CONDOLEANCES : Lamia ZOUAOUI    CONDOLEANCES : Chedly LAHMAR    Monastir: Un surveillant général arrêté pour avoir harcelé des parents d'élèves    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    Appel à candidatures pour la Bourse d'aide à la mobilité AMI : date limite le 31 mai 2022    Slim Riahi : je ne suis ni un corrompu, ni un criminel pour subir cet acharnement !    Ukraine : La boulette signée Bush, il condamne sa guerre en Irak…    Le Kenya est exclu des éliminatoires de la CAN 2023 !!    Play-offs Ligue 1 Pro : Programme TV de la 6e journée    La chargée d'affaires à l'Ambassade des Etats-Unis: Le pèlerinage d'Al Ghriba est le symbole de tolérance et de paix [Vidéo]    Une délégation de l'Otan en Tunisie et … en catimini    Parution de l'ouvrage "Les dérives contraires en Tunisie" de Hatem M'rad    USBG : Dans la peau d'un trouble-fête...    EST :Continuer à faire le plein    Ligue 1 | Play-out – 3e journée : L'OB retrouve son rang de leader    Le Brief sportif national, continental et international du jeudi 19 mai    High Tech & Innovation    Tunisie – météo : Temps clair à peu nuageux    Photo du Jour : ils présentent des excuses pour le "dérangement"… On avance!    Walid Ben Salah, président de l'Ordre des experts-comptables de Tunisie à La Presse : «La Tunisie travaille sur l'amélioration de sa notation par le Gafi»    L'investissement étranger n'a pas retrouvé son niveau d'avant la pandémie    Le journaliste Mahmoud Ben Jemâa n'est plus    Ce soir, à la Salle Tahar-Cheriaa à la Cité de la Culture Chedli-Kélibi : Courez (re)voir «Le pas suspendu de la cigogne» d'Angelopoulos !    Tolérance et ouverture...Ce qu'a dit l'ambassadeur de France à propos de la Tunisie    Zied Mallouli : à Sfax, nous avons des sangliers en plus des ordures    Foot-Europe: le programme du jour    Artes propose la distribution d'un dividende de 0,8 dinar par action    EXCLUSIF: Najla Bouden participe au Forum de Davos    Comité de défense de Slim Riahi: Conférence de presse [Vidéo en direct]    Des Israéliens à la Ghriba    Prévenir la pénurie alimentaire    Abdelmajid Zar : la tentative de m'écarter de l'Utap est une trahison    Ghazi Maherzi: Le représentant du géant ukrainien de produits métallurgiques    Près de 135 mille candidats passeront les épreuves du baccalauréat    Match amical: USA-Maroc le 1er juin à Cincinnati    Le président de l'Instance générale des prisons et de la rééducation démis de ses fonctions    Par A.Ben Gamra : Notre banque centrale (BCT) cause elle-même l'inflation de notre économie    Libye : Bach Agha annonce Syrte comme siège de son gouvernement    Motus après le missile de l'USAID, Tunis attend qu'on coupe le robinet du FMI    Le Festival de l'Amandier débute ce vendredi à Sfax    Tahar Bekri: Aboulkacem Chebbi et la revue Forge    Ben Slama : le projet de calendrier du référendum a été élaboré par des parties étrangères à l'Isie !    Master International Film Festival : Un nouveau festival cinématographique tunisien en juin à Hammamet    Du Cap-Vert, au Cap Bon, Elisabeth Moreno part à la conquête des électeurs français de Tunisie    L'artiste Mondher Jebabli n'est plus    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UGTT prend les choses en main
Publié dans Le Temps le 19 - 05 - 2015

C'est jeudi dernier qu'a commencé la grève des conducteurs des trains de la Compagnie des chemins de fer, d'abord sur la ligne de la banlieue sud, puis sur les grandes lignes de la République. Ce fut la surprise pour les usagers qui s'étaient trouvés subitement bloqués au beau milieu de la journée et sans aucun préavis. Des élèves qui étaient en plein examen, ou des travailleurs qui devaient se rendre à leur travail, étaient brusquement pris de court.
