Tunisie-Des appels pour dissoudre le Mouvement Ennahdha: Précisions de Yassine Azaza [Audio]    Bourse de Tunis : Evolution des indices Tunindex et Tunindex20    Tunisie-UTICA: Des chambres syndicales baissent leurs prix    Douane : Saisie de 982,4 mille dinars en devises au cours de juillet 2021    "Les personnes porteuses de handicaps doivent être vaccinés en priorité" (Mezati)    Tunisie: INPT s'inquiète de la situation de Hichem Mechichi    Programme TV du mercredi 04 août    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 04 Août 2021 à 11H00    Tunisie-Béja: Les habitants de Amdoun plus que jamais en colère [Photos+Vidéo]    L'ONU choisit Tfanen – Tunisie Créative comme success story de mise en œuvre des ODD    Un voyage sans retour    [TRIBUNE] Un désastre monétaire : Que fait la BCT, s'interroge Ezzeddine Saïdane    Ibtihel Abdellatif : Sihem Ben Sedrine et ses complices répondront de leurs crimes devant la justice    Bilan Covid-19 : 2.819 nouveaux cas et 184 décès    Samir Cheffi : Le gouvernement ne doit pas comporter plus de 20 portefeuilles    Abdellatif Aloui à Kaïs Saïed : Rendez-moi mes livres que je vous ai offerts !    Covid-19 : Orange Tunisie, avec le soutien de la Fondation Orange, fait don d'équipements médicaux    Dernière minute-Coronavirus: 184 décès et 2819 nouvelles contaminations, Bilan du 02 août 2021    Espérance de Tunis : vers la résiliation du contrat de Nassim Ben Khalifa    Angleterre : Fabinho prolonge avec Liverpool jusqu'en 2026    Il porte l'espoir des Tunisiens    L'EST attaque sa deuxième semaine de préparation – Jaïdi : ça se complique !    Jeux olympiques 2020 : Une honorable neuvième place pour Bacha !    CONDOLEANCES : Emna BEN AMMAR CHOUKAIR    CONDOLEANCES : Feu Essia ENNAJI    Al Badil : «A petits pas»    Report des festivals internationaux de Carthage et de Hammamet : Besoin urgent d'alternatives viables, faisables et durables    Tijani Haddad: Valeurs universelles à la tête du client    Le ministre égyptien des Affaires étrangères reçu au Palais de Carthage    Covid-19 : Aides médicales émiraties à la Tunisie    Tunisie: Hechmi Louzir espère vacciner 6 millions de personnes d'ici deux mois !    Météo : temps chaud    L'ancien président de la CAF Hayatou suspendu un an    La Conect appelle à accélérer la mise en place d'un gouvernement    Bourse de Tunis : Le CMF agrée 2 sociétés de gestion et de 3 fonds d'investissement    La BCT s'inquiète de la hausse du taux d'inflation et appelle à la mise en place d'un plan de réformes économiques    Urgent – USA : Une fusillade du Pentagone    Festival Carthage 2021 et Festival Hammamet 2021, finalement reportés    Mostra de Venise : Trois films arabes à l'affiche et des avant-premières mondiales prestigieuses    Erdogan à Saïed : Il est important de poursuivre les travaux de l'ARP en Tunisie    Tunisie – Erdogan se permet de s'ingérer ouvertement dans les affaires internes tunisiennes    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    Médenine : Deux tentatives d'immigration illégale déjouées    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La composition du gouvernement d'union nationale
M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, annonce la composition du nouveau gouvernement d'union nationale
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 01 - 2011

M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, a annoncé, au cours de la conférence de presse qu'il a tenue hier après-midi, au palais du gouvernement, la composition du gouvernement d'union nationale, qui comprend Mmes et MM :
– M. Mohamed Ghannouchi : Premier ministre
– M. Lazhar Karoui Chebbi : ministre de la Justice
– M. Ridha Grira : ministre de la Défense nationale
– M. Kamel Morjane : ministre des Affaires étrangères
– M. Ahmed Friaâ : ministre de l'Intérieur
– M. Laroussi Mizouri : ministre des Affaires religieuses
– M. Ahmed Néjib Chebbi : ministre du Développement régional et local
– M. Ahmed Ibrahim : ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
– M. Mustapha Ben Jaâfar : ministre de la Santé publique
– M. Mohamed Jegham: ministre du Commerce et du Tourisme
– M. Taïeb Baccouche : ministre de l'Education
– M. Moncer Rouissi : ministre des Affaires sociales
– M. Habib M'barek : ministre de l'Agriculture et de l'Environnement
– M. Mohamed Nouri Jouini : ministre de la Planification et de la Coopération internationale
– M. Mohamed Afif Chelbi : ministre de l'Industrie et de la Technologie
– M. Zouheïr M'dhaffer : ministre auprès du Premier ministre, chargé du Développement administratif
– M. Ridha Chalghoum : ministre des Finances
– Mme Moufida Tlatli : ministre de la Culture
– Mme Lilia Laâbidi : ministre des Affaires de la femme
– M. Slaheddine Malouche : ministre du Transport et de l'Equipement
– M. Houssine Dimassi : ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi
– M. Mohamed Aloulou : ministre de la Jeunesse et des Sports
– M. Abdeljelil Bédoui : ministre auprès du Premier ministre
