"Non à un gouvernement de compétences nationales"    TOPNET, signe un partenariat Tripartite avec TTN et QWEEBY pour le lancement de la facture électronique    Tunisie : Abdlekrim Harouni appelle l'opposition à « un peu de modestie »    Tunisie: Le nombre d'infections locales au coronavirus passent à 19 à Sousse    18ème session de la nuit des étoiles, samedi 22 août à la Cité des sciences    Participez à l'édition 2 de la compétition "Falem fi Darèk"    Clôture des souscriptions à l'emprunt obligataire subordonné "ADVANS SUBORDONNE 2020-1"    Consommer tunisien : Un état d'esprit    Impact du COVID-19 sur les entreprises dirigées par des femmes : Des plans de relance pour sortir de l'ornière    Frappé de plein fouet par la crise sanitaire : Le tourisme a-t-il été finalement sauvé ?    Tribune | 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ! (suite & fin )    MEMOIRE : Youssef GHARBI    REMERCIEMENTS ET FARK : Mahmoud Ben Aleya JERBI    Tunisie – Météo : Température stable lundi 10 août    Sousse : Le nombre des contaminations locales passe à 19    Taoufik Baccar : « Une privatisation bien menée est une « LIGNE VERTE » »    Quels sont les avantages et les inconvénients à être mannequin en Tunisie?    Myriam Soufy, auteure de «Re-Belle», à La Presse : «Je suis dans l'universalité, humaine, née ici»    INDISCRETIONS D'ELYSSA        D'un sport à l'autre    FTHB | Nouveaux règlements : L'aval de l'IHF    Athlétisme | Mahfoudhi et Chehata à Lyon    Kamel Akrout - Tunisie: A trop négliger sa jeunesse on finit par hypothéquer son avenir    Tunisie : Hausse du nombre des contaminations locales à Sousse    La situation est alarmante, selon le maire de Kairouan    Les bus de la SRT Kasserine interdits de s'arrêter à Kairouan    ‘'La démarche est fausse''    Vol de téléphones : La solution congolaise !    Les BUS de la Société régionale de transport de Kasserine ne s'arrêteront plus à Kairouan à partir du 10 Août    Officiel : Moez Boulahia quitte beIN Sports    Tunisie: L'expulsion par l'Italie d'immigrés clandestins tunisiens, viole tous les accords, selon Sami Ben Abdelali    Centenaire Mokhtar Hachicha: La voix, le verbe et la verve    Ligue 1 : Le Club Africain renverse l'Etoile de Métlaoui    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet EBNI pour la réinsertion sociale et professionnelle de 200 jeunes sortants de prison
Publié dans Tuniscope le 22 - 11 - 2019

L'association FACE Tunisie (relevant de la Fondation AGIRE CONTRE L'EXCLUSION) a organisé, mercredi 20 novembre 2019 à Sousse, une journée régionale d'information et de formation destinée à des dizaines de jeunes sortants de prisons, et ce dans le cadre du projet ‘‘EBNI'' qui vise à les appuyer et à les accompagner pour une meilleure réinsertion sociale et professionnelle.
L'innovation de ce projet, mis en œuvre en collaboration avec plusieurs ministères et acteurs publics, dont l'Agence nationale de l'emploi et du travail indépendant (ANETI), l'Agence tunisienne de la formation professionnelle (ATFP) et les Centres de défense et d'intégration sociale (CDIS), avec le soutien de l'Union Européenne et de ABC BANK, consiste à mobiliser les entreprises actives dans chaque région cible pour rencontrer ces jeunes, les conseiller, les orienter et leur offrir des possibilités d'embauche ou de formation, selon les profils, les qualifications et les besoins.

Une récente journée régionale a eu lieu, fin octobre à la Cité Ibn Khaldoun, à Tunis, rassemblant plus de 80 jeunes du Grand Tunis et de Bizerte et une vingtaine d'entreprises de différentes tailles. Une autre journée de mobilisation est prévue le mois prochain à Béjà.

Lutte contre l'exclusion et la radicalisation

Le projet EBNI est lancé sur trois ans, entre 2018 et 2021, et vise à accompagner 200 jeunes tunisiens de 16 à 30 ans (filles et garçons) dans la construction de leur projet de vie après la prison ou le centre de rééducation. Il intervient dans sa phase actuelle dans 4 régions du pays : Grand Tunis, Bizerte, Béjà et Sousse.

Outre la formation des acteurs du milieu socio-éducatif à la détection et à l'accompagnement des jeunes en risque de radicalisation, une centaine d'entreprises, nationales et régionales, sont mobilisées dans le processus d'appui à l'intégration sociale et professionnelle de ces jeunes.

D'après Mme Zahra Ben Nasr, présidente de l'association FACE Tunisie « Le projet EBNI incarne notre volonté d'agir contre l'exclusion, la marginalisation et la discrimination à l'égard des jeunes, des femmes et des couches vulnérables. Nous voulons donner de l'espoir à tout jeune qui est passé par une situation difficile, dans une prison ou un centre de rééducation, et nous œuvrons pour la réhabilitation de son droit à la vie active et à l'intégration sociale ». Et d'ajouter « Il s'agit d'une responsabilité partagée entre tous les acteurs publics, privés et associatifs qui doivent se mobiliser et collaborer ensemble pour offrir à nos jeunes une seconde chance dans la vie et prévenir ainsi toute forme d'isolation, de criminalité ou de radicalisation ».

Il est à rappeler que la majorité des anciens détenus, pour un délit quelconque, ne trouve de solidarité que parmi d'anciens codétenus ou au sein de réseaux criminels et extrémistes. Plusieurs facteurs peuvent expliquer le phénomène de leur radicalisation dont nous citons : la déstructuration du lien familial ou scolaire, la perte de repères, l'effritement du lien social et les difficultés d'insertion professionnelle et économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.