La Manouba : Tebourba ensevelie par les déchets ménagers !    Tunisie – Syrie : Un arbitre mexicain au sifflet    NBA : les Rockets inarrêtables, Denver, Miami et les Clippers battus    Sghaier: On m'a interdit de se rendre en Italie    Najla Bouden présente son programme de réforme non-pas aux Tunisiens, mais aux diplomates    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Jaouher Ben Mbarek: Le gouvernement actuel est illégitime    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 02 Décembre 2021 à 11H00    La Tunisie participe, à Oran, à la conférence sur la paix et la sécurité en Afrique    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    France : Kadhafi tient peut-être sa vengeance posthume contre Sarkozy    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    Programme TV du jeudi 02 décembre    Taboubi : Bouden n'a aucun pouvoir de décision    Sidi Bouzid: Les diplômés chômeurs réclament l'activation de la loi n°38 [Vidéo]    Novembre 2021 : Peugeot leader du marché automobile français en VP    Walid Bel Hadj Amor : Najla Bouden a manifesté une réceptivité encourageante    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    A l'occasion de son 60ème anniversaire: L'UBCI révèle sa nouvelle identité visuelle    Les saveurs d'Italie débarquent à Tunis: Partager la joie de vivre à travers la gastronomie    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Le nouveau variant Omicron inquiète l'OMS: Aucun cas enregistré en Tunisie    Le PDL en tête des intentions de vote, selon Emrhod Consulting    Kaïs Saïed – Ennahdha: L'ultime bras de fer ?    Entreprises publiques Nabil Abdellatif appelle l'Etat à se retirer des secteurs compétitifs    Moez Joudi: Même en cas de cession des entreprises publiques, il n'y aura pas d'acheteurs    Tunisie: 40 tonnes d'oxygène liquide octroyées par l'Arabie Saoudite    Coronavirus-USA : Vers l'annonce de nouvelles mesures    Tunisie - Kia Motors annonce le démarrage des "Kia Clinic Days Pre Winter"    JTC et JMC: Le ministère de la Santé organise des campagnes mobiles de vaccination contre le Covid-19    Maroc-Algérie : Des confidences terrifiantes sur la guerre qui se prépare à Alger    Par Abdelaziz Gatri : Rendez-nous notre capitale    Tunisair programme un vol de rapatriement depuis Casablanca    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    Aujourd'hui, ouverture de la 2e édition de « Vues sur les arts » à l'Agora : Enrichir le savoir cinématographique    La Fashion Week Tunisienne diffusée au Cinéma    Majdi Karbai appelle les médias à entendre les témoignages des jeunes récemment expulsés d'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'endettement, désormais, structurel
Financement de l'économie
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 02 - 2015

Les pertes enregistrées dans le secteur des phosphates, uniquement, durant la période 2011-2013, à cause des protestations sociales, s'élèvent à 3 milliards de dinars, ce qui dépasse de loin la valeur du dernier emprunt obligataire (2 milliards de dinars).
La polémique sur l'endettement du pays prend de l'ampleur avec l'accroissement de l'endettement extérieur (36,7 milliards de dinars en 2014, selon la BCT). Ce dernier s'est encore exacerbé après l'emprunt obligataire de 1 milliard de dollars contracté par le gouvernement tunisien sur le marché international, en janvier 2015.
Des experts ont mis en garde contre l'impact d'un tel endettement sur la souveraineté de la Tunisie, alors que des décideurs se sont félicités d'avoir réussi cette sortie sur le marché financier international, sans aucune garantie étrangère.
Pour l'universitaire Anis Wahabi, la dette cumulée de la Tunisie (extérieure et locale) a été portée «à plus de 49 milliards de dinars», à la suite de cet emprunt, assorti d'un taux d'intérêt annuel de 5,75% et d'une maturité de 10 ans.
«Cette dette représente 55% du PIB de la Tunisie. Chaque Tunisien est, désormais, redevable d'environ 4.500 dinars, en moyenne».
Il a précisé, à l'agence TAP, que «le fardeau de la dette tunisienne devient encore plus lourd si on comptabilise les dettes des entreprises publiques, estimées à près de 4 milliards de dinars».
Et d'ajouter que «l'endettement en Tunisie est devenu structurel, à cause de la persistance du déficit budgétaire (6% en 2015), d'où la nécessité de recourir aux crédits afin de combler ce déficit».