– M. Abdelhakim Bouraoui : secrétaire général du gouvernement
Les secrétaires d'Etat :
– M. Ahmed Ounaies: secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères
– M. Radhouane Nouisser: secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères
– M. Néjib Karafi : secrétaire d'Etat auprès du ministre du Développement régional et local
– Mme Fawzia Charfi: secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Enseignement supérieur
– M. Rifaât Chaâbouni : secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de la Recherche scientifique
– M. Lamine Moulahi : secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Santé publique
– M. Abdelhamid Triki : secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Planification et de la Coopération internationale
– M. Abdelaziz Rassaâ : secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Industrie et de la Technologie, chargé de l'Energie
– M. Sami Zaoui: secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Industrie et de la Technologie, chargé des Technologies de la communication
– M. Moncef Bouden: secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances, chargé de la Fiscalité
– M. Ahmed Adhoum: secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances, chargé des Domaines de l'Etat
– M. Slim Chaker: secrétaire d'Etat auprès du ministre du Commerce et du Tourisme, chargé du Tourisme
– M. Anouar Ben Gueddour : secrétaire d'Etat auprès du ministre du Transport et de l'Equipement
– M. Salem Hamdi: secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Agriculture et de l'Environnement
– M. Slim Amamou: secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Jeunesse et des Sports
D'autre part, M. Mustapha Kamel Nabli a été nommé gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie
Biographies des membres du nouveau gouvernement
M. Kamel Morjane, ministre des Affaires étrangères
M. Kamel Morjane, nommé, hier, ministre des Affaires étrangères au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 9 mai 1948 à Hammam-Sousse.
Juriste de formation et diplômé de l'Institut des hautes études internationales de Genève, M. Morjane est diplômé de l'Université du Wisconsin et de l'Académie de droit international de La Haye.
En 1977, il intègre le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) au sein duquel il a assumé de hautes responsabilités, tant au siège à Genève que sur le terrain à Djibouti et en Egypte.
En 1996, il a été nommé ambassadeur, représentant permanent de la Tunisie auprès de l'Office des Nations unies et des institutions spécialisées à Genève. A ce titre, il a présidé, notamment, l'organe de règlement des différends de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), en 1998, et le comité des affaires administratives et financières de cette même organisation.
De 1999 à 2001, il a été représentant spécial du secrétaire général de l'ONU en République démocratique du Congo
En 2001, il est nommé haut commissaire assistant pour les réfugiés à Genève.
En 2005, M. Kamel Morjane est nommé ministre de la Défense nationale.
M. Kamel Morjane a, par ailleurs, été président de la commission administrative de l'Union générale des étudiants tunisiens et secrétaire général du bureau national des étudiants destouriens.
Il est marié et père de deux enfants.
M. Lazhar Karoui Chebbi, ministre de la Justice
M. Lazhar Karoui Chebbi, nommé, hier, ministre de la Justice dans le gouvernement d'union nationale, est né le 7 octobre 1927, à Chebbia dans le gouvernorat de Tozeur.
M. Chebbi a effectué ses études primaires à Tozeur puis à la Grande Mosquée d'Ezzitouna où il obtient le certificat moderne du «Tahsil». Il est titulaire du diplôme de l'Ecole supérieure de Droit de Tunis, en 1954.
Il a entamé sa carrière professionnelle en tant que greffier au Tribunal de première instance de Tunis, avant de s'engager dans la profession d'avocat, le 7 octobre 1956.
M. Chebbi a été élu bâtonnier durant deux mandats, de juillet 1979 à 1983, et exerce toujours la profession d'avocat, jusqu'à sa nomination, aujourd'hui, au poste de ministre de la Justice.
Le nouveau ministre était actif dans le champ associatif et dans le domaine du droit. Il occupe, dans ce cadre, le poste de président de l'Association tunisienne de promotion des études juridiques. Il a été parmi les fondateurs, à Alger en 1970, de l'Amicale des avocats du Maghreb Arabe, parallèlement à son activité au sein de l'Union des avocats arabes et de l'Union internationale des avocats.
M. Chebbi est marié et père de 3 filles.
M. Ridha Grira, ministre de la Défense nationale
M. Ridha Grira, qui vient d'être nommé ministre de la Défense nationale au sein du gouvernement d'union nationale, est né à Sousse le 21 août 1955.
Il poursuit ses études au lycée Louis le Grand à Paris (mathématiques supérieures et mathématiques spéciales) et intégre l'école centrale de Paris où il obtient le diplôme d'ingénieur et le diplôme d'études approfondies (DEA).
