Le CSS dément le décès de Moncef Khemakhem    Tunisie : Nominations au sein du cabinet du ministre des Finances Ali Kooli    Youssef Chahed: « La Tunisie dispose de tous les moyens pour évincer le Coronavirus »    Tunisie : Moncef Khemakhem se porte bien    France-Coronavirus : Vers la fin de la troisième vague    L'UGTT dément sa participation aux négociations avec le FMI    BNA : PNB en hausse de 15,1% au 1er trimestre    Les Etats-Unis disposés à appuyer la Tunisie dans ses prochaines négociations avec le FMI et la BM    Industrie de l'armement : «Nous ambitionnons d'acquérir de l'expertise dans l'industrie maritime», déclare brahim Bartagi    En chiffres - Avancement de la campagne de vaccination    Ligue 2 : L'ES Hammam-Sousse retrouve l'élite    Monde: Daily brief du 22 avril 2021    Aucune demande de levée de l'immunité au député Rached Khiari n'a été déposée    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture jeudi dans le vert    Tunisie: Rached Khiari appelle des médias étrangers à la rescousse [vidéo]    Tunisie: Rached Khiari dévoile de quoi il a été accusé    Vaccin Coronavirus: Plus de 265 mille personnes vaccinées en 40 jours    l'Union tunisienne des propriétaires d'établissements privés d'enseignement et de formation déplore la généralisation de la suspension des cours du 17 au 30 avril 2021    L'UTIPEF mobilise 284 millions de dinars pour l'entretien de nombre d'établissements scolaires publics    Earth Day 2021 Doodle: Découvrez le Google Doodle spécial Journée de la Terre    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Avril 2021 à 11H00    Un vieux problème qui touche le sport le plus populaire : Jeûne et football, l'éternel dilemme !    Mohamed Fadhel Kraïem : La Tunisie est un pays en pénurie d'eau    DECES : Professeur Moncef Gargouri    Pas d'inquiétude pour les Tunisiens au Tchad    Perturbations sur la plateforme Evax : l'ANSI met en garde contre les fake news    L'ANSI met en garde contre les fake news concernant la plateforme Evax    Projet Tarabot/Documentary Challenge : Appel à candidature "Soutna – Génération solidaire"    Tunisie-Ministère des Finances: Rééchelonnement des dettes des entreprises touchées par le Coronavirus    News | Moncef Khemakhem pris d'un malaise    «El Foundou» de Saoussen Jomni : Récit d'un désigné coupable    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie-météo: Météo: Températures en baisse et pluies éparses attendues    BM : les prix des produits de base devraient se stabiliser à la faveur de la reprise économique mondiale    Les répercussions de la crise du Covid-19 se poursuivent chez Tunisair : les chiffres du premier trimestre 2021    Tunisie- Affaire Rached Khiari: L'Ambassade Américaine sort de son silence!    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Foot-Europe: le programme du jour    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'anonymat des patients désormais garanti ; leur dignité aussi
Santé - Loi sur les maladies transmissibles
Publié dans Le Temps le 06 - 03 - 2007

ar rapport à l'ancien texte, cette loi permettra, d'une part d'inciter les patients à consulter tout en s'assurant de la protection de leur anonymat et d'autre part, de consolider les efforts déployés en matière de lutte contre les maladies transmissibles, ainsi que de renforcer le système de surveillance épidémiologique en Tunisie, à travers notamment la garantie de consultations anonymes aux personnes affectées.
Par ailleurs, la nouveauté de cette réglementation, c'est qu'elle a établi plusieurs garanties en faveur des malades concernés, dont notamment la prise en charge obligatoire par décision de justice.
D'après l'ancienne loi, en cas de découverte de maladie transmissible chez un patient, le médecin soignant doit obligatoirement la déclarer auprès des autorités de santé publique et par la même, l'identité du patient. A noter que le ministère de la Santé publique a mis à la disposition des médecins une liste de maladies transmissibles ou un carnet de notification des maladies transmissibles à déclaration obligatoire,
Ainsi, les autorités en charge de l'action sanitaire peuvent remonter à la source, voire même le foyer du patient pour évaluer le risque d'épidémie. Une fiche d'information est, à chaque fois, dressée avec des informations concernant l'identité du patient, son adresse et le type de la maladie.
Par contre, le nouvel amendement a intégré la notion de déclaration anonyme, applicable aux professionnels des secteurs public et privé et a révisé les droits et devoirs des patients et des professionnels en vue de les adapter aux nouvelles dispositions.
Partant de ce principe, le carnet de notification des maladies transmissibles à déclaration obligatoire demeure une obligation pour le médecin traitant, mais sera désormais adressé, sous pli confidentiel et en deux copies, pour la Direction régionale de la santé et aux services de la santé publique.
Toutefois, en cas de refus du patient de suivre les traitements nécessaires, toutes ces données seront conférées aux autorités concernées pour soumettre le malade aux soins.