L'utilisation de la dette est problématique
«Pour l'année 2015, les fonds générés par l'endettement s'élèvent à 7 milliards de dinars, dont 5 milliards seront alloués au budget de développement, alors qu'environ 2 milliards de dinars serviront à financer, en partie, le budget de gestion et payer les nouvelles échéances d'endettement, ce qui va créer une spirale, dont nous ne pourrons plus sortir», a-t-il estimé. D'après Wahabi, l'endettement, en lui-même, n'est pas problématique, mais le problème réside dans l'utilisation de ces fonds pour financer des dépenses courantes, au détriment de l'investissement et de la création de richesses.
Dans le même contexte, il a révélé que la dette tunisienne devient encore plus lourde, d'autant plus qu'une proportion de 68% des emprunts est contractée en devises, auprès de l'étranger.
«Nous sommes doublement sanctionnés par un taux d'intérêt élevé et surtout par la dévaluation du dinar, puisque toute baisse de la valeur du dinar de 10 millimes, par rapport aux devises étrangères, affecte le budget de l'Etat, lors du remboursement de la dette, d'un surcoût à hauteur de 30 millions de dinars», a-t-il précisé.
Le taux d'endettement tunisien demeure dans les normes
Partageant ce point de vue, l'universitaire tunisien, Abderrazak Ben Maâtoug, a considéré que le problème réside dans l'orientation des dettes vers les dépenses de fonctionnement, notamment pour financer les charges salariales.
«Cependant, comparée à d'autres pays aux économies similaires, tels que le Maroc, la Jordanie et l'Egypte, dont les taux d'endettement sont estimés, respectivement, à 64%, 70% et 94%, la Tunisie demeure dans les normes en ce qui concerne le taux d'endettement», a-t-il ajouté, faisant preuve de beaucoup d'optimisme.
Les priorités de la coopération sud-sud sont les services, l'éducation et la santé, secteurs dans lesquels, les compétences tunisiennes sont, selon lui, reconnues à l'échelle régionale «en Afrique» et dans le monde.
Toutefois, l'endettement qui injecte des liquidités dans l'économie du pays, qui ne sont pas le fruit du travail, engendrera, systématiquement, l'aggravation de l'inflation, a-t-il souligné.
Par ailleurs, la dette génère aussi, d'après lui, un problème inter-générationnel, dans la mesure où le remboursement du principal et des intérêts est transféré aux générations futures.
Le coût de la dette tributaire de la notation du pays
Interrogé sur le coût de la dette, il a affirmé que celui-ci est tributaire de la notation du pays, ainsi que de la stabilité et de l'environnement économique, social et politique.
Pour lui, le taux d'intérêt de 5,75%, appliqué au dernier emprunt obligataire (1 milliard de dollars, correspondant à 2 milliards de dinars), «n'est pas exorbitant» eu égard à la notation «dégradée» du pays et sa sortie sur le marché international sans aucune garantie étrangère.
«Ce taux est moins onéreux que ceux appliqués pour les emprunts accordés à l'Espagne, l'Italie et la Grèce. Cette dernière s'endette, actuellement, à un taux avoisinant les 16%», a argumenté M. Ben Maâtoug.
Est-ce que la Tunisie est condamnée à l'endettement? A cette question, l'universitaire a répondu que ceci est tributaire de la volonté des décideurs d'engager des réformes sérieuses et audacieuses.
«Il est, aujourd'hui, urgent de lancer des réformes, notamment dans le domaine fiscal pour drainer plus de recettes au profit de l'Etat et assurer une certaine équité fiscale», a-t-il noté.
La Banque centrale de Tunisie avait réagi dans une note d'information, à la polémique suscitée par le dernier emprunt obligataire, en convenant que son taux d'intérêt (5,75%) est plus élevé que ceux consentis pour les émissions conclues en 2014, qui étaient assorties d'une garantie gouvernementale étrangère.
L'institut d'émission avait considéré que cet emprunt va permettre de constituer un book d'investisseurs étrangers influents et d'attirer les IDE, ainsi que de s'ouvrir sur les marchés de capitaux étrangers.
La Tunisie ne cesse de recourir à des emprunts étrangers, auprès des bailleurs de fonds internationaux, ainsi que des investisseurs et des gouvernements étrangers, alors qu'elle peine à relancer l'appareil de production, dans un climat social délétère (multiplication des grèves et des revendications sociales).
En effet, les pertes enregistrées dans le secteur des phosphates, uniquement, durant la période 2011-2013, à cause des protestations sociales, s'élèvent à 3 milliards de dinars, ce qui dépasse de loin la valeur du dernier emprunt obligataire (2 milliards de dinars).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.