En parallèle, M. Grira entreprend des études de droit, d'économie et de gestion à l'Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et à l'Institut d'études politiques de Paris.
Titulaire d'une licence et d'une maîtrise en sciences économiques et en gestion, il est admis à l'école nationale d'administration de Paris où il poursuit un cycle supérieur.
M. Ridha Grira a occupé plusieurs postes au Premier ministère dont notamment: chargé de mission et directeur général de la Fonction publique.
En 1991, M. Ridha Grira est nommé président-directeur général de la Banque arabe tuniso-libyenne de développement et de commerce extérieur avant d'être nommé secrétaire général du ministère des Affaires étrangères.
En janvier 1992, il est nommé secrétaire général du gouvernement, puis ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, en avril 1999, avant d'être chargé, en janvier 2010, des fonctions de ministre de la Défense nationale.
M. Ridha Grira est membre du Comité central du RCD.
Il est marié et père de deux enfants.
M. Ahmed Friaâ, ministre de l'Intérieur
M. Ahmed Friaâ, nommé hier minister de l'Intérieur au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 17 février 1949 à Zarzis.
Après des études à l'école primaire de Zarzis et des études secondaires au lycée technique de Tunis, il obtient en 1972 une maîtrise en mathématiques à la faculté des Sciences de Tunis.
Il est également titulaire d'un DEA d'analyse numérique de l'Université de Paris VI, d'un diplôme d'ingénieur de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées de Paris, de l'Agrégation en mathématiques de l'Académie de Paris (1975) et d'un Doctorat d'Etat Es-Sciences de l'Université de Paris VI (1979).
Après son retour à Tunis, il entame sa carrière professionnelle en tant que maître de conférences en génie civil à l'Enit, puis professeur d'enseignement supérieur dans le même établissement.
De 1980 à 1985, il est directeur du département de génie civil. En 1985, il est nommé directeur de l'Enit.
De 1989 à 1992, il occupe la fonction de ministre de l'Equipement et de l'Habitat.
Il est élu coordinateur de la commission scientifique de l'ingénierie jusqu'en 1988, puis membre de la commission nationale de maîtrise des technologies. Il a également été président de la commission nationale des sciences exactes et naturelles relevant du comité national de l'Unesco.
Le 30 mai 1994, M. Ahmed Friaa est nommé ministre de l'Education et des Sciences et le 25 décembre 1995, ambassadeur de Tunisie à Rome.
De 1997 à 2002, il est nommé ministre des Communications puis ministre des Technologies de la Communication.
Il a été président du Conseil municipal de Zarzis (1985-1990) et député de la circonscription de Médenine aux élections législatives de 1989, 1994 et 1999.
Il est marié et père de quatre enfants.
M. Laroussi Mizouri, ministre des Affaires religieuses
M. Laroussi Mizouri qui vient d'être nommé, ministre des Affaires religieuses au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 6 mai 1950 dans la délégation de Korba (gouvernorat de Nabeul).
M. Mizouri a effectué ses études primaires à Korba et ses études secondaires à Nabeul et à Tunis. En 1980, il a obtenu une maîtrise en théologie de l'Université d'Ezzitouna.
En juillet 1995, M. Laroussi Mizouri, qui maîtrise plusieurs langues, a obtenu un doctorat d'Etat de l'Université d'Ezzitouna. Il a traduit vers l'arabe une série de travaux de recherche scientifique en français et en italien. Il a, aussi, participé à plusieurs colloques organisés en Tunisie et à l'étranger.
M. Mizouri a poursuivi son cursus universitaire en France où il a obtenu, en 1982, un diplôme d'études approfondies (DEA) de l'Université Paris IV en histoire moderne et contemporaine et en islamologie, ainsi qu'un doctorat de troisième cycle en novembre 1986.
Il a également enseigné au secondaire et à l'université, avant de rejoindre l'Agence tunisienne de coopération technique de 1996 jusqu'à 2003.
M. Laroussi Mizouri a occupé le poste de directeur de l'Institut supérieur de théologie, depuis 2005 jusqu'à sa nouvelle nomination.
M. Laroussi Mizouri est marié et père d'une fille.
M. Mohamed Jegham, ministre du Commerce et du Tourisme
M. Mohamed Jegham, nommé, hier, ministre du Commerce et du Tourisme au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 8 août 1948, à Hammam-Sousse.
Ancien élève de l'Ecole nationale d'administration, M. Mohamed Jegham a rejoint les services du ministère de l'Intérieur où il a été chargé des fonctions de délégué respectivement à Béja, à Gafsa et à Jendouba puis premier délégué de Tunis-Sud avant d'occuper le poste de secrétaire général du gouvernorat de Bizerte et de Gabès.
En 1980, il a été chargé de la direction de la société Ateliers Mécaniques du Sahel (AMS), avant d'occuper, en 1983, la fonction de Président-directeur général de la Société d'études et de développement de Sousse-Nord.
En 1988, M. Mohamed Jegham a dirigé la direction des affaires régionales au sein du ministère de l'Intérieur avant d'être nommé en juillet 1988 ministre du Tourisme et de l'Artisanat, ministre de l'Intérieur en janvier 1995.
