Tunisie : L'ISIE n'hésitera pas à poursuivre ceux qui diffament ses agents et cadres    Récap' Explosion au domicile de Charfeddine, Kaïs Saïed se rend au chevet de son épouse    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Tunisie-Bizerte : Un incendie déclaré dans une ferme à Mateur a été maitrisé    Coupe de Tunisie : Tirage au sort complet de l'édition 2021-2022    Tunisie [VIDEO] : Les prix des fourrages et la situation des agriculteurs, au cœur d'une rencontre entre Saied et Bouden    Incendie au siège de la CNAM : Les archives et dossiers des assurés sociaux n'ont pas été endommagés    Play-offs Ligue 1 Pro : Sur quelles chaînes suivre les matches de la J05 ?    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Tunisie – La banlieue nord de Tunis privée d'eau pendant 36 heures    Chute record des titres tunisiens de dette extérieure à la Bourse de Francfort    Affaire Belgacem - Le juge interdit la diffusion de tout contenu pouvant porter atteinte à la dignité de la femme    Tunisie – Le pays du soleil vit dans la peur du noir !    Najet Brahmi Zouaoui, titulaire de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international    Tunisie – Embellie du marché de l'emploi    France : Le "CDD intérim" de Premier ministre n'intéresse personne, sauf elle…    Ghannouchi : J'ai commis une seule erreur...la voilà    Tunisie Télécom fait son cinéma à Gabès    Annulation de la hausse des prix des fourrages    Urgent : le ministère de l'Intérieur donne les causes de l'explosion dans la maison de Charfeddine    Tunisie : Bus coincé dans un tunnel : le conducteur limogé ?    Sidi Bouzid: Les habitants bloquent la route pour réclamer l'approvisionnement en eau potable    Explosion au domicile de Taoufik Charfeddine : les précisions du ministère de l'Intérieur    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    INS : légère baisse de 0.1% du taux de chômage    Musée du Bardo (2012-2022) : la décennie de tous les malheurs    Roland Garros : Prize money et programme TV de l'édition 2022    Le secteur français de l'hôtellerie-restauration cherche des saisonniers en Tunisie    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    La Tunisie menacée d'obscurité !    Ons Jabeur grimpe à la 6ème place mondiale, après 2 finales aux tournois de Rome & Madrid    Le 1er Marathon GAT Assurances à Oudhna en photos    Tunisie – météo : hausse de températures et sirocco au sud    Le HUAWEI nova 9 SE doté d'une caméra de 108 MP disponible en Tunisie dès le 17 mai    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    Sami Ben Slama: Il n'est pas accepté d'organiser un référendum dans ces conditions    Bassem Loukil s'apprête à lancer Exeed en Tunisie    Les indiscrétions d'Elyssa    Sfax: Festival de l'amandier par l'APPAD et la Maison Gourmandise du 20 au 22 mai 2022    Une lourde défaite face au CSS : Le CA à genoux !    EXPATRIES | Laïdouni remporte le doublé    Le CSS des grands jours : Une équipe de choc et de charme    Brahim Bouderbala : L'opposition n'a qu'à mobiliser les électeurs afin de voter contre la proposition de révision de la Constitution    Agression policière lors des Obsèques de Shirin Abou Akleh: Le visage hideux des sionistes    Corée du Nord-Covid : 42 décès en 3 jours et toujours zéro vacciné…    Mes odyssées en Méditerranée | Sicile-Tunisie, un jumelage méditerranéen: Entre hier et aujourd'hui...    USA : énième tuerie raciste, 10 morts à New York    «Poétiques arabes», recueil de textes de Taoufik Baccar : L'élégance de l'analyse et de l'écriture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hépatite A: la leçon de la pompe de Broad Street
Publié dans Leaders le 27 - 02 - 2015

Rendant compte de la visite de M. le chef du gouvernement à la localité d'El Ghaba Essouda (délégation de Regueb) où la petite Nada Missaoui a succombé à une hépatite A, le site de Leaders (17 février 2015) pose les bonnes questions:
« Comment a-t-elle été contaminée ?
Quelle conduite tenir pour éviter toute infection ?
Que comptent faire les autorités ? »
et de conclure fort à propos: « l'urgence est de passer à l'action ».
Par ce déplacement, notre nouveau gouvernement semble faire sienne - et c'est heureux - cette recette donnée par Heidegger : « Il faut avoir le courage d'affronter la réalité, toute la réalité, dans toutes ses facettes jusqu'à l'angoisse». De plus, samedi 21 février, M. Essid a demandé aux gouverneurs d'aller, eux aussi, sur le terrain.
Un rapide coup d'œil sur la Toile et les journaux d'avant-2011 montrent hélas que la prévalence de l'hépatite A est courante dans notre pays mais que le régime précédent s'efforçait de le cacher… car il y allait de la crédibilité du 26/26 (lire par exemple l'éditorial de La Presse de Tunisie du 23 octobre 2001 intitulé « Stratégie vitale »). Ainsi, Tunisnews, en date du 28 novembre 2010, évoquait 1 000 cas d'hépatite à Thala. Le site parlait d'une intervention de Roche à Foussana, d'analyses gratuites à Kasserine et annonçait qu'un médecin était poursuivi disciplinairement pour divulgation du secret médical car il avait fait cas de cette épidémie. De même Radio Kalima annonçait le 19 septembre 2010 que vingt enfants de la région de Sfiha (délégation de Bouficha) souffraient d'hépatite A et qu'on déplorait la mort de l'un d'entre eux. Ce média mettait en cause la qualité de l'eau fournie aux habitants et l'absence d'un réseau d'évacuation des eaux usées.