Jeudi soir c'était la panique pour les voyageurs qui devaient rentrer chez eux, et qui s'étaient trouvés dans l'obligation, de recourir aux transports privés avec tous les inconvénients que cela représente, et les multiples enfreintes à la loi de ceux qui sont à l'affut pour réaliser des gains illicites sur le dos du citoyen.
Vendredi, la situation s'était envenimée davantage, et à la gare centrale, place Barcelone, les usagers de la banlieue sud et des grandes lignes s'étaient amassés à la gare, dans l'espoir d'une reprise, surtout après avoir appris qu'un arrêté de réquisition a été publié le même jour, par le ministère du Transport, intimant l'ordre à tous les agents de la SNCF de rejoindre leurs postes de travail. La non-application de la décision de réquisition est en vertu du code du travail, passible de sanctions.
La réquisition est en effet prévue par l'article 390 du code du travail et elle peut être décidée par le ministère du Transport en réponse à une grève anarchique et contraire à la loi.
Les agents qui refusent de travailler, nonobstant une décision de réquisition, encourent un mois de prison et une amende de 10 à 500 dinars selon ledit article.
En outre les agents concernés peuvent être réquisitionnés manu militari. C'est ce qui expliquait d'ailleurs la présence des forces de l'ordre à la gare centrale de Tunis.
Mais, une majorité d'employés étaient résolus à poursuivre la grève malgré la décision de réquisition.
Les usagers avaient en désespoir de cause déserté la gare, pour chercher d'autres moyens de transport. Ce n'était pas la joie dans les bus, où le nombre des usagers avait subitement doublé voir triplé. Ce qui n'arrangeait personne et augmentait les risques de vol et d'accidents. Car les bus surchargés constituent toujours une menace pour les usagers et pour la circulation d'une manière générale.
Mohamed Saïdi, Secrétaire général de la Fédération des chemins de fer a déclaré que l'organisation ouvrière est contre la grève sauvage et illégale. Pour sa part, Noureddine Taboubi secrétaire général adjoint de l'UGTT, a précisé que la centrale syndicale a pris des mesures disciplinaires contre les agents qui persistent dans leur attitude en poursuivant une grève illégale.
Le procureur de la République près le tribunal de première instance, a ordonné d'ailleurs l'ouverture d'une enquête judicaire sur la grève sauvage et sans préavis, observée par les agents qui persistent malgré une décision de réquisition prise par le gouvernement.
Les deux jours qui ont suivi, soit les samedi et dimanche derniers, la gare a été pratiquement désertée par les usagers devant une paralysie annoncée du trafic ferroviaire dans son ensemble.
Ce n'est qu'hier dans la matinée que le trafic a commencé à reprendre petit à petit, après la décision de reprise du travail, suite à la réunion d'une commission administrative des syndicats du chemin de fer.
Une source informée à l'UGTT a déclaré au Temps, que la centrale syndicale a pris les choses en main, pour mettre fin à la crise, dans l'intérêt des usagers, sans pour autant négliger les droits des employés de la SNCFT.
Certes la grève est un droit reconnu par la Constitution, mais qui doit s'exercer selon les conditions légalement requises.
C'est la raison pour laquelle, la centrale syndicale, tout en condamnant la grève sauvage des employés , elle a adopté leur revendications concernant la prime calculée en fonction du salaire de base, ainsi que l'actualisation des primes, et ce en application des accords signés le 30 avril dernier entre le gouvernement et l'UGTT.
Sur cette base une réunion de travail s'est tenue hier entre le syndicat de base et la direction générale de la SNCFT.
D'ores et déjà un préavis de grève pour le 1er juin prochain a été adressé hier à qui de droit, et qui sera observée, dans le cas où les concertations n'aboutissent pas. Ce que personne ne souhaite en pareille conjoncture et dans l'intérêt d'une paix sociale durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.