Kaïs Saïed, Ahmed Chafter, Ezzeddine Chelbi… Les 5 infos de la journée    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Fenêtre FIFA : Tous les résultats des matches amicaux    Un nouveau coronavirus découvert chez les chauves-souris russes commence à inquiéter les scientifiques    Match amical à Paris (France) | Tunisie-Brésil 1-5 : Une soirée cauchemardesque    Tunisie – Fin de mission de Lorenzo Fanara ambassadeur d'Italie à Tunis    Mondial 2022 : La vente de billets dans sa dernière phase    Basket / Coupe arabe des clubs (F) : L'ES Cap-Bon battu en demi-finale    Les supporters tunisiens mettent l'ambiance au Parc des Princes pour le match Tunisie - Brésil    Ukraine : La dernière pièce qui manquait pour justifier l'horreur nucléaire    4 ans de prison pour un conseiller à l'ambassade de Tunisie à Londres    Siliana: 430 tonnes de sucre subventionné injectés sur le marché    Kairouan: Des protestataires scandent "Dégage" au gouverneur Mohamed Bourguiba [Vidéo]    Vidéo fuitée des 600 mille dinars : le syndicat envisage des poursuites judiciaires    Tunisie-coronavirus : Nouveau bilan    8 entreprises sur 10 trouvent que le niveau d'information sur les services administratifs digitaux est insuffisant, selon une enquête du CJD    La Fondation Orange Tunisie lance son nouvel appel à projets Villages pour l'année 2022    Un vaisseau de la Nasa a percuté un astéroïde pour le dévier    Auto-Stellantis propose aux travailleurs français une prime de 1 400 euros    Oui, le rôle des médias est aussi d'éduquer !    Le front de Salut national met en garde contre une "explosion sociale"    Tunisie: Journée des startups vertes, le 29 septembre 2022    Tunisie: 11 morts et 332 blessés    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    Les recettes du tourisme font un bond de 86%    Nouri Lajmi : la couverture des législatives sera problématique à cause du mode de scrutin    Tunisie : Seulement 22 % des entreprises sont très satisfaites des services administratifs digitalisés    Antonio Guterres : Les nations Unies seront toujours aux côtés de la Tunisie    Boudriga répond à Saïed : la faillite des entreprises publiques derrière les pénuries    Ligue des Nations: les matches de ce mardi    Hand | Championnat arabe des clubs champions messieurs – Finale : EST-EZZamalek (Cet après-midi à 17h30) : Pronostics interdits !    Billet | Le rêve de toute une vie    BCT : Plus de deux millions de chèques rejetés    Météo en Tunisie : Pluies orageuses    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Tunisie-Bourse : Le marché entame la semaine dans le vert    Décès de Qaradawi, Kaïs Saïed, syndicat sécuritaire… Les 5 infos de la journée    Une délégation de la BERD en Tunisie    L'extrême droite victorieuse en Italie - En Tunisie, les enjeux semblent échapper au pouvoir    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Nouveau souffle à la Maison du roman : Des rêves, des projets et un bel envol !    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    Film Gadeha , Une seconde vie d'Anis Lassoued : Un film immersion dans la pré-adolescence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'agitation mentale cache une sérieuse pathologie
Santé
Publié dans Le Temps le 02 - 02 - 2008

La vie moderne nous impose une course effrénée. Elle nous épuise et hypothèque notre santé.
A vouloir être toujours plus performant, on finit par être déprimé et agité. Témoin d'un mal de vivre. Cette agitation est un trouble de comportement, qui est la plupart du temps d'origine médicale, nécessitant une urgence médicale.
Sa prise en charge a un objectif double, faire un diagnostic afin d'éliminer une pathologie nécessitant des soins rapides et également, maîtriser le plus rapidement possible la situation, afin de protéger le patient et l'entourage.
Elle exige un traitement immédiat en cas de violence avérée ou probable c'est-à-dire un repérage dès l'arrivée de ces patients agités qui sont souvent jeunes, agressifs et potentiellement dangereux, dont on connaît peu les antécédents et le traitement lors de leur arrivée. Les étiologies de l'agitation sont souvent psychiatriques et en rapport avec une intoxication alcoolique et/ou médicamenteuse.
Néanmoins, dans un cas sur dix, l'agitation est le symptôme d'une pathologie organique. Cette pathologie a fait l'objet d'une réunion débat entrant dans le cadre des enseignements post-universitaire en santé mentale de Nabeul et animée par Dr. Rim Rafrafi, assistante hospitalo-universitaires en psychiatrie à l'hôpital Razi qui nous explique dans cet entretien les étiologies de cette agitation et sa prise en charge :
« C'est avant tout un symptôme. Un état où il y a une effervescence motrice et une tension psychique. Un comportement réactionnel venant se greffer sur un tableau clinique. Il peut-être lié à un état d'ébriété, une intoxication, une maladie psychiatrique, une alcoolisation massive. Le patient agité est généralement agressif. Il menace verbalement, il tente parfois de fuir. Tout entretien est parfois impossible. Il doit être pris en charge immédiatement. Il faut le calmer, l'observer et s'entretenir avec lui. Cela nécessite un diagnostic, c'est-à-dire une évaluation de la dangerosité de l'acte violent ou de la situation du patient à traiter.
Il se peut que le patient est agité parce qu'il a trop bu ou il est en manque de drogue. Il se peut qu'il a une maladie somatique : une hypoglycémie, une hépatome ou un problème cardiaque par exemple. On le calme déjà par l'approche relationnelle, par une attitude calme et rassurante, par la proposition d'un médicament sédatif et en fonction de l'étiologie on traite le patient d'une façon adéquate.
Les agitations psychiatriques sont rares. La plupart sont réactionnelles. Si le patient présente une affection psychiatrique connue et que son examen clinique est normal, il n'est pas nécessaire de faire d'autres examens paraclinique, la prise en charge peut être psychiatrique. Si par contre, le patient n'a pas d'antécédent de pathologie psychiatrique et qu'il s'agit d'une agitation inaugurale, ou si l'examen clinique est anormal quels que soient les antécédents, des examens complémentaires seront nécessaires et devront être orientés par la clinique. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.