Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le pacte avec Saied n'a pas été scellé le 14 novembre : Taboubi va secouer le pays
Publié dans Tunisie Numérique le 02 - 12 - 2021

Le chef de l'Etat, Kais Saied, prépare son 17 décembre ; en face l'UGTT peaufine sa démonstration de force d'après demain, samedi 4 décembre à la Kasbah, sous les fenêtres de la cheffe du gouvernement, Najla Bouden. Les oreilles de cette dernière vont siffler, à moins qu'elle préfère migrer pour "bosser" tranquillement. Après avoir rejeté en bloc le projet présidentiel, la centrale syndicale monte en gamme dans son opposition à la toute-puissance de Kais Saied. Pourtant ce dernier n'a pas été avare en largesses publiques avec le secrétaire général général de l'UGTT, Noureddine Taboubi et on pouvait penser que l'appel de ce dernier la veille de sa rencontre avec Bouden était de nature à sceller un pacte de non-agression. Il faut croire que non. Parce qu'en fait pour la centrale syndicale les enjeux de cette bronca à la Kasbah vont au-delà des concessions présidentielles que de toute façon l'UGTT allait obtenir…
L'UGTT n'a pas digéré l'affront présidentiel
Il est certain que l'UGTT a envie de se tester, de jauger ses forces. La puissante centrale syndicale, véritable Etat dans l'Etat, n'avait pas réellement agité l'espace public depuis ses deux grèves générales du temps de Youssef Chahed. Que vaut encore la capacité de mobilisation de Taboubi, dans ce paysage politique en pleine recomposition et dont personne ne connait l'issue ? L'intéressé a bien envie de savoir où il en est exactement, après la mise au point musclée de son secrétaire général adjoint à quelques mois de leur 25ème congrès (février 2022).
On est certain également que la centrale syndicale n'a pas digéré le fait que Kais Saied prétende promouvoir son Dialogue national sur la dépouille du Dialogue national dont l'UGTT a été l'un des grands artisans en 2014. Rien qu'en mettant en cause la portée de cette affaire qui a tout de même valu à la Tunisie un Prix nobel de la paix en 2015, Saied s'est mis à dos toute la centrale syndicale, à commencer par son ex-chef de file, Houcine Abassi, qui pèse encore très lourd. Mais voilà, Kais Saied, tel un éléphant dans un magasin de porcelaine, a foncé dans le tas. Ce n'est d'ailleurs pas sa seule faute politique depuis le 25 juillet 2021…
Une spécificité bien tunisienne, dont use et abuse Taboubi
Le chef de l'Etat aurait pu arriver à ses fins en s'y prenant autrement avec Taboubi et compagnie. La question est de savoir s'il est capable de faire autrement ; s'il est capable de ruser, de louvoyer, de se contorsionner pour toujours aller dans le sens du vent. La réponse est non. L'idée de faire des compromis au risque de se compromettre le répugne de tout son être. Or en Tunisie, et surtout avec l'UGTT, il le faut pour pouvoir gouverner "tranquilos, pépère, peinard…". Le seul hic c'est qu'en faisant de la sorte on ne change rien, on ne réforme rien, on n'améliore rien. Tous les gouvernements de l'après-révolution se sont vautrés dans cette indolence, cette inaction confortable qui permet de garnir son CV sans se fouler ou risquer des crampes mentales et intellectuelles. C'est ce qui explique que la Tunisie n'ait fait aucune avancée notable depuis le 14 janvier 2011…
Contrainte et forcée – par le FMI notamment-, Najla Bouden a ouvert avec des pincettes l'épineux et volumineux dossier de la réforme des entreprises publiques. Mais à peine elle se débat avec la question existentielle de tous ses prédécesseurs – j'y vais, j'y vais pas ? – que Taboubi met déjà le holà à la velléité de restructuration des entreprises publiques. Il a dit publiquement que ses services planchent en ce moment même sur ce dossier, avec une étude en bonne et due forme. Comprenez par là que l'UGTT a mis son véto sur cette affaire et que rien ne se fera avant que son rapport ne livre ses conclusions. Lesquelles conclusions seront forcément à son avantage : un statu quo dans les effectifs pléthoriques des entreprises publiques, autant de soldats dans l'armée de l'UGTT et beaucoup de cotisations syndicales…
Pour se rendre compte de la toute-puissance de la centrale syndicale, il faut voir la façon avec laquelle elle a envoyé balader l'ambassadeur français à Tunis. Un syndicat qui trône à la table des décideurs politiques et économiques du pays, et qui gueule plus que les têtes de l'exécutif, ça n'existe nulle part ailleurs dans le monde, pas même en France, le paradis de la lutte syndicale. Mais que voulez-vous, ce sont les Tunisiens qui veulent que les choses se passent ainsi. Peu de personnalités osent dire publiquement ce qu'elles pensent de l'UGTT. La grande majorité rase les murs, et les protestations ne sortent guère des murs feutrés des palais de la République et des salons de thé…

Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.