Il a, également, occupé le poste de ministre de l'Intérieur, en janvier 1995, ministre directeur du cabinet présidentiel en 1997, avant d'être nommé, en 1998, ministre de la Défense nationale.
M. Mohamed Jegham a été élu député de la circonscription de Sousse aux élections législatives de 1994 et 1999 et a assumé le poste de président de la municipalité de Hammam-Sousse avant d'être désigné ambassadeur de Tunisie à Rome.
M. Jegham a été actif au sein des structures du RCD où il a été nommé membre du comité central durant la période entre 1998 et 2003 et membre du Bureau politique entre 1995 et 2001.
M. Mohamed Jegham est marié et père de trois enfants.
M. Mustapha Ben Jaâfar, ministre de la Santé publique
M. Mustapha Ben Jaâfar, nommé ministre de la Santé au sein du gouvernement d'union nationale dont la composition a été annoncée lundi, est né le 8 décembre 1940 dans le quartier de Bab Souika, à Tunis.
Après des études secondaires au Collège Sadiki, achevées en 1956, il rejoint le Né-Destour et milite au sein de l'Union générale des étudiants tunisiens (Uget).
En 1970, de retour d'études de médecine effectuées en France, il participe à la fondation de l'hebdomadaire Erraï (l'opinion) et du Conseil des Libertés (1976), ancêtre de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (Ltdh) dont il sera vice-président de 1986 à 1994.
En 1978, il est membre fondateur du Mouvement des démocrates socialistes (MDS).
Il occupe, durant la même période, le poste de professeur à la faculté de Médecine de Tunis, et de chef de service de radiologie à l'Institut Salah-Azaiez puis au centre hospitalo-universitaire La Rabta, à Tunis (1981).
En 1994, M. Mustapha Ben Jaâfar fonde le Forum démocratique pour le travail et les libertés (Fdtl).
En 1998, il participe à la création du Conseil national des libertés en Tunisie (Cnlt).
En 2009, il présente sa candidature à l'élection présidentielle, mais elle est rejetée pour vice de forme.
M. Ben Jaâfar est marié et père de 4 enfants.
M. Afif Chelbi, ministre de l'Industrie et de la Technologie
M. Afif Chelbi, qui vient d'être nommé ministre de l'Industrie et de la Technologie, au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 14 mars 1953 à Tunis.
Il est titulaire du diplôme d'ingénieur de l'Ecole centrale des arts et manufactures de Paris, spécialité économie (1978).
M. Afif Chelbi a commencé sa carrière professionnelle à l'Agence de promotion de l'industrie (API) en tant que chef de service, puis sous-directeur, directeur des études et directeur général adjoint (1981-1986).
Entre 1986 et 1987, il a été chef du Centre d'études et d'ingénierie à l'Ecole nationale d'ingénieurs de Tunis.
De 1987 à 1990, il occupe les fonctions de directeur de la maîtrise de la technologie et des mutations industrielles au ministère de l'Economie nationale, avant d'être promu directeur de l'évaluation des projets à la Banque tuniso-qatarie d'investissement, puis directeur général du Centre technique du textile (1992-1998).
Il a également occupé les fonctions de directeur général de l'Agence de promotion de l'industrie (1998-2001) et de responsable national à "Euro-Tunisie Entreprise" (2000-2001).
Depuis décembre 2001, il a été directeur général de l'International Maghreb Merchant Bank.
En 2004, M. Afif Chelbi est nommé ministre de l'Industrie, de l'Energie et des Petites et Moyennes entreprises, et en janvier 2010 il est chargé des fonctions de ministre de l'Industrie et de la Technologie.
M. Afif Chelbi est membre du Conseil économique et social et membre du Comité national d'évaluation de la recherche.
M. Zouheir M'Dhaffar, ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Développement administratif
M. Zouheir M'Dhaffar, qui vient d'être nommé ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé du Développement administratif, au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 20 décembre 1948 à Sfax.
Il est titulaire d'un doctorat d'Etat et d'une agrégation en droit public et sciences politiques.
M. M'Dhaffar a enseigné le droit constitutionnel et les sciences politiques à l'université de Tunis.
De 1989 à 1992, Il est secrétaire permanent chargé des études et de la formation au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD).
De 1992 à 1995, il est président du Conseil constitutionnel.
De 1995 à 1999, il est directeur du Centre des recherches et de la formation au RCD.
De 1999 à 2004, il est directeur général de l'Institut tunisien des études stratégiques (ITES).
En novembre 2004, il est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique et du Développement administratif, puis, en janvier 2010, ministre des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières.
M. M'Dhaffar a été, de 1982 à 1990, secrétaire général de l'association tunisienne de droit constitutionnel, avant d'occuper, jusqu'à 1996, les fonctions de vice-président de l'Association tunisienne des sciences politiques.
