GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Climat : Les litiges climatiques se multiplient, et "ça va entraîner des changements indispensables", selon le PNUE    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Tunisie – Ragaillardis par le soutien du Cheikh, les députés d'Al Karama devenus incontrôlables ?    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    Chedly Ayari n'est plus    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chiraz Laatiri fait le bilan de ses trois premiers mois à la tête du ministère
Publié dans WMC actualités le 24 - 06 - 2020

La ministre des Affaires Culturelles, Chiraz Laatiri, a tenu, mardi, à la Cité de la Culture, une conférence de presse au cours de laquelle elle a présenté le bilan de ses trois premiers mois à la tête du ministère et les grandes lignes de son programme.
La ministre a tenu à rappeler que sa nomination à la tête du ministère a coïncidé avec la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus disant que son département avait œuvré à limiter les répercussions du Covid-19 sur le secteur, à travers le soutien aux artistes et aux divers acteurs culturels.
Laatiri a parlé d' "un projet complet" qu'elle ambitionne de réussir à la tête du ministère à travers "l'instauration d'un climat de confiance entre l'artiste et les institutions relevant du ministère".
Le droit à la Culture pour tous, la diversité et la pluralité culturelle ainsi que le soutien renforcé à la décentralisation dans le secteur sont également parmi les objectifs mentionnés par la ministre. Elle a évoqué une vision qui émane de sa "conviction du rôle de la culture dans la création de la richesse dans le secteur économique."
La culture a été l'un des secteurs les plus touchés par les répercussions de la pandémie, a-t-elle estimé, avec un nombre de manifestations culturelles annulées ou reportées qui avoisine les 700. La création du Fonds Relance Culture (FRC) avait permis d'accorder des aides exceptionnelles pour 1500 artistes en plus des subventions du l'Organisme tunisien des droits d'auteur et droits voisins (OTDAV) qui ont bénéficiées à 3000 artistes et créateurs, a-t-elle encore dit.
Problèmes de gestion et des dettes datant de 2019
La question des dettes des institutions relevant du ministère a été également au menu de la Conférence. Selon Laatiri, les engagements du ministère durant l'année 2019 dépassaient le budget consacré au secteur culturel.
Citant l'exemple de l'Etablissement national pour la promotion des festivals et des manifestations culturelles et artistiques, la ministre a indiqué que cette institution cumule des dettes de l'ordre de 200 %.
"Un budget important a été alloué aux festivals aux dépens des projets de l'aménagement et l'équipement des institutions culturelles", a encore dit la ministre. Cette gestion du secteur avait conduit à la fermeture de certaines institutions qui menacent de tomber en ruine".
L'approche du ministère actuel est donc orienté vers "le paiement des dettes et la réalisation de l'équilibre entre le soutien financier accordé aux festivals et manifestations d'une part et celui consacré aux institutions culturelles", a déclaré la ministre.
Elle a encore indiqué que les festivals et manifestations accaparaient, durant l'année précédente, 74 % du volume du budget du Fonds d'encouragement à la création littéraire et artistique qui est initialement dédié à soutenir les créateurs et les producteurs".
Projet de loi sur le statut de l'artiste
Au sujet du projet de loi sur le statut de l'artiste et les métiers d'art récemment retiré de l'Assemblée des représentants du peuple, Laatiri dit avoir exprimé son refus du brouillon de ce projet de loi, lors de son audition par la Commission de la Jeunesse et des affaires culturelles, de l'éducation et de la recherche scientifique à l'ARP.
La ministre a rappelé que cette copie était parvenue à l'ARP en 2017 affirmant que le ministère n'adopte pas le projet dans sa formule actuelle. Il souhaite plutôt "la modification de certains chapitres à caractère répressif en concertation avec les artistes et les organismes professionnels et les divers intervenants dans le secteur de la créativité et des arts".
Ce brouillon largement contesté avait récemment fait l'objet d'une journée de réflexion à la Cité de la Culture, avec les artistes et professionnels qui exigent la révision de la copie actuelle.
Autour de la situation des contractuels
Dans une déclaration à la TAP, la ministre a assuré que le ministère compte examiner la situation des contractuels culturels en vue de réviser la formule de leurs contrats avec l'Etablissement national pour la promotion des festivals et des manifestations culturelles et artistiques et leur garantir le droit à la couverture sociale.
Elle a encore promis d'augmenter le nombre des séances pour les professeurs dans les Instituts de musique qui seront portées à 6 séances au lieu de 3 actuellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.