Comment Nada a-t-elle été contaminée?
Le traité de médecine interne Harrison écrit au sujet de l'agent de l'hépatite A (VHA) : « Cet agent est transmis presque exclusivement par voie orofécale (en italique dans le texte). Le manque d'hygiène individuelle et la surpopulation augmentent le risque de transmission du VHA. Les grandes épidémies comme les cas sporadiques ont pour point de départ les aliments contaminés, l'eau, le lait et les coquillages. Des transmissions intrafamiliales et dans les institutions sont aussi fréquentes » (Edition de 1994, p. 1467).
De son côté, le site de l'OMS (visité le 21 février 2015) confirme : « Le virus se propage essentiellement lorsqu'une personne non infectée (ou non vaccinée) ingère de l'eau ou des aliments contaminés par les matières fécales d'un sujet infecté. La maladie est étroitement associée au manque d'eau potable, à l'insuffisance de l'assainissement et à une mauvaise hygiène personnelle ». Comme pour la typhoïde, le choléra… on est en présence d'une maladie hydrique, transmise par l'eau.
L'eau contaminée par les matières fécales, voilà l'ennemi ! En 1854, le Dr John Snow observe à Londres, dans le quartier de Soho, la pire épidémie de choléra qu'ait jamais subie le pays. Interrogeant les malades, il arrive à la conclusion que l'eau de la pompe de Broad Street (aujourd'hui Broadwick Street) est infectée. Il retire le bras de la pompe. Les gens ne peuvent plus accéder à l'eau de ce puits et l'épidémie s'arrête à Soho. Aujourd'hui, deux milliards et demi de personnes n'ont pas de toilettes. « Sans toilettes, toute maladie qu'elles contractent risque de devenir la vôtre », écrit Rose George (The New York Times, 28 décembre 2008).
Comment éviter l'infection?
Les choses sont donc claires : il faut que l'eau potable de bonne qualité et en quantité suffisante arrive dans nos villages les plus reculés et notamment dans les écoles rurales pour éradiquer l'hépatite A. Mais, dans le même temps, il faut prévoir un assainissement correct, faute de quoi la nappe phréatique, les puits et les majèns risquent d'être contaminés. Nos concitoyens qui réclament à juste titre des adductions d'eau potable doivent, en même temps, réclamer un assainissement correct. Paris et Londres n'ont passé le cap du million d'habitants que quand elles furent dotées d'un réseau d'égouts. Les eaux usées non traitées, répandues de manière erratique dans la nature, constituent de plus un milieu idéal pour le pullulement d'insectes vecteurs de microbes et de virus (mouches, moustiques…) qui vont amener à utiliser des insecticides, produits généralement toxiques et dangereux.
Il y a aussi une éducation à inculquer. L'école est ici le maître d'œuvre. Elle doit donner l'exemple en mettant à la disposition des élèves de l'eau et du savon. On en est hélas loin dans bien des établissements!
Il faut aussi abandonner la détestable habitude de manger à plusieurs dans le même plat ou de boire dans le même verre comme cela a été rapporté par les médias pour certaines écoles. C'est une règle d'hygiène de base : chacun doit disposer d'un couvert individuel.
Vacciner, c'est bien mais rien ne saurait remplacer, sur le long terme, l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène. L'ancien directeur général de l'OMS Halfdan Mahler disait : « Le nombre de robinets par milliers de personnes deviendra un meilleur indicateur de santé que le nombre de lits d'hôpitaux ».
Un coût exorbitant
L'hépatite A - comme toute maladie - a un coût économique et social. Il faut parfois plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour que les malades convalescents puissent retourner au travail ou à l'école, constate l'OMS. L'adduction d'eau et les réseaux d'évacuation des eaux usées nécessitent, bien entendu, des moyens importants. Le grand hebdomadaire anglais The Economist affirme qu'un dollar investi dans l'eau en rapporte huit.
De plus, un groupe de chercheurs dirigé par Christopher Eppig trouve que « le contrôle des maladies infectieuses est crucial pour le développement d'un pays…Les habitants des endroits qui hébergent un grand nombre de parasites et de pathogènes souffrent non seulement des effets débilitants de la maladie sur leur force de travail mais constatent aussi l'érosion de leur capital humain, enfant après enfant, depuis la naissance ». Ces chercheurs affirment que la disparition des maladies infectieuses améliore fortement l'intelligence des habitants en vertu de l'effet Flynn. La vaccination, l'eau potable et l'évacuation correcte des eaux usées expliqueraient cet effet. (The Economist, 3 juillet 2010, p. 70- 71).
Pour toutes ces raisons, il faut investir dans l'eau potable et l'assainissement…si l'on veut que ces sorties sur le terrain de M. Essid et des membres de son équipe aient des retombées positives pour nos concitoyens donc pour leur santé ainsi que pour le pays et son économie.
La mort de la petite Nada Moussaoui doit servir de leçon car « l'urgence est de passer à l'action »…et vite!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.