M. M'Dhaffar est membre du Comité central du RCD depuis 1998.
Il est membre fondateur de l'Académie internationale de droit constitutionnel et directeur de l'instance judiciaire de l'Union du Maghreb Arabe.
M. Zouheir M'Dhaffar est l'auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine du droit et des sciences politiques et administratives.
M. M'Dhaffar est marié et père de trois enfants.
M. Mohamed Nouri Jouini, ministre de la Planification et de la Coopération internationale
M. Mohamed Nouri Jouini, qui vient d'être nommé ministre de la Planification et de la coopération internationale au sein du gouvernement d'union nationale dont la composition a été annoncée, hier, est né le 13 octobre 1961 à Tunis.
Il est diplômé de l'Institut des hautes études commerciales (IHEC) et titulaire d'un diplôme d'études approfondies en gestion de l'Institut supérieur de gestion de Tunis et d'un doctorat d'Etat dans les sciences du management de l'Université de l'Oregon (USA).
En 1994, il est maître de conférences à la faculté de gestion de Sousse puis, en 1995, directeur de l'ISG de Sousse.
En 1996, M. Mohamed Nouri Jouini est nommé attaché à la présidence de la République puis, en 1997, conseiller auprès du président de la République.
Le 24 janvier 2001, il est nommé secrétaire d'Etat auprès du ministre du Développement économique, chargé de la Privatisation, poste qu'il a occupé jusqu'à sa nomination, en septembre 2002, ministre du Développement et de la Coopération internationale.
M. Jouini est marié et père de deux enfants.
M. Mohamed Ridha Chalghoum, ministre des Finances
M. Mohamed Ridha Chalghoum, nommé, hier, ministre des Finances, au sein du gouvernement d'union nationale, est né à Gafsa en 1962.
Il est titulaire d'un diplôme d'études supérieures, spécialité financement du développement, et d'une licence en sciences économiques. Il est également diplômé de l'Institut de défense nationale.
M. Mohamed Ridha Chalghoum a occupé le poste de président du Conseil du marché financier, avant d'assumer différentes fonctions dont celles de chef de cabinet du ministre des Finances et de directeur général des avantages fiscaux et financiers au même ministère.
Il a également été directeur de l'épargne et du marché financier au ministère des Finances.
M. Mohamed Ridha Chalghoum a été nommé, en septembre 2006, membre du Conseil économique et social.
Il est marié et père de trois enfants.
M. Houssine Dimassi, ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi
M. Houssine Dimassi nommé, hier, ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi au sein du gouvernement d'union nationale, est né, le 18 novembre 1948, à Ksar Hellal, dans le gouvernorat de Monastir.
M. Houssine Dimassi est titulaire d'un doctorat d'Etat en économie en 1982. Il a enseigné à la faculté de Droit et des Sciences politiques et économiques de Tunis, de 1973 à 1986. Il enseigne, également, à la faculté de Droit et des Sciences économiques de Sousse, depuis 1986.
M. Houssine Dimassi est connu pour son activité au sein de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt). Il a été également chargé des études et de la formation au sein de l'Organisation ouvrière.
M. Diamssi est marié et père de quatre enfants.
Mme Moufida Tlatli, ministre de la Culture
Mme Moufida Tlatli, nommée ministre de la Culture dans le gouvernement d'union nationale dont la composition a été annoncée hier, est née le 4 août 1947 à Sidi Bou Saïd.
Mme Tlatli est titulaire d'un diplôme de montage obtenu à l'Institut des hautes études cinématographiques de Paris (Idhec) en 1968.
Elle a travaillé durant plusieurs années pour la télévision française avant d'entamer une carrière de chef monteuse pour plusieurs grands réalisateurs tunisiens et arabes et sur les plus importantes productions cinématographiques tunisiennes, algériennes et palestiniennes.
En 1994, elle se lance dans la réalisation avec «Les silences du palais», long-métrage coécrit avec Nouri Bouzid. Le film connaît un énorme succès en Tunisie et dans le monde et remporte le Tanit d'Or aux Journées cinématographiques de Carthage (1994), la Tulipe d'Or au Festival international du film d'Istanbul (1994), le prix du meilleur long-métrage lors du 5e Festival du cinéma africain de Milan (1995), le prix du meilleur film au festival de Chicago (1995) ainsi que la mention spéciale du jury de la Caméra d'or au Festival de Cannes (1994).
En 2000, elle réalise «La saison des hommes» qui remporte notamment le Grand Prix de l'Institut du monde arabe.
En 2001, elle est membre du jury du prestigieux Festival de Cannes.
De 2001 à 2003, elle préside la commission "Fonds-Sud", relevant du ministère français de Affaires étrangères.
En 2004, elle obtient le prix McMillan-Stewart décerné par l'université américaine d'Harvard.
Mme Tlatli est considérée comme le porte-parole du cinéma féminin du Sud de la Méditerranée.
Elle est mariée est mère de 2 enfants.
