CONDOLEANCES : Tijani GUERMAZI    Foot-Europe: le programme du jour    L'UGTT appelle le gouvernement à réajuster le pouvoir d'achat des fonctionnaires    Pour un meilleur plaidoyer universel : Comment parler du droit palestinien ?    Le Maroc à la tête d'une structure qui draine 4600 milliards de dollars    Des faits et des chiffres    Les pays en développement "lésés" dans le rebond des IDE en 2021 (Rapport)    Suppression des primes et des privilèges des membres du Conseil supérieur de la Magistrature : Saïed passe à l'action    Khemakhem et Cheikhrouhou quittent le CSS    Classement FIFA Live : La Tunisie recule encore et perd 29 points !!    Le Mondial des clubs 2022 retransmis sur cette chaîne arabe    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 21 Janvier 2022 à 11H00    Hand | FTHB : Le comité provisoire de gestion intronisé    CAN 2021 | Tunisie-Gambie (0-1) : Une « petite » qualification !    Budget ''boiteux''...L'UGTT appelle le gouvernement à prendre des mesures urgentes    Tunisie – Coronavirus: 13 décès et 9787 contaminations en 24h    Météo : Pluies éparses sur l'extrême nord en fin de journée    Dialogues éphémères | Sur les traces d'Epiméthée    Vient de paraÎtre | L'île aux arbres disparus d'Elif Shafak    L'identité culturelle des morisques en Tunisie, un livre de Mondher Chraïet : Un excellent éclairage sur l'histoire des Maures dans notre pays    Simpar : Hausse du chiffre d'affaires de 21% en 2021    Artes annonce un chiffre d'affaires en hausse de près de 35% en 2021    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Transtu: A partir d'aujourd'hui, modification de la circulation automobile au niveau de cette zone    UGTT : Le « retard » et « l'hésitation » pèsent lourdement sur le processus du 25 juillet    Ennakl Automobiles annonce un chiffre d'affaires en hausse de plus de 21% en 2021    CAN : on a manqué de réussite dans le dernier geste (Kebaier )    La Fédération nationale du cuir appelle à l'aide    En photos: Déraillement d'un train de transport de phosphate    3 délégués démis de leurs fonctions, les détails    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Kaïs Saïed ordonne la préservation des domaines de l'Etat    Tunisie: Les exportations des agrumes accusent une fore baisse    Riadh Essid nommé conseiller chargé des affaires diplomatiques à la Kasbah    5 fillettes ont reçu des injections par des inconnus, assure le ministère de la Famille    Ouni : Florana engendre les mêmes symptômes du Covid    La Consultation nationale respecte les données des répondants, assure Gaddes    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Monde-Daily brief du 20 janvier 2022: Crise en Ukraine : Joe Biden met en garde la Russie en cas d'invasion    Formation "Jeunes réalisateurs, cinéma, écriture environnement": le cinéma dans la quête d'un monde écoresponsable    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    Noureddine Sammoud n'est plus, un esthète des mots nous quitte    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France, le Japon, la BEI… : Personne ne filera des sous à Bouden, que de l'aide directe
Publié dans Tunisie Numérique le 08 - 12 - 2021

Il y a une nouvelle tendance en Tunisie : Financer directement des projets structurants et qui créent de la richesse, et ne plus injecter un euro ou un dollar dans le budget de l'Etat. Budget dont on connait le cruel destin : le paiement des salaires de notre armée de fonctionnaires. Un poste de dépense qui coûte un bras aux caisses publiques, entretient des rentiers à vie – ou quasiment – et nourrit une machine laquelle la plupart du temps ne fait que mettre des grains de sable dans la roue de l'économie. Alors le Japon et la France, mais pas qu'eux, se sont mis à faire dans l'aide directe, avec à la clé un suivi pas à pas des projets, et ça marche très bien. La BEI, dont un responsable a débarqué ce mercredi 8 décembre à Tunis, fait également la même chose. Est-ce une bonne nouvelle pour le chef de l'Etat, Kais Saied et son poulain, Najla Bouden ? Rien n'est moins sûr…
En fait ce dont ont cruellement besoin en ce moment Kais Saied et Najla Bouden ce sont des espèces sonnantes et trébuchantes pour boucler les dépenses étatiques de 2021. Et après on verra pour 2022. Le problème c'est qu'aucun de nos partenaires traditionnels n'est disposé à nous en donner, en dépit de toutes les offensives de charme. Rien à l'horizon, et ça devient fâcheux à quelques jours de la fin de l'exercice 2021 et à quelques encablures du prochain. Ça devient même terriblement angoissant…
Bon, il y a bien les bruits sur le virage vers la Chine, qui elle a les moyens de ses ambitions et arrose généreusement le continent africain, noyant même certains pays dans la dette publique, ce qui est une vraie bombe à retardement à certains égards. Mais la Tunisie n'en demande pas autant, ce qu'elle veut c'est de quoi finir sans trop de dégâts cette année, voire entamer 2022 avec quelque motif d'espoir, en attendant la fin de la valse du président de la République. Le hic c'est que même ça, même ce "minimum", la Tunisie risque d'en être privée…
Le silence du côté des bailleurs traditionnels est très inquiétant pour l'exécutif tunisien. Certes il y a de belles réussites dans le pays, comme le magnifique et discret travail des Japonais pour épargner à la capitale, Tunis, les désastres des inondations cycliques ; il y a les investissements ciblés et diablement efficaces de la France. Mais c'est tout !
Quant à la visite du responsable de la BEI à Tunis, à part les projets structurants que les Européens vont piloter sur place, il ne faut rien en attendre. Pas un euro de plus. Sale temps pour Saied et Bouden. Sortir de ce casse-tête relèverait du miracle et assurerait à coup sûr aux deux pilotes des lettres d'or dans les annales de l'Histoire…
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.