excédentaire en 2021    Les entreprises du numérique sont autorisées à soumissionner aux demandes d'appels d'offres publiques en devises étrangères    Neïla Sellini, déclarée morte par la CNRPS    AS Réjiche : Le portier Lassad Hammami indisponible trois mois    Le Parti des travailleurs refuse toute atteinte à la constitution de 2014    Tunisie: Mondher Kebaier encore positif    Une cargaison de cocaïne de plus d'une demi tonne destinée à la Tunisie saisie en Equateur, du nouveau    Coronavirus: 14 décès et 8343 nouvelles contaminations, Bilan du 26 janvier 2022    Tunisie-Rym Mourali [AUDIO] : « Le Conseil Suprême de l'Education, évoqué par Saied aujourd'hui, est l'un des projets d'Ennahdha et voici pourquoi il est dangereux »    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    Ukraine: Un soldat tue cinq de ses collègues avant de s'enfuir    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    Tunisie : Départ des vols depuis l'aéroport d'Istanbul via une seule piste    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays
Publié dans Business News le 02 - 12 - 2021

C'est une curieuse et néanmoins heureuse coïncidence que, coup sur coup, le président de la république Kaïs Saïed se défait de son populisme en signifiant l'arrêt de mort de la loi sur le recrutement des chômeurs de longue durée dans le secteur et le secrétaire général de l'UGTT, Noureddine Taboubi, consent enfin à mettre fin à la « ligne rouge » concernant les entreprises publiques. Chacun a fait un pas vers le bon sens et le pragmatisme. Aussi petit qu'il soit, c'est un progrès. Enfin, on prend conscience d'un côté comme de l'autre que la réalité socioéconomique du pays ne peut plus tolérer ni fuite en avant, ni immobilisme.

Certes, on peut toujours reprocher au chef de l'Etat d'avoir promulgué cette loi. Mais avait-il d'autres alternatives ? Une demande de relecture du texte par le parlement risquait fort, dans le contexte politique de l'époque, de le mettre en minorité, l'amenant de la sorte – compte tenu du parallélisme des formes par rapport au vote de confiance au gouvernement - à démissionner de sa fonction.

En tout cas, voilà bien une douloureuse épine enlevée du pied du gouvernement qui peine déjà à mobiliser les ressources nécessaires pour boucler ses projets de loi de finances et de budget pour l'exercice 2022. Une autre mérite aussi d'être retirée dans la foulée. Il s'agit de l'abrogation pure et simple de la loi sur la relance économique du gouvernement Mechichi. Une loi qui, selon Fayçal Derbal, député et rapporteur du projet au sein de la commission des Finances de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP), risque fort de réinscrire la Tunisie dans la liste noire du GAFI visant les pays non coopératifs en matière de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme et dans la liste noire de l'Union européenne (UE) concernant les paradis fiscaux. Fayçal Derbal a d'ailleurs voté contre ce projet de loi lors de son adoption en séance plénière à l'ARP. Un autre pas supplémentaire pourrait encore être accompli par le chef de l'Etat et son gouvernement. Il s'agit du report de l'accord conclu entre le gouvernement Mechichi et l'UGTT concernant la régularisation de la situation des travailleurs de chantiers. Une mesure qui représente plus de 500 MD de dépenses annuelles supplémentaires sur le budget de l'Etat. Est-ce que l'UGTT serait disposé à accepter un moratoire concernant cet accord ?

En attendant, il convient de saluer l'évolution de la position de la centrale syndicale s'agissant des entreprises publiques. L'UGTT a fait un pas significatif en prenant l'initiative de procéder à l'inventaire de la situation de certaines entreprises pour dégager des formules de restructuration, au cas par cas. Pour ce faire, l'organisation des salariés n'a pas fait le choix le plus simple en inaugurant ce cycle d'examen par la Siphat (Société des industries pharmaceutiques de Tunisie). En effet, cette société, évoluant pourtant dans un secteur très porteur connait de très graves difficultés financières, à l'inverse de ses concurrentes que sont par exemple Les laboratoires Adwya ou encore la société Unimed.
La société, cotée en bourse et détenue à hauteur de près de 70% par la Pharmacie centrale de Tunisie (PCT), vient tout récemment de publier ses états financiers de…2019 sous le regard visiblement bienveillant du Conseil du marché financier (CMF). Pour cette seule année, l'entreprise affiche un résulta net négatif de plus de 14,5 MD alors que ses concurrentes Adwya et Unimed affichent dans le même temps des bénéfices respectifs pour la même année de 1,5 MD et 17,7 MD. Le cumul des pertes de Siphat dépasse les 50 MD. Elle a englouti 2 fois et demi son capital. Sa dette de court terme est de 34 MD en 2019 contre des actifs courants de seulement 17 MD environ. Bref, la situation est telle que les commissaires aux comptes de la société ont refusé d'approuver les comptes de la société, ce qui peut présager du pire. Le pire est d'ailleurs spécifié à la fin du rapport du commissaire aux comptes. « Au cours des quatre mois suivant l'approbation des comptes par l'assemblée générale ordinaire réunie le 04 octobre 2019, il n'a pas été tenu d'assemblée générale extraordinaire statuant sur la continuité d'exploitation de la société, et ce, en contradiction avec les dispositions de l'article 388 du Code des Sociétés Commerciales. Aux termes du même article, si une assemblée générale extraordinaire ne s'est pas réunie dans le délai précité, toute personne intéressée peut demander la dissolution de la société. ». Autrement dit, si, d'ici début février 2022, une solution n'est pas envisagé pour sauver la société n'importe quel détenteur d'action de Siphat peut demander la dissolution pure et simple de l'entreprise.
Est-ce la raison pour laquelle l'UGTT a fait le choix de cette société ? Peut être. En tout cas, cela n'enlève rien à l'opportunité de la démarche. Quant à ses résultats, ils auront forcément un impact non négligeable sur tout ce qui sera entrepris concernant les autres entreprises nationales.

Au-delà de ces deux cas de figure, il faut espérer que Kaïs Saied et Noureddine Taboubi mettent fin à leur aveuglement et entêtement. Ce sera déjà cela de gagner. Reste un acteur qui gagnerait à reprendre sa place dans le débat socioéconomique dans la mesure où il l'a carrément déserté depuis l'apparition de la pandémie du Covid-19, mis à part son incroyable soutien à la funeste loi de relance du gouvernement Mechichi. Il s'agit du président de l'UTICA, l'organisation patronale historique.
Un constat qui nous amène à poser la question : Mais où est passée l'UTICA ? Nous y reviendrons.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.