Mme Lilia Labidi, ministre des Affaires de la femme
Mme Lilia Labidi nommée ministre des Affaires de la femme dans le gouvernement d'union nationale, dont la composition a été annoncée hier, est née en 1949 à Radès.
Mme Lilia Labidi est titulaire d'un doctorat en psychologie (1978) et d'un doctorat d'Etat en anthropologie (1986), à l'université de Paris VII.
Le nouveau ministre des Affaires de la femme est anthropologue et maître de conférences en psychologie clinique à la faculté des Sciences humaines de Tunis.
Mme Labidi a effectué plusieurs recherches sur la femme dans le monde arabe. Elle est auteure de nombreux livres et articles sur la sexualité, la violence à l'encontre des femmes, l'histoire orale des pionnières du mouvement féministe tunisien et le développement des droits de la femme dans le monde arabe.
On compte parmi ses plus importants ouvrages "L'histoire d'une parole féminine" (1982), "Les origines des mouvements féministes en Tunisie" (1987), "Qabla, médecin des femmes" (1987), "Sabra, Hachma" (1989), "Romancières sénégalaises à la recherche de leur temps" (2003), "Militantes tunisiennes 1981-1961" (2009).
Elle a organisé plusieurs séminaires nationaux et internationaux sur les pratiques médicales et la santé de la femme, les droits de la femme, femme et science, et la participation de la femme à la résolution des conflits.
Ele a dirigé un programme de recherche national sur la moralité publique dans le monde et en Afrique. Elle est conférencière à l'Institut des études avancées de l'université de Princeton NJ et au Woodrow Wilson International Center de l'université de Washington DC (Etats-Unis d'Amérique).
Mme Labidi est membre actif de l'Association des femmes tunisiennes pour la recherche sur le développement (Afturd) dont elle a été membre du comité directeur en 1989.
M. Mohamed Aloulou, ministre de la Jeunesse et des Sports
M. Mohamed Aloulou, nommé ministre de la Jeunesse et des Sports au sein du gouvernement d'union nationale dont la composition a été annoncée hier, est né le 19 novembre 1941 à Gabès.
Diplômé en cardiologie de la faculté de Médecine de Strasbourg, M. Aloulou est, actuellement, cardiologue en libre pratique à Sfax.
Il a occupé le poste de vice-président de la municipalité de Sfax chargé des sports en 1975-1980 et chargé de la culture en 1985-1990.
Dirigeant sportif depuis 1975, M. Aloulou a assuré la présidence du Club Sportif Sfaxien (CSS) en 1989-1990.
Il est vice-président de l'Association de protection de la nature et de l'environnement de Sfax en 1996-2010.
Il est, également, vice-président du Conseil national de l'Ordre des médecins en 2004-2010.
Il est, aussi, militant à la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) depuis les premières années de sa fondation.
M. Mohamed Aloulou est marié et père de quatre enfants.
M. Abdelhakim Bouraoui, secrétaire général du gouvernement
M. Abdelhakim Bouraoui, qui vient d'être nommé secrétaire général du gouvernement, au sein du gouvernement d'Union nationale, est né en 1954 à Sousse.
Après l'obtention du baccalauréat au lycée secondaire de Sousse, il poursuit des études supérieures à la faculté de Droit et des Sciences économiques et politiques de Tunis.
Licencié en droit (1975), M. Abdelhakim Bouraoui est par ailleurs titulaire du diplôme du cycle supérieur de l'Ecole nationale d'administration (ENA).
Il entame sa carrière professionnelle au ministère des Affaires sociales avant de rejoindre le Premier ministère où il occupe, successivement, les fonctions de sous-directeur aux services du conseiller juridique et de la législation puis de directeur général (janvier 1988).
En mars 1990, M. Abdelhakim Bouraoui occupe le poste de directeur de cabinet du Premier ministre, jusqu'à sa nomination, en avril 1999, au poste de secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Fonction publique et de la Réforme administrative.
En novembre 2004, il est nommé premier président du Tribunal administratif.
En janvier 2007, il est nommé secrétaire général du gouvernement.
Le 14 janvier 2010, M. Bouraoui est nommé secrétaire général du gouverneur, chargé des relations avec la Chambre des Députés et la Chambre des Conseillers.
Il a participé à plusieurs stages et sessions de formation à l'étranger. Il fait partie de la 5e promotion de l'Institut de la défense nationale.
Il est marié et père de deux enfants.
M. Slaheddine Malouche, ministre du Transport et de l'Equipement
M. Slaheddine Malouche, qui vient d'être nommé ministre du Transport et de l'Equipement, au sein du gouvernement d'Union nationale, est né le 4 juin 1956 à Haffouz (gouvernorat de Kairouan).
Après des études secondaires au lycée d'El Mansoura, à Kairouan, où il obtenu son baccalauréat, section mathématiques en 1975, il intègre l'Ecole nationale des ingénieurs de Tunis (Enit) où il obtient, en 1981, son diplôme d'ingénieur en génie civil et en 1986 son DEA dans la même spécialité.
