Tunisie – DERNIERE MINUTE : Libération de Taoufik Ben Brik    Coronavirus | Sfax : Trois nouvelles contaminations locales enregistrées    Tunisie – VIDEO : Fakhfakh inspecte le dispositif anti covid à l'aéroport de Tunis Carthage    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    De la caserne de la Garde nationale à El Aouina, Elyès Fakhfakh active la salle des opérations de l'Instance nationale de lutte contre le Corona    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    PUBG Tunisia Challenge 1.0 : Ouverture de la billetterie pour le plus grand esport e-show jamais organisé en Tunisie    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Mechichi reçoit les représentants du bloc de la réforme    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie : Mechichi rencontre des présidents de blocs parlementaires et des dirigeants de partis politiques au palais Dar Dhiafa [vidéo]    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, à La Presse : «Pas de sortie de crise en l'absence de visibilité politique»    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Monastir | Les familles de 24 pêcheurs appellent à intervenir pour libérer leurs enfants retenus par les autorités italiennes    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le miracle du Saint Inconnu» de Alaa Eddine Aljem : Et pourtant, il démarre bien !
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 07 - 2020

Sur nos écrans est projeté, actuellement le film du Marocain Alaa Eddine Aljem, sélectionné lors de la Semaine de la critique à Cannes, en 2019, et présenté dans le cadre de Cinétoiles à L'IFT. Une fable du désert qui fait malheureusement du surplace.
C'est le premier long-métrage écrit et réalisé par Alaa Eddine Aljem. Dans le désert marocain, un voleur gravit une colline pour y enterrer son butin. Puis, il se fait arrêter par la police, laissant derrière lui un sac rempli d'argent enfoui sous terre, ce que des villageois prendront pour la tombe d'un mort.
Dix ans plus tard, quand il sort de prison, le voleur retourne sur les lieux de sa cachette. Stupeur : à cet endroit a été construit un mausolée dédié à un «saint inconnu», farouchement protégé par un gardien et son chien. Le voleur s'installe dans l'auberge toute proche pour guetter le moment où il pourra à nouveau grimper et récupérer ses liasses de billets. Mais ce mausolée, avec sa plaque dorée et sa fontaine de pièces, aiguise décidément l'appétit des habitants, tiraillés entre l'ennui et l'appât du gain. Le voleur (et son associé) rencontrent nombre d'obstacles et de contretemps pour mettre la main sur le butin en question.
L'idée de départ est véritablement séduisante, de prime abord. Une idée qui se prête du reste aussi bien à une comédie dramatique qu'à une comédie tout court. Les sept premières minutes du film sont montées d'une manière à nous mettre tout de suite dans le bain avec un sens de l'ellipse très étudié et un rythme qui nous installe dans une atmosphère d'attente de ce qui va se passer. Un village où rien ne se passe de particulier et où l'ennui serre ses boulons autour de tous les habitants. Même le médecin qui s'y installe ne trouve personne à soigner et pense qu'il est plus gratifiant de soigner les animaux que les humains. Le chien du gardien devient alors un symbole et n'est plus un simple accessoire dramatique. Soit ! Mais c'est justement sur le plan du récit qu'on reprochera au réalisateur de trop s'étaler sur l'histoire du médecin du village et du chien à tel point qu'on se trouve presque éjecté du nœud dramatique principal qui est : comment récupérer le butin ? L'histoire du chien et de sa symbolique est très importante dans le film mais, étalée ainsi, elle nous donne cette impression de remplissage au cœur de l'histoire principale qui, en s'ajoutant au rythme d'un montage amorphe, donne au spectateur cette sensation agaçante de faire du «surplace». On comprend que le réalisateur ait voulu faire dans le burlesque (ce qui n'est pas déjà une mince affaire), mais sans rester dans les normes du genre. Et même s'il a voulu faire son propre burlesque (pourquoi pas ?) il serait au moins utile pour nous qu'il nous donne des pistes de lecture de «son» burlesque… Mais rien ! Bien entendu, on peut parler du culte des croyances au Maroc et faire une lecture politique de la situation, mais sans aucune jubilation censée nous toucher grâce à ce burlesque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.