Tunisie: Deux nouvelles infections au coronavirus à Kasserine dont l'une d'origine inconnue    Tunisie : L'arbitre Karim Khemiri annonce sa retraite    Tunisie – Mechichi s'intéresse demain au dossier de l'économie    Israël et les Emirats arabes unis ont signé un accord historique pour normaliser pleinement leurs relations    Covid-19 | 6 nouvelles contaminations locales enregistrées à Ben Arous    Retour sur la cérémonie officielle organisée au Palais de Carthage à l'occasion de la Fête nationale de la Femme    Méchichi promet de renforcer les moyens de la Justice, selon l'AMT    Nul équitable    Frappes israéliennes intensives sur Gaza    Athènes multiplie les efforts diplomatiques    Kamala Harris colistière de Joe Biden    Hommage à celles qui donnent la vie...    La galerie Essaadi célèbre la femme    Quatre œuvres lauréates dont un roman en Français    Une exposition en hommage à sa ville natale    Le président de la République au chevet de la comédienne Dalanda Abdou    Mercato – Handball : Nouveau challenge pour Marouène Maggaiez au Qatar    En vidéo: Kmar Ben Soltane parle de son rôle dans l'Albatros    Tunisie: Mutation de la Première Dame à Sfax, explications de l'ancien juge Ahmed Souab    Espérance de Tunis – Majdi Traoui [Audio] :"Nous méritons de gagner contre le CS Sfaxien"    FA Cup: la fédération anglaise supprime les 'replays'    Tunisie: Anas hammadi s'exprime sur le mouvement dans le corps des magistrats [vidéo]    Hssouna Nassfi : ça sera un gouvernement ami des partis politiques    Tunisie: Arrivée du 1er vol charter de Pologne à l'aéroport Djerba-Zarzis    Ces femmes tunisiennes, tireuses d'élite, qui sécurisent les prisons    A Kairouan, l'eau qui donne soif    Tunisie : Kais Said accorde la grâce présidentielle à 73 détenues    Quand Facebook nie avec constance les droits des palestiniens    Fête nationale de la femme | Saïed se rend à Mraïdeya et rencontre les ouvrières agricoles    Un décès dû au coronavirus à Gabès    Algérie : Secousse tellurique à Blida    Tunisie: BicyClean: Opération Mer Propre    Le Président Buhari finalise l'adhésion du Nigeria à l'Agence pour l'Assurance du Commerce en Afrique (ACA)    1499 nouveaux cas confirmés et 23 décès en 24 heures au Maroc    Chine : Le coronavirus découvert sur du poulet brésilien    CONDOLEANCES: Tarak BEN AISSA    Technopole de Gabès: Aménagement de la zone industrielle de Matmata    EST-CSS : 0-0: Il ne manquait que les buts !    Ligue 1 — 19e journée: Favorable à l'ESM et à l'UST    Athlétisme — Journée Nationale de la Femme: Le corps médical à l'honneur    « Certified Mail » de Hisham Saqr à Cinémadart et Ciné Amilcar: La dépression post-partum en toile de fond    GEOPOLITICUS | Le drame du Liban profitera-t-il aux intérêts de la France ?    Tunisie: 600 millions de dinars de manque à gagner pour la SNCFT    BCT : Hausse de la masse salariale de l'administration 13,5% en 2019    Salon International de la Bande Dessinée de Tazarka 2020: 24e édition digitale du 13 au 16 Août    Economie tunisienne : Le diagnostic de Marouane El Abassi    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une initiative tunisienne à dimension universelle
Violence politique à l'égard de la femme
Publié dans La Presse de Tunisie le 21 - 09 - 2018

La Ligue des électrices tunisiennes (LET) a organisé, mercredi dernier, une conférence pour présenter son étude «Intégration de la notion de violence politique dans les normes internationales», une occasion de faire un état des lieux de la présence des femmes dans l'espace politique et public en Tunisie et de mettre au jour son initiative à dimension universelle
Lors d'une conférence organisée pour présenter une dernière étude sur la violence politique exercée contre la femme tunisienne, la LET a lancé son initiative portant sur l'intégration de cette forme de violence dans les normes internationales.
Pour la présidente de la LET, Torkia Chebbi, cette violence politique correspond à tout acte qui vise à exclure les femmes de l'espace public, notamment politique. Il s'agit, selon ses dires, de discrimination de genre. Faisant l'état des lieux de la présence de la femme tunisienne dans l'espace politique, Mme Chebbi a regretté le fait que la présence des femmes soit très faible, tant au niveau du pouvoir politique, de la représentation diplomatique que dans les hauts postes de la fonction publique.
Même son de cloche du côté d'Anouar Mansri, auteur de ladite étude et membre à la LET. Pour elle, en Tunisie le texte législatif a garanti à la femme ses différents droits, même en ce qui concerne l'accès à la vie politique, mais, en réalité, la situation est tout autre. «Après le 14 janvier, et à la lumière des problèmes socioéconomiques du pays, malheureusement les droits de la femme sont perçus comme étant un luxe, une affaire non urgente comparée à la crise économique par exemple», a-t-elle regretté.
Mnasri a appelé dans ce sens à concrétiser ces lois et à adopter de véritables politiques à même de garantir ces lois au profit de la femme tunisienne notamment en ce qui concerne son accès à la vie politique. Car, pour elle, «la violence politique vise la femme tunisienne non pas pour ses orientations politiques ou idéologiques, mais simplement pour le fait qu'elle soit de sexe féminin, c'est une discrimination de genre pure et simple. Malheureusement cette mentalité et cette vision réductrice du rôle de la femme dans la société persistent toujours en Tunisie», a-t-elle encore déploré.
Prochaine étape : réseautage de la société civile
Durant cette conférence, qui a vu la participation de plusieurs figures féminines connues comme la juge à la Cour de cassation, Kalthoum Kannou, les deux députés, Meherzia Laâbidi et Yamina Zoghlami, la juge administrative Najla Brahem... Plusieurs témoignages de femmes candidates aux dernières élections municipales ayant subi des formes de violence politique ont été projetés, ce qui a ouvert le débat.
Introduire la notion de violence politique exercée à l'égard de la femme dans les normes internationales et universelles, telle est l'initiative très ambitieuse qui a été annoncée durant cette conférence. En effet, le projet envisage d'introduire cette notion à travers toutes ses formes dans les normes internationales, y compris celles du Conseil de sécurité. Pour ce faire, l'IFT a déjà prévu un plan d'action: créer un appui et un réseautage de la société civile au profit de cette initiative, réclamer une adoption officielle auprès des autorités tunisiennes notamment le ministère de la Femme, élaborer une définition globale de la violence politique et viser les normes et conventions internationales concernées.
Présente à cette conférence, la juge à la Cour de cassation Kalthoum Kannou a loué cette initiative qui est, pour elle, un «pas très important qui renforcera la position et la notoriété de la Tunisie comme étant un pays garant des droits et libertés de la femme». Kannou a également témoigné de certaines formes de violence politique auxquelles elle a été confrontée, chose qui a eu des retombées sur son milieu familial. Idem pour Meherzia Laâbidi, constituante, qui a saisi l'occasion pour présenter sa propre initiative portant sur une charte entre les femmes politiciennes tunisiennes pour éliminer toute forme de violence politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.