M. Malouche a participé à plusieurs conférences et rencontres nationales et internationales dans les domaines des ponts et chaussées, de l'habitat, de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme, de l'environnement et de la gestion des marchés publics.
En 1995, il occupe le poste de président-directeur général de la société "Tunisie-Autoroutes" et en 2000, il est président-directeur général de l'Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (Arru).
Il a entamé sa carrière professionnelle en 1981, en qualité de directeur régional du ministère de l'Equipement et de l'Habitat dans plusieurs gouvernorats du pays dont notamment Kasserine, Jendouba, Monastir et Tunis.
Le 29 août 2008, il est nommé ministre de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire.
M. Malouche est marié et père de 3 enfants.
M. Ahmed Ibrahim, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique
M. Ahmed Ibrahim, qui vient d'être nommé, hier, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 14 juin 1946 dans la délégation de Zarzis (gouvernorat de Médenine).
M. Ahmed Ibrahim, qui a été professeur de linguistique comparée jusqu'à son départ à la retraite, occupe le poste de secrétaire général du Mouvement "Ettajdid", depuis 2007.
Il a milité, au milieu des années 60, au sein du Parti communiste tunisien (PCT) de l'époque, et a été élu, en 1981, membre du comité central du PCT. Il a été, en 1993, parmi les fondateurs du Mouvement "Ettajdid", nouvelle appellation du PCT, et a été élu membre du comité exécutif lors du congrès constitutif du mouvement.
En 2001, M. Ahmed Ibrahim a été élu secrétaire général-adjoint du Mouvement et premier secrétaire du parti en 2007. Le 22 mars 2009, il s'est porté candidat à l'élection présidentielle, soutenu par "l'initiative nationale pour la démocratie et le progrès", une coalition politique qui a comporté le Mouvement "Ettajdid", le Parti du travail patriotique et démocratique, le Forum démocratique pour le travail et les libertés (Fdtl) et par le courant de réforme et de développement.
M. Ahmed Ibrahim est marié et père de deux filles.
M. Taïeb Baccouche, ministre de l'Education
M. Taïeb Baccouche, nommé ministre de l'Education au sein du gouvernement d'union nationale, dont la composition a été annoncée hier, est né en 1938 à Kairouan.
M. Baccouche est titulaire d'un doctorat d'Etat en linguistique (Paris Sorbonne, 1980), d'une agrégation d'arabe (Paris Sorbonne, 1968), d'un DES en linguistique (Paris Sorbonne, 1966), d'une licence d'arabe (ENS de Tunis, 1965), d'un CES de langue et de littérature françaises (1964) et d'un CES d'histoire ancienne et d'archéologie (1963).
Il est enseignant chercheur à l'Université de Tunis depuis 1969.
Entre 1995 et 2002, il est président de l'Association tunisienne de linguistique.
Il a occupé plusieurs postes de responsabilité dans de nombreux secteurs, dont le secrétariat général de la Fédération de l'enseignement supérieur entre 1974 et 1977.
Entre 1981 et 1984, M. Baccouche est secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (Ugtt).
Il est directeur du journal Echaab de 1981 à 1985.
Il est auteur ou co-auteur de très nombreux ouvrages et articles, en arabe et en français, sur la linguistique, la sociopolitique et les droits de l'Homme.
Depuis 1998 et jusqu'à sa récente nomination, M. Taïeb Baccouche était président de l'Institut arabe des droits de l'Homme.
M. Ahmed Néjib Chebbi, ministre du Développement régional et local
M. Ahmed Néjib Chebbi, qui vient d'être nommé, hier, ministre du Développement régional et local au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 30 juillet 1944 à l'Ariana, où il a effectué ses études primaires puis secondaires à El Menzah.
Il est titulaire d'une licence en droit et d'un certificat d'aptitude à la profession d'avocat de la faculté de Droit de Tunis en 1984.
M. Ahmed Néjib Chebbi, qui exerce la profession d'avocat et qui compte parmi les figures les plus importantes de l'opposition tunisienne, a fondé en 1983, le Rassemblement socialiste progressiste, avant de changer d'appellation en 2001, pour devenir le Parti démocratique progressiste (PDP). Il a également occupé la fonction de directeur du journal hebdomadaire El Mawkif qui a publié son premier numéro le 12 mai 1984.
M. Ahmed Néjib Chebbi s'est présenté à l'élection présidentielle de 1999, en tant que candidat du Rassemblement socialiste progressiste.
Il est marié et père de cinq enfants.
M. Habib M'barek, nouveau ministre de l'Agriculture et de l'Environnement
M. Habib M'barek, nommé ministre de l'Agriculture et de l'Environnement au sein du gouvernement d'union nationale dont la composition a été annoncée hier, est né le 7 août 1951 à Gafsa.
M. M'barek est titulaire d'un diplôme d'études supérieures en pharmacie, spécialité biologie, de la faculté de Pharmacie et de Médecine de Bordeaux.
De 1977 à 1984, il occupe le poste de chef de service de pharmacie et du laboratoire de biologie à l'hôpital régional de Gafsa.
Il enseigne, durant la même période, à l'école des infirmiers et de biologie de Gafsa.
De 1989 à 2004, M. Habib M'barek est membre de la Chambre des Députés.
Il a, à ce titre, été président de la commission parlementaire des affaires sociales et de la santé publique, président de la commission de l'agriculture, de l'industrie et du commerce, membre de la commission parlementaire de suivi des relations avec le Parlement européen, membre du comité exécutif de l'Union des parlementaires africains et membre du Conseil consultatif maghrébin.
Il est nommé maire de la ville de Gafsa de 1985 à 1990.
Entre 1992 et 1994, il est secrétaire général du Comité de coordination du RCD de Gafsa avant d'être, en 2000-2001, secrétaire permanent du RCD chargé de la jeunesse et de l'éducation.
En 2001, il est secrétaire général adjoint du RCD, chargé des relations internationales.
Entre 2001 et 2004, M. Habib M'barek est nommé ministre de la Santé publique.
Il a ensuite été ambassadeur de Tunisie à Madrid (2004- 2007), puis à Alger (2007-2011).
Il est marié et père de 4 enfants.
M. Moncer Rouissi, ministre des Affaires sociales
M. Moncer Rouissi qui vient d'être nommé ministre des affaires sociales, au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 9 septembre 1940 a Dégache (gouvernorat de Tozeur).
M. Rouissi obtient son baccalauréat mathématiques en 1960.
Il poursuit des études de mathématiques générales et physiques à la faculté de Sciences de Toulouse, en 1961.
M. Rouissi est titulaire d'un diplôme de démographie générale de l'Institut de démographie de l'université de Paris (1966), d'un diplôme d'expert démographe du même institut (1969) et du doctorat en sociologie de l'université René-Descartes, de la Sorbonne.
Attaché de recherches au Centre d'études et de recherches économiques et sociales de l'université de Tunis, de 1966 à 1969, M. Rouissi est nommé chef de la section de démographie et membre du comité directeur du Ceres, de 1969 à 1973.
De 1975 à 1976, il est chercheur-invité de l'Université d'Harvard, aux USA.
M. Rouissi est un expert onusien à Damas, de 1979 à 1980, et à Rabat, de 1980 à 1983.
En 1984, il est maître-assistant à la faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis. En 1989, il est nommé ministre des Affaires sociales.
Le 20 février 1991, M. Moncer Rouissi est ministre de la Culture et le 9 juin 1992, il est nommé ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi.
En janvier 2001, il occupe les fonctions de ministre de l'Education avant d'être nommé, en septembre 2002, ministre de l'Education et de la Formation.
M. Rouissi est nommé, en août 2003, ambassadeur de Tunisie à Paris, puis membre de la chambre des Conseillers, en août 2005, avant d'être désigné président du Haut comité des droits de l'Homme et des libertés fondamentales, en janvier 2007.
Il a été élu secrétaire général de la section de l'Uget à Toulouse de 1962 à 1964 et secrétaire général du syndicat national de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique de 1973 à 1975. Il a été aussi président de la commission nationale de la recherche scientifique de 1978 à 1979.
M. Moncer Rouissi est membre du Comité central du RCD depuis juillet 1988.
Il a publié plusieurs articles, études et ouvrages et notamment un livre intitulé "Population et sociétés au Maghreb" (1977). Il a été membre du Conseil supérieur de la communication (1989-1990).
Il est marié et père d'un enfant.
M. Abdeljalil Bédoui, ministre auprès du Premier ministre
M. Abdeljalil Bédoui, qui vient d'être nommé ministre auprès du Premier ministre, au sein du gouvernement d'union nationale, est né le 21 janvier 1947 à Téboulba (Monastir).
Il a effectué ses études secondaires à Monastir et ses études universitaires à Grenoble (France) où il a obtenu le diplôme d'études spécialisées en économie en 1974, puis le diplôme d'études spécialisées en sciences politiques en 1975.
Après avoir enseigné en 1976 à l'Institut d'études politiques (IEP) de Grenoble, il rejoint la faculté des Sciences économiques et de Gestion de Tunis, où il a soutenu une thèse de doctorat en économie du développement, en 2003, avant d'obtenir le grade de maître de conférences en 2004.
M. Abdeljalil Bédoui est expert auprès de l'Union générale tunisienne du tavail. Il a mené plusieurs activités durant de nombreuses années au sein de l'organisation ouvrière.
Il est connu pour ses activités au sein de la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l'Homme et du Haut comité des droits de l'Homme et des libertés fondamentales. Il a assumé un poste de responsabilité au sein de l'Association des économistes tunisiens et au sein de l'Association des économistes maghrébins.
Il a été membre du conseil d'administration du Centre des recherches sociales et économiques de Dakar et a été accrédité, en qualité d'expert, auprès de plusieurs organisations onusiennes.
M. Abdeljalil Bédoui est marié et père de deux enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.