Consacrer le principe ''la santé pour tous''
Sur un autre plan, et partant de l'approche cohérente visant à consacrer le principe ''la santé pour tous'', la nouvelle loi a été fortifiée par la mise en place d'un programme national pour la prévention et le suivi de la situation épidémiologique et sanitaire en Tunisie, l'objectif étant d'inciter les catégories à risques à consulter et de permettre, ainsi, d'identifier de nouveaux cas et de les prendre en charge de manière précoce.

A cet effet, plusieurs centres biologiques spécialisés dans le suivi du SIDA ont été créés, lesquels seront généralisés progressivement à toutes les régions du pays.
Selon un communiqué officiel, la Tunisie compte 1400 séropositifs et environ 400 personnes seraient décédées depuis l'apparition du sida en 1985, une situation jugée stable par l'ONUSIDA par rapport à d'autres pays.
Aujourd'hui, seules 800 personnes entre malades et séropositifs sont encore vivantes. Nombre d'entre elles ont été atteintes suite à une transfusion sanguine (sang contaminé). Mais la transmission par voie sexuelle est également fréquente. La transmission mère-enfant explique, quant à elle, pourquoi 3% des malades sont des enfants. Les autorités concernées indiquent que « malgré la propagation dans le monde de certaines maladies transmissibles, la Tunisie a réussi à maintenir une stabilité relative du nombre de cas ».
Cependant, en Tunisie, on enregistre, tous les ans, quelque 70 nouveaux cas. Parmi ces malades, 60% sont des hommes, et 33% des femmes, selon les chiffres de l'Association Tunisienne de Lutte contre les Maladies Sexuellement Transmissibles et le SIDA (ATLSIDA).

La situation serait « plus stable », selon l'ONUSIDA, grâce notamment au renforcement des campagnes de sensibilisation auprès des jeunes et du contrôle systématique des produits sanguins.
En Tunisie, ce sont plutôt les actions préventives et la discrimination à l'égard des personnes atteintes du SIDA ou porteuses du virus VIH, qui sont souvent critiquées. D'une part, on estime que les actions préventives restent insuffisantes et doivent être beaucoup plus fréquentes et ciblées.
D'autre part, ces malades sont souvent exclues du circuit social. Selon l'ATLSIDA, ces personnes sont très souvent licenciées par leurs employeurs dès qu'ils apprennent leur sérologie. Des enfants atteints du SIDA sont eux aussi descolarisés. Un effort donc pour leur réintégration, qu'elle soit sociale ou professionnelle, reste à faire.
Sur le plan de traitement médical, les patients tunisiens restent avantagés par rapport à des malades d'autres pays. En effet, la trithérapie, le traitement le plus efficace à l'heure actuelle, est généralisée et gratuite depuis 2001. D'ailleurs, ces personnes sont traitées au service des maladies infectieuses à l'hôpital Rabta de Tunis, au CHU de Sousse et celui de Sfax.
Pour la période à venir, parmi les priorités fixées à ce niveau, figurent la lutte contre les maladies graves et chroniques, la prise en charge des populations vulnérables et à besoins spécifiques et la garantie de la sécurité des médicaments, des sérums et vaccins et du sang et dérivés.
A rappeler qu'en 25 ans, le SIDA a fait plus de 25 millions de morts et 40 millions de personnes sont séropositives ou malades. Pour la seule année 2006, environ 4,3 millions de personnes ont été contaminées de par le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.