Les USA affirment n'avoir fourni aucun financement pour soutenir la campagne de Saied lors de la présidentielle de 2019    Hichem Ajbouni dénonce la nomination de Lazhar Loungou    UBCI : Un PNB de 63,460 MDT au 1er Trimestre 2021    Coupe de la CAF-Phase de groupes-5ème journée: Le CSS se qualifie aux quarts de finale, l'ESS éliminée !    Bilan Covid-19 : 2603 nouveaux cas et 75 décès en Tunisie    « Mahdia, chroniques d'une ville heureuse », le récit enchanteur de Alya Hamza    Syrie : Bashar Al-Assad présente sa demande de candidature aux élections présidentielles    Accord trouvé dans le dossier Shems Fm    Monde: Daily brief du 21 avril 2021    Tunisie [Vidéo + Photos]: Ambiance de Ramadan, les fromages, une particularité de Béja    Tunisie-Le ministre des affaires sociales fustige la non contribution des grandes surfaces aux efforts nationaux    BCT : Augmentation des billets et monnaies en circulation    BCT : Hausse du solde du compte central du gouvernement fin 2020    BCT : les réserves en devises sont constituées, principalement, de crédits extérieurs...    PSG vs Angers: Où regarder le match des quarts de finale de la Coupe de France du 21 avril?    CNRPS : Une application pour payer les cotisations en ligne    Manque de solidarité : Trabelsi fustige les grandes surfaces    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 21 Avril 2021 à 11H00    Arrestation à Mahdia de trois personnes impliquées dans des affaires terroristes    Tunisie – météo : Brouillard local le matin et hausse des températures    Le Synagri fustige la hausse des prix des carburants    MEMOIRE : Khalifa BOULAARES EL HERZI    L'ambassadeur Moez Mahmoudi renforce le cabinet du ministre de l'Economie, Ali Kooli    Billet | Relais de croissance    BCT : Les avoirs en or de la Tunisie s'élèvent à 675 MD, à fin décembre 2020    Foot-Europe: le programme du jour    CONDOLEANCES    Coupe de la CAF | Salitas-CSS (17h00 à Ouagadougou) : Mettre les bouchées doubles    Foot – Les clubs anglais disent "stop" à la Super League !    Expatriés : Aïssa Laïdouni champion de Hongrie    Mechichi irait-il à Washington, avec Majoul et Taboubi ?    Le virus en terrain favorable !    News | Retour en octobre pour Dahmen    Tunisie: Accident mortel à Bouhajla    Abir Moussi [EN DIRECT]: "Je dénonce l'acharnement judiciaire orchestré par Ennahdha à mon encontre"    Un blessé dans l'explosion d'une mine à Châambi    Un citoyen perd une jambe dans l'explosion d'une mine au Mont Chaâmbi    Dernière minute- Kasserine : Etat de santé du citoyen blessé dans l'explosion d'une mine    Israël : 73 ans d'existence mais que de nuages sur la fête !    Décès du président du Tchad Idriss Déby    Exposition collective «L'espace du dedans, livres d'artistes» à la galerie A. Gorgi : Un médium d'art total    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Les indiscrétions d'Elyssa    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Par Amine Ben Gamra : Pour éradiquer le Covid-19, le FMI propose à la Tunisie de s'endetter encore plus
Publié dans Tunisie Numérique le 13 - 04 - 2020

Dans un communiqué rendu public le vendredi 10 avril, le Fonds Monétaire International (FMI) a annoncé avoir approuvé le décaissement d'un prêt de 745 millions de dollars en faveur de la Tunisie pour faire face à la pandémie de COVID-19. Ces ressources permettront de répondre aux besoins urgents de financement du budget et de la balance des paiements, causés par la pandémie.
Le FMI propose ainsi à la Tunisie de s'endetter encore plus.
L'objectif des institutions de Bretton Woods sont d'alourdir la dette des pays qu'ils prétendent aider. C'est la même formule qui a été utilisée par ces institutions internationales pour aider (supposée aide) des trois pays africains (la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone) frappés par l'épidémie Ebola en 2014. Aujourd'hui, ces pays sont confrontés au coronavirus. Il leur manque toujours des budgets vitaux pour affronter les épidémies car ils sont sommés par leurs créanciers de réduire leur déficit budgétaire pour payer une dette insoutenable qui résulte en partie de l'intervention du FMI et de la Banque mondiale.
Bien plus qu'une affaire de chiffres, la dette tue. En Afrique, entre 2000 et 2017, les dettes envers les créanciers étrangers a même doublé (d'après les données de la Banque mondiale disponibles dans les rapports Global development finance et l'International debt statistics en ligne de la Banque mondiale) avec comme conséquence une augmentation de la part des recettes publiques dédiée à son paiement et une réduction significative des dépenses publiques dans le secteur de la santé. En 2018, ces pays consacraient, en moyenne, 7,8% de leur produit intérieur brut (PIB) au remboursement de la dette contre 1,8% pour la santé, soit près de quatre fois plus. (Daniel Munevar. EURODAD, COVID-19 and debt in the global south : Protecting the most vulnerable in times of crisis I, mars 2020).
Lorsque l'épidémie reculera et que les restrictions aux déplacements seront levées, nos établissements de crédits vont se rendre compte qu'ils ont pris trop de risques et qu'ils craignent des défauts de paiement, ils s'arrêteront de prêter de l'argent aux entreprises et aux ménages, bloquant ainsi le crédit indispensable à l'économie. Ce resserrement du crédit est appelé « crédit crunch ». Ainsi, cette crise se propagera à l'ensemble des marchés et entraînera un risque systémique majeur.
Face à cette situation, comment peut-on trouver des ressources pour relancer notre économie et payer une dette insoutenable qui résulte en partie de l'intervention du FMI et de la Banque mondiale ?
Poser la question c'est déjà y répondre. Pour éradiquer le Covid-19, le FMI propose à notre cher pays de tuer son économie.
La Tunisie doit activer sa diplomatie économique avec les 20 plus grandes économies mondiales et les organisations internationales afin de réduire au maximum les effets financiers dévastateurs des dettes antérieures. L'abandon d'une grande partie de la dette antérieure devrait compter parmi les mesures urgentes à prendre face à la pandémie au lieu de proposer à la Tunisie de s'endetter encore plus.
Amine BEN GAMRA. Expert Comptable. Commissaire Aux Comptes. Membre de l'Ordre des Experts Comptable de Tunisie.

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.