Foot Européen : Man United grâce à Rashford, l'Inter de Dzeko renverse Venise    Sur quelles chaînes regarder les matches européens de dimanche ?    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Entretien téléphonique entre Kaïs Saïed et Emmanuel Macron    Le CSM refuse de communiquer son avis sur le projet de réconciliation pénale de Kaïs Saïed    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    Mahdia : il assassine son papa avec une batte de baseball    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Meurtre d'un policier à Bizerte: Les peines vont de quatre ans d'emprisonnement à la peine capitale    Bilan Covid-19: 9.892 nouveaux cas et dix décès    Tunisair : Les revenus du transport augmentent de 24,7%, en 2021    Rapport sur les entreprises publiques : Les factures non réglées pénalisent la Steg    REMERCIEMENTS ET FARK : Nejiba AMMAR    CONDOLEANCES    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Tunisie – Nigeria : Un arbitre sénégalais au sifflet    CAN 2021 | Une défaite amère : Pas de quoi être fiers    CAN 2021 | L'équipe de Tunisie passe aux huitièmes : Qualification «miséreuse» !    Billet | Ils font peine à voir !    Le CSM ne plie pas : Un problème de plus pour Kais Saied    Pourquoi? | Du respect des citoyens    Fermeture des établissements scolaires : Une polémique stérile    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Projet Fourousyet : La belle épopée du cheval et de l'homme    «Streams» de Mehdy Hmili : La vie côté démons !    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    CAN 2022 : Le premier tour en chiffres    Tunisie-Coronavirus [VIDEO] : Zakaria Bouguira met en garde contre la virulence d'un nouveau variant mutant d'Omicron    Banques islamiques : Résultat net en hausse de 265% en 2020    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Baisse de la notation souveraine de la Tunisie, quelles répercussions ?
Publié dans Tunisie Numérique le 24 - 02 - 2021

Entre 2010-2020, la Tunisie a reculé de 8 crans dans sa notation souveraine. Au fait, le pays était noté « Baa2 » par l'agence de notation Moody's, « BBB » par Standard & Poor's et Fitch Rating. La notation en vigueur est pratiquement similaire à celle qui était retenue en 1994, date de l'entrée de du pays au marché financier international et l'obtention de son grade Investissement.
Les niveaux actuels de notation ont fait perdre à la Tunisie un peu plus d'un quart de siècle de réforme économique et surtout de travail acharné sur le maintien des équilibres du secteur extérieur.
Cette débâcle cuisante et ses répercussions sur les investisseurs étrangers, les bailleurs de fonds et son échos auprès des principaux acteurs des marchés financiers internationaux a eu de lourds dommages collatéraux en termes de coûts d'endettement supplémentaires et de pertes d'opportunités d'investissement réelles et durables.
Les notations souveraines obtenues par la Tunisie auprès des principales agences de notation internationales en 2019 et 2020, par rapport à l'année de référence 2010 sont les suivantes :
♦ L'agence de notation financière Fitch Ratings a retenu la notation souveraine B+, depuis le 27 juin 2019 et a révisé le 23 novembre 2020 les perspectives de « stables » à « négatives », tout en abaissant la notation à « B » ;
♦ L'agence de notation Rating & Investment n'a pas présenté une notation en 2020, la dernière notation date du 4 septembre 2019, elle était à « BB » avec perspectives « négatives » ;
♦ L'agence de notation Standard & Poor's a suspendu la notation de la Tunisie à la suite de la demande du gouvernement tunisien, mais depuis le 17 avril 2020, l'agence a placé la notation du pays au niveau « B2 » sous revue à la baisse avec changement des perspectives en « négatives ».
Cependant, L'agence de notation Moody's a annoncé aujourd'hui mardi 23 février 2020 avoir dégradé la note souveraine de la Tunisie à B3, assortie de la perspective négative. Elle a expliqué sa notation par la situation politique et économique de la Tunisie. L'agence devrait publier un communiqué officiel à ce sujet dans la soirée.
La Tunisie est ainsi placée à un cran qui correspond au niveau très spéculatif signifiant que le risque pays est élevé.
Le reclassement du pays au niveau précité, impactera sans doute sa sortie sur les marchés financiers récemment annoncée pour mobiliser 3 milliards de dollars (8,1 milliards de dinars). Celle-ci devient hypothétique et conditionnée par la présentation de garanties réelles avec un taux d'intérêt d'au moins 10% sachant qu'au maximum le pays ne pourrait mobiliser, à ce titre, que 300 millions de dollars, d'après les estimations de plusieurs spécialistes.
Quant aux négociations avec les instances financières internationales et les bailleurs de fonds de référence pour mobiliser les concours permettant de combler le déficit budgétaire estimé cette année à 8 milliards de dinars soit 7% du PIB, elles seraient à priori extrêmement